Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Anarchisme

De
118 pages
En refusant de jouer le jeu de la violence gouvernementale en particulier, en dissociant l’insurrection violente de la révolution, en affirmant la priorité de la révolution individuelle sur les révolutions politiques et sociales, l’anarchisme non violent affirme sa prétention à une révision nécessaire des méthodes traditionnelles par trop entachées de contradictions à l’égard des fins proposées.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Biographie de l'auteur Pierre Philbert pourrait être considéré comme un révolutionnaire passé par la case prison ! Au total, Pierre Philbert aura passé un quart de siècle dans la délinquance , dont plus de quinze années en détention! Communiste il s’est radicalisé et sa critique de l’attitude du PS et du PC on fait de lui un marginal! Dans le même temps, il plonge dans la délinquance et se retrouve en prison. ! En prison il a passé deux licences universitaires en psychologie et en philosophie! Pratiquement tous ses poèmes ont vu le « jour » derrière les hauts murs ! Ce n'est qu'à l'âge de 40 ans qu'il publie son premier livre. La Philosophie aura fait de lui un adepte de Friedrich Nietzsche , à travers une morale cynique, il dresse une affirmation de l'être et organise une violente critique de la société. Combattant sans relâche la nouvelle «bourgeoisie»… (Étant lui même issu de ce milieu) ! Pour lui le genre humain fait les individus pétris de fautes, d’erreurs. De ces êtres si beaux et si vils dans leurs imperfections qu’ils traduisent la preuve de leur perfectibilité. Il n'est pas rare de l'entendre dire :
1
« Qu’est-il de plus important, être ou avoir ? Chacun, de tout temps, essaie de concilier ces deux modes d’existence et de les conjuguer comme il peut. Qui n’a jamais menti, volé, éprouvé quelque colère ou révolte, enfreint le code (qu’il soit de la route ou pénal) ou au moins rêvé, imaginé, désiré le faire ? Celui qui ne se reconnaîtrait pas dans ces ardeurs, ces passions, ces hauteurs et ces bassesses, ces raisons et ces torts serait un saint ou un fourbe, pour ne pas dire davantage ! En 1999 son premier recueil,(Ca m'est arrivé demain) sort en librairie. Il entre en conflit avec son éditeur et perd tout ses droits d'auteur et de publication. Il rencontre alors un officier de l'Armée du Salut, et décide de s'engager au sein de celle-ci....Il devient un membre actif et s'engage avec la même fougue qu'il avait en "politique"...Allant même jusqu’à partager le quotidien des SDF pour (disait-il) Mieux comprendre et s'imprégner de leur mal-être.....et de leur dire :"Tu dois devenir l'homme que tu es. Fais ce que toi seul peux faire. Deviens sans cesse celui que tu es, sois le maître et le sculpteur de toi-même" Il écrit alors des scénettes qu'il ira jouer
2
dans les bars de TOULOUSE. Frappé par la maladie il quitte TOULOUSE pour aller dans les Cévennes où on le retrouve (rédacteur en chef du Journal Coup de Gueule , créateur de la publication PROXI-ANNONCE....... En 2003 Il décide alors de se consacrer uniquement à la rédaction de recueils.....Et crée une thématique (LA POÉSIE PAR L'IMAGE) exposant des reproductions sur lesquelles figurent des extraits de ses textes (prose et poésie) .
Aujourd'hui Pierre Philbert est Auteur et (Auto-éditeur) .
                                      
3
Citations
4
1/ Il ne peut y avoir de révolution que là où il y a conscience. 2/ Le courage, c'est d'agir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense réserve à notre effort l'univers profond, ni s'il lui réserve une récompense. 3/ Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l'orage. 4/«L'espoir n'est pas une formule mais une pratique.» 5/ L'histoire de toute société jusqu'à nos jours n'a été que l'histoire de luttes de classes. 6/Les individus ne constituent une classe que pour autant qu'ils ont à soutenir une lutte commune contre une autre classe ; pour le reste, ils s'affrontent en ennemis dans la concurrence. 7/Une idée devient une force lorsqu'elle s'empare des masses. 8/ Le domaine de la liberté commence là où s'arrête le travail déterminé par la nécessité. 9/ Ce n'est pas la conscience des hommes qui déterminent leur existence, c'est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. 10/ C'est dans la pratique qu'il faut que l'homme prouve la vérité. 11/ Toute classe qui aspire à la domination doit conquérir d'abord le pouvoir politique pour représenter à son tour son intérêt propre comme étant l'intérêt général. 12/Ce qui distingue principalement l'ère 5
nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. 13/ Être radical, c'est prendre les choses par la racine. Et la racine de l'homme, c'est l'homme lui-même. 14/ L'histoire ne fait rien, c'est l'homme, réel et vivant, qui fait tout. 15/ Le prolétariat se recrute dans toutes les couches de la population. 16/L'un a besoin de l'autre : le capital n'est rien sans le travail, le travail rien sans le capital. 17/ Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. 18/ Le mouvement des marées et le mouvement des capitaux sont les deux mamelles du mouvement perpétuel. 19/ Le capitalisme est seulement le fruit du travail et il n'aurait jamais pu exister si le travail n'avait tout d'abord existé. 20/ Le Capitalisme mourrait si, tous les matins, on ne graissait pas les rouages de ses machines avec de l'huile d'homme. 21/ Le seul homme qui tire profit du capitalisme est l'escroc, et il devient millionnaire en un rien de temps. 22/ Les salariés sont les êtres les plus vulnérables du monde capitaliste : ce sont des chômeurs en puissance. 23/ Le dimanche soir, l'un des pires moments que l'on puisse imaginer : encore en congé mais déjà au travail, toute la force du capitalisme à l’œuvre. 24/ En société capitaliste, seuls ceux qui 6
n'ont rien à perdre peuvent gagner. 25/ Il ne faut pas tenter de couler le capitalisme : il est insubmersible ; il faut l'arraisonner. 26/ Le capitalisme est un état du monde et un état de l'âme. 27/ Le grand problème de la production capitaliste n'est plus de trouver des producteurs et de décupler leurs forces mais de découvrir des consommateurs, d'exciter leurs appétits et de leurs créer des besoins factices. 28/ Peut-on justifier un capitalisme qui s'est développé sur la base de l'esclavage de masse ? 29/ Dans le passé, une certaine garantie de permanence et de stabilité structurelles donnait des possibilités de travail aux générations suivantes. Actuellement, la logique de l'évolution capitaliste et ultra néolibérale détruit tout cela. 30/ Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l'orage. 31/La propriété privée nous a rendus si stupides et si bornés qu'un objet n'est nôtre que lorsque nous le possédons. 32/ Le travail humain saisit les choses, les ressuscite d'entre les morts. 33/Le monde sensible est le produit de l'industrie et de l'état social. Le cerisier comme presque tous les arbres fruitiers n'a été transplanté qu'il y a quelques siècles par le commerce dans notre zone et n'a donc été donné à la connaissance sensible que par 7
cet acte d'une société déterminée. 34/Sous la forme machine (dans le système capitaliste) le moyen de travail anéantit les conditions d'existence ; l'ouvrier, comme un assignat démonétisé, n'a plus cours. 35/Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, mais leur existence sociale qui détermine leur conscience. 36/L'industrie spécule aussi bien sur le raffinement des besoins que leur grossièreté. Ces besoins artificiellement produits ne donnent vraiment du plaisir que dans et par l'abrutissement. 37/Jusqu'à présent, les hommes se sont toujours fait des idées fausses sur eux-mêmes, sur ce qu'ils sont ou devraient être. (...) Créateurs, ils se sont inclinés devant leurs propres créatures. 38/Les hommes (...) commencent à se distinguer des animaux dès qu'ils commencent à produire leurs moyens d'existence. 39/Ce qui caractérise la division du travail, dans l'intérieur de la société moderne, c'est qu'elle engendre les spécialités, les espèces et avec elles l'idiotisme du métier. 40/Le travail aliéné renverse le rapport de telle façon que l'homme, du fait qu'il est un être conscient, ne fait précisément de son activité vitale, de son essence, qu'un moyen de son existence. 41/La production du capitalisme engendre, avec l'inexorabilité d'une loi de la nature, sa 8
propre négation. 42/Abolissez l'exploitation de l'homme par l'homme et vous abolirez l'exploitation d'une nation par une autre nation. 43/Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! 44/De chacun selon ses capacités à chacun selon ses besoins. 45/Le capital est semblable au vampire, ne s'anime qu'en suçant le travail vivant et sa vie est d'autant plus allègre qu'il en pompe davantage. 46/Les capitalistes ces albinos de la pensée, les plus blêmes parmi les êtres pâles. 47/Tous ceux qui ont renversé la loi morale établie ont toujours été considérés comme de méchants hommes. L'histoire traite presque exclusivement de ces méchants hommes qui plus tard ont été appelés bons. 48/Tu peux prêter l'oreille à la voix du devoir comme un brave soldat qui entend les ordres de son officier, ou bien comme une femme qui aime celui qui commande, ou bien comme un flatteur et un lâche qui a peur de son maître, ou bien comme un sot qui obéit parce qu'il n'a rien à répliquer. 49/Une chose qui convainc n'est pas vraie pour autant. Elle est seulement convaincante. Remarque destinée aux ânes.
9
Comment susciter un engagement militant temporaire (mobilisation) ?
10
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin