La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Publications similaires

Meudon

de fawyir

Paul VerlaineChair Et dernière
Car mon cœur, jamais fatigué D’être ou du moins de le paraître, Quoi qu’il en soit, s’efforce d’être Ou de paraître fol et gai.
Mais, mieux que de chercher fortune Il tend, ce cœur, dur comme l’arc De l’Amour en plâtre du parc, À se détendre en l’autre et l’une
Et les autres : des cibles qu’on Perçoit aux ventres des nuages Noirs et rosâtres et volages Comme tels désirs en flocon.