Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Rapport sur l'organisation de la Maison nationale des invalides fait au nom de la Commission établie à cet effet : séance du vendredi 4 octobre 1793, l'an 2 de la République française, une & indivisible ([Reprod.]) / par Chenaux,... ; [publ. par le] Club de Cordeliers

De
32 pages
Lallard (Paris). 1793. Invalides -- France -- Ouvrages avant 1800. 1 microfiche ; 105*148 mm.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

MICROCOPY RESOLUTION TEST CHART
NBS ̃ lOiOo
ANS! and !SO"T6ST CHAKT Ne, 2
v
C L U B D E S COR D E L I £ R S.
RAPPORT
Sur Mai/on nationale
fait au nom de la
Membre du
buHvifiMe.
Citoyens,
Une dénonciation grave avoit été faite à la
^é\COntre J^^iniftration d« Invalides; vous
invitâtes le citoyen zélé qui
̃lance, a venir au milieu de vous y conférer Iraternel-
lement & s'expliquer f^ns crainte à la tribune de la
liberté V otreindignation fut
que voira aphtes que l'on nWoit pas pu futisfaire
à votre le même jour que Je
fitoyeh devoit développer ici fon opinion, I'admi-
mftmioa dont H Te plaignoit ordonnoit fon arV
reftation.
Vous nommâtes en confluence des Commiiîàire*
dans votre
fa
pouvoir, non étaient,
lescauies de la détenti ;n du citoyen Cordîer mais
auffi 4»e ^ier'^fe des fenitign;mens fur le régime in-
térieur "de la m ai fore.
Vos Commères ont 'été 'pénètre* de l'impor-
tance de h miftîon qui leur a conùée»
dividu opprimé, mais auiil quelles étniont
les .Califes vtafe^ ou ér c tu cppreflion
deié^couvrif même au milieu au votif cp-i« dont
•^nchercheroità s'envelopper, qne! étoït IViprit qui
dominoMaas cette maiion, rtfte de l'^gueihles
rois. Le but de leur million avoïl donc pour obje*.
d'être mile à un citoyen mais encore
tentioft pubGque fur un établiilèment tellement p.u-
ticulkr dans (on organifation qu'il fe régit & goth-
vcme par des loix hors du droit commuai auflS
vos ..CoBHnïflaires ont-ils apporté la plus grande
à s'acquitter des que vous
leur %vez imposes ils vont fous rendec compte
avec franchife & impartialité «de h manière doni
its ont iempr^ leurs devoir» » 4 volls ^ront con-
noitve quelles oUfervaiions elle* jeur a fait .naître î il»
'vu des ob-
dont il, vont vous entretenir vous les écou-
qui crée fa eft dn mardi
,SI
te font réunis au lieu convenu en):' 'eux, & aprèi
s être concerté &p-odté des cônnoiflùnces partie
culières que Furi du Co-
mité révolutionnaire de la te&iori des
des localités 8c de partie des qui y réiî-
dent, nous nous fomm»s cinjointement'tranf-
fon homme probe peu! ancien d-ns cet ctabhf-
fement;,& q;-i naguèrer, \'en;' une con-
teftatio^i où tellement mani*
fur fesj papier., & un fiiccrfll-ur
nomrri lui éloit Tins un ordre du Co-
tnité générale, ifetoit expuife fans avoir
été entendu Tord:-
& une fecoufle vW. ;Ue doit dans le cas de s'opérer
dans cette maifon.
Àinu» fi vous donnez une fuite à crlte- affaire
vous n'aurez
au citoyen Cordier, Vous aurez encore obtenir
juftice pour Guérin.
Mais n'anticipons pas fur les moment. Nous
croyons quelques objets dt-
pour que vaus corinoifliei de qiTelie m'.riière vos
Comroiflaircs fe font conduite, & que vous foVe»
a même d'apprécier les obferVations générales qu'iJi»
vous préfentetont cadéfinitifi
Cdl de-ce ti'oyen que nous avon-s !e premier,
obtenu l'aveu qu'il q-- la ciftufl'îon Je
Cordier ct-it plutôt une vengeance d'un mouve-
ment
lin que news avons p:U tous 'es
teneur* ^;»i nous étaient pour parfaire
notre' million teîs. que U pcii^n jp-
raux que nous avions à viiker; Jts ciu.vens oti nous
devions nous présenter des éclair-
d.hî c;:iu:r dont vous
nous
o
C'éft de lui que nous avons appris l*s
citoyens qui compolent occu-
places qui leur ont été aux termes
de 1.1 Ici dit ifï mai 179J, le régime déh-r
n>îf de cette mâifon,
Iln'cO: pas inutile que nous- vous
cv*>
G t éublHlemtnt vous le dilîons'
(•es l'introduction de notre rapport fe régit par une
h j qui il renferme deux mille
♦ i«nf partie du département du Miniftre
.1.' h-rtéticMr entr'eux.
i»0,: p.ér.ifrrk: rp'i -ft
fiance du qui le civile 'ci
a
̃àf
deux feâioi». fyfte
Coma^ de Pan^& ux re_
11 a de plus un ndic d\dmini^tion
«nunejdc & fîx '[aires h,bika§ de l'Hôt-ï
Commune
Municipalité aclu^ile.
Ai.fi !C, Membres l'on Marque donc dxm
1/iuoyeims Puu, Supérieure •̃
H
Les trente
Ceux Tribunal de conciliation
Notre donc de voir ces différe«r
citoyens pour parvenir à un réfultat quelconque
& dans l'efprit dominateur
de cet ,€ & connoître .officiellement
les renfeign? mens q>ve \0413 exigez
ticulier de Corder.
Une ciïcoaiLnce particulière dont iftonr vous
rendrons compte .bientôt J nous a fervi à notre gre,
nous fommesà même de vous mftruire de tout
& de vous donner telles explications &
femens ul.téi!e'.i;s ^ue exigez parce que
notre ml obfervateur a tout X..i'i veuillez feuk-
n^etit nous écouter paitience' car ce dont
nous avons à vous entretenir eft le -rcfiiîut d'une
fëance de Ci-, sniieica <$.& nous avons paffées
La fecoade 'Gcrt\rt:ht nous ayons faite, a
été de prc'î. n' eh- le Syndic nous ne l'a-
nous a in'iruit qi*anc
jxmr .le ;<t, & que, d'après le voeu du
Syndic, il venolt de ptècesrre-
Jatives à cette jf «jully joint la lettre d'en,-
Df
*oï cm-
de «lt$
Le Syndic <li f <>ît tjpiq «<m*~
des
il envoyoît copifc de toutes lès Via-
faire de Corder que ne dç«*and<it
pas mieux de donner
& qt|«5 fans doute, ( ofdier rie tarderoi* pas I fe
parce que.. '¡.OR lui
un a«i:e<je
IV
qui fe Aies
lieu à deux décidons du BtHt-ua de.
Vatitle Dift-aeur du juré
l'objet des pkinlc* étoiettt des ̃' fcoup* de bâton
«tonnés. Mais comme ceia ciaifç
des déltts ou crimes & que le tribunal h'ehppu-
voit pas connoïtre, on avoit fus
^e tout par qui de droit»
28
s&
en vertu de laquelle Cordier eu: détenu pourquin-
%aine, dans unç chambre d'arrêt.
Le motif,de cette détention Ç l'on s'arrête aux
eft que Cordier eft
prévenu d'dvoir tenu des propos injurieux à l'%dmîf
niftration en difant être traînée dans
la boue & qu'une guillotine étoit prête pour en faire
gufiice.
v lin'eft pas encore temps de vous dire ce que
non* penfons du pluroa moins de vérité, ou de
cette décifion-
Parcourez avec vos CommùTajtres H
fuivez avec" eux le fruit de leurs recherches. rt
La Renommée publioit le patriotifm? & Tintelli*
gence de Piat qui exerce les fonctions attribuée* i
.ce- qu'on appelloit
On nous a enféigne' Ion dans un lieu
particulier & éloigné de la partie hubituelt
lement hâtir^ens de, l Hôtel.
Nous avo/is reconnu la à un trait qui
étoit tiré fur te mot Supérieur* & qui l'effaçoit;
c'étoit la première fois que notice vue le, rcpolok
fur un tigue de la liberté ;nou*
x y afons remarqué un bonnet foutenu d'une piquer
aupied de laquelle on lifoit Point de Supérieurs
Nous avons conféré avec cette citoyenne Piat,
£emme de cinquante nou$ a paru z.voir une
'r7
intacte & franche-, houg a ddnné
\°m les détails que nous pouvions défirer, nous en
a pffert d -ultérieurs s'ils nous étoient ncccflâir^,
nous a avoué. que Goxdier étoit le feul qui mam~
feftoit des fentimens répuBlicaias quHl
me en butte contre lequel venaient s étouffer toute»
:eUe nous a égaie-
ment rucontë les pe?-
Ces "^Dépar-
tement. les
i ver Vo» a^it éom-
liiite*
cette af aire vous aurez encore
Apr^s avoir auifi parcouru
particulier* qui noiis
pour former notre opinion il nous re^
toit a là Fr la yifite du corps admi-
y avoit une féance
extraoromaire iomme* rendu*, La
préfixe par du
Conieiî. •t
Ayant été nous avons
qui
inftm,t de l^fprit Con-
feil, & celui particulier à l'égard de Corder
*̃ de la citoyenne Piat.
Lé premier |>r©cès-verbâi après divers
particuliers relatifs à annonce que
l'on y a propose un pro1et de tègtenfhtt 4<)*it
-l'objet principal eft'd'y faire changer la place de
h citoyenne Piat de fexe & de la tranlmeLtre
« un ettoyeii du (exe ntafcuUn.
Le Second nous a annoncé tes mntifs poair lef-
QA-Oiiloit 'deftituer Gtierin
ÇeVLe haute &ite vos CommiiTjirrs ont fait
COHnoîtfe letti1 mtïfion ont annoncé l'intérêt que
Fous preniez à tous citoyens détenus, quand la
cette détention ne prendre
ion origine dai»? rincivirrae du citoyen ^rrété &
ont annoncé que quoiqu'ils artnd©
partie itjur miflion ils ne croiraient pas avoit rtm-
pli; l'étendue de leurs pouvoirs, & tutisfait à tout
leur humsnitc & leur
s'ils ne çoniéroient pas; avec le citoyen détenu:
ils ont eo conséquence demandé que le Conful
çîécidât que Mous ferions %le voir.
Bâbord détourner cette pèopofition
de la dtfcu08on..
Un citoyea -Dard' nous a
prononce un écrit, ©ù fea épithètes les
moins flatteufes n'étoient pas ménagées à ,l'égard de
Cordier Département n'a point
l*efprit de ce
pne autre pièce Boite
19
prc'fencefurlc bureau, & il nous en a été donné
le Syndic c'étuit un mémoire
ligné de jeu militaires (il eût été curieux de
compter combien il y avoit d'épuufcltiers dont
l'objet étoit de demander la deftitution de Cor-
cher des fondions de Facteur, que celui ci rem-
plit d;>ns pour que
cette manœuvre eût un plus prompt Tuccè* on
y pax tol|g ks fQpbifmê8 les plus af.
tucieu|c, que çate devoit & ponvmt
Jopér|r fans recours Va Département ,don^ on'rc-
patriotique influence auquel -on rc^
proche $e ne donner aucune décjfion drt tôut
entraver, quoiqu aux termes de h loi t il dût con-
Jrmersou infirmer font-pr^
Gobe,rt, l'un de nous qui a vu que tous
pour but de nous détourner du vé-
de laquefiion,y a ramené raflèmblée,
nnus chofe
J eteit de lavoir fi le Confeil, permettreit il des
hommes impartiaux condui ts parle feul intérêt
<te 1 humamté de cogérer avec celui qui récia-
moit ju/lice..
CeLte ^propofïtioq étoit toute fimplc i! étoit di€
Pile, fans queleConfeil fe compromît
il crafgnoitde le faire car ^us remarquions qu'il
pas de vue que nous çtionj 4es ioi,.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin