//img.uscri.be/pth/5b6a1a7274e71a4609b2ee17a4f1a62980da48ce
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Société des Amis de la charte de 1830. Aux électeurs... de la Seine . (Signé : Un électeur.)

8 pages
Impr. de Plassan ((Paris,)). 1830. France (1830-1848, Louis-Philippe). In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

SOCIÉTÉ DES AMIS DE LA CHARTE DE 1830.
AUX ELECTEURS
DU DÉPARTEMENT
DE LA SEINE.
ÉLECTEURS
En rendant témoignage des voeux et des besoins du pays,
vous allez en même temps décider de son avenir.
Songez-y bien; la question à résoudre est celle-ci : Voulez-
vous consolider, une fois pour toutes, le gouvernement de
juillet? ou bien nous laisserez-vous courir la chance d'une ré-
volution nouvelle?
D'un côté, la Frarice, la véritable France, tout ce qu'il y a
d'hommes intéresses à l'ordre, industriels, marchands, culti-
vateurs, ouvriers, propriétaires, vous demandent des députés
qui aient assez de coeur, assez de lumières, pour les dé-
fendre de l'anarchie et affermir à jamais ce que nous avons
fondé.
De l'autre des hommes qui se disent les amis exclusifs de la
liberté, les uns purs d'intention, sans doute, mais égarés par
leurs théories, les autres, jouets d'une ambition chagrine ou
2
de passions plus mauvaises encore, vous harcèlent pour vous
faire choisir des hommes qui les laissent faire, sous prétexte
que la France a besoin de mouvement perpétuel, et veut la
révolution en permanence.
C'est à vous de choisir, électeurs, à vous qui avez votre
bien à conserver, votre famille à nourrir, votre état à exercer.
En approchant de l'urne électorale, demandez-vous vingt
fois à quelles conditions on mérite votre suffrage ! Songez
qu'il y a tel candidat, fort honnête homme d'ailleurs, qui,
sans le savoir, par système ou par faiblesse, vous laisserait
aller, d'émeute en émeute, tout droit à d'incalculables dés-
ordres.
Songez aussi que la plupart: ont un masque sur le visage ,
et que, sous ce masque, vous trouveriez peut-être un hom-
me de l'émigration, un séide du gouvernement déchu,
Soyez sur vos gardes; les pièges vous entourent. Au mi-
lieu de tant de mensonges, d'inventions absurdes, de flatte-
ries que les partis font pleuvoir sur vous , consultez-vous
froidement : sachez démêler vos vrais amis, vos véritables
candidats.
Il y a un an la, tâche était facile; vous aviez un gouverne-
ment ennemi et justement suspect; vos intérêts n'étaient pas
les siens, ses voeux, ses goûts, n'étaient pas les vôtres : il
en voulait à vos droits, à vos idées, même à vos biens. En
repoussant les amis de ce gouvernement, en choisissant ses
adversaires, vous étiez sûrs de ne pas vous tromper.
Mais aujourd'hui tout est changé, tout, quoi qu'on vous