//img.uscri.be/pth/e0acc7492534da8fe086e16d663c1d35b96b3894
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Rapport sur l'organisation de l'artillerie & de l'infanterie de la marine ([Reprod.]) / fait au nom du comité de la marine par Théodore Lameth, député du département du Jura ; imprimé par ordre de l'Assemblée nationale

De
20 pages
[s.n.]. 1793. 1 microfiche ; 105*148 mm.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

THE FRENCH REVOLUTION
IŒSEâR^^
IJÉARCHI\p
REVOLUTION FRANÇAISE
PERGÀMO1S PRESS
Headingion Hjlt Mal!, Oxford OX30BW, UK
RAPPORT
Sur Votganifatiôn de
de la Marine
&\ FAIT ̃̃̃"̃'
COMITÉ DE LA MARINE £
^^Taii Théôdôrb LAMETH,
Député du Département du Jura,
ht î8 mdjir 1752:
IMPRiMÉ PAR ORDRE de iMssEMSiiE NATfoNAit.
Messieurs,
̃«̃ ̃'̃'̃ ̃ *ù»": .}. <
réparée fans avoir prononcé fyr
l'artillerie & des troupes de
loi, de vous occuper des lois relatives â-fon orga-
nifation vous avez ordonivé à Votre comité de pré-
parer un travail fur cette importante partie de
A
publique :< il 3 Rou-
yer & moi, du foin d'examiner les dtffc'rens iiijmo/.ts
ou; vesus lui en içndre compte,
ainfi qt'je dé nos vues partîctilicies & après plufuurs
difcuiîioiK il mefures
qu'il me charge de,
Les objets dont je dois vous occbjîer étant peut-
connôîlre les motifs qui ont fixé l'opinffon de voîre
comité fans jeter un.coup-d'œil fur I divers chan-
gemens qui ont
création des forces maritimes jufqu'en 1 7S6, où M. de
Cafhies dicida la- formation aftuell,el
rai donc rapidement je tâcherai -d'établir enfuie
les inconvén:ens du ,fy.(tême qui exjfle aujourd'hui;
enfin, je prouverai les'avaniages du projet de décret
La première création es troupes attachées au fer-
vice de là mais, à cette
époque,la marine royale venoit à peine de naître;
l'art de la guerre n'étoît encore connu que fur un
un feul élément. Alors je parle
étoient peu nombreùfes Hâ"rtU!erié, peu employée,
étoit çonfiéz à des niaîdots ces trouves, ainfi que
peu
M>
A 2
gouvernons d'efcadres Fart de couper les lignes, Se
de réunir ainfi fur un feul, le feu de plufieurs vaUréaûx
celui de gagner le vent à l'ennemi, de le forcer à le
rendre torfque l'état de la mer rend cette poution
tféfavantageufe dans un ternps^ enfin où la tadique
¡¡¡avale é{oit abfdlurrient ignorée.
En@ 1668, les troupes de la marine, fous le'nonx
& fo'dats gardiens furent entretenus à la folde en*
en dehors' defquels étoient entretenus à la demi-
folde ,900 folaats-, repartis également dans les ports
de Breft, Toulon & Rôci^efprt.
L'tnportante utilité de l'artillerie ne pouvoit échap-
per au génie de ces hommes qui
célébrité au règne de Louis XIV dès qu'on eut conçu
ridée que les combats de mer pouvoient* fe livrer
comme on fait im fiége, comme -on gagne une ba-
taille il fallut changer tous les élément/de notre
marine. Il s'agiffoit de trânfporter lts mêmes armées
fur un autre ^théâtre de' donner â des citadelles flot-
tantes les mouyernensdes corps dé troupes, de. les
tendre dépendances de la homme,
&de concerter la favante rapidité -des~manœuvres
avec deux élémens rivaux.
Louis XIV à qui t'on devoit déjà plufîeurs cco'es
d'artitiet ie pour: le départeme'nt de'Ja guerre, créa,
en i6$i deux compagnies de. bombardiers pour lé
fervice de la marine', & deux écoles dans les » pris
où les matelots étoient fuc ce Hivernent admis pen-
dant huit mo;s..
En î58p furent orées tes'grades militaires de com-
miflairës-généraux & de commifTaires-ordinaifes de la
marine les officiers pourvus de ces emplois fupérieurs
ituniflbieflt le des canonniers-bora-
bardiers l'infpeâion des travaux & des écoles d'ar-
tillerie.
En i6po,lts foldats-gardiens furent réformés, &
remplacés par un corps de 8 mille hommes, divifé
en 80 compagnies, fous le nom de compagnies-
franches.' i.
Le moment de cette nouvelle organifaûon doit/être.
regardé comme uhe époque importante ..parmi %ks
changemens.qui ont eu lieu dans l'exiftence de l'ar-
tillerie & des troupes de la marine. Indépendamment
des grades de commiffarres-ordinaires.de l'artillerie,
il fut créé fix places de capitaines de galiottes &
d'artillerie neuf de lieutenans neuf de fous-lieûte-
nans,& neufd'aides.d'artillerie. Les troupes n'ayoient
été exercées qu'au maniement des armes, à lancer
des grenades, bu à des manœuvres d'abordage alors
on les inftruifit on les employa au fervice du canon.
Cependant, tandis que de£ guerres continuelles don-
noient aux individus des connoiflances- pratiques &
de fréquentes occàfions de montrer leuF courage, les
grands principes de la fciérice de l'artillerie étoient
encore méconnus; & les bafes de l'inftruâion, dans les
écoles des ports étoient incertaines atnfi que celle*
câpres lefquelles on procédoît à la fabrication des
bouches à feu.
En 1761 ,M. de Choifeul,qui réuniflbit les deux
départemens militaires, ne put mcconnoîire queues
progrès,de l'inftruclion dans rarlillerie de l'armée,
marchoient avec plus de rapidité. que dans celle de
'la marine niais il tira de cette vérité une faufle con-
séquence en croyant qu'il devoit fupprimer tes troupe
& l'artillerie de la marine, pour charger l'artillerie &
]çs troupes'de terre, dû-lervice à bord des vaifTcaux.
Enfin, M. de'Choifeul ne vit point que les fuccès
^u'il méditoit, tenant à lui plutôt qu'à fes règlemensi
i
(A
A3
difparoltroîènt avec lui i & cette erreur par laquelle Un
mini/Ire ne féparepasfes combinaifonsrudelul-roêm*
ni de fonfièçle, a prefque toujours été recueil des
inrtitutions méditées par un feul homme; d'ailleurs,
il étoît peut- ^t/e dès Apis néceflaire que :1a marine
"eût une artillerie qui Jui fût uniquement affe&ée.^
Bientôt le département, de la guerre ne îqt plus réuni
à celui de la; marine j avec un nouveau minière, parut,
en ùo$, nouvelle ordbnhâ'nce que fes étranges
difpofitions ne perffjeuent cas de paflèr fous Clence
elle CKOJt, ,fous le*nom dl Corps royal de la marine
mn corps de orwe nîille trois cents foixaçtè -feîze fous-
-officiers & foldats, diyifé en huit régimeris auxquels
^ousles en raifoti
de leurs différens grades j les Vaîflèaux
les régimens l'e-
toient aux diverfes parties de leur fervïce ainfi qu'à
la garde des différentes 'divifions des établiffernensdaDS
.Je* ports. ̃ ̃ ..̃• '̃. ̃̃̃̃ .̃
Un têt orcfrè de chofes ae pouvbit fublîfter long-
temps cependant ,Jes circpnftances annonçoient alors
une guerre prochaine ce n'étoit pas le moment de fe
de produire des commotions trop fortes, «la pru-
connoiffoit que
«lafcîènce dès'palliatifs,ne permit de prendre que des
mefures provisoires.
Le 26 décèrabre 17^4,^8 huit régimens, fous le
la marine, furent
divifés en cent corps deftiné
arde des ports. Il fut créé trois compagnies de bom-
^feydiers Clafle's féparcs" dé l'infariterie atnfî que les
̃compagnies d'apprentifscàhôûnïcrs roïdonriance de
177 3 eri donna le commandement, ainfi que la direc-
lÀÏ
lion de JVrtillerie
feignes ce va fléaux fous
de la" m rine.
Le commandement du corps royal de l'infanterie
de la ma, ine fut confie en par une nouvelle
d:fpofit:c n p.ovlfoire ,à deux cents trente-nx officiers
de la marine & à cent treize officiers pris parmi !es
fergens; ces derniers, quoique pourvus dégrades in-
teneurs, fondions
fuperieures; le fervïçe des officiers de la marine ne
pouvant celui des troupes.
"A travers ces détails minutieux, mais indifpenlablej,
nifation de l'artillerie & des troupes de la marine.
Le premier janvier 1785,1e corps roval d'infanterie
de la marine le for-
noie^it, réunies aux' bombardiers, ont
fous le nom de corps royal des canonniers-maielot^,
'formes en neuf divinons
& neuf
tillerie de, la marine dévoient être en chef
& en fccpnd. le maj<>r
de l'ejfcadre cprrefpondajitç les
-outre. leurs états-majors particulers çqrïipofés d'un
major d'un pre-
miers choifis djn/le corps royat de, î'ariiilerie, & le
troifième darrsJes
ro) al de tsarine
fut attribue aux de ayapt
chacun à leurs qrdr.es ijh fous-lieuteuant préce'detç-
sneotcmplpyé
clafle^c furejpt
%piiinés. i.