Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Procès de Louvel. Acte d'accusation contre Louis-Pierre Louvel. Numéro 5

De
8 pages
impr. d'A. Boucher ((Paris)). 1820. France (1814-1824, Louis XVIII). In-8°.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

COUR DES PAIRS.
PROCÈS
DE LOUVEL.
(N°.V.)
SUITE DE LA PREMIÈRE SEANCE.
Raymond, valet-de-pied de Mgr. le Duc de Berri
dépose en ces termes : Je me trouvais de suite pour
le service de la seconde voilure. J'étais disposé à
ouvrir la portière de cette seconde voiture, lorsque
j'entendis un cri de douleurqui fut suivi de ceux-ci:
Je suis mort, je suis mort. Je me précipitai vers le
prince, et je lui portai des secours. Nous le por-
tâmes dans le vestibule. Je n'ai vu l'accusé que
lorsqu'il fuyait.
Marie, valet-de-pied de Madame la Duchesse de
Berri.— Je vis de loin l'homme qui frappait le prince.
(2)
Il fit un mouvement comme s'il eût reçu un
coup de poing, Aussitôt je vis un militaire qui cou-
rait après l'homme que je venais de voir auprès du
prince. J'ai lai mes camarades à transporter Mon-
seigneur.
Alexandre-Jacques Gérard , valet-de pied de Ma-
dame la duchesse de Berri. Je venais de mettre la
pelisse de la princesse dans la voiture. La princesse
monta la première. A l'instant où on allait refermer
la portière , j'entendis les cris du prince, et je vis
quelques instants après M. le comte de Menais
aider le prince à sortir le poignard de la plaie.
Movse Macé, autre valel-de-pied. — L'hnmme
qui a frappé le Prince m'a coudoyé en passant.
Mgr. le Président. — Etait - ce avant ou après
avoir frappé ?
Macé. — Avant.
M. le comte de Ménars , le premier écuyer de
Madame la duchesse de Berri, est appelé.
M, le comte de Ménars. — J'accompagnai le
13 février avec M. Clermont Lodève Monseigneur
et Madame la duchesse de Berri. Avant la lin du
spectacle, Madame la duchesse voulut se retirer,
Monseigneur témoigna le désir de rester pour voir
le dernier acte du ballet. Il y eut même, à cet égard,
un instant de contestai.ion ; il fut décidé néan-
moins que la Princesse ne resterait pas jusqu'à la
fin. Monseigneur accompagna Madame jusqu'à la
voit ure; au moment où il se retournait je le vis trébu-
cher et s'écrier : je suis mort ! — Quoi ! seriez-vous

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin