Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

LIBERTE

De
173 pages
Pierre Philbert pourrait être considéré comme un révolutionnaire passé par la case prison ! Au total, Pierre Philbert aura passé un quart de siècle dans la délinquance , dont plus de quinze années en détention!En prison il a passé deux licences universitaires en psychologie et en philosophie! Pratiquement tous ses poèmes et ses écrits ont vu le « jour » derrière les hauts murs ! Excepté celui qu'il dédie à sa femme (MA MUSE)Pour lui le genre humain fait les individus pétris de fautes, d’erreurs. De ces êtres si beaux et si vils dans leurs imperfections qu’ils traduisent la preuve de leur perfectibilité.
Il n'est pas rare de l'entendre dire :
« Qu’est-il de plus important, être ou avoir ? Chacun, de tout temps, essaie de concilier ces deux modes d’existence et de les conjuguer comme il peut.
Qui n’a jamais menti, volé, éprouvé quelque colère ou révolte, enfreint le code (qu’il soit de la route ou pénal) ou au moins rêvé, imaginé, désiré le faire ? Celui qui ne se reconnaîtrait pas dans ces ardeurs, ces passions, ces hauteurs et ces bassesses, ces raisons et ces torts serait un saint ou un fourbe, pour ne pas dire davantage!
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

LIBERTE
1fBiographie de Pierre PHILBERT
Pierre Philbert pourrait être considéré
comme un révolutionnaire passé par la
case prison ! Au total, Pierre Philbert
aura passé un quart de siècle dans la
délinquance , dont plus de quinze années
en détention!Communiste il s’est
radicalisé et sa critique de l’attitude du
PS et du PC on fait de lui un marginal!
Dans le même temps, il plonge dans la
délinquance et se retrouve en prison. !
En prison il a passé deux licences
universitaires en psychologie et en
philosophie! Pratiquement tous ses
poèmes ont vu le « jour » derrière les
hauts murs ! Ce n'est qu'à l'âge de 40 ans
qu'il publie son premier livre. La
Philosophie aura fait de lui un adepte
de Friedrich Nietzsche , à travers une
morale cynique, il dresse une affirmation
de l'être et organise une violente critique
de la société. Combattant sans relâche la
nouvelle «bourgeoisie»… (Étant lui
même issu de ce milieu) ! Pour lui le
2genre humain fait les individus pétris de
fautes, d’erreurs. De ces êtres si beaux et
si vils dans leurs imperfections qu’ils
traduisent la preuve de leur perfectibilité.
Il n'est pas rare de l'entendre dire :
« Qu’est-il de plus important, être ou
avoir ? Chacun, de tout temps, essaie de
concilier ces deux modes d’existence et
de les conjuguer comme il peut. Qui n’a
jamais menti, volé, éprouvé quelque
colère ou révolte, enfreint le code (qu’il
soit de la route ou pénal) ou au moins
rêvé, imaginé, désiré le faire ? Celui qui
ne se reconnaîtrait pas dans ces ardeurs,
ces passions, ces hauteurs et ces
bassesses, ces raisons et ces torts serait
un saint ou un fourbe, pour ne pas dire
davantage ! En 1999 son premier
recueil,(Çà m'est arrivé demain) sort en
librairie. Il entre en conflit avec son
éditeur et perd tout ses droits d'auteur et
de publication. Il rencontre alors un
officier de l'Armée du Salut, et décide de
s'engager au sein de celle-ci....Il devient
3un membre actif et s'engage avec la
même fougue qu'il avait en
"politique"...Allant même jusqu’à
partager le quotidien des SDF pour
(disait-il) Mieux comprendre et
s'imprégner de leur mal-être.....et de leur
dire :"Tu dois devenir l'homme que tu es.
Fais ce que toi seul peux faire. Deviens
sans cesse celui que tu es, sois le maître
et le sculpteur de toi-même" Il écrit alors
des scénettes qu'il ira jouer dans les bars
de TOULOUSE. Frappé par la maladie il
quitte TOULOUSE pour aller dans les
Cévennes où on le retrouve (rédacteur en
chef du Journal Coup de Gueule ,
créateur de la publication PROXI-
ANNONCE....... En 2003 Il décide alors
de se consacrer uniquement à la
rédaction de recueils.....Et crée une
thématique (LA POÉSIE PAR
L'IMAGE) exposant des reproductions
sur lesquelles figurent des extraits de ses
textes (prose et poésie) .Aujourd'hui
Pierre Philbert est Auteur et (Auto-
4éditeur) de:
SUR LES RIVES DE MES SONGES,
UN LIVRE POUR DEUX,
ÉPHÉMÉRIDE
FLORILÈGE,
MEMORANDUM,
MA MUSE,
ANARCHIE,
Ou « rencontrer » Pierre Philbert
http://www.lapoesieparlimage.com
http://anar76.skyrock.com/
http://orpins.blogspot.fr/
«En littérature, un «essai» est un écrit de réflexion
débattant d'un sujet donné selon le point de vue de
l’auteur. Contrairement à l’étude, l’essai peut être
polémique ou partisan.»
5LIBERTE D'EXPRESSION
6En France comme dans beaucoup de
pays libres, la liberté d'expression est un
principe intangible, c'est sur cette base
que toute personne peut librement
exprimer une opinion, positive ou
négative, sur un chapitre mais aussi sur
une personne physique ou morale, une
institution… Il s'agit donc d'un droit,
mais comme tout droit, son abus peut
être entériné, au terme de la théorie de
l'abus de droit.
La liberté d'expression, est un principe
démocratique fondamental
L'exploration de droits extérieurs à la
France et à l'Union européenne est
devenue indispensable, notamment pour
connaître le contexte et la culture
juridique lorsqu'il faut intervenir, par
exemple, auprès d'un site américain ou
hébergé aux États-Unis.
D'où cette petite excursion dans les
textes nationaux et internationaux.
La liberté d'expression, l'une des plus
7importantes libertés publiques, connaît
des fondements plus ou moins élevés,
selon les systèmes juridiques des pays du
monde.
«Le Congrès» ne fera aucune loi
accordant une préférence à une religion
ou en interdisant le libre exercice,
restreignant la liberté d'expression, la
liberté de la presse ou le droit des
citoyens de se réunir pacifiquement et
d'adresser à l'État des pétitions pour
obtenir réparation
de tords subis .
C'est au nom de cette liberté
constitutionnelle qu'aucune loi ne peut
donc interdire l'expression de quelque
opinion que ce soit.
Ainsi, aux USA, les propos et les sites
d'opinions extrêmes ne peuvent être
interdits, mais rien n'empêche que ces
propos soient contestés par les mêmes
voies et que des contre-sites démontent
les arguments d'un site aux opinions
8douteuses.
À chacun ensuite de se faire librement
son opinion.
En France, c'est dans la Déclaration des
droits de l'homme et du citoyen du 26
août 1789 qui consacre la liberté
d'expression.
L'article 11:
«La libre communication des pensées et des
opinions est un des droits les plus précieux
de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler,
écrire, imprimer librement, sauf à répondre
de l'abus de cette liberté dans les cas
déterminés par la Loi»
Il est à noter que dans l'édifice français
apparaît dès 1789, la notion d'abus de
droit, cependant soigneusement balisés :
dans les cas déterminés par la Loi.
Le 10 décembre 1948, les 58 États
Membres qui constituaient alors
l’Assemblée générale de l'Organisation
des nations unies (ONU) ont adopté la
Déclaration universelle des droits de
9l’homme à Paris, au Palais de Chaillot.
Les articles 18 et 19 consacrent eux aussi
la liberté d'expression, conjointement à
la liberté de conviction et de religion
Art. 18 :
«Toute personne a droit à la liberté de
pensée, de conscience et de religion ; ce
droit implique la liberté de changer de
religion ou de conviction ainsi que la liberté
de manifester sa religion ou sa conviction
seule ou en commun, tant en public qu'en
privé, par l'enseignement, les pratiques, le
culte et l'accomplissement des rites»
Art. 19 :
«Tout individu a droit à la liberté d'opinion
et d'expression, ce qui implique le droit de
ne pas être inquiété pour ses opinions et
celui de chercher, de recevoir et de
répandre, sans considérations de frontières,
les informations et les idées par quelque
moyen d'expression que ce soit»
Le Conseil de l'Europe (qui groupe 47
États membres, à ne pas confondre avec
l'Union européenne) a ouvert à la
signature à Rome, le 4 novembre 1950
10sa Convention de sauvegarde des Droits
de l'Homme et des Libertés
fondamentales, entrée en vigueur le 3
septembre 1953.
C'est l'article 10 de cette Convention qui
garantit la liberté d'expression :
Article10
« Toute personne a droit à la liberté
d'expression. Ce droit comprend la
liberté d'opinion et la liberté de recevoir
ou de communiquer des informations ou
des idées sans qu'il puisse y avoir
ingérence d'autorités publiques et sans
considération de frontière. »
Le présent article n'empêche pas les
États de soumettre les entreprises de
radiodiffusion, de cinéma ou de
télévision à un régime d'autorisations.
L'exercice de ces libertés comportant des
devoirs et des responsabilités peut être
soumis à certaines formalités,
conditions, restrictions ou sanctions
prévues par la loi, qui constituent des
mesures nécessaires, dans une société
11démocratique, à la sécurité nationale, à
l'intégrité territoriale ou à la sûreté
publique, à la défense de l'ordre et à la
prévention du crime, à la protection de la
santé ou de la morale, à la protection de
la réputation ou des droits d'autrui, pour
empêcher la divulgation confidentielles
ou pour garantir l'autorité et l'impartialité
du
pouvoir judiciaire.
Un des plus beaux piliers de la liberté et
de la démocratie.
Avant d'en étudier les limitations, il me
plaît de rappeler ici que la liberté
d'expression, corollaire de la circulation
des idées, plus généralement de
l'information et de la connaissance, est
l'une des plus précieuse qui soient.
Dans un monde où certain
«politiquement correct», mais aussi
«scientifiquement ou juridiquement
correct», pour ne citer que certaines
restrictions, exerce une pression et
suscite une autocensure de certains
12médias, le Web, , peut être regardés
avant tout comme cet espace de liberté
dans lequel toute personne peut
s'exprimer et oser dire que le roi est nu…
pour reprendre l'image du conte
d'Andersen,( Les habits neufs de
l'empereur.)
Le Web est donc, dans la droite ligne un
vaste espace sur lequel le débat
démocratique gagne en transparence ; on
y trouve tous les arguments possibles, à
charge pour l'internaute de se forger ses
grilles d'analyse et son appareil critique.
C'est déjà ce que notait Philippe Quéau*,
aux temps des pionniers :
«Comme il ne s'agit plus de se faire imposer
l'information mais d'aller la chercher, elle
devient interactive. Sans information pré
mâchée, vous
vous prenez en main, vous êtes
responsabilisé parce que vous devez mettre
en pratique votre sens critique et votre
esprit de recherche. D'avachi du divan, vous
devenez chercheur actif. Certes,
l'abondance d'infos n'est pas suffisante,
13mais le simple fait que vous deveniez actif
veut dire que vous êtes obligé de vous fixer
des buts, des visions du monde, en vous
dotant de grilles d'analyse »
C'est pourquoi je présente la liberté
d'expression à part de l'arsenal juridique
pour lutter contre la mauvaise «e-
réputation » .
La liberté d'expression devrait toujours
se tenir debout face à nous et il ne faut
jamais la perdre de vue. Il faut toujours
s'attendre à ce qu'elle soit défendue en
justice pour contrecarrer des velléités de
muselage.
Philippe Quéau Né en 1952 à Casablanca (Maroc), est
un ancien élève de l’École polytechnique. Ingénieur
diplômé de l’École nationale supérieure des
télécommunications. Il est titulaire d'un DEA des
sciences de l'information et de la communication (École
pratique des hautes études en sciences sociales).
14Autant dire que le travail du juge relève
parfois de l'exercice de corde raide avec
le délicat équilibre à tenir entre liberté
d'un côté et pouvoir de nuisance de
l'autre.
Sans verser dans un «cours» sur les
fondements du droit, il importe de savoir
qu'un droit n'est pas absolu.
Souvenons-nous que notre Déclaration
de 1789, de pour ne citer que celle-ci,
précise dans son article 4.
«La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui
ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits
naturels de chaque homme n'a de bornes que
celles qui assurent aux autres Membres de la
Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces
bornes ne peuvent être déterminées que par la
Loi".
Ce qui constitue une autre formulation
de l'adage qui veut que la liberté de
chacun s'arrête où finit celle
des autres.
15La théorie de l'abus de droit s'est
surtout développée au cours du XIXème
siècle, notamment autour du droit de
propriété.
Un propriétaire immobilier ne peut faire
subir à ses voisins des troubles qui
résultent non plus de l'exercice de son
droit de propriété paisible, mais
outrepasse ce droit et en use avec
l'intention de nuire. Ainsi en serait-il
d'un propriétaire, certes libre de faire du
feu dans son jardin, mais qui
l'alimenterait de telle manière qu'il
enfume et intoxique tout son voisinage.
16Vous avez dit Liberté ?
La Liberté conduisant le peuple (Eugène Delacroix)
17

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin