Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Projet pour retirer une grande masse d'assignats, par des moyens qui multiplieront les familles aisées, les travaux, toutes les reproductions, et seront un ciment solide à l'union des citoyens ([Reprod.]) / proposé par F. Lanthénas,... ; [à la] Convention nationale

De
44 pages
de l'Impr. nationale (Paris). 1795. Assignats -- Ouvrages avant 1800. 1 microfiche ; 105*148 mm.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

THE FRENCH REVOLUTION
RESEARCH COLLECTION
LES ARCHIVES DF LÀ
REVOLUTION FRANÇAISE
(ÈaUMaM
15 bridge strçrt miu BRIDGE street
UtrNEY ̃ O\FORDSHIREOX8 6VH
Téléphone: (0993) 776396 Fax: (0993)
N A T 1 O N A !•
un ciment foliie à Vunion des
PROPOSÉ
Par F. Lantiienas député par le département !le.
Rhône & Loire.
Suite a $c» autres plans
Imprimé d'après les décrets de Brumaire C:
A PARIS, DE L'IMPRIMERIE NATIOXALlf,
14 Phiviôfc, an 111,
Dans l'organisation d'une vt'riuMc République tout
est lie cliacjuc partie des npports avec les autres'
comme dans l'organisation admirable des corpsar tr.os.
JiiUfS Il
de toute constitution libre; &c.
à
1
A i
}) Il 0 J 11 T
POUR -RETIRER UNE GRANDE 'MASSE
D'ASSIGNATS,
Par des
les travaux, toutes les reproductions, û feront un
pt la loterie le comltj des finances,
JLja Cciivcntioii nationsle.t ciucndu, Vaiîs (x féance cïu
) pluviofe, le lui a fait Cambon, au nom
du coiricc des finances, fur les moyens de rtlirer de la
circulation quatre milliards d'afi»i;nats par une loterie,
de f'.ire rentrer dcvix milliards en fus, par l'cftct
de quarre rtglemcns nouveaux de limite.
Que nos ennemis, fiapp s de terreur pr.r nos vi<^oircs
clufant l,i dtmitre -Irtmillent cncorc au bruit
des faifons po;ir b prochaine.
^Çi'e Ls difpofitions de nos fnianJ^s leur démontrent
tin>e leur devient inip.?flib!e ils font forcés de céd«|,
à la v.lci.r de nos .à l'impatience des
pvjy's c^: !es ina!!itt;r> d'uî-.e fai:e par les tyia:)$
.1
ci) hciine de la de kirs droits communs.'1
plan' combine par notre comiu <!<>
ii'.niccs eft plus que f ifrifanî cet é;isr.l; tcr>n.la: t,
j'ai quelques vues additionnelles à foumatre à la Cou-
vcriion. Qu'cll; les adopte ou qu'elle lc~. ajourne
con:c f,ipcin\ies-d.ws ce moment, élks fcrviroit di
jiioi-v;
rnqiu':niic qui h r.iifon
croi:l?nte ck-s befoins de l'ccit Se de, l'érergie que k-s
fujcU rni-
jv.és pif te 'ûiuir.icnt de la qui Ils unit tojJHir*
ci.iVc-m.u'.e .iiifii.it de leur partie.
le cotnuô des fi.iancss lenti qu'il
f^.b'e d&'civ:r un ifiuict individuel a(L:z fort pou: l-ire-
qui! prosr-f; •
Je cr 'as fcroic jjnjufre dans où
voiv fi> riW.f. ,'de reivoclicr a ce moyen ce qt:c, (or: nie
ji.li il d'inimo'oJ. Ncnmro'ns,
t du f >rt c< l'.un nit du
qui fe r ippclecont les viikc; profondes 'qde notre col-
legiW Diifitilx fur
oi'do'.riicr la deAruclip:i (i) déjà fû- r'
(li Le :ippoit l":»ît sur les loi.eiicî par ce
(jucn'iin --Oin-.icncions 'IV'.rojver tnij^rrh- -rtnl
nuis il tit dis-
sen f.a.uil <mi* le; njo'i de ievriet ou îiijn l'ij"
5 ̃ "">
» j
il
'Mir ilciuibliciin r.n les
joueurs, -ne cc';rura pas l'imin^r.ilité toùjoiîrs attachée',
i^
en.
lie i'ir.v.-ci p. in: encore (hns
eurent çofîfion, où icCoipi lkpréfVi;t.itif rc pujîv: c^>?
fieront qu'on
à l.i pofuion 5 ce
«Vrtptcîifrent point li véiili t'été
,.lm recevoir. IVn<I*ut l.i captivité humc du lappoitetir I*
Coav^uiiciiis i!fiét.i unanimement te; conclusion! et les lo-
fin d: cette même _»unéc.
Copvcntiou
.It'ti Jo-uUiyeu'.alis
*(î; Ces ob>t,icfes miss. i;t ce l'oscillation petpctudle ̃ f-ù
de la
''̃̃o.uiion lia us la \oic vt'iiubic de 11 libctt» sont -lai.s-
s:» tic
Ils nri:;r.t ensuite Je j'ineitic ou
l^a rest« jcs moii! itr.cî.i, i c?;i:ivc :r t ut ^ux c.r-
qui s .tit à ̃̃?<̃̃• pour
qu'il- faut examinée » en comprime au ptan dn comité des
nuances ce que je v'oiulrois qui tilt praticable.
Il n'y auroit aucun dont? lî dcpuis que je me p'.ùnj
«!ii<-peii- que l'on fait pour fe prépaies à lanctrV, fani
nouveau pénl pour la libcité, le vaifTcaii de la Conf-
titution (1) on avoit au moins donné an goiivtrncrveiu
l'unité,. le lie» & les garanties néceflaires, afin
d'tniver au pou avec lûrete-, avec précaution.
̃ 1. ̃ V r ̃_
Pto nouvea^pour retirer de la
& d'animer i"n:4:if(i'U.
Que le peuple français «foit org^nife que la luter,
lût'i alors folt JiKlifpL-nfi'ble q.se Jes Tcâions du
loi rfirir pour rimihi'.iien des fcui dccadiitêf.
)< en iiu'mc ;:mpi
i'ixerciîe de \i SotVE-
It/MMTt Nationale, 1rs Éi.fci ions de tc!!e manière, que
< e~t possible, jour chique JB>ii-
ec que l'on nouvel? de r.iituv a van
d'q.p.-trr le l'euple à f'ajjeixljîer poilr ei;f!.<r ses drc:ts ,«..
if t' m.usiiis.
7
Peuple, pour les r>ci!mohs fraternelles fuient établies;
s'airemb'ent, poi^r'cnuiîdrc YE-urciai ce :.r r.eprcjaiuition-
Katlonale avec le Peuple^ cmreû.n Il & pério-
diquc par des ''nftm&ions décadaires (2) &: a!, rs^nllurâ
que fa Nationale aura L-. rv,ov,.à; de
guider les i'enumens du Peuple ver« fes.vérit.blcs iiiré-
ré:$i ds nourrir fon enThoufi.vfuic fin" les objets venta-
bkment néctirairjts à fon bonheur ou à for,
Il Dans chaque du Peuple, pour Jcs Méuiiions
foicruclles il'iiue caiilc p:>C
les épargnes du l'euple-: invit.z toutes c<.s tcur.iOi.s à
former, pour ces cailres, up. direftoirc- de famille
qui vtilic leur sûrerj W à leur é o-
nomie faites-leur un don, fi vous le jut;ez convenable
leur à fous diverfcs conditions:
qu'elles reçoitent tou/cs !cs**é#argncs q ie leï Citt>ytns
volldront y placer qu'elles ofir;nt divers j plans' de ph-
ccincns en Tourtes, ici, fur clei biens li
pour i'expliitition de divers objets c'indafuic îr.incsv
canaux à /ouvrir, chemins à percer nianufr.cb:rcs a
fixé i chacune, panade entre ils fsirvivancievs p!x>^u-
rcra à .chacun d'eux un hini.ige futlifa;it pour
r,v-

d'une famille, or un capital afïcz considérable pour fe
nui r. ta -ii & s'accroîiii; enne leurs nuins :que les cahiers,
'lciiîatio:! >atioivnle au Peuple, ftiivenc le développe-
r/ti:c ne us oljcis répnndtnt fur eux des lumières,
ci» vxcKuit gcii: & encouragent l\.fpric invennf,
l'efpnr ïiurque. à ni de chaque lieu: que les fetes njrio-
nak-s leur fuvent pir des travaux comnuins: ôc l'on f,\v.i
<ic IKuc les îiclicfies qu'il rtpand emaordin.iirumn'r,
tfp.ns des celles où nous fomir^s.
qi.e l'nrpôr ne: f.uiroit 'lui foire retourner, qui lui Jonc
et «--i,c le ù: g cft aux corps animés & de !es lui nuie-
rar par ks canaux Ics plus naturels, lts plus propres
le. nourrir des Au- s vivifiais qu'ils renfeanent, a rétablir
Ces moyens, ieioienc fans doute promptement cx.*cu«-
tables., frl'tfn vouloit j niais ils tiennent (.̃îTcruicJk'irciit
à l'oig.-unlation de toutes (.le la Mt-publin ie
& c\|tcîl:i iiiùmc qui en mener. la fécondité, iji'i eiv
Cnr0;€ eût comme un aime, trace le p!-n
bleivent cotir ce qu'il ùuc pour influe a::
taliitïS e:? gênera tore cn f r.uicc par i.5
vices de 1 si-cieime couniic d; la iiofc;vti!e cwa.jnif ,uix
ou iirJIrci te ci par une
je tr'.ce ici, ne peut venir que du vrai fo:t
fuccès ̃ eft iiiuiiaiKju.îbls dans ([ne véritable République:
Par lui on ranimera toutes le^ forte". ̃ d'in-Juilne, Ott
encouragera au tr.ivail, on foititur.i le bonnes p.icîuis
noît que le rçiichénlïenient <li.s f'hoL-s & l iL-ji;i.ii-
(ion des afligiurs ne pas iculcmoiu il: icur
grande malle en cirfiilâtion, nuis encore piir.àtv.icmeiït
ùiidijettedes bnis de idl.e des mut- ères pranicres o
de cinf.tjwhu'ion des tînmes coures chofes
auxquelles ne pourvoit pas le proj.c otkrc par C;inl,oii
riloterii> fiif-tGUC, qui les augm-nte an conta. re il
offrant aux capitaux des placemens productifs, en t.urA;u
ficrihcr à l'Eue une fonnne prô; dj qm:^
cents riiillioiis près d.i clixiùue de> qi..rrc iiiili:ai\l>
fuis qu; rien de tout ccl.i à itpio.l.urc-
meiu ni -iijditeftejiKiu, un brin d'herbe ou
La meilleure cïcufc de') ai ifîocr.ires m'.1
h ilipi:
Miquî. Quo'q'U' j«J ivi ainu\ie t pis
oti.in-1 j'ai pu ciy.ro> qu'ils etoienc iincti'-s, .leur .ivv;jic-
mcii; me fe:;iSl^ic i plaindre nian
c: 'i rr. v' et
• >{
f-;i;J ii.iùit j<.)w.,i!.
'O
bilité ou de l'efficacité des inftitutions. républicaine;, le»
éloigner ionr.inuellcmeiit j'ofe le dire les uns par
leur ignorance ou leur ineftie mii.s d'ancres par leur
maiivaife volonté, leur turbulence & leur férociu- qiund
je vois fur-tout ceux-ci n'avoir jamais qmployé quel*
la corruption le ùfte des parole»; quand'
en couvrant les murs d mots liberté, égalité fraternité'
)* les ai vus né re i pi r ma patrie qu? de priftns, ne la
^couv.ir que d'échakuids, l'inonder de fang,'dans la
même temps où. ils accompliflbieiu tourts les deftruc-
lions nccellairc> pour la plonger dans w p!us aflreafe
bArb.uie; quand depuis une révolution qui a déniifqué
leurs chefs, cela du 9 & 10 iheCmidor je vois ces
hommes prétendre toujours être les patriotes par cxcel-
Icnce, tout empocher, font troubler, tout pervertir,
s'ils ne règ.iînt quand je me .(buvions qu'après que
j eiis_.do}ine la Convention, au mois d'avril t7$3,
un travail coniidërablc fiK' les moyens en formant d<s
injlïtittio-is républicaines de la fort tt. du
péril et de l'embarras où
Icnlîons, un des chefs de ces heimmes me 'fit
pour &mc f.iuva d'unc.mort certaine
quand enfin, je me
t;ue que k- jette autour de m©i des re^uds attentifs
& \.i \^k cette mljïification que je 1 ,1 i (Fc au temps
OC qiM!i:i je raifou toujours claire po'.ir
• app<.rccvo;r au moins les principes &: m'y faire adhérer,
alors j'ai bî-an la tourmenter ces mêmes hommes
menaç-mt encore fyftème tllc
m\(ï infuilif^nro, je l'avoue avec d.fefpoir, pour ce n
noître c« qu-;
II
mil nous formes} 5:-pour.pér.écïU ce qu'il ckfiroii qu'on
lui <iîc- d'où nous venons ?'où nous allons ?
Quoi qu'il ai feit, (i depuis la révolution, cV mèm«
[•» véi^tiMe lilx-rcé ne fit qu'un ddiie ou une imbé-
cillité ^Cjh'oii ne :vc do l'un ni de l'autre,;
je veux mourir avoc ni.i f^lie: on me tttoic trop
malheureux eu ne rt;nci*nt à la raifon. '̃f
1 pi'.n qucj'.ii ici piop^fé, ue psut trouver .ouver-
binent des oppofansj mais tans doute, comme [ou-,
ceux qai font venus de moi il rencontrera beaucoup
d'incrédules à poiîibilitc de fon exécition. Je i'ai
rien à tliie aux plus h.uic, qui-
font c.'p.bles que ne n^eurtres- tic de doftrncliôm j^
parlerai aux hommes timides, dont la foi \J.air> k
vertu du Peuple & daiK cei!e des itiflmuions qui! »
.droit (fattciidrc,. n'a pi fe riouiiir & eu metn; di-
rniitucr par l'eiLt de l'horreur du >k\
défcfpcir que le caniida'Àsnu des premiers a répandu:;
fur touu- la I rauce.
Que ceux là v-iiilliînt bien lire & méditer uri peu
l'ouvrage donc j'Et fait répandre dans la
trois cents ôV cjuelques exemn aires qu'ils
fur le projet ou cadre eu: ùi da-uicremciït oficrt p^r
1 inftittuio.T des fétcs nationales dans le dc'.feiu M
faire fcrvir la moufle & l'iniltoclion p.jbiiqncs à éclair-
promptement toutes les pairies dy la KéfUîMique, & à y
nourrir l'amour de l.\ le le plus invcntit & le plnsardcm":
ils v trouveront toute ^les néccil u-.es pour
augmenter les travaux, pour iniiliiptier pH eux Le;
icprodiidiions, ci: diminuer ainfr cette caufe du leu-
diminution du travail & à la confomimtion plus coft-"
fidérable «!e chaque individu.
D'après la définition comme, que j'ai expreflféivenc
faite du gouvtmeni'.it le 16 thcrmidorii),
la finie qui convienne; au (Vn:i:ncnt que la reptéfenra-
(ion nationale me p'aroît en avoir toLijour en & d'a-
près le befoi ̃ extrême que j'ippcrce/ois cV que iv)iis
devions tous fentir depuis d'économie, As
travaillai A productions, il m'a io_ij >urs paru bien fun:-fte
& bien ridicule de lie fivoir jamais faire que des
qui ne rfiimlTcm les citoyens, a ,'cc
une confufion cxtrc-.n' que pour fténlifer ou pour dé-
truirej quand leurs réunions au contraire font fi propres
i créer, en fnch.mt le? orginifer 6V les c^ïiciuiié.
J'ai cru que la Hcpéfen ?.lion Narionalc pouvoit tout
cet égard. en or^anifant, dans k plan' fyftcmaiique
que je ai propofe, la morale cV i'iiiftrdc'tion pu-
bliques: j'ai cru qu'elle pourroit alors tout
félon l'intérêt public, & dider môme, au no!n de
cet intérêt fupérieur, des lois diététiques, des pratiques,
des abftincnces cV des travaux que le derpotifme avoir
bien l'avantage & l'art profond de conim.mdcr au
nom de la fuperftirion, & qui, dans des circonftanocs-
données, font fi néceflaires.
Ce que j'ai cru bon cV pollîble, je l'ai propofé, je
lai développé; je l'ai réduit en profits de loi } prers 1
bre portés: & fi je ne me trompe, beaucoup de Il''$ s
collègues approuvent mes idées.
Cec encouragement ni'cHgage à leur donner unis
(l) VojfCï
F. LAvnit.NAS le lU l!u\-
mi:hr.
M
]'occ*fïon, encore quelques Mais iufjju'i
quand l'inertie de ceux qui cro:e'jt à H poftibilité dor-
République & qui la veulent, Uilfcra-i-clle aux
hommes qui déshonorèrent la cauf? de la liberté, par
leur férocité quand ils ne danslin-
tencion rsclle cV préméditée de l'affalliner; jufqu'à quand
• ccue inertie hi(lcva-t-e!lc ces hommes dangereux c>:
mijourd h ni fi justement exécrés, l'apparence d'avoir {culs eu
oj'ivlque x;!e eux qui n'ont de c'ruleur que celle qiu
s'exhale de leurs aimes, ou qui naî' de l'î.mo'.u- propre
h pins cxce(1if& de leurgoùt infatiable pjur l'autorité,.
Toutes les pallions convullives cclatetit dans leur.
teairds leurs paroles, leurs voix & leurs geftts '.le,
f.ins ceffe comte tous les inté-
rêts 'du peuple qu'ils concQurcnt repréfenter & qu'ils
tôduifeiit.iUi dtfcfpoir.
} oji ronji.icr la confufion extrême où peut noir,
jct.r, à 1 iiueiictir le mowulre,éyc'netnent, puifqu'uu
jndivldj qni veut écrire avec audace forme un part»
ilhz cl.iagereux pour méikcr les honneurs d'être ficnils.
« la [¡¡Lune de la Convention ( i ) je ne vois d'efficace
cjue les inftitiitions républicaines. l'Jics l'cules ci»
nous 'acheminant vers l'établi dément de la çonftiuicion
peuven: développer d.uis un nutie fens que celui dV
dcftrucYion éc du fang, l'énergie républicaine, fuis
laquelle on tombera dans le royalifms el ne faifwiv
rien de fjîiirl po;ir la République. Je fjimuo donr;
ceux qui cîVnergie, quels qu'ils foient,
de m,u( h;r dans h liznc qie
Ai h véritable défenfe des principes s'ils ne veulent
( l ) Cmtclis Bah. srmee da 10 Pluviôse signalé pjj

point paroître s'occuper beaucoup plus d'eiu-mêmes
de leurs petices p:illion> ou de ce que quelques -uns
appellent de Ci andes porfécutions de grands périls, que
Avcntogts du jr-Lm in propofe.
la France offrira qiwrre mille fcclion-. du Pénale,
Fr.içtrnelies i). L'objeî de
développé cetre nj forcanf nas <!e la r.>ain
des citoyens, ni ne s'îtcnJaiu pis s'ils veul.nr a'.i-;lell'
o;i ne peiu
ment des Citoyens ri du
d'y ptictr iur l.\ ttf-: Ce c!i,u]i'c la
Comp^fc. Le? .'«ftioiis éunl d'une fomne nvfd^ure,
de joo liv. p.r exemple ou mCnie de 50 liv.,& la
caiCe fnifant de/ avances i ceux qui s'en .raieront
de rciiïpiir le- serions donc il, acquitteront
comptant nno p.i: tic les mif.s feront trcs-abondanes:
nuis qui tr;iv*il!cnt cerrm; c?.ns l..s pU:s riches ,&
le fii'.cî« partira facilement l'on corçoit
de la lorciic t'e qur.tro milîiaivû. il ne s'.igiiv. qi:t te
trouver pour é^a'cr ceue fc:rme uiï million par
(I ) t>ix j ur sr<ijn le» i:n:s «Î.îh !»
abtn >.
f i5
les réunioas fraternelle»,
les unes dans les autres, ?i on fubfH.tuoii à* cette lotetj*
ce plan nouveau les trou cent quatre-vingt-onze millions,
fjnme énorme que l'on propofe de facrifier pour die,
ne feroiçnt-ils pas mieux employés à donner des enco;t-
des primes» pour favorifer une infti-
tjtion q'ii tendroit évidemment à porter &
introduire les tnœiiti réglées
dans la malle des familles
h cbtfe des propriétaires aifés i rendre tous ceux qui
k dévouent à la p»tri:, pour ainfi dire, indépend.\ns
t!ç l'avfinîr en leur offrant une occalion <?< un moyen
de s'afTurcr Je quoi pourvoir toujours^ à leurs befoins
te par et l.i tniuie, i augmenter l'énergie & le nombre
d«$ patriotes qui s'abandonnent fans partage aux foins
feuls que leur commande l'amour dé la patrie Se de
rhmiînité. •
Pour porter les Citoyens vers ces fins utiles on aur*
des leviers aflez puiiTans; le <i«fir du bien-être pour
fe$ jours avancés j l'efpoit de ce bien pour foi- même
ou pour leî perfonnes qui' nous font chères; un revenu
qui s'accroît progressivement & à la fin fi l'on furvit
ou (\ les tiens fur vivent à un certain nombre des affotiés
ùn parcage d'un fonds a'Vez conficiérable
poar donner à chaque p-ii rageant une propriété fuffifanre
pour fa famille, propriété que la vieillellt feule, fans
foin procurera; enfin, le plaifir meme d'être intôreiré
àuiipafteqai femble attacher la vie & a h fxiété,
par des liens oC d:s avantages mutuels, nouveaux.
/.es ici pour attirer les citoyens font toi:s
moraux ils p.iitent tous d'atft-Clions douces & tendres]
ne s'y font point fùlierellc du viager des
fc la fldité des avances, mercenc chaque famille
proîîur des

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin