//img.uscri.be/pth/c6ddb9c8e1ba397576d7b4dc64121c26047e5f1c
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Études grecques et latines

De
2 pages
Antoni Deschamps — Le Parnasse contemporain
Études grecques et latines
À ANGELO POLLET, STATUAIRE
Athènes respirait la fraîche violette
Depuis le cap Sunium jusques au mont Hymette ;
L’air était embaumé comme un rayon de miel :
Le beau ...
Voir plus Voir moins
Antoni DeschampsLe Parnasse contemporain
Études grecques et latines
À ANGELO POLLET, STATUAIRE
Athènes respirait la fraîche violette Depuis le cap Sunium jusques au mont Hymette ; L’air était embaumé comme un rayon de miel : Le beau soleil de Grèce étincelait au ciel. Le jeune Alcibiade aux paroles légères Partait pour la Sicile avec trois cents galères, Et de ses grands vaisseaux peints de mille couleurs, Les poupes ressemblaient à des vases de fleurs ; Et de tous les côtés une foule enivrée Descendait en chantant vers le port du Pirée ; Femmes, enfants, vieillards, matelots, à la fois, Saluaient leur guerrier de leur puissante voix, Et l’Hellespont ému jusqu’au fond de l’abîme Leur répondait de loin d’une façon sublime, Et du haut de l’Olympe au sommet radieux Les Muses regardaient avec les demi-dieux, Et Mars, dieu de la guerre, et la fière Bellone, Le front pâle et pensif sous leur verte couronne, Voyaient d’un œil jaloux l’Athénien vanté Prince de la jeunesse et de la volupté. Ô terre de Cécrops, ô ma divine Grèce, Ton nom seul nous remplit d’amour et d’allégresse, Et l’on ne sait pas bien, ô peuple merveilleux, Lesquels sont les héros et lesquels sont les Dieux !
NAISSANCE D'ANNIBAL
L'œil fixé vers le but où son destin le mène, Il dévore déjà les champs de Trasymène, Et là, dans son berceau, de ses petites mains, Il pèse les anneaux des chevaliers romains ; Quelle que soit la fin que le sort lui destine, Un grand travail est né pour la race latine ; Rome, ville orgueilleuse, ah ! crains de l'oublier : Prépare ton héros, et que ton bouclier, Quand tu seras de sang et de larmes trempée, Au jour de la bataille égale cette épée !
À JULES DE SAINT-FÉLIX
Adieu donc, Ilion, sainte maison des Dieux, Citadelle d'Anchise aux créneaux radieux, Adieu, parvis secrets, portique où, demi-nue, La princesse Andromaque, à petits pas venue, Tendait au roi Priam, couché sur son lit d'or, Lorsque brillait le jour, le fils chéri d'Hector ; Adieu, grand Simoïs, adieu, fumante lice, Qui vit passer l'empire au dur soldat d'Ulysse ; Autel où se penchait un antique laurier, Race de Dardanos, peuple fier et guerrier, Adieu, terre sacrée au parfum d'ambroisie, Qui régnas si longtemps sur les choses d'Asie ; Mais que fais-je, imprudent ? Poëte, c'est à vous Que Virgile appartient, à vous chantre si doux, André Chénier romain, dont la voix argentine Chante si bien français sur sa lyre latine.