Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 0,99 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

THE FRENCH REVOLUTION
RESEARCH COLLECTION
LES ARCHIVES DE LA
REVOLUTION FRANÇAISE
MAXWELL
Headington Hill Hall, Oxford OX3 OBW, UK
i;t b
pÛÛi^ml^J^Icii ij9i, Van r. de la
Qfa nom de la Commission nommé* pour
Imprimée par ordre du Département
Département, membres
l^&^iiàmiîiiBM^c Baixasd, Imprimeur du Dipanement
un mémoire dont il tes copies & qu'it
n'en remet qu'à linftant une au rapporteur
Nous nous demandons fi. c'eft là une défenfe
franche.
«donné tout notre tems à recevoir leurs dires
qua nous les avons facilités autant qu'il étoit en
nous; que les' lettres & pièces qui! n'etoit pas
prudent, peut être, que nous leur remiflions,
ont toujours été à leur difpofition pour en pren-
dre lecture ou des coptes que Beaufils en a
même» copié plusieurs; que, dès que ilièferip-
don a été faife, nous avons fait copier celles dont
il ne demandoit que des extraits, & que toutes
les délaii iîojiii
luije jconftate.
lyyauti
notre rapport du 22 avril & de les leur rçejaet-,
txt -furlef champ, ..̃%
Vous tentez que
vous
•n'ayons py que les parçpurir rapidemeajt, jUj^i
après vous avoir
dirai tanche-;
ment ce que je penfe fur le tout*
t ï>'
A2
l'hompie je fais que
de gainas par
c'eft encore une des malheureufe»
fortes de je n'en ex-
primerai pas moins ce que je l'égard» dé
fera pas moi qu'on
rien pour les
pas' y contraire» £ parmi
x
Nous vous, avons .rapporte /wp{ à mot lesdé-
f opération
Torti de la caiîTe dû Mont-dfe Piété
demande de les mettre
1eh état d'arreftation vous avez ordonné qu'ils
fait dont ils
fpht convenus relativement 'il vente de ce nu-
iiéraife. Qui dé vous ou de nous, a tort ? Y en
a-t-il d'autres que Beaufils & Mailley qui ayent
tert? que nous feifons aux
tommes fans prévention.
vous »ous avez
Continué les pouvoirs que vous nous ayies don-
hés pour le bietf de Tadminirlration de l'étabÛf-
Rao"ort du
st
C4*>
fement
Vous nous avez autorifé auffi
provifoirrment tels employés,
'Vous nous avez chargé, faire
des papiers étant
Iefdits
Nous avons à vous faire le rapport de ce. qj4
Le Procureur-Général-Syndic.a fait mettre
fur-îe- champ en
Nous
ne. po
l'un vous
iT
pendre te
Nous avons
Nous avons
du
en état
-*̃>̃

'Nous n'avons pas voulu nous permettre dit
fufpendre aucuns
nous (Sommes établis à la Dzreâion, pour y
les (celles
chez Mailley >
de fuite nous en, avons appofé auffi à la
1: Le lendemain pour que les opérations de
pas
jjtevé-lcs nous
avons
7V-
,,Une remarque que
c'eft que le. cainlèr avoit les trois clefs du coffre,,
il ne devoit qu'une, une autre: devoit être
aux l'autre en
opération» tic lacaiffisj
mais, deux jours après nous étant faii reprèfett-
ter les comptes
caiflb ëtoit de lîv*>;& fàtAaàt
tn Je ©«eâeur ."iv'ojt âbnttè ht hoas
la çaiS
̃̃̃<<*̃)̃'
ieeliés fur fa caifTe & fur le coffre.
P.4«-&4».
Ifous avons appelé auflî
pour qu'it fut préfent l'examen de ce qui ctoît
fous les
direâiôn nous avons fait
criptïpn de
de ce qu'il nous- a dit être plus preffant nous

pouvoir lui hiflèr, fans nous coanDromettre.
P. 76 &
79.
Nous lui avons fait faire des copies de celles
que nous n'avons pas jugé à propos de' lui déli-
vrer, & tant pour nous aflurer des originaux,
que parce qu'il devoit avoir dans fa caine
fans les bons du caiffier, & encore
parce que 4et papiers en très-grand nombre, dont
la defcriptftMKft'a pas été faite pouvolerit con-
duire à de plus gtands éclairoifièmens par la fuite,
nous avons appofé le fçêllé fur le cabinet où;
Ces, opérations & les dires 'de BeaufilsS:
Mailley nous, bntiprj? tout nôtre temps.
Il en -réfulte que le: 2â jour de Tarref-
tation de BeàtiBfai & dé Maîlley ils étoiélit
convenus entre euxqueBeaufifereéëvroit le rerti-
bourfement d'une -rente de $ôo îiv. qui! à fw
A*
fœur, &de 38,opolnr.,reftant de fon caution-
nement en espèces; ce rembouriementauroit
été fait à la date dudit jour aa avril fî l'arrêt-
tation de Mailley ne Tavoit pas empêché d'ache..
ver la journée du 32 avril, Sçfîlcs.fcellésn'avoient
pas; été mis furies papiers & la caMè de la direc-
non. Déjà, le bpydçreau étoit fait, en pnncipa!,
arrérages & intérêts, il devoit revenir à Beaufib
a&es du rembourfement
étoïent drefles il n'y manquoit que la fignatufce
du notaire j il avoit touché XQ,opô Ii,. dont le
caMer lui avoit donné un bon,, comme reçues
dudit Beaufilsj l'appoint f.a»oit été
fait' auffî.
Nous avons dit que ce rembourfement n'aurait
pas lieu juiqu'â ce que vous euffiez ftatué à cet
égard; Ôç fur la demande de Mailley $e de Beau-
fils, nous avons remis à Mailley le bon de xooool.
& Beaufils lui a remis Eappoint des 10 f.
qu'il avoit, touché^
Le rtmhourfement étolt préparé 'de longue
main. Immédiatement après la révolution du 10
août Sçda feptembrev le dudit mois de
lèptembre,, Beau^lç s'étoit fait cautionner 1 on
immeubles par acte devant Préau ce que fAdmi- é
pas wulu fajre
es y
cautionnement qu'il avolt été
en- immeubles il
èc accepter tout enfemble ce cautionnement.
• Quelques jours après notre apparition au
de-Piété, f le 4 mars ) il obtient de là fcear qui
•avoit rufUfruit de fa t'enie de Ôop tfv. 'fur l'éta-
•biifièment, un confentement
fommes loin de
des rentes &
Font à y retenue
imais
Car, apr|s
avoir opéré pour lui, il a opéré dans Je ni?me
J genre pour Dëlorrrie, qui effi le pléipier garde-
magafin & que nous avons fufpencfu.
Ses pièces nous ont 'donné occafion de
demander à Éëaufils, ce gue c'êfi: lettre
Me change de liv, dû février
entrée au coffre $c dont le montant lui. a ^ié
payé le 12 mars ce que ç'eft àiiill qu'une
vattè lettre de change de <56éoliv.,d^^ février
5f7^b égâlënsent entrée au coï&e iSc
en fes mains, \é e6 mars l£pi & s'il '*}§$
jecette de ces fbmines ?
̃̃?>'
des
au profit deji
̃̃ •-
t Nous lui ayons obfevé que quelque chofë
devdfe en ccaiftatar l'entrée au
ainfi quie Ja, fbrtié j il nous a dit quil np. pouttoll
tant différens
qui eap^oh I la ^li^rance grattute
nous avons été forcés d'en reftef là.. x
Velia a>ea' vu* â^éc quelle' audace
fAdhiiriiftrationprodiguoit l'aTgènt
employés qui avaient été fort peu de teins en
.place. Vdyez ^maintenant avec quelle inhurhahifé
elle lècours aux Veuves iridigeqte's
dans l'état de dénuement; laveuse de l'un d'eux
n'a pas été écoutée à celle d'un autre, quoique
principal* employé on a
une' fois payées
avoient cependant un long dans tétà*
dur enveSrs ceux fur fe fort;
defquels on devoit s'attendrir, on étoit prodigué
de» par ens: Lé Mdnt-
P. 7».
P. 76.
Cio)
p. 71.
rap-r
befoin de commis
extiaordinajre
duit un qui
des
pertes.
Dans kg pièces dont nous avons fait la def-
Comité deshôjpî-
fera reconnoître -p;ar l'un
des gros fournifleurs.de cet établiflèment qu'il
a fait double emploi de fomm^. qu'en corifé-
quence il fe reconnoît débiteur tant envers le
Moty-de- Piété qu'envers f Hôpital 'général
d'une foinme de liv. 2. f. qqi lui put été
payés de trop.. ̃ ̃
Cette délibération en a entraîné une au Mont-
de-Piété du 13 feptembre fuivân* laquelle les
doivent refter dépofés â la direc-
tion, jusqu'au règlement des nouveaux' mémoires
à donner, par le foumiflèur de fe* derfliers
ni Beaufils v\
nous nous
pour prévenir de tels gafpillages.
Nous en avons vu un autre c'eft celui de
la formation, à
commiflàire au Châtelet Fontaine dont les
l'avons dit page 46
Le de l'écriture de Beau-
fils nous avons
de là fixation des traitemens en 1701 par cette
fixation on s( fait trop pour les principaux em-
ployés, & moins qu'on ne devoitpourprefquetoiw.
les autres.
Quant à lui il ne paroît pas qu'il s'oubliât
par unedélibération du.2'1 janvier te bureau
du Mont-de-Piété a approuvé & autorifé là vente de
regiftres& vieux papiers énonces dans un expofé
dudireaeur^eWra/,&ils'èft réfervé deftatuerfur
les récompenfes des garçons qui préparerpient
cette vente.
On 'à Uaffemblé ces règiftres & vieux papiers;
il y en a eu f 000 pefa«t,que le direâeur Beaiinay
a Yendus;à, j* fous la livre, à un citoyen qui ̃̃; après
la retraité de «e diréôeur, a payé iyoa livres
pour Suivant tin iniandât,
ni daté
P.
P. le.
«m. <>•
(12 )
deux employés
vaille p la Tomme de fait fans
délibération quoique celle du 3 1 janvier
.^poriât que le bureau le, réfervok de Saluer fur
garçons.
• jN^us lui ayons demandé s'il avoit fait recette
,jj«é jjpoiuV. aupi;ôfitderéjtabBflème»t,faufla
préfentant
le tnandat, des lyo livres, MM. les
ne.devait pas être
»> fait dépenfe de cette fomme, parce qu'il ne
i,yoo livres,
>»dont, attendu l'objet du produit, remploi ref-
»teroit à fa difpofition pour des dépenfei de-
» pertes ou de récompenfes p&fiiçuUères &
v qu'une indemnité qui paroiflbit lui être due pour
la non-jouiflànce du hgement qui lui avoit dté
s'y farouveroit comprime ainfi que
»différens autres payethens en perte qu'il avoit
» fykrf fans enregittrement en dépenfe dont il a
» des reçus dans fes papiers mais qu'à cet égard,
» il u'exiftê pas de dëiktration ayant été confî-
les mauvais papiers du Mont*>de-Piëté
vendus
Sc,*n indemnité tant de
que
du contentieat lui oew-
pilonnent».