Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Rapport et projet de décret sur les taxes révolutionnaires, présentés à la Convention nationale, par Cambon fils aîné, député du département de l'Hérault, au nom du Comité des finances : à la séance du 6 frimaire, an III ([Reprod.])

De
33 pages
[de l'Impr. nationale] (Paris). 1794. Impôt -- France -- Ouvrages avant 1800. 1 microfiche ; 105*148 mm.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

THE FRENÇH REVOLUTION
RESEARCH COLLECTION
I^&HIVESDELÂ
REVOLUTION FRANÇAISE
15 BR!D€E STRKET Mlll BRIDGE STRKET
OX8
Telephone; (0993) 776396 Fax: (0993) 779043
A
/CONVENTION K Ai ION AI. K.
port
̃mOTPKfflET DE DKCRKT
SURCfiTi^AXF.S RÉVOLUTIONNAIRES;
PRÉSENTÉS
A LA CONVENTION NATIONALE,
PAR CAMBON jus aîné, dôpiué du département
AU' NOM DU COMITÉ DES FINANCES,
À la Séance du G fiimnir?, an Il!!
Impmmls PAR ordre t>i IA Convention NAric>fAL?;
Mm été établie* pat
midàircs cl!« ont été pr. io-s réparties 8C
perçues par t'xprtsj profane tout kvx
1
produit dans des (:litres particulières. ïxs fend*
en dévoient fErvir à payer les frais d'armement,
la Culde des citoyens qui fe levoicnl en
'nulle roi jf la refonte de ta liberté Ic'dè l'égalité; les 1er
cours ou indemnités. dus aux pères, mères, femmes & en'
fans dei -iéfvr.feurs de .1? 'pariie qui (è trou'voient dari* le
{•.•foin, lcs fecours que h nation doit à l'indigence & au
înrlheur les uai;emer.s que les circonftances obligeci«nt
d'accorder à certaines fondions qui étoient exercées' par des
citoyen» peu fortunés cnha, pour divers befoins extrsor-*
dinaircs.
Ces mefurts étoifnt nécelTaires peut-être même ir dif-
penfabïcs lorfqu? hs indemnités ducs aux défenfeurs de
la patrie 3 ÔV: à Içuis familles, Soient promifes (mats 1«
mode de leur paiement & de ltur répartition n'étoit p.aj
Ciicore décrété) lorfque les fecours que la nation doit aux
indigens n'étoientpas dcteïn:inés car la loi; lorfquc la vo-
JontC1 naiionale n'avoit pas exigé le (Vrvice petfonnel de 'tous
les ^citoyens i'îdilbnclement depuis dix-huit jufqu'à vinge-
cinq'cr.s-, tordue ]cs tgoïites, perdant de vu« leurs intê-
rets les plus chers, ibiu'ds, à la voix de la pairie, iefu-
foient ltur feivkc perfennel pour la détente des frontÀres
ciivariics cV «!e leurs propriéfés, et efl'ayoient même de ré-°
fifter à une ir.cfure qui n'avcit d'autre but que de retirer une
partie des nllî&nats qui croient <n circulation lotfque
IUj Mîbïicue trahie de toutes parts, prefque toutes les ar-
S f llcit en improvifer des nouvelles,
rour ai ri ter éV n pouffer les cninmis que la riahifon ;voit
introduis dans quelques-unes des dans
les ïioTi's ou pour guerre cWile qui éclatent en
offquc l'îjicf.'s^ <fc la malveillance aecaparoient & txpor-
toisnt les doïut.s & faijbient augmenter leur
prh d':r3 ri::nià? difcrécliroknt les aflîgr.^ts,,
î)fi!i. cî«; roiis priver dp cc-io néceflaire pot r' la'
révolution cV chercl-cinu à nous ftiettie dans l'impoSi-
bilitc de pouvoir fourr-ir r.ux 'nuiiéfs les munitions,
vivrss, 1-t r.nies, 1rs efTc>s de campement & d'éqt^pe-
rïtnr c.v'cn réclimoit de iMites psrt's, qui ne fe
pas dajis les magaiiiis naùonar. & qae les accapareur*"
J
A 2
qui let avoient en leur pouvoir-, refiifoier»: de vendre à un
prix cie leur wlcir oc.'jnaire i lorsque
la France hfoqute, les ifrbmiCreç 6V \:s. cô:?s fans
défenfe, étoient menacées iur tous les peinrs, h Unifie à
l'ordr'c du lour, -il falloit tour appruviiionner, & nv:otre
fur Uf»e défenllve redoutable Joifque ta paiement en rm-
inéraife Ce mulripiio'i?!?: à Tinrîni, s ar.fi is t iie -Je tréfor ya~
blic étoit à li veille d'en m -.nnuer lor:quc b goiiv-traç*
meut, fans aviîoVié, inéi.ic a.t.icjuô p;.r prt-f*
quf rouns «r/ravé
opérations, au }>oin! que dans i'i:r.t-riciir de
fa côrrefpoiuknc? fts agens, Irs phiics ks jbnJs' pu-
blics, les convois tniliMires tioi-nr cmpri!>n-
nés, arrêtés ik emplois mini? contre l.uvonté nationale}
enfin, larfqwe bs lùscianc tans for<e <S: inns vigueur, li
patrie fe irojvoit dans le plus i!.i!k:t.
Let taxes rév©lurionnairtS i::cfiiia.s d. ne un moment
augmenier leur. formol'; ils fe fon- du chapeau
à plumet, lits ta'oks brodes & ci, i ̃̃̃: p>nr, ;iv^c un
bonnet roi go, une $c vnc; caniju^T.olf, corn-
me"rt millo vexations & rarks cJi:u< 1 hr.bt & noni
du fans-culotte, qu'ils ont tciuc en vain de &
d'avilir.
Heureuf«rm:>nr les circonfiances oni c'i.ng» les ennemis
coalisés. ont été obligés de f>.)ir nos port1; & n^s pinces
fortes la terre de li liberté rY# plus feuilîô? d^leur pré-
fence} les armées de la République fe fo:u c;nparcos du
territoire & des pli «s fortes qui tyrans,
& où leurs fatollires trouver un afvle; iinfi,
malgré tous les eîîorcs de la coôliion, le Rhin for«:e dans
ce nK>nxent une limire da territoire de li Ké-
pablique firançaife. Ne perdons pas un inihinr pour
tifer & fupprimer n:ême ceitainîs naefures que bs circofjf-
rances avoient tendues i-: punitions ceux qui
peuvent en avoir abufé.
Nous avons à ,gsmic fur des mis qui ent été coinnv»}
4
mars en mettant la pr6bi;e & la juMicre' a 1 ordre du Jour,
gardons nou? d'a,:cu.'er <n les u.cyens qui ont été
charges da devoir les lois révolution-
naires de conwer dans un cxcC-s centraire, crah-
gnons de paliioa», craignons fiu'-ioùr de com-
ineure des I-jj patrie -.sï qji, dans les moment
d? dangeï, c:;c bien rcinpii kur d,oir, ruiritc-ui
tfiftingiiés; car, (î nuiu n'y prenons gzuxlo, il pouiroic lé
faite qj«,fou5is prén.xre do voh c< de ^s
les de de' la révélation ils
roien: mcir.e tenrer, i.us ce du
cepïé *> ;lî dit, que les
ont pas digats de; tonclions publiques il; sii-
p(,.u- rc-ap^icir cecse première %c-
bienrôc ceux qui les auroient aidés, &•, fous
le prétexte d.> Àlapii-Kions ixc do vols, ils
bientôt à s' c::c!ufivemcnt des rênes du
ment, tV à nous aiïervir.
îi? peuvent avoir qu'un
éphémère; mais il elt de d'éciiirer b
fur Ivs .piégea qu'on pouiro:r ini lui ir,iun:c!ir
que le Ln-
triguTni 6: au\ voie'us. ii'i que la j'Pik:- o; la
menc d-j il s'eil toiiifiiis des vols & de,
que» (Giisl'ancicii rL'jjiiMC un cc;ui'tii;Mi volant ic-ul jjn.j
le cas.d'é're puris, g'oiiHoi; impunénicnr des vols ces
exoLs & «les qu'il avoit coinmifes, fans que
|ter(bniic osa: lui en demar.Jjr ccir.pre.
Notrs d d-voir, afin doter à l.i malvciilance les
moyens de cjlcmniîi C-c nonrinivre ci tnafje ceux qui onc
A j
de ceux oui eu le & ttêiu»
de-
mefurcs convmabLs ro-ir
la guerre de h
^'x <v^Cuicn c CCrtf> 'oi ^Jo"5 do Poris o.K con-
;:ci;r en ncqi:mer le monr. ne,
H da: xr.yk l'o (lui
Le fcrtri-.ihr. avez 2o.v.»é une indeir.iiî'té
du 14 fiinriiio, ?n icrv r-j'auciinc nxç
6
•dtcjt par cciifcr.urn- de les liyveiller,
venir les abi's ex. quj fourrojesyr f? coree*
̃ijjpitre j il vous Ji: Cji/j l.i n'avoir
aucunes' fuiTiiv.^s porc-rnn: de «s il vous rtmojpi
l?s cn.iii.es t>l a -n'.r q;- de: rerb.rpcs à la faveur d'uft
ja rio.i me cr.i; rtn-c ce d'un à la tuedt,
iïc îe ti il' lu miles {l;r k? r-nï,s pour s'enrichir de kvs
produit il voi s 5 r.ofa & vous décrétâtes oue les t;ose$
itiiblics p.ir cL-s ai'.whîcs ou -par c!es conàré»
révolu; 11 ,i. i-.rcionr vcjfsis c la irtfVrcrie narioral*.
Le i§ t.i'c, r.n ?rrèrés
des à\i peuple ou Jos révolutionnairic-s,
corunt ;axe lV.r c. s ciroyrnî ou rêquidtion des niariires
•d'or eu il'r.i^n-; rv, is le ien.lcnuiii Air
cor.iitt: d" fait'! p-lMic vci's rbpponârcs ce dterec.
l,e 1) ni',} n l, voi'.s crc3rr,r.^rf$ que les corviîéj
révol.!t;or:r.. ivf s A* rous ceux qui avoicr.t ptrtu ou lait
̃ ptreeveir «.ter. t^x? rev: !i, mi^in s ou autres^
fecoieiK tin/.s sJ.'c:i v.r.lve conip'î.
Ccrcc Ivi n'avoi- r.;S «'é o:,écuiéc parce cju'c'le ne de-
teru-iipoit ni K' r.:c'cle de ni les
coivovs d:' 0: il: L- rtnclûs d un auuo
coré ou -ver c!v:-o rivd-:r l.i ki du 16 friinaire m
l, en Ji:i donn.r: i::v: f.n!!o on n'avoit
^Vo-rc co-.ni v fin. ne s vcvs proj-C> le .0 gornuiial
an l, des îr.cilws :m v!ci li iî«.x!'ijn do^ comptfs
fa1 propoli'icn. v. 1 j les co.nuii'.hires'd* ta >rc-
foin "do f:e rci/i-çr d/.ris les
procurer h- î-.r;r. d:s ou\ au:cicn: c^é .;cc,;ii\fts
tVCC b.'V piv:i'.
Un aux:é c.?- t.v.r v,)\c du 17 fvui, »al
an y inCa: i<: r.-v.M; i-n du 19 d-.T iTiêmc
mois ^reiwi- et'; iliKo" œ:cs 1rs icceitCs extraor-
<îiiMir<ri'air.sqf.cik". aveient (iornic lieu il
oxî^oit qu'on rt-n lu conipto, nr-n-f^ulemcm^des taxes vo-
cations des efpicf s c- eftets ci'or'ou d'r.rgen: > des échanges .du.
7
A 4
contre dcs amenas, dcs dons il
régla la mode de comptnbi'ix pour l'argenterie des^cgl'.ùr..
Les citoyens qui avoie-nr perçu ou ruii en
qu'un de ces objets, étoient obligés d'cn adrclîèrlc comp:e,
avant le premier fru&idor à l'ogcnt na-ior.r.l du ciftn^.
Les officiers municipaux des communes on il avei;
fv.it des perceptions d? cecte nature, ctok-nt rcniis d'en f. :ïe
un relevé qu'ils dévoient' mémo z l'^ni: n.'iio-
nal, avec l;s pietés cV piocis-veihaux qui ;fi-
tiScr les recettes & leur emploi.
L'agent national devoir r;iire imprimer &' rAichfr d;ins
toutes les communes du ciiilrici ïs relevé dcfàiis coiorus,
fuivant les modelés qui dévoient lui è;re envoyés par II •
I-a publicité de ces leur affiç'-e-, leurs
Je fortes piir.;s miies élevant k's )ei:x des
ou di'pofitaircs qui nuroieiu été tentés e|e rete-
nir les derniers ou cfVets in provenant, dévoient lupplcer
au défaut da moyens authentiques pour en conft'ater.-U
L^S reelarnaiions qui pcuvobnt s'il.vcr ?.pi\s du-
"«empte fur des fauffoeî oir.il'ions ou
voit vérifier l^s e:i trnnfinetue le rélr.l'.at aux cominif-
de la tréforcrie natienab. s
j,e directoire dévoie donner Ion nvis &^fes
fur la recetve dofJjts contes & fur ou rejet de.î
L'ag-nt national devoi: iranfiiietr re le tout rux coniiitif-^
ïair*s\te la tré-forerie i\a'ioiv-,lï avant le premier -vende-
l.es commilïaircj à • 11 tréiorçri? n;i:icn:e i'-rent r'nn^s
de.coivefpondre avec les a^cn? natieinai's es: !es directoires
de c!i!lriit pour ra.=it d,' h loi !•
Le iS fructidor deii.jcr, vous avez décrété que les dé-
fenfems de la pauie qui fcr»«:-nt fous les drapeaux r'e la
République par fiii'.ç- ¡(il: flit par les cortnnu-
s
î où proiv.;s une con-
dnrn
1? p\ic::r..r 1
i,r:iii- le
h iiop^ii.icn tlci vous fut h;ite
ri > -'r e..i.j d:inç Ws cpé-Uions; ce qui
h
por.j.. ior.n: de crus quilles
E^i:> ceux
9
Àinlï> trois cent foixantc^deux dirtricts fculemînt avoifnt
répondu dure manière joutive, !crique l'état général at'té
formé les autres cent quatre-vin^j-ncgf ou
fifantes il a été terir yluiieurs fois aux i:ns i\: aux *5iuii'e*
pour yieSîer l'exécution de la loi.
Cn ne peut le diiiinvd'r que la rcddi-.ion cV vériiîcitian
de ces comptes font d'une esécutiev. extrêmement c!ifSicile»u
l'on confiai rc qu'en générai aucunes r-.>nn?> n'ont ecc îetn-
f 'lies- pour l'érablillfinsnt des t.i^cs rtv^huionnsiics & que
il a ptrcepiion en i t.i ccnflcc à une toi-l^ d'ajens divers.
On voit, par cxeniyle dans \c cjiîlrici de Montbiilon qu'il
î'ilire des recouvre iirns.
Dans il
cV enlevé divers eftets d.'ms les m.iiton* par quelques ir.cîi-
vidus fe dit'aiu ni.-mbrcsd'iiiie anviée révolutk-nnaive. liu-
(leurs des (c ninus t\' cfc-:s. cnlovés & désolée att comité
de lurvrillancc 0iH c.c rc-ilicués avx par ik «lier. )o,w t.
IîeauvïJhiii qui éîoit à la tète de ccuc rrcrciuiuc srrac©
révolutionnai! o.
}?Wi h tii'liiift de Ver .-ins, les
vii<f:c,<Ar i:v Jîs citoyens qu o;î incarcé-
roit & qu'on îr.otcoic ti-.luitc en liberté, nicyeuiiant oaé
réî'ribu'Jon.
Dan; Je diilrid de de i Avîivo 1 les ftdj-nl-
il ;8>o;f
livres irndis que h- Kail-rc;» du ivcc.cli: Je difui.'t ne l«
porto epo !iv;:s. îi porost C;U? ce;:e
provic-nr «ks dilipid^rioiis dm
i^uple iX> a !ni: îrac'iiivj devant les rri'ounaùx t'eu\ ni-tti-
>res du comiré d?
I.c bî.i: puWi-- iio:ii a^ionc: que la
a dViie ;u'i>ic;e S'il î»t!t eu
croitc c'ivtrs nvis il pr.vo'ii qu'en a &npiloy> cia;s }Ju-
ficurs enciroif; l:s «rstiiu-s fermes c\' lesmciv.cï movens que
dans !?s oifiriiV d: Vervinsv on aiiurc riifp.w
<]̃ pluiîeur.' vruepuons or.; été fri'es p.ir d-"s perfor-nos
c»: n'ont pj> vo'.ila fournir Se ï6;:pHi*é des ibm;ncs
rtrcevoîcnc. 4?
10
Ceneu donc qu avec la puis grande reine que l'on p?ur
faifir la trace de ce qui s'elt palle & les premiers deuil;
donnés par les adminiflraiions de dilhicr, le relVauuit r:é-
ceflaircment de ces difliculrcs.il faut difeucer ces icifcigne-
me,ns ircoinplas, relever le$ inexactitudes qu'ils
indiquer les nouvelles recherches faire pour arriver au'Pin
que portable à complértr les résultais 6c à conr.ohre le véri-
table montant des recettes.
La publiché que les açen? nationaux ont ordre de don-
ner aux comptes qui leur feront vendes pourra donner Leu
à des déelaraiions utiles de là -parc des contribuables qui
rie Ce trouveroient pas portés fur ces comptes; ev fi quelques
comr râbles infidèles avoient dilïîinulé une par'ie de leur
recette, nous aurions l'clpoir de parvenir air.fi à les rec. n-
coître & à les convaincre.
Votre comité a ptnfé qu'il fei'oir co.ivenr.We de convertir
en loi les difpofuïons de du comité de falut public
du 17 prairia an 1$ f.fin de leur donner un? plus grande
autorité & de les rendre plus autl.cn iques.î! vous propofe de
fupprjtner la peine de mort qui y ctoir
cra devoir écarter tout et' qui t;oit porte c!>ns cette I01 de
fang,cv avoir recours nu code jyxvA qr.i a c:é décicto pat
ér^nr pi" s cn:;l<!>-
aux principes de indice que wrjs ?.'?oz i\r>p;és.
Nou? vous propofons de en Pilmt temps Ui
commiflàireî de la tréforerie nr.ti nr.lo
lorfquo les renfei^nomens d;s ditt ri-As, dont h lîtiunon va-
rie cclueiiemerit tous les 'ours, feront définitivement ririiis'»
.& au plus tard d'ici au prtînit-r geimir.ai prochain, 1 état
fomninire des tics uxes ic-
de le friic difl; ;l>i cr a ;c'!r. les membre!
de la Convention, ui/n que chr.cvn as v.oys pui'.Te cxf.mi-
îicr & prendre les n6cîtt;ires pov.r s'aHiircr li
les ceunp;e cr.d:cro:»- ic-xc les conrei'U'icts qu'il
pourrît avoir, 6: ii^ettie nirJi 3 po'rroe les commillairci de
la tréfererie de frire les nouvelles recheiches qui letoienc
jugées utiles à 1 inretet public.
Les cor.MTiillàires de la narionals devront zv(C\
Renoncer au cotnkc des finances Us ajens naiionaux qui
tt
n'auroicnt pas cnvove les comptas d'ici au premier gei mi-
nai juv. -n afin que ce coirtré piulie appliquer à cet
foivftiorn >ir. l:s di!po!"rk>ns de la loi du i*rf£"
maire, .n 2", en ie cor.ceriàin avec le comité de Icgil-
1: ion..
I.e roai'j d> s finances n'a pasjusô convenable de vous
frep '̃. ci. • lv.hv im.nini r aujourd'hui 1 état général qui
.:i ̃' é r-nii-. trétorcrie at-
tiiï • i il ef: mais il a jicnfc que cet itat
d'- • r.. d;ns (on (ecritariat & il invire ;ous
lt-, ;e h s de l,i ( onven ion à venir l'examinor
lv.: s s r.n(?it,nei\ens qu'ils pourfont avoir fut
ccïtic- p .̃̃: ii1' or ;:ive tic l.\ tomj?r;ibili:6.
I.o r v. r. ds pit moins d; difficile?
eue c\ i d s r.cerusi la pKipaif des ar.kLs y font j^é-
̃•• nv.ilV-, i! pour rechercher
s'ils r.t"
Un: ^raiui'. prie des objets porys en d'p^nfe, pvéf.nie
des forâmes r-Moil" s à d:s des
ca (;rd Vomp ••? d'il di:lrift de Bourges oui eO rô.ligê
& (l-.r> isc qui 7 La; imprime, unis dans
Kqud, fur i:nc à'.p.nfe d'environ liv. pljs de
l-,ioo,coo liv. ont r r mifes d s inrcrméàiaiios pour
s cm four en grand r.oivltre l.s
«l/p*nfc .qri faire conno'itr? iî l'emploi des
en:' roaios a é taie avep ii^éh é. Ccit uns «ou*-
vc!le l"îi'cho oui r-'lort d 1 pi"r.i-i' compte rendu.
p'oyi il de: ev|JiJon; niiîi airts
que «s ôiî-pcni-^s avant £•;£ ires-: rccipkérs, ne ionrtus.-
c-ppCi;. ''>.̃<; pr.r des jufiifka^vo-. ;c-
d'en "rvo!r pu io^i-.ii!ii: d?ns la rr.pidi'i d:î
̃f.vis ils les s 1?:
î^ariS le vîii'riic de l:i Râ l: r..n rvnciv;c riv; reerte d*
2O,<5.(îo l, tV ;t Ks cv.is K.v:iiî, il p.irjï-rcir r1! h
«itp.cr.fc a txuv'é c?tte retorte de 6"i liv. f. «.x>rte c?é-
ir.ee Si frais de gar.te des r Le

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin