Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Projet financier pour libérer la France de tous les frais de la guerre / par Auguste Sarazin

De
14 pages
impr. de Lefebvre-Ducrocq (Lille). 1871. 15 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

PROJET FINANCIER
POUR
LIBÉRER LA FRANCE
DE TOUS LES FRAIS DE LA GUERRE
Par AUGUSTE SARAZIN
LILLE
IMPRIMERIE DE LEFEBVRE-DUCROCQ
Rue Esquermoise, 57.
1871
PRÉFACE
La guerre fatale, que la France vient de soutenir
contre la Prusse, la charge d'une dette énorme, que
l'on peut estimer, tant pour l'indemnité due aux
Prussiens, que pour les frais de la guerre et les
dédommagements que l'on doit allouer en toute justice
aux départements envahis, à neuf milliards de francs.
Pour faire face à une telle somme, dans la situation
malheureuse où se trouve la France, il n'est guère
possible de songer aux emprunts ordinaires. Quand
on considère, en effet, le taux de la rente 3 p. %,
qui oscille depuis sept à huit mois entre 50 et 54
francs, le taux le plus élevé auquel on puisse espérer
émettre un emprunt, est 55 francs. Or, même à ce
prix, l'intérêt à servir s'élève à 5 1/2 p. %, c'est à-
dire 490 millions de francs à payer chaque année,
sans compter une dette de plus de 10 milliards que
la France contracterait et qu'elle ne parviendrait ja-
mais à amortir malgré toutes les économies qu'elle
pourrait faire et les nouvelles ressources qu'elle pour-
rait se créer.
On le voit, la France, l'un des premiers crédits du
monde, ne peut, sans descendre au rang des puis-
sances les plus obérées, recourir aux emprunts or-
dinaires. Il faut que l'imagination humaine trouve
un moyen de sortir de la situation difficile où elle se
trouve, sans employer une voie aussi désastreuse pour
l'avenir de la France. Il faut trouver une nouvelle
mesure qui permette de se procurer de grandes res-
sources, afin de remplir les engagements contractés
avec les Prussiens; car ce n'est que du jour où ils ne
fouleront plus le sol de - la patrie que la France
commencera à respirer librement et à cicatriser ses
plaies intérieures. Je viens en conséquence, Monsieur,
soumettre à votre appréciation une nouvelle combi-
naison financière, qui permet de se procurer les neuf
milliards, moyennant un intérêt de 3 p. % par an,
capital et amortissement compris, soit 270 millions à
payer chaque année.
PROJET FINANCIER
POUR LIBÉRER LA FRANCE
DE TOUS LES FRAIS DE LA GUERRE
Mécanisme du projet.
Il serait créé six cents séries de 15 millions de
francs chacune en bons de placement et de circulation
de 1, 5, 10, 20, 100 et 1,000 francs, remboursables
en cinquante années au pair avec prime de 50 p. %.
Les six cents séries seraient représentées par
autant de numéros. Il serait tiré un numéro le pre-
mier de chaque mois ; et, cette opération se répétant
tous les mois, les six cents numéros seraient extraits
en cinquante années.
Tous les bons portant le numéro sorti et repré-
sentant une série de 15 millions de francs seraient
remboursés au pair et auraient droit en outre à une
prime de 50 p. %, ce qui ferait une somme de 22
— 6 —
millions et demi de francs par tirage et par mois et
de 270 millions par an.
Le numéro sorti serait publié et affiché le plus
tôt possible dans toutes les, communes de France et
le remboursement des bons avec la prime de 50 p.
% se ferait à présentation dans toutes les recettes
générales et particulières de France. Ainsi tous les
porteurs de bons, appartenant à cette série, recevraient,
Ceux de 1 fr. 1 fr. 50 c.
Ceux de 5 fr. 7 fr. 50 c.
Ceux de 10 fr 45 fr. »
Ceux de 20 fr. 30 fr. »
Ceux de 100 fr. 150 fr. »
Ceux de 1,000 fr. 1,500 fr. »
Ces bons de placement et de circulation seraient
reconnus comme monnaie légale de France et
serviraient pour toute espèce de transactions et
comme placement.
On commencerait par émettre en bons le dixième
des neuf milliards, c'est-à-dire 900 millions de francs
divisés en six cents parties, soit 1,500,000 francs
de bons dans chaque série, comme suit pour la
première émission :
20,000 bons de 1 fr. par strie = 20 000 fr., sort pour 600 séries, fr. 12,000,000
6,000 » 5 " 30 000 » 18 000,000
5,000 » 10 ». = 50.000 » 30,000 000
10,000 » 20 » 200,000 » 120,000,000
4,000 » 100 » = 400,000 » 240,000,000
800 » 1000 » = 800,000 » 480,000,000
Ce qui donne pour chaque strie 1 500,000 fr., soit pour 600 séries, fr. 900,000,000