La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Du même publieur

Théophile GautierPremières Poésies Colère
Amende-toi, vieille au regard hideux, Ou pour ung mot villain en auras deux. Épistre à la première vieille.
À Montfaucon tout sec puisses-tu pendre, Les yeux mangez de corbeaux charongneux, Les pieds tirez de ces mastins hargneux Qui vont grondant, hérissés de furie, Quand on approche auprès de leur voirie. PIERRERONSARD.
Hypocrisie et vice, — oui, c’est bien là le monde :  Bellesmaximes et grands airs Jetés comme un manteau sur le cloaque immonde  D’uncœur tout gangrené de vers. Oui, — la religion dont le péché se couvre  Pourjapper après la vertu ; Oui, — le simple dont l’âme à tous les regards s’ouvre,  Auxpieds du méchant abattu ; La vierge pure en proie aux noires calomnies  Decourtisanes de bas lieu Qui, vieilles et sans dents et les lèvres jaunies,  Osentmentir si près de Dieu. — Sorcières de Macbeth, dignes d’être huées,  Serpentsarmés d’un triple dard, Ulcères ambulants, viles prostituées,  Tombeauxbadigeonnés de fard,
Oh ! comme il leur va bien, elles dont trente places,  Ellesdont trente carrefours, Avec des charretiers, crapuleux Lovelaces,  Ontvu les publiques amours ; Elles dont la jeunesse en débauches passée  Couperoseet jaspe le teint, Et qui sous une peau détendue et plissée  Couventun brasier mal éteint, D’user tartufement leurs genoux sur les dalles,  Leurspouces sur un chapelet, Et prenant pour voiler leurs antiques scandales  Lasoutane d’un prestolet, De venir sans pudeur noircir une que j’aime  Commel’on n’a jamais aimé, D’un amour pur et saint et qui de Dieu lui-même,  Certes,ne peut être blâmé.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin