Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Poëmes religieux. L'Angélus des campagnes, par Charles Fabre

De
19 pages
impr. de M. Papailhau (Albi). 1867. In-8° , 20 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

&<E>3BS22B &&a&8^r2S,®SS0
L'ANGELUS
DES CAMPAGNES
.«-_ PAR
CHARLES FABRE.
Ave, Maria !
Prix : 4 franc.
ALBI
IMPRIMERIE DE MAURICE PAPAILHIAU
rue de la Mairie
'1867. _~»„
A Monsieur E. (MENER, Directeur de l'Enregislrenienl,
des Domaines et du Timbre.
Hommage de respect et de reconnaissance,
CHARLES FABRE.
L'ANGELUS DES CAMPAGNES.
LE MATIN.
« Miser factus sum el cur-
» valus sum usque in finem :
» tola die conlrislaUis ingredie-
» bar. »
S. JEAN, Ps. 27.
La Nature est encor calme et silencieuse,
Aucun bruit ne s'entend ; la voix mélodieuse
Des oiseaux endormis ne remplit pas les airs
Et l'ombre de la nuit couvi'e tout l'univers;
Seule, sur l'horizon on voit surgir l'Étoile
Dont les pâles rayons brillent sans aucun voile.
■ _ 4 ■—
0 vous, qui vivez loin du tumulte et du bruit,
Vous, qui ne connaissez que le sombre réduit
Où vous passez : vos jours au milieu des alarmes,
Vous, hélas ! qui trempez de sueur et de larmes
Le pain de chaque jour, et, qui de vos enfants
Ne pouvez adoucir les soupirs déchirants;
Vous enfin, Travailleurs, qui, nés pour la misère,
N'avez pour tout abri qu'une pauvre chaumière,
Ecoutez cette cloche.... elle annonce le jour....
C'est l'Angelus qui sonne, et qui vous dit bonjour
Avant votre réveil, avant l'aube naissante;
C'est l'Angelus qui sonne et dont la voix puissante
Réveille les mortels, leurs douleurs et leurs maux;
L'Angelus qu'on entend, l'Angelus des hameaux-,
C'est la voix du Seigneur demandant la prière
Qu'un jour on nous apprit pour la Vierge sa mère,
C'est l'Ave, Maria!... Travailleurs, à genoux!...
La prière de l'Ange.... oh ! vous la savez tous !
Elle fut au berceau de notre mère apprise
Et nous la répétons chaque jour à l'église.
C'est ainsi qu'au village, au réveil du matin,
Sous' l'humble toit de chaume, on entend l'orphelin,
— 5 —
Et le frère et la soeur, et le père et la mère,
Répéter tour à tour cette antique prière,
Et dès qu'elle finit, le pauvre travailleur,
Etouffant un sanglot qu'arrache la douleur,
D'une main que la fièvre a rendue défaillante,
Prend avec ses outils sa besace pesante,
Et pour gagner un pain qu'on attend en pleurant
Il quitte sa chaumière avec le jour naissant.
Au sortir du village, il voit que la Nature
A pris comme la veille une riche parure;.
C'est un brillant tableau que ces champs et ces bois
De robe et de couleur changeant à chaque mois.
N'est-ce pas qu'il est beau dans ces vertes prairies
De voir chaque matin ces fleurs épanouies,
Comme nous s'éveiller au son de l'Angelus
Et comme nous dormir quand le soleil n'est plus'?
A la ville voit-on ce sublime spectacle ?
La Nature au réveil, n'est-ce pas un miracle?
N'est-ce pas le Seigneur descendant près de nous
Comme un jour où des Rois l'adoraient à genoux,
Qui vient chaque matin par sa noble présence
Nous révéler d'un Dieu l'éclat et la puissance?
— 6 —
Avez-vous jamais pu, — répondez, ô Savants !
Avez-vous jamais pu, de vos pinceaux brûlants
Retracer la Nature au lever de l'Aurore?
Peindre cet horizon qu'un feu caché colore?
Ce beau panorama qui se déroule aux yeux,
Et ce brouillard léger qui monte vers les cieux?
Avez-vous jamais pu, dans vos longues veillées
Produire ces parfums, qui des fleurs embaumées
S'exhalent le matin ? Et ces chants et ces cris
De mille oiseaux divers, les avez-vous compris ?...
Ces vents impétueux, cette brise légère, ,
Cet air que l'on respire et qui fait l'atmosphère,
Comment les peindrez-vous ? Où sont donc les pinceaux
Qui pourront animer ces sublimes tableaux ?
Ces sables du désert que le Simoun caresse !
Ces fleuves, ces ruisseaux qui renaissent sans cesse
Et qu'un bras invisible entraîne vers les mers !
Ces terribles volcans qui lancent dans les airs
Une lave que rien ne maîtrise ou n'arrête !
Et la fureur des flots quand mugit la tempête !
Comment la peindrez-vous ? O Savants orgueilleux !
Ah ! vous avez bien pu, dans vos moments fiévreux,
Imiter quelquefois les beautés de la terre,
Faire jaillir la foudre ou gronder le tonnerre....
Mais reproduire l'Aube ou le Soleil en feu?....
Mais imiter le jour, la Nature ou bien Dieu ?...
Non I l'homme ne peint pas Celui qui créa l'homme !
Celui que l'Eternel à deux genoux on nomme ! ! 1
Cependant l'Angelus de son marteau d'airain
Frappe le dernier coup et s'arrête soudain.
Aussitôt au village on voit dans la prairie
Et la chèvre et l'agneau brouter l'herbe fleurie,
Le cheval vigoureux se raidir sous l'arçon,
Et le boeuf d'un pas lent gémir sous l'aiguillon.
Tout travaille et s'agite au milieu des campagnes;
Les plaines, les vallons, les coteaux, les montagnes,
De nombreux habitants se peuplent aussitôt
Et la terre pour eux ouvre son entrepôt.
C'est l'heure où tout respire un certain air de fête,
On voit des fleurs partout, sous les pieds, sur la tète,
Des buissons tous parés de riches bouquets blancs
Et des blés parsemés de bluets odorants.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin