La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Du même publieur

                    
“… la suite du secret” ©  Histoire inspirée du film « Bridge to Térabithia (Walt Disney Pictures / Walden Media)  
 
©2008-2010 Clément HOURSEAU . http://www.clement-hourseau.fr .
 
 
                     
 
  
©2008-2010 Clément HOURSEAU . http://www.clement-hourseau.fr .
1  
  
C HAPITRE 1  
  Fixés sur le pont construit par Jesse, sa jeune sœur May Belle et lui-même aperçoivent le royaume de T. Alors que la jeune fille prononce le nom de ce monde Jesse esquisse un sourire, une sorte d’hommage à Leslie, qui lui a permis de découvrir ce lieu fantastique. Et bien que le troll géant leur fasse signe de pénétrer en son sein, ils hésitent. Ils restent ébahis devant la beauté de celui-ci. Après en avoir pris plein la vue durant quelques minutes, ils décident finalement de franchir le pas et d’y aller.  Mais cette entrée en ces lieux n’est-elle que pure imagination, ou bien est-elle réelle ? La petite fille ne se pose pas ce genre de questions, par contre son grand frère ne sait pas quoi en penser. Le monde virtuel qu’il s’était crée avec Leslie existe dans son imagination, mais pourrait-il vraiment exister dans la réalité ? Il n’ose y croire. Et malgré la beauté des lieux, dans un éclair de lucidité, il tend son bras gauche, approche de celui-ci le droit, et tout en fermant les yeux, se pince. Et là, en les ré-ouvrant, Jesse se voit confirmer qu’il se trouve bel et bien à T, qui d’un monde crée de toute pièce dans son esprit, devient un monde tout ce qu’il y a de plus réel.  Pourtant, il est difficile d’imaginer qu’un tel paysage puisse réellement exister quelque part, et ce quelque soit le monde. En effet, des montagnes aux sommets enneigés encerclent pour ainsi dire une magnifique plaine, faite d’une verdure flamboyante, qui voit une petite rivière la traverser de part en part, apportant ainsi à ses habitants tout ce dont ils ont besoin pour vivre paisiblement. Seulement ce n’est pas tout, des bois vigoureux comme il n en existe plus assez sur Terre côtoient des vergés assaillis d’arbres fruitiers, qui regorgent tous de leur luxuriante production, des poissons par centaines, voir par milliers, qui barbotent dans l’eau tiède de la rivière, plus claire, plus bleue que tout, un soleil étincelant, le tout surplombé par un gigantesque château, digne des plus beaux contes de fées. Il domine l ensemble de la vallée, tel une forteresse imprenable. Ces lieux sont tellement extraordinaires que nos deux jeunes amis, ébahis de mille feux, n’en reviennent toujours pas. Comment est-il possible qu’ils puissent découvrir tout cela en ayant seulement franchi ce pont, toutefois assez mystérieux, construit de la plus rustique des manières par un enfant ? Comment un tel monde peut-il vraiment exister ?  Suite à cette vision féérique, Jesse se remémore quelques unes des aventures vécues avec Leslie avant que celle-ci ne disparaisse tragiquement. Il se souvient notamment quand il fut sauvé par le troll géant après s’être vu projeté hors de l’arbre dans lequel il se trouvait, suite à l’attaque des soldats du sombre seigneur. Il se souvient aussi de l’arrivée
2 ©2008-2010 Clément HOURSEAU . http://www.clement-hourseau.fr .  
  des gardes de la province du sommet des hêtres, qui étaient venus les aider à combattre les Ogu belliqueux qui leurs cherchaient des ennuis. Ce sont d’ailleurs ces souvenirs qui l’aident en fin de compte à réellement prendre conscience de l’existence de ce monde, car sans ses habitants il ne serait probablement plus là pour le découvrir.  Accueillis dès leur arrivée par le magicien du royaume, ils commencent par apprendre qu’ils ne doivent pas cette découverte au pont qu’ils viennent de franchir, mais bien à leur foi, qui leur a permit de les y transporter. Celle-ci était, en effet, suffisamment grande pour leur offrir la chance d’effectuer ce voyage à travers les deux mondes. Il s’agit d’ailleurs là, du seul moyen de franchir le rideau magique qui sépare le monde ordinaire du monde magique. La foi. Et pour pouvoir avoir foi en un tel royaume, qui semble pourtant sorti d’un conte de fée, deux choses sont nécessaires. Une imagination fertile mais contrôlée, ainsi qu’une certaine ouverture, largesse d’esprit. Ce dont disposent incontestablement les deux enfants.  Conduits au château royal par leur hôte, ils vont y rencontrer la reine de T. Tout en se rapprochant du but, les deux jeunes découvrent plus en profondeur cette contrée, toute aussi magique que magnifique. Ils y découvrent des rues flamboyantes de propreté dans lesquelles il serait presque possible de manger par terre, des maisons qui affichent des devantures plus propres que propres, preuve qu’il n’existe pas de pollution, mais aussi des habitants soigneux envers leur environnement, qui prennent soin de tout ce dont il est possible de s’occuper. Leurs habitudes vestimentaires semblent être à l’opposé de celles qui sévissent dans notre monde. Tous sont habillés différemment, ils ne semblent pas suivre la moindre mode, ce qui ne leur pose pas le moindre souci. Ils paraissent heureux, tranquilles. A les voir il est impossible d’imaginer ne serait-ce qu’un instant qu’ils puissent connaitre des problèmes, tout aussi minuscules soient-ils. Même un détecteur de mensonges ne serait pas capable de repérer la moindre variation de stress qui pourrait les habiter, car ils ne sont pas stressés, énervés, ni même préoccupés par quoi que ce soit. Ils sont tout simplement habités par une joie de vivre rayonnante. L’hospitalité fait aussi partie de leurs qualités. La preuve en est que sans même connaitre leurs deux visiteurs, aucun des t ne les croiserait sans leur dire un petit mot, comme “Bonjour”, ou encore, “Bienvenue”.  Restés sans voix face à un tel accueil, une telle gentillesse et une telle sérénité, May Belle et son frère, toujours guidés par le magicien, continuent leur chemin et font rapidement face à un montre d’architecture, à un joyaux de lumière qui illumine et domine l’ensemble du royaume, à une pur merveille, en deux mots, au château royal. Se dresse devant eux la fierté de tout un peuple. Et bien que seuls les habitants puissent normalement y pénétrer, les deux visiteurs vont tout de même se voir offrir cette chance unique.
©2008-2010 Clément HOURSEAU . http://www.clement-hourseau.fr .
3  
   Et justement, ils ne vont pas tarder à réaliser la fleur qui leur est faite. A peine ont-ils passé le pont qui mène droit à l’entrée du château que leurs yeux se mettent à pétiller comme jamais. Tout en pénétrant dans le grand hall, ils ne peuvent s’empêcher de regarder partout autour d’eux, à gauche, à droite, en haut. Des dorures qui ornent chaque coins de mur aux gigantesques fresques qui à elles seules sont capable d’entrainer un torticolis tellement elles sont resplendissantes de beauté et difficiles à quitter des yeux, en passant par de majestueux lustres, transparents tels du cristal, qui donnent le sentiment de tomber du plafond du fait de leur taille imposante, par de grandes baies vitrées qui offrent aux rayons du soleil d’illuminer l’ensemble de la pièce, Jesse et May Belle n’en reviennent pas. Ils sont ébahis par tant de beauté et bien qu’il s’agisse d’un monde magique et fantastique, jamais ils ne se seraient attendus à voir autant de choses si magnifiques.  Une fois sortis du hall, c’est l’arrivée dans l’antichambre de la salle du trône. Contrairement à ce qu’ils ont pu voir précédemment, cette pièce est plutôt petite, assez sombre et sobrement décorée. S’y trouve le blason du royaume, ainsi que quelques portraits d’anciens rois et reines. Il n’en manq ’ seul, elui de l’actuelle souveraine. ue qu un c Cependant, le plus imposant dans ce vestibule n’est autre que la grande porte en marbre, incrustée de diamants pour la renforcer, dont la largeur est équivalente à celle de la salle, à savoir deux ou trois bons mètres. Scotché devant elle, Jesse hésite. Il est pensif, envahi par une soudaine tristesse, sans doute due à l’absence de Leslie. Cela alors qu’il va enfin rencontrer la reine de T. N’empêche qu’il ne peut s’empêcher de repenser à sa jeune amie, qui lui a fait découvrir et connaitre ce monde et qui les avait tous deux désigné comme le roi et la reine de celui-ci. Il se trouve encore sur le point de faire demi-tour, ne se sentant pas la force de rester plus longtemps seul en ces lieux. Heureusement, poussé par sa sœur cadette, qui elle n’attend qu’une seule chose, en découvrir encore plus, le jeune garçon abdique. Leslie n’est pas là, plus là, mais il est certain qu’elle aurait voulu que son ami puisse vivre cette découverte jusqu’au bout.  La grande et majestueuse porte peut désormais s’ouvrir, libérant ainsi le chemin menant à LA salle. Longue d’une vingtaine de mètres, elle est idéale pour recevoir du monde lors de cérémonies, mais aussi le peuple t pour les doléances, qui doivent malgré tout être assez peu nombreuses au vu de la vie dans le royaume. Ses murs sont tous de la même couleur, blanche. Au fond la pièce se trouvent les deux trônes, surélevés de quelques centimètres par un petit podium. Ils sont tous les deux identiques, ne faisant ainsi aucune différence entre le roi et la reine. Juste au dessus d’eux, centré par rapport à la salle, le blason du royaume est une nouvelle fois visible. Il est à remarquer que par un ingénieux système, lorsque les rayons du soleil éclaboussent de luminosité les murs, ce même blason
©2008-2010 Clément HOURSEAU . http://www.clement-hourseau.fr .
4  
  s’enorgueilli. Il apparait alors en trois dimensions, laissant penser à quiconque se trouvant présent qu’il flotte dans l’air, comme par magie.  C’est alors que la reine fait son entrée, vêtue d’une petite robe beige, le visage caché par un petit éventail qu’elle tient dans sa main droite. Elle se place debout devant l’un des trônes, avant de s’y assoir, le second restant vide. Impressionnés, les deux enfants ne savent pas de quelle manière réagir. Malgré tout, May Belle s’avance, naturelle. L’insouciance due à son jeune âge fait qu’elle ne se préoccupe guère de sa façon d’être face à la souveraine. Par contre, son frère, plus âgé, se trouve gêné et ne sait pas s’il doit la suivre ou non. Puis, il décide finalement de s’y engager à son tour, marchant sur les pas de sa cadette. Il progresse lentement, en direction de la reine, tête baissée, mine fermée, pour aller s’arrêter au coté de celle-ci. A le voir se présenter face à sa majesté, il donne plus l’impression d’un prisonnier venu demander la grâce, que d’un visiteur invité au château. Il n’y a alors plus un bruit. Et, petit à petit, sans aucune raison particulière, l’atmosphère devient de plus en plus pesante. Personne, que ce soit la souveraine ou ses deux invités, ne sait vraiment quoi faire. Jesse reste immobile, la tête toujours baissée le regard fixé au sol. May Belle, debout, fixe le siège royal ainsi que son altesse, qui elle reste assise, pensive, jusqu’au moment où elle décide de poser son éventail.  May Belle se met de suite à sourire, alors que dans le même temps il lui est fait signe de ne pas dire un mot. C’est à ce moment là que la reine se lève. Immédiatement, toujours en regardant la petite fille, elle va se placer entre elle et son frère. Elle s’immobilise quelques instants, avant d’aller se poster juste devant le jeune garçon, qui reste sans bouger, les yeux fixant encore et toujours le sol marbré. Depuis l’entrée de la souveraine dans la salle, il n’a pas encore osé soutenir son regard. Là encore, il préfère admirer ses pieds, ou plutôt ses chaussures. C’est alors que se rompt le silence. La maitresse des lieux prend la parole, sachant qu’elle n’a pas encore dit le moindre mot depuis son arrivée. « Un garçon capable de combattre des Ogu et des trolls géants pourrait avoir peur de regarder en face sa reine ? ». Sur le moment cette voix de jeune fille ne fait pas réagir Jesse plus que ça. Et ce jusqu’à ce qu’il ne relève la tête, regardant enfin son interlocutrice. Il n’en revient pas. Face à lui se trouve Leslie, que tous, y compris lui, croyaient être morte. Ne réfléchissant pas même une seconde, elle fond immédiatement sur lui afin de l’enlacer.  Sous le choc de cette nouvelle, la seule réaction qu’eut le jeune garçon a été de la serrer également dans ses bras, tout en ne réagissant toujours pas outre mesure. Quand à May Belle, elle aussi est heureuse, cependant, à la différence de son frère, elle ne semble pas plus bouleversée que ça. Alors que ce dernier ne bouge toujours pas, elle, par contre, échange quelques mots avec Leslie. Puis, après quelques longs instants sans nouvelles, Jesse est de nouveau mentalement de retour. Ne sachant pas encore ce qui s’est passé pour que
©2008-2010 Clément HOURSEAU . http://www.clement-hourseau.fr .
5  
  son amie se retrouve là, en tant que reine de T, il va enfin pouvoir essayer de savourer quelque peu ce moment auquel il n’osait certainement pas rêver. C’est là un poids de taille qui vient de s’effacer de son cœur ainsi que de son esprit. Cette épreuve qui l’avait tant marqué peut enfin se terminer, qui plus est de la meilleure des façons.  Une fois cette période de joie intense passée, les premières questions commencent à se bousculer dans l’esprit de Jesse, qui aimerait bien savoir comment est-il est possible que Leslie soit face à lui, vivante. Ne se faisant pas prier, l’adolescente commence le récit de son histoire.  En ce samedi matin alors que Jesse se trouvait en ville pour visiter des musées, accompagné par sa professeure de musique, Leslie, n’étant pas au courant, se rendit chez lui afin d’aller le chercher. Ne l’y trouvant pas, elle décida de se rendre à leur cabane, pensant qu’il y serait certainement. Mais une fois arrivée là bas, toujours rien, toujours pas de Jesse à l’horizon. Qu’à cela ne tienne, se retrouvant seule pour le moment et s’imaginant qu’il n’allait pas tarder à revenir, elle avait le choix entre deux alternatives. La première étant de rentrer chez elle et de rester enfermée jusqu’à son retour et la seconde étant de s’amuser toute seule dans leur monde secret, en pleine nature. Son choix fut vite fait. Il ne lui semblait pas concevable d’aller se cloitrer entre quatre murs alors qu’il faisait si beau dehors. Elle est donc restée à la cabane, lui cherchant de nouveaux aménagements possibles, afin de la rendre encore plus pratique. Ensuite, elle s’est mise à s’imaginer de nouvelles aventures qu’elle pourrait vivre avec son ami au sein du monde de T, qu’elle considérait encore comme n’étant qu’un monde imaginaire. Mais voyant le temps passer et se sentant de plus en plus seule, l’ennui la rattrapa inexorablement. Sur le chemin du retour, ne sachant plus quoi faire elle était sur le point de rentrer chez elle. Puis, arrivée face à la corde qui leur permettait de traverser le petit ruisseau, elle s’est souvenue de la première fois qu’ils s’y sont amusés. Se remémorant alors la beauté du ciel quand, lorsqu’en se balançant leur tête se retrouvait en arrière afin d’admirer le bleu de l’univers, elle voulu revivre cette sensation qui lui donnait tant l’impression de planer dans les airs. Mais malheureusement pour elle, après seulement quelques va et viens, la corde a cédé. Elle était vieille et usée et n’a pas pu résister au traitement auquel elle était soumise. La jeune fille s’est alors trouvée projetée de tout son poids, contre le tronc d’arbre depuis lequel les deux adolescents s’élançaient pour effectuer leur traversée magique. Cela aurait simplement pu en rester là et n’être qu’une simple chute, si ce n’est que le sort en avait voulu autrement. En effet, étant de dos, elle ne pouvait rien faire pour se rattraper ou pour amortir son plongeon. Si bien que c’est sa tête qui a heurté la première le tronc. C’est ce choc qui est à l’origine de tout. C’est lui qui l’a sonné pendant quelques secondes. Tout aurait encore pu s’arrêter là. Or, par un malheureux concours de circonstances, il se trouve qu’au cours de la
©2008-2010 Clément HOURSEAU . http://www.clement-hourseau.fr .
6  
  nuit passée, des trombes d’eau sont tombées sur la région, faisant ainsi gonfler le ruisseau, qui a fini par se transformer en un véritable torrent. Se retrouvant donc incapable de réagir car sonnée alors qu’elle était emportée par l’eau, il n’en fallait pas plus à la jeune fille pour se noyer. Sauf qu’ell ’était pas seule. Elle ne le savait pas encore, mais le troll géant qui e n avait déjà sauvé Jesse, l’observait, caché. Voyant ce qui se passait, il n’a pas hésité à la repêcher, lui sauvant ainsi la vie.  C’est de cette manière qu’elle s’est finalement retrouvée reine de T. Mais bien entendu, pour le commun des mortels, elle ne peut qu’être morte. La corde arrachée, les traces de sang laissées sur le tronc au niveau de l’impact avec sa tête, le torrent en crue, personne ne serait assez fou, ou peut-être assez ouvert d’esprit, au point de s’imaginer qu un troll géant ait pu la sauver. C’est ce qui expliquait la présence de la police chez ses parents peu de temps avant que Jesse n’apprenne cette terrible nouvelle. Elle se trouvait présente afin des les informer en temps réel des avancées des recherches entreprises dans le but de retrouver son corps, qui à ce moment là n’avaient encore rien donné.  Les évènements racontés, la tension retombant, les trois amis vont enfin pouvoir savourer leurs retrouvailles. Enfin presque, car avant tout, quelques explications s’imposent. C’est le magicien qui s’y colle. Il commence par leur apprendre, ou plutôt par leur confirmer une chose dont ils se doutaient déjà, à savoir qu’en réalité T n’est pas un monde imaginaire, mais tout ce qu’il y a de plus réel. Cela signifie que sans même le savoir, lorsqu’ils s’imaginaient ce royaume lors de leurs aventures dans la forêt, ils s’y trouvaient déjà transporté. Tout ce qu’ils pouvaient vivre était donc bel et bien réel. De manière inconsciente ils partageaient leur vie entre deux univers. Il leur suffisait de traverser le ruisseau pour en changer. Dans un sens ils entraient dans le monde fantastique et magique de T et dans l’autre c’était dans le monde banal et tout aussi fantastique de la Terre. A cette période, n’ayant pas encore conscience de ce qu’ils vivaient, ils ne pouvaient pas voir le château, ni même les soldats du sombre seigneur, sous leur forme magique. Seule s’offrait à eux leur enveloppe terrestre. Il en était ainsi parce que leur conscience ne laissait pas leur inconscient prendre le dessus, ce qui n’était plus le cas lorsque Leslie fut secourue, ni même, quand suite à la disparition de celle-ci, Jesse emmena sa petite sœur à la découverte de cette nouvelle civilisation. Tous deux pensaient alors faire fonctionner leur imagination, alors qu’il s’agissait en fait de leur inconscient qui s’exprimait pleinement, ce qui leur a permis de pénétrer à T et d’y retrouver Leslie.  Cette annonce faite, le magicien peut passer à la suite. Il s’agit maintenant de consacrer May Belle princesse du royaume, selon la volonté de son frère et de son amie. Une telle chose est possible car ici la loi est très souple. Elle stipule clairement que pour être couronnés, un roi et une reine peuvent ne pas être mariés, ni même être majeurs, ce
7 ©2008-2010 Clément HOURSEAU . http://www.clement-hourseau.fr .  
  qui est le cas des deux adolescents, expliquant ainsi le fait qu’ils puissent occuper ces rôles. De plus, ils ont la possibilité de nommer les princes et princesses à leur guise, ce qu’ils n’hésitent pas à faire avec la petite fille.  La cérémonie terminée, sans fioriture, ni banquet ou toute autre chose sans véritable intérêt, les nouveaux souverains disposent donc, de tous les pouvoirs au sein de leur royaume, afin de faire perdurer ce havre de paix que personne ne souhaite voir disparaître. Le problème, et ils ne vont pas tarder à le découvrir, c’est que ce lieu extraordinaire est menacé et pourrait bien disparaitre à jamais si rien n’était fait dans un avenir proche.   
 
©2008-2010 Clément HOURSEAU . http://www.clement-hourseau.fr .
8  
  
 
  
©2008-2010 Clément HOURSEAU . http://www.clement-hourseau.fr .
9
 
  
C HAPITRE 2
  Pendant ce temps là chez le frère et la sœur, bien qu’elle ne soit pas encore à son paroxysme, au fil des minutes l’inquiétude grandie, sans cesse. Leurs parents, ainsi que leurs autres sœurs savent à quel point la disparition de Leslie a marqué les esprits. Notamment celui de Jesse, pour qui il s’agit là d’un évènement très difficile à accepter. De fait, ils redoutent qu’il ne lui faille beaucoup de temps pour qu’il puisse en faire le deuil et pour totalement s’en remettre. Ajouter à cela les heures qui passent les unes après les autres, la nuit qui commence à tomber et le fait que leur fils ait emmené sa petite sœur sur les lieux de l’accident, il n’en fallait vraiment pas plus pour que toute la famille s’imagine toutes sortes de choses. Sur ce, ne sachant quoi faire d’autre, leurs deux parents partent à leur recherche, dans l’espoir qu’ils n’aient pas fait de bêtise. Restent donc à la maison leurs deux filles ainées, qui gardent la petite dernière, allongée dans son berceau et qui ne se doute même pas de ce qui se passe chez les grandes personnes.  En ce qui concerne les recherches, fort logiquement, le premier lieu où les parents se rendent n’est autre la forêt. Mais le problème qui se pose à eux est qu’il s’agit d’un espace assez vaste, qui ne manquera pas de sérieusement leur compliquer la tâche, d’autant que la nuit ne va pas la leur faciliter non plus. Et ce ne sont pas les deux torches électriques dont ils sont armés qui vont y changer grand-chose, car même avec elles ils ne pourront en aucun cas voir à plus de quelques mètres. Malgré tout, une fois arrivés au niveau du pont construit de ses propres mains par leur fils, et n’ayant toujours pas la moindre nouvelle ni de sa sœur, ni de lui-même, ils décident de le traverser. Cela fait, leurs recherches peuvent enfin commencer pour de bon. Leur principale inquiétude serait vraiment qu’ils leur soient arrivés quelque chose, car ils savent bien que dans ce cas ils n’auraient que très peu de chances de les retrouver rapidement et en bonne santé. C’est pourquoi ils espèrent de tout cœur qu’il ne s’agisse que d’un simple retard dû au fait qu’ils aient pu s’attarder quelque part, pensant à leur amie disparue.  Les recherchent durent, les espoirs s’amenuisent, et la peur grandie. La nuit est tombée et les piles sont presque à plat quand ils tombent soudain sur une cabane. Ils ne le savent pas mais s’en doutent. Il s’agit de celle de leur fils et de Leslie. Alors que la voix commençait à leur faire faux bond à l’un comme à l’autre, à force de crier, cette découverte leur offre un second souffle. Bravant leurs cordes vocales qui sont à bout, leurs appels se font de nouveau entendre partout dans la forêt. Peut-être qu’un des deux jeunes les entendra, peut-être même qu’il y répondra. On ne sait jamais. Sauf que malheureusement
10 ©2008-2010 Clément HOURSEAU . http://www.clement-hourseau.fr .  
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin