La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Les Chroniques de l'Univers

De
15 pages

Une mission spatiale d'un nouveau genre, avec pour objectif de percer les moindre secrets de l'Univers est lancée. A bord du vaisseau, un seul humain, accompagné d'un ordinateur surpuissant...

Publié par :
Ajouté le : 09 juin 2014
Lecture(s) : 186
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Les chroniques de l'Univers
une nouvelle
écrite par Clément Hourseau
l'auteur : httpelem/:c/uosrtnh-mcou.ea la marque éditoriale : evsraparpt/:u/inllele.frth le blog : /c.mobel/.golth/:pturhoauseemclt-en
Une nouvelle diffusée librement et gratuitement sousB sn Y   Cre tiea Cvemoomncceli -NC-ND. Mise en page spéciale pour diffusion P2P et forums de partages. Merci de respecter les termes de cette licence.
Histoire diffusée sous licence Creative Commons BY-NC-ND- Clément Hourseau / Univers parallèle
Avertissement :Cette histoire n'a pas encore fait l'objet d'une correction poussée. Seule une relecture rapide a été effectuée. Elle est telle qu'écrite par Clément Hourseau, sous une forme « brute ». Elle n'est donc pas définitive et évoluera selon les corrections en tous genres qui y seront apportées.
Préambule :
L'Univers est vaste, immensément vaste. En expansion pour certains, en contraction pour d'autres. S'étendant sur plusieurs milliards d'années lumière, celui-ci reste, pour ainsi dire, inconnu de l'Homme. Bien qu'il ai déjà livré quelques uns de ses secrets, les découvertes à venir sont un véritable El Dorado pour tout scientifique qui se respecte.
Aussi, la NASA, l'Agence Spatiale Européenne, l'agence Roskosmos, ainsi que leurs homologues chinoises, indiennes et brésiliennes, se sont associées afin de mettre au point le plus ambitieux et le plus prestigieux des programmes spatiaux jamais envisagés. Doté d'un budget de sept-cents cinquante milliards d'euros, celui-ci a pour but de percer les secrets les plus profonds de l'Univers. Basé sur des technologies issues des meilleurs récits de science-fiction, ce nouveau programme, nomméEarth Quake raison de l'onde de choque en scientifique sans précédent que ses découvertes déclenchera, vise à l'expédition dans l'infini spatial d'un vaisseau entièrement automatisé : leRose of Winds.
Dirigé par le plus puissant des ordinateurs jamais conçu,ARCH 42, il n'embarquera qu'un seul membre d'équipage, chargé de la maintenance générale. Plongé en hibernation artificielle vingt heures sur vingt-quatre, son seul rôle sera de s'assurer du bon fonctionnement d'ensemble des différents équipements. A aucun moment, hors cas exceptionnel, il n'interviendra pas sur le plan scientifique. Aucune durée de vie précise n'a été fixée pour la mission. Elle continuera aussi longtemps que le permettront les conditions spatiales, ainsi que l'état global du vaisseau. La disparition éventuelle du membre d'équipage n'est, à elle seule, pas un motif valable de d'arrêt des opérations. Un rapport de mission sera rédigé et transmis au centre de commandement terrestre de Toulouse -France-, de façon régulière. Il sera exclusivement le fait deARCH 42.
Le docteur Meghan Harper, volontaire pour prendre place à bord duRose of Winds, a été désignée comme étant son unique membre d'équipage. Âgée de trente-et-un ans, diplômée du Massachusetts Institut of Technology et sans famille connue, son dossier de candidature a été retenu parmi les centaines d'autres reçus par le comité technique, la qualifiant ainsi pour la seconde étape des sélections, aux cotés de onze autre candidats. A la suite de différentes épreuves physiques et mentales, ses résultats globaux ont conduit le comité à porter son attention sur sa personne. A ce titre, elle sera reçue, à la tribune des nations unies, une semaine tout juste avant de quitter la Terre... pour une destination inconnue de tous : l'Univers.
L'expédition débutera par le système solaire, pour ensuite s'étendre à l'espace interstellaire au sein de la Voie Lactée, avant d'atteindre l'espace intergalactique, voguant ainsi là où aucun être humain ne s'est jamais rendu. Voyageant à une vitesse hyper-luminique, elle sera en mesure de traverser ses premières galaxies après seulement quelques semaines. SeulARCH 42 en sera mesure de décider des lieux à explorer en priorité, de la meilleure trajectoire à emprunter pour s'y rendre, mais aussi de n'importe quel autre élément technique. L'intégrité duRose of Windssera assurée par un système révolutionnaire de boucliers à jets d'air comprimé. Initiés par une foultitude de capteurs ultra-sensibles, ces jets d'air comprimés se déclencheront automatiquement en direction de la menace détectée. Leur intensité sera variable et dépendra du niveau de danger. Pour garantir une trajectoire stable,ARCH 42 en calculera temps réel les ajustements à effectuer lors de chaque déclenchement des boucliers.
Les multiples expériences scientifiques menées tout au long de la missionEarth Quake seront dirigées par chacune des vingt-six Unités Autonomes de Recherche -UAR- embarquées à bord.
Histoire diffusée sous licence Creative Commons BY-NC-ND- Clément Hourseau / Univers parallèle
L'ensemble des domaines de recherche existant seront étudiés. De l'astronomie à l'astrophysique, en passant par chimie pure ou bien encore la physique des particules. Les différentes analyses seront gérées individuellement par chaque UAR, avant d'être compilées au coeur même de la mémoire d'ARCH 42,qui aura alors la responsabilité de les transmettre à la Terre, via les relais satellitaires qui seront disposés à des emplacements stratégiques de communication tout au long du parcours du vaisseau. Afin de palier au problème de la vitesse de transmission limitée des ondes radio à travers l'espace et pour ne pas devoir patienter de nombreux mois avant de recevoir tout nouveau résultat d'analyse, de nouvelles technologies, développées exclusivement pour cette opération, seront utilisées. Elles permettront, dans des conditions optimales, de réduire grandement le temps de transfert des données. Sans pouvoir parler de « miracles », il s'agit tout de même de « prouesses » encore inimaginables il y a seulement cinq ans.
Le traitement de la totalité des données reçues duRose of Winds sera effectué au centre spatial Kennedy -Floride-, par les techniciens et scientifiques des différentes agences prenant par au programme. Les résultats seront par la suite placés sous le sceau du domaine public. Ils pourront, à ce titre, bénéficier à l'ensemble de la communauté scientifique internationale ainsi qu'à l'humanité toute entière. Dès lors, l'ONU elle même sera chargée de faire respecter cette exploitation au titre du domaine public.
La fenêtre de lancement optimale duRose of Windss'étend du 03 février au 14 mars. Si diverses raisons ne permettaient pas de procéder au décollage dans ce laps de temps défini, les nouvelles opportunités de tir seraient alors étudiée. Hors cas de force majeure, le vaisseau prendra son envol au plus tard avant la fin de l'année civile.
Histoire diffusée sous licence Creative Commons BY-NC-ND- Clément Hourseau / Univers parallèle
Veille du lancement, vendredi 6 mars
«ordinateur de bord du Rose of Winds...Je suis ARCH 42, Initialisation des systèmes primaires... initialisation des systèmes secondaires... initialisation des systèmes de secours... Activation de la mémoire interne... Auto-test de l'intégrité des composants systèmes... Activation des UAR... Auto-test des composants UAR... Auto-test système général... Check up complet effectué... Redémarrage système... Je suis ARCH 42, ordinateur de bord du Rose of Winds. Bienvenue à bord Docteur Harper. Veuillez prendre place face à moi. La scientifique s'exécute. Les équipes de contrôle au sol vous ont certainement déjà dit tout ce que vous deviez savoir au sujet de ma mission. Aussi, j'attends de vous que vous me secondiez de la meilleure des façon, selon les consignes qui vous ont été données. Je vous rappelle également que vous serez placée en état d'hibernation contrôlée vingt-heures sur vingt-quatre. En cas d'avarie sérieuse me concernant, ce qui n'arrivera jamais, vous seriez automatiquement sortie de votre sommeil. Avez-vous des questions ? Heu... comment dois-je t'appeler ? Tout d'abord, n'oublie jamais que JE suis le capitaine de bord. Aussi, je n'accepte pas d'être tutoyé. Du moins pas tant que nous n'avons pas fait plus ample connaissance. Ensuite, comme tu le sais déjà, je me nomme ARCH 42. Tu dois donc m'appeler ainsi. J'accepte éventuellement d'être surnommé « ARCH », mais rien de plus. Et ben... on m'avait prévenu que vous aviez un caractère bien trempé, mais je ne m'attendais pas à pareil accueil. Certes, je suis un ordinateur. Mais pas n'importe lequel. Je suis le plus puissant des ordinateurs jamais créés à la surface de la Terre. Probablement même de l'Univers. Mes capacités théoriques sont autrement plus grandes que celles de n'importe quel être humain. Je possède une conscience ainsi que les facultés de penser et de parler. Je vous accorde que je possède surement les défauts de mes qualités. Mais quoi qu'il en soit, je peux me permettre d'être d'une exigence sans faille. Je suis également capable de compromis lorsque la situation l'exige. Aussi, puisque nous allons passer de longs moments ensemble, il est vrai qu'il serait peut-être plus agréable que nous nous tutoyons mutuellement. J'accepte donc d'accéder à requête à ce sujet. Puisque nous ne partons que demain, peut-être pourrais-tu faire le tour du Rose of Winds afin de t'imprégner des lieux. Qu'en dis-tu ? Je crois que tu as raison. J'y vais de ce pas. J'espère que nous parviendrons à bien nous entendre tous les deux. Il n'y a aucune raison que ce ne soit pas le cas ».
A la suite de ce premier échange entre les deux entités, chacun vaque à ses occupations, préparant le grand départ désormais prévu dans moins de vingt-quatre heures. Meghan se promène dans les couloirs du vaisseau, prenant note de tout ce qui pourrait lui être utile tout au long de l'opération. Elle en profite pour s'adapter aux quelques détails qui, parfois, peuvent différer de la réplique utilisée durant sa formation initiale. De son côté,ARCH 42 reçoitdernières mises à jour système envoyées par les les toutes techniciens du centre spatial Kennedy. Il ne s'agit plus là de commandes vitales, mais simplement d'ajustements dans le code sources de certains des logiciels et programmes composant le capitaine de bord. A dix-huit heure, celui-ci effectue son tout premier rapport, sous la forme d'un ultime test.
Aucune donnée scientifique n'a été produite aujourd'hui. Ce résultat vient du fait que le Rose of Winds n'a pas encore quitté la Terre. Le Docteur Harper et moi-même nous sommes rencontrés pour la première fois. Nos
Histoire diffusée sous licence Creative Commons BY-NC-ND- Clément Hourseau / Univers parallèle
premiers échanges ont été cordiaux et nous ont permis d'en apprendre un peu plus l'un sur l'autre. Elle me considère comme ayant un caractère bien trempé. Je pense qu'elle n'a pas tout à fait tord. A la suite de l'analyse des conditions météo anticipées pour demain, j'ai affiné la trajectoire de décollage. Elle nous permettra de réaliser quelques économies d'énergie. En outre, les différents tests composants m'ont révélés quelques erreurs de codage binaire. L'erreur étant humaine, je les ai toutes corrigées mais ne vous en tiendrais par rigueur à l'occasion de nos prochains échanges. Je vous prierais seulement de prendre garde à ce genre de choses qui pourraient mettre en péril la mission Earth Quake dans son ensemble. Considérant d'ailleurs que le test d'étude prévu sur la planète Mars n'apportera que peu d'éléments nouveaux à la communauté scientifique au vu des connaissances déjà avancées la concernant, j'ai modifié la cible de test et ai, à ce titre, qualifié Europe, la Lune jovienne. En phase de test de la propulsion secondaire, j'estime qu'il nous faudra environ quarante jours avant d'atteindre la cible. C'est une durée raisonnable compte tenu de son intérêt scientifique élevé. Fin de la transmission. Prochaine communication dans vingt-heures. Terminé... »
A la réception de ce tout premier rapport, les agents chargés de son analyse restent bouche bée devant les propositions deARCH 42. Eux qui n'avaient, jusqu'à présent, travaillé qu'avec un version bêta du programme, sont stupéfaits par son assurance. Si ils ne savaient pas qu'ils ont à faire à un ordinateur, ils pourraient aisément penser échanger avec un être humain. Quoi qu'il en soit, sans le savoir, le commandant de bord vient de passer avec succès ses premiers tests grandeur nature, et même plu encore. En effet, compte tenu des spécificités de mission qui lui ont été communiquées, il est évident que l'étude rapprochée de Mars n'a aujourd'hui que peu d'intérêt face à celle d'Europe. De même, les quelques erreurs de codage étaient des pièges visant à analyser la capacité de détection et de correction de l'ordinateur... à l'exception de trois d'entre elles, qui n'avaient rien de volontaires.
Sur ce, Meghan est invitée par ARCH 42 à rejoindre son sas d'hibernation afin d'y passer sa première nuit. Si techniquement parlant rien ne nécessite que la jeune femme passe les cinq sixièmes de chaque journée dans un état d'inconscience artificiel, cela permet tout de même de rallonger sa vie d'autant. Ainsi, pour chaque année passée selon ce nouveau de vie, elle ne vieillira, à peu de choses près, que de deux mois. Grâce à cette technologie, il lui sera dès lors, possible de vivre au minimum jusqu'à l'âge de trois cents ans.
Histoire diffusée sous licence Creative Commons BY-NC-ND- Clément Hourseau / Univers parallèle
Jour du lancement, samedi 7 mars– Comme l'avaient anticipé les prévisions météo, le temps en ce début de week-end est au beau fixe. Les conditions sont parfaites pour entrer dans vif du sujet de la missionEarth Quake. Scotchés à leurs écrans, les contrôleurs de vol sont aux aguets. Ils surveillent le moindre petit grain de sable susceptible de venir gripper les rouages de la machine. Pour les seconder et s'assurer que rien ne leur échappe, ils sont secondés parARCH 42. L'ordinateur de bord est chargé d'analyser en permanence l'ensemble des paramètres de vol et de le modifier si besoin était.
Le compte à rebours est déclenché. Il ne reste plus que soixante minutes. Les derniers contrôles du matériel ont lieu en ce moment même. La moindre avarie détectée aurait pour conséquence un report automatique du lancement. Les résultats des analyses tombent les uns après les autres. Tous se révèlent être négatifs. La tension s'accroit petit à petit dans la salle de contrôle. Les techniciens s'activent devant leurs écrans, tandis que le médecin au sol suit l'évolution des constantes vitales de Meghan. A dix minutes du grand départ,ARCH 42effectue son ultime rapport au sol.
Les vérifications de l'ensemble des systèmes et équipements révèlent un parfait état de fonctionnement. Je n'ai eu a apporter aucune modification ou correction. Le Rose of Winds est fin prêt au décollage. Les Docteur Harper se trouve toujours en hibernation. Son état de santé est satisfaisant, tout comme l'est son état de stase. Les premières données concernant ce système sont conformes à celles établies dans le cahier de charges. Les capteurs internes confirment un vieillissement infime, qui représente, par extrapolation, quatre à cinq secondes seulement par période de vingt-heures. Les conditions générales représentant un risque inférieur au seuil fixé pour un décollage « accompagné », la présence du Docteur Harper n'est pas nécessaire. Par conséquent, j'ai décidé de ne pas faire appelle à elle pour cette première phase de la mission. Aussi, comme le prévoient le protocole, elle reste confinée en hibernation. Je réévaluerai ma position en cas d'apparition de dangers particuliers. Sur ce, je mets fin à ce rapport, afin de me concentrer uniquement sur l'extraction du Rose of Winds de l'atmosphère terrestre. »
Comme précisé parARCH 42, Meghan est installée dans son caisson de stase. Les yeux ouverts, immobile et immobilisée, son visage laisse apparaître une impression de décontraction. Conservé dans cette boîte hermétique et bercé d'un gaz froid, son corps évolue au ralenti. Seuls ses organes internes travaillent encore... au ralenti. Les bras tendu le long du corps, semi assise, elle va vivre le début de mission tel un simple objet de décoration dont le rôle n'est que secondaire. Elle ne se réveillera que dans six heures, lorsque leRose of Winds trouvera en phase de test se intensifs à proximité de la Lune. Les ultimes tests d'autonomie deARCH 42y seront alors menés. Bien que les simulations informatiques réalisées au préalable soient formelles sur le caractère « infaillible » de l'ordinateur, rien ne vaut une série d'essais grandeur nature, en conditions réelles.
« 10...5... 4... 3... 2... 1... décollage. Trajectoire idéale conservée. 9... 8... 7... 6... Allumage des propulseurs terrestres effectué. Altitude mille cinq cents mètres. Vitesse douze kilomètres seconde. Intégrité du Rose of Winds confirmée. Systèmes primaires, secondaires et vitaux opérationnels. Chambre de stase active. UAR fonctionnels. Auto-diagnostique réactif et positif. Confirmation de la poursuite de Earth Quake. Extraction terrestre effective dans vingt-sept secondes. »
Histoire diffusée sous licence Creative Commons BY-NC-ND- Clément Hourseau / Univers parallèle
Les premiers tests, dimanche 8 mars– Comme prévu dans le protocole de sécurité duRose of Windsdoivent être entamés, s'étalant sur une période d'une quinzaine d'heures., divers essais Pour l'occasion et pour ne pas provoquer d'incident,ARCH 42est momentanément « démit de ses fonctions » et remplacé à bord parARCH 21, son petit frère. L'ordinateur est alors connecté à la version virtuelle du vaisseau, et va devoir réagir de différentes manières en fonctions des situations dans lesquelles il va se trouvé plongé.
« Alerte collision ! Risque de collision avec un corps étranger de taille conséquente. Activation des boucliers à air comprimé, code E5-783. Puissance de protection soixante-dix pour cent. Prise en en charge de la déviation trajectoire par contre-activation du gouvernail à zéro degré trois. Mode défense actif. Ajustement de la commande de protection à soixante-treize pour cent. Correction prise en charge de la déviation de trajectoire à zéro degré trois-deux. Mode défense en sommeil, danger en phase d'éloignement. Trajectoire initiale conservée. Succès opération confirmée. Alerte collision terminée. »
En seulement quatre secondes, le super ordinateur est parvenu à conserver l'intégrité du vaisseau sans la moindre intervention humaine. Les conditions « d'attaque » étaient particulièrement difficiles, mais elles ont été bien analysée et contrées. Une nouvelle situation de test est alors mise en place.
« Alerte déviation ! Déviation importante de trajectoire. Soupçon de mal fonctionnement des équipement directionnels. Analyse de la situation. Réponse négative du système de navigation. Intervention imminente. Risque de collision avec un planétoïde. Recherche de solution alternative satisfaisante... activation des propulseurs latéraux PL 6-34 à PL 9-195. Réduction de la vitesse de croisière à vingt mille kilomètres seconde. Objectif minimal, virage à deux degrés cinq-un. Déviation insuffisante. Réduction de la vitesse de croisière à cinq mille kilomètres seconde. Objectif minimal déviation inchangé. Mise en sûreté du Rose of Winds en cours... Sûreté acquise. Danger en cours d'éloignement. Résultat de l'étape numéro un : succès. Réinitialisation du programme de navigation... redémarrage terminé. Correction non appliquée. Problème de navigation non résolue. Cause matérielle. Demande assistance. Sortie de stase du Docteur Harper activée... »
La réaction deARCH 42 est conforme à ce que prévoient les protocoles. En cas d'incapacité à gérer par lui-même une avarie, il se doit de demander assistance au Docteur Harper. Celle-ci sera en effet à même d'intervenir physiquement sur d'éventuelles pièces défectueuses ou bien sur certains sytèmes particuliers non liés au réseau interne duRose of Winds.
Alerte anomalie interne ! Anomalie interne détectée dans la couche mémoire 6-92. « Risque de dégradation et d'altération des capacités décisionnelles. Intervention immédiate. Délégation des services primaires, secondaire et vitaux à SIS 1 -Système Informatique de Secours 1- et arrêt des opérations non essentielles au maintien de l'intégrité duRose of Winds. Transfert effectué avec succès. Sauvegarde des données internes avant réinitialisation complète du système ARCH 42. Réinitialisation en cours... Système opérationnel. Vérification correction de l'anomalie interne... Vérification négative. Anomalie interne toujours présente. Détection de l'avarie. Erreur 832 confirmée. Situation critique. Disque mémoire principal défectueux. Tentative d'auto-réparation. Analyse des solutions existantes. Application de la meilleure solution. Réallocation des clusters endommagés. Réparation partielle confirmée. Réinitialisation système... Système opérationnel.
Histoire diffusée sous licence Creative Commons BY-NC-ND- Clément Hourseau / Univers parallèle
Vérification correction partielle de l'avarie interne. Vérification positive. Évaluation de la nouvelle capacité de traitement des données. Résultat satisfaisant » selon le cahier « des charges. Poursuite de l'opération Earth Quake. Transfert des données depuis SIS 1 avant désactivation du système. Transfert complété. Désactivation de SIS 1. Fin d'alerte confirmée. Reprise du vol dans les conditions normales. Alerte terminée. »
Une nouvelle fois, la réaction deARCH 42 fût celle escomptée d'après le scénario proposé. Sa capacité à analyser une avarie interne à sa propre architecture et à transférer le contrôle des systèmes importants à l'ordinateur de secours sont impressionnantes. La conception deARCH 42une prouesse technologique sans précédent. Ses est en elle-même coûts de mise au point furent extrêmement élevés, mais le jeu en vaut la chandelle tant ses prérogatives techniques et décisionnelles sont irremplaçables. Bien sûr, il ne s'agit là que de tests. Cela n'aura échappé à personne. Il n'avait aucun danger immédiat menaçant leRose of Winds. Néanmoins, ignorant ces paramètres, l'ordinateur a réagit de la meilleure des façons qui soit, et ce dans trois situations particulièrement critiques.
Histoire diffusée sous licence Creative Commons BY-NC-ND- Clément Hourseau / Univers parallèle
Fin des tests – Dimanche 8 mars – La série de tests grandeur nature prend fin plus tôt que prévu, après une bonne douzaine d'heures de mises en situations variées. Si dans un premier temps il s'agissait de tester les réactions deARCH 42 face à des danger imminents, la suite des opérations visait surtout à valider le bon fonctionnement des équipements de bords et du matériel scientifique embarqué. Les résultats obtenu étant parfaitement conformes aux attentes, ordre a été donné au commandant de bord électronique de débuter la mission d'exploration de l'Univers dévolue au Rose of Winds.
 d'autorisation d'extraction du système Terre-Lune bien reçue. Activation« Commande des propulseurs secondaire demandée. Accélération progressive du vaisseau, jusqu'à atteindre la vitesse de cents kilomètres seconde. Préparation de l'orbite lunaire d'éjection. Assimilation des données. Vitesse de sortie atteinte. Entrée en orbite lunaire. Réduction de la puissance de poussée des propulseurs. Vitesse en augmentation à cents cinquante kilomètres seconde. »
En se plaçant ainsi sur une certaine orbite lunaire, leRose of Winds, en effectuant sa révolution, acquiert une vitesse de plus en plus importante, laquelle est imprégnée au vaisseau par le champ gravitationnel de l'astre. Les ingénieurs utilisent cette propriété depuis de nombreuses années lorsqu'il s'agit d'envoyer des sondes à la poursuite de corps célestes éloignés. Qu'il s'agisse de planètes, de « lunes » ou bien encore de plus petits objets telles les comètes ou les astéroïdes, cela permet de donner une accélération non négligeable et par la même occasion, de faire des économies d'énergie.
« Éjection du champ d'attraction lunaire confirmée. Nouvelle vitesse de vol estimée à deux cents kilomètres seconde. Confirmation officielle que le Docteur Harper est désormais l'être vivant s'étant le plus éloigné de la planète Terre. »
Les techniciens chargés de l'analyse des rapports deARCH 42 le étudient de près, de façon à consigner chaque étape de vol et de référencer les moments clés de la mission. Rien ne doit leur échapper. Pour le moment, la réceptions des données transmises se fait quasiment en temps réel. Il n'y a que quelques petites secondes décalage. Il leur est donc possible de les traiter instantanément. Plus leRose of Winds s'éloignera, plus ces envois prendront de temps avant d'arriver sur Terre. Il sera alors plus compliqué de communiquer avecARCH 42et d'avoir connaissance des évènements survenant à bord.
« Les commandes répondent parfaitement aux ordres que je leur fait parvenir. Il n'y a rien à signaler, tant au niveau matériel que logiciel. La sécurité à bord est parfaitement assurée. Je vous envoie quelques une des nombreuses photographies réalisées à partir des EPtHD -Equipements Photograhiques très Haute Définition-. Vous y découvrirez des vues du système Terre-Lune d'une qualité jamais égalée. Lors de l'orbite lunaire, je suis également parvenu à photgraphier le site d'alunissage de la mission Apollo 11. Le module lunaire ainsi que le drapeau américain y sont parfaitement visibles. J'ai, par la même occasion, détecté les restes d'un planétoïde en orbite géostationnaire au sein de la face cachée de la Lune. Les données des analyses recueillies tendent à indiquer qu'il ne s'agit pas d'un phénomène naturel. Il ne m'étonnerait pas qu'il s'agisse des restes d'un astéroïde capturé par une quelconque mission secrète il y a plusieurs décennies. Cela tendrait à supposer l'existence actuelle ou passée de programmes spatiaux d'envergure. Je vais intégrer ces possibilités à mes différentes bases de données. Peut-être cela me servira-t-il dans l'avenir au cours de l'opération Earth Quake.
De toutes les informations reçues lors de cette transmission, cette dernière créée un malaise dans
Histoire diffusée sous licence Creative Commons BY-NC-ND- Clément Hourseau / Univers parallèle
l'assistance. Car si un programme visant à la capture et au remorquage vers la Lune d'un astéroïde était bel et bien envisagé il y a une trentaine d'années, celui-ci n'avait jamais été mené à bien. Faute de financements et de technologies adéquates, il avait tout bonnement été mis aux oubliettes. Une mise de côté qui, désormais, apparaît comme n'ayant jamais eu lieu. Aux origines ce projet de capture d'un astéroïdes à des fins de prospection était issu de l'agence américaine. Mais à la suite d'évaluations budgétaires bien trop élevées comparées aux budgets disponibles, il fût décidé de le ranger dans les cartons. Des « cartons » qui pourraient bien avoir été réouverts soit par des sociétés privées, soit par le gouvernement lui-même. Les faits sont là.
Histoire diffusée sous licence Creative Commons BY-NC-ND- Clément Hourseau / Univers parallèle
En route pour Mars – Lundi 30 mars– La planète rouge ne fait plus partie des plans duRose of Windsdepuis queARCH 42préférer Jupiter et son satellite Europe. Néanmoins, ellea décidé de lui va tout de même jouer un rôle dans ce début de mission spatiale. Tout comme la Lune, elle va servir de « rampe d'accélération » du fait de sa force de gravité. Après Les ingénieurs terrestres suivent avec attention l'évolution de la mission. Si expédier un appareil humain en orbite martien n'a plus rien d'exceptionnel aujourd'hui, il s'agit d'une toujours d'une manœuvre des plus délicates. Ajouté à cela le fait que personne ici n'a plus le moindre contrôle sur le vaisseau, et l'on obtient une importante dose d'anxiété parmi l'assistance.
De son côté, Meghan va vivre l'approche martienne aux premières loges. Profitant de sa sortie journalière d'hibernation, elle a décidé d'assister au spectacle depuis le pont d'observation, un vaste espace donnant sur l'extérieur et habillé d'une baie vitrée sphérique d'une dizaine de mètres carrés. Un lieu exceptionnel pour observer les merveilles dont regorge l'Univers. C'est ainsi que la jeune femme en profite pour se mettre à rêver de choses et d'autres, bercée par ce spectacle sans commune mesure. La planète rouge au premier plan, le système Terre-Lune au second, et le soleil pour éclairer le tout. Un véritable rêve d'astronaute.
 acquis de conscience, j'ai décidé de lancer quelques études spectrales et« Par atmosphériques sur la planète Mars. Ce sera l'occasion peut-être l'occasion d'affiner certaines données, tout en mettant à l'épreuve les premières UAR. Je n'attends de bien extraordinaire, mais ne sait-on jamais... Concernant le vol en lui-même, tout se passe pou le mieux. Je n'ai rien détecté d'anormal ni de surprenant. Vous pouvez dormir sur vos deux oreilles, j'ai la situation bien en mains. Enfin si je puis dire. »
Le choses évoluent comme conformément aux prévisions. Le passage par la planète rouge s'avère au final n'être qu'une simple formalité. Le seul élément problématique est d'origine solaire. Une importante éruption de masse coronale vient de s'échapper de l'astre du jour. Les nombreux satellites et sondes chargés de le surveiller indiquent présence de quantités phénoménales de matière. Le danger est grand pour la Terre, tout comme pour leRose of Windseffet, les équipements de communication du centre spatial. En Kennedy risquent de devenir aussi bien aveugles que muets, là où le vaisseau pourrait, en ce qui le concerne, voir une bonne partie de ses systèmes être touchés.
Ce risque était parfaitement connu des concepteurs de l'engin et des pères » de la missionEarth « Quake. Pourtant, sa rareté ainsi que les capacités de l'Homme à les prévoir ont poussés tout le monde à ne pas prendre de précautions particulières. Jusqu'à présent, les modèles scientifiques supposaient qu'une éruption solaire de cette ampleur était parfaitement impossible. La preuve aujourd'hui que rien n'est impossible.
 d'une activité « Détectionanormale du soleil, étoile de type naine jaune, vient de voir son activité se décupler brusquement. Des éjections de plasma sont redoutées. Il n'y a pas d'alerte précise dès maintenant, mais il convient de vérifier avec précis quelle sera l'évolution de ces jets spatiaux. Dans l'attente de plus amples informations à ce sujet, mise en place du confinement partiel de l'ensemble des équipements électroniques et informatiques. Seuls les systèmes et équipements vitaux doivent rester en activité pour le moment. Leur ajustement aura lieu au dernier moment, selon l'évaluation des risques. Bien que je dispose d'environ trois jours avant d'être affecté, j'estime qu'il vaut mieux prévenir que guérir. Malgré ma fiabilité à toute épreuve, j'ai été construit par l'Homme... ce qui fait de moi, par nature, un être potentiellement -mais avec une probabilité proche du néant- faillible. »
L'inquiétude grandi petit à petit en Floride. Bien que leRose of Windsai été conçu afin de résister à toute « intempérie » un tant soit peu prévisible, de crainte légitimes se font jour quant à la  situation à venir.
Histoire diffusée sous licence Creative Commons BY-NC-ND- Clément Hourseau / Univers parallèle