Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Payez ou Protégez les rentiers de l'État

De
8 pages
impr. du journal de P. Sablier (Paris). 1798. 8 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

PAYEZ OU PROTEGEZ (1)
LES
b 1 - 1
S DE L'ÉTAT,
N»4 -« ,- -0«
;z~ .-- - -
- Il k*>
1
S
De toutes les dettes de 1 État , celle quil a con-
tractée envers les rentiers, a toujours été la plus sa-
crée.
Les rentes sur l'État sont le patrimoine , la principale
ressource du père de famille endetté , de la malheu-
reuse veuve , et du pauvre orphelin (2).
Les emprunts faits par l'État en rentes constituées,
ont absorbé la majeure partie de la fortune d'un grand,
nombre de citoyens toujours confians dans la loyauté
du gouvernement ; les prêts qu ils ont faits ont dis-
(1) « La classe des créanciers dal'État est toujours la plus exposée
« aux projets des ministres ; elle est toujours sous lis yeux et sous la
<1 main ; il faut que l'État lui accorde une sîngulière protection u.
( Esprit des Lois , liv. 22. char. 18. )
(?) Les tribunaux n'ordonnaient pas d'autres placemens pour les
if
douaires et les foadg des mineurs qu'en roules sur l'Etat.
1
(fl )
pensé 1 État d'asseoir , et les redevables de payer de
nouvelles impositions.
Cette por.tion de la dette nationale , au paiement
de laquelle tous les citoyens , sans exception , sont
co-obligés , a toujours été respectée par les gens même
les plus immoraux ; par Terray : Terray lui-même !
Cet homme , sans principes , se permit , à la vé-
rité , de réduire de moitié , une partie de la dette pu-
blique ( encore ce ne fut que celle provenant d'effets
au porteur délivrés en paiement des fournitures de la
guerre ) ; mais , dès le lendemain de cette réduction , w
il fit payer , à bureaux ouverts , les arrérages con-
servés.
Aujourd'hui, les arrérages se paient un quart en ar-
gent , ou en bons qui perdent quarante pour cent, et
les trois autres quarts en bons qui perdent quatre-
vingt-dix. Ensorte que le rentier ne touche pas même
en écus , le tiers de ses arrérages, (i)
Le rentier veut il vendre ses capitaux ? Ils perdent
également plus de quatre-vingt-dix pour cent.
Affaissé sous le poids du malheur , le rentier de
l'Etat qui pendant long terr.s , n'en a reçu que des va-
leurs idéales, qui , aujourd hui , éprouve une dimi-
nution si considérable sur son capital et sur ses arré-
rages, est encore menacé dune nouvelle iniortune.
Le projet de la commission sur les transactions , ea
réglant la manière dont les débiteurs doivent s'ac-
(1) Le tiers de 2,000 livres est de 666 liv. i3
s. 4 d. , ci. 666 1. i-3 s. 4 d,
2,000 1. d'arré, ages donnentpourle quart en
numéraire 5 o livres ecus, ci.. 5oo 1. , -
* 1
Pourle>ienbonsi,5oo,qui,à I\ 65o n »
4 65o 11 Il
* ic perte , donnent 1 5o liv. J
en t'eus , ci
-
4 Différence. 16 i3
- ,I)j£floiren'-c. Ii 1) "*

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin