//img.uscri.be/pth/cc2d69a41b765abdc255862f499571fab72c8472
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Réponse à quelques-uns, au nom de presque tous

9 pages
chez les marchands de nouveautés (Paris). 1814. France (1814-1815). In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

AU NOM
Un parti, vous Barbare, au mépris de nos Lois !
Est-il d'autre parti que celui de vos Rois !
VOLT. , Mèrope.
A C O R B E I L ;
DE L'IMPRIMERIE DE C. - J. GELÉ:
Et se trouve à PARIS ,
Chez les Marchands de Nouveautés.
1814.
A QUELQUES-UNS;
AU N O M
DE PRESQUE TOUS.
Un parti, vous Barbare, au mépris de nos Lois !
Est-il d'autre parti que celui de vos Rois !
VOLT. , Mérope.
D
E S Écrits incendiaires ont été répandus
dans le Public ; leurs coupables Auteurs
accusent la France entière d'un crime
affreux que seuls ils ont commis : déjà
les premiers cris de l'indignation se sont
fait entendre ; ils sont partis des rangs
de nos braves : des Ecrivains exercés l'ont
bientôt répété. Je viens après eux ; mais
on ne peut trop démontrer aux éternels
perturbateurs de notre repos, et l'inutilité
de leurs efforts, et le radicule de leurs
diffamations !
(4)
Eh quoi ! c'est encore vous, hommes sans
gloire , sans vertus , sans remords , qui
vous permettez la plainte et le murmure!
C'est vous qui ôsez bien avouer la môme
doctrine , celle du 2 Septembre , du 10 Août,
du 21 Janvier ! Votre langage est aussi
séditieux, vos projets sont aussi funestes,
et le premier usage que vous faites d'une
liberté qui naguères vous était interdite,
c'est de prouver par vos discours , par
vos Ecrits, que vous n'avez changé ni de
système, ni d'espérance ! Vous vous écriez,
« Que l'on veut bien vous pardonner provi-
» soirement, à condition que vous repren-
» drez vos premières chaînes. » Des chaînes!
Non , vous n'en portez pas. Ou vous laisse
libres ; et malgré vos téméraires écarts , le
Roi , toujours bon, toujours indulgent,
vous accorde un nouvel oubli, un nouveau
pardon !
Vous ne pouvez dissimuler votre douleur
insensée, en voyant notre Monarque auguste
et cher, ramener avec lui des Prélats res-
pectables, des serviteurs nobles et fidèles,
compagnons de ses trop longs malheurs :
vous les aviez tous dévoués à la mort ;
vos victimes vous sont échappées. Vous
parlez avec plus d'amertume que jamais,