La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

La Resistance

De
2 pages
En France puis dans le monde entier les gouvernements au pouvoir n'ont de cesse de réduire à leur stricte minimum les libertés de leurs concitoyens. Jusqu'au jour ou toute forme d'opposition est éliminée, laissant ainsi le champs libre à une junte gouvernementale internationale.
Seuls quelques opposants ont survécus aux exactions menées à leur encontre. Animés d'une motivation sans failles, ils savent qu'ils vaincront... ou qu'il mourront.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

La résistance
Mars 2017, France. Redoutée depuis maintenant plusieurs mois, la guerre civile vient d’éclater. Des millions de Français de tous bords sont désormais descendus dans les rues pour manifester leur mécontentement face aux multiples privations de libertés qui sont aujourd’hui monnaie courante. La liberté d’expression est réduite à son minimum. La liberté de la presse n’existe plus. La liberté de déplacement est limitée à de multiples contraintes. Les Français ont, à raison, le sentiment d’être épiés en permanence, chaque minute de chaque heure de chaque jour de leur vie. Mais ce qui a enfin décidé ces millions de citoyens à descendre en masse dans les rues, ce sont les toutes dernières déclarations de la junte au pouvoir, qui a annoncé qu’à partir du trente et un mars, tous les nouveau-nés recevraient l’injection d’une micro-puce sous la peau. Injection qui doit être généralisée à la totalité de la population dans les prochaines semaines. L’objectif avoué du pouvoir en place? Une simple mesure de sécurisation du territoire, permettant aux services de maintien de l’ordre de résoudre plus aisément les crimes, grâce au signal GPS émanant de chacune de ces machines. Ainsi, celles-ci doivent devenir un élément de preuve indiscutable démontrant que telle personne était présente ou non sur les lieux d’un crime. Mais les Français ne sont pas dupes. Depuis maintenant plusieurs années que les atteintes à leurs libertés se font de plus en plus précises, cette dernière « initiative» est celle qui pourrait bien faire s’embraser le pays. En effet, la répression étant de plus en plus forte, rien n’empêchera les services gouvernementaux d’utiliser cette technologie afin de ficher chaque citoyen selon ses opinions politiques. Notamment en se fondant sur les participations aux manifestations officielles, en faveur du pouvoir, mais surtout sur celles qui tentent, chaque semaine, de réunir un maximum d’opposants, nécessitant à chaque fois l’intervention des forces nationales de sécurité, dans le seul but d’interpeller les meneurs, faisant ainsi régner la peur. Comment cette situation a-t-elle bien pu dégénérer de la sorte dans ce pays, patrie de Droits de l’Homme? Tout a commencé une après-midi de juin deux mille quatorze. Ce vendredi premier, aux alentours de quinze heures trente, un groupe d’opposants au président s’est vu pirater son comptepar des militants progouvernementaux. Cette entité, présente sur le principal réseau social de l’époque, était parvenu à réunir en son sein pas moins de six cent mille membres en seulement deux semaines, là où les progouvernements n’en avaient même pas la moitié, malgré plusieurs mois de propagande. Rapidement, à la suite de cette attaque, les opposants antigouvernementaux, qui demandaient purement et simplement la démission du pouvoir en place, se sont mobilisés en masse afin de faire valoir leurs droits. Entre plaintes déposées d’un côté et pressions gouvernementales de l’autre, tout y est passé. Activant leurs réseaux privés, l’Élysée et le gouvernement n’avaient dès lors qu’une seule intention, à savoir faire taire l’ensemble de ces « dissidents », qui, de leur côté, n’avaient pas prévu de se laisser faire sans tenter de réagir. La population française prit rapidement fait et cause pour la dissidence, entraînant ainsi des heurts d’une extrême gravité sur l’ensemble du territoire. Des manifestations en faveur du respect des libertés, la grogne gagnant chaque jour du terrain, l’opposition politique, elle-même en crise, en a profité pour sortir de son marasme ambiant. Malgré tout, les manifestants, qui se voulaient politiquement neutres, refusèrent ce « soutien » et
Travail diffusé souslicence Créative Commons by-nc-sa-Clément HOURSEAU / UniversParallele.fr
décidèrent de partir au combat seuls, accueillant celles et ceux qui souhaitaient les rejoindre dans cette lutte. Face à cette foule qui devenait de plus en plus incontrôlable, le pouvoir en place n’avait d’autre solution que de faire intervenir les forces de l’ordre, appuyées par l’armée, pour contenir cette masse prodémocratique et proliberté. Mais cela ne faisant pas reculer pour autant ces « hordes de barbares » – dixit le président en place– ordre a été donné d’utiliser «tous les moyens nécessaires» pour arriver au résultat escompté. Aussi, les heurts auront finalement entraîné la mort d’une trentaine de manifestants, plusieurs centaines d’autres étant plus ou moins gravement blessés. Pourtant, loin de réfréner les ardeurs, ce triste bilan n’aura eu pour seul résultat que de raviver les rancœurs envers les gouvernants, désormais considérés comme des despotes, mais aussi, et c’est nouveau, comme des meurtriers. À partir de ces événements tragiques, qui auront nécessité plus de six semaines de couvre-feu et d’interventions militaires avant d’être enfin contenus, la présidence, soutenue par les principaux lobbys industriels, n’a cessé de mettre la pression sur les Français, réduisant ainsi petit à petit la totalité de leurs libertés, jusqu’à « l’explosion civile» de ce mois de mars 2017. Pour contrer cette répression permanente, des groupes de « résistance nationale » se sont formés d’eux-mêmes, avec comme objectif de reprendre le pouvoir, pour ensuite le rendre au peuple. Le problème est que cette dérive politique tend à s’étendre à l’ensemble des pays du monde. Il ne fait d’ailleurs plus aucun doute, pour les populations du monde entier, que des ententes entre gouvernements étaient à l’origine de ces situations inédites. Et il ne faut pas bien longtemps pour que toute résistance sérieuse soit réduite au silence. Mieux équipées, mieux entraînées, et mieux dirigées, les forces de sécurité gouvernementales n’auront pas connu de véritables difficultés à prendre le dessus sur les multiples groupuscules de résistance. Ceux-ci, pourtant animés d’une motivation sans faille, étaient cependant trop faiblement équipés et sans meneurs à même de les guider vers la victoire. C’est le premier décembre deux mille dix-sept que les représentants des juntes gouvernementales internationales annoncent, solennellement, avoir vaincu toutes formes d’opposition à leur pouvoir. Le monde est désormais entre les mains d’hommes sans scrupules, installés dans chaque pays et prêts à tout pour conserver leur pouvoir absolu sur les populations du globe. Pourtant, quelques résistants parvenus à passer à travers les mailles de la répression n’en démordent pas. Ils poursuivront le combat, guidés par une seule ambition. La victoire… ou la mort !
--A VOUS D’IMAGINER et D’ĖCRIRE LA SUITE--
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin