Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

L'Impromptu de Versailles

De
53 pages

BnF collection ebooks - "MOLIERE : Allons donc, Messieurs et Mesdames, vous moquez-vous avec votre longueur, et ne voulez-vous pas tous venir ici ? La peste soit des gens ! Holà ho ! Monsieur de Brécourt !"

BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Rome sauvée

de bnf-collection-ebooks

Les Précieuses ridicules

de bnf-collection-ebooks

Les Fâcheux

de bnf-collection-ebooks

etc/frontcover.jpg
À propos de BnF collection ebooks

 

BnF collection ebooks est éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.

Fruit d’une sélection fine réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF par un comité éditorial composé de ses plus grands experts et d’éditeurs, BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés.

Morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse, tous les genres y sont représentés.

Éditée dans la meilleure qualité possible eu égard au caractère patrimonial de ces fonds, conservés depuis de nombreuses années par la BnF, les ebooks de BnF collection sont proposés dans le format ePub, un format ouvert standardisé, pour rendre les livres accessibles au plus grand nombre sur tous les supports de lecture.

Personnages

MOLIÈRE : marquis ridicule.

BRÉCOURT : homme de qualité1.

DE LA GRANGE2 : marquis ridicule.

DU CROISY : poète.

LA THORILLIÈRE3 : marquis fâcheux.

BÉJART4 : homme qui fait le nécessaire.

Mlle DU PARC : marquise façonnière.

Mlle BÉJART : prude.

Mlle DE BRIE : sage coquette.

Mlle MOLIÈRE : satirique spirituelle.

Mlle DU CROISY : peste doucereuse.

Mlle HERVÉ : servante précieuse.

La scène est à Versailles, dans la salle de la Comédie5.

1Brécourt sortit de la troupe pour entrer à l’Hôtel de Bourgogne, à Pâques 1664, six mois après la première représentation de l’Impromptu ; il fut, et pour ce rôle aussi sans doute, remplacé par Hubert ; mais la pièce, après son départ, ne fut plus jouée en public : voyez la Notice, p 376 et note 5.
2Dans l’édition de 1734, LA GRANGE, sans de.
3L’édition de 1682 écrit ce nom la Torillière dans la liste des acteurs, et la Thorilière dans le courant de la scène II. Les noms de la Thorillière et de Béjart sont mis après tous les autres dans l’édition de 1734, qui termine la liste par cette indication : QUATRE NÉCESSAIRES.
4Dans la Ire édition (1682), il y a ici Béjart, et deux lignes plus loin, Mademoiselle Bejar. Dans le cours de la pièce les deux noms ont d’ordinaire le t final ; une fois, vers la fin de la scène I (p 403 de notre texte), on lit Bejard.
5La scène est à Versailles, dans l’antichambre du Roi. (1734.) – « C’est à tort que tous les éditeurs, depuis ceux de 1682 exclusivementCeci n’est point tout à fait exact. Le changement dont parle la note d’Auger ne date que de 1734. Il est vrai qu’entre cette date et celle de 1682, il n’a point paru, à proprement parler, d’éditions nouvelles, mais seulement des reproductions plus ou moins fidèles du texte de 1682., ont placé la scène dans l’antichambre du Roi. Le sujet de la pièce étant une répétition, le lieu de l’action doit être un théâtre. C’est la prétendue comédie à représenter qui a pour lieu de scène l’antichambre du Roi, puisqu’elle a pour personnages des hommes et des femmes de la cour. Molière dit aux comédiens (au début de la) scène III de l’Impromptu : “Figurez-vous… premièrement que la scène est dans l’antichambre du Roi. ” Si c’était là même qu’ils eussent dû répéter, Molière n’aurait pas dit figurez-vous. Ce passage mal compris est cause de l’erreur que je relève. » (Note d’Auger.) – Montfleury avait commis la même erreur, peut-être volontaire, car il semble qu’il veuille voir une inconvenance dans le lieu de la scène : Molière, dit un des personnages de sa pièce,… dans son Impromptu, comme j’ai su de toi,Met sa scène dedans l’antichambre du Roi.(L’Impromptu de l’hôtel de Condé, scène III)
Comédie
Scène première1

Molière, Brécourt, la Grange, du Croisy, Mlle du Parc, Mlle Béjart, Mlle de Brie, Mlle Molière, Mlle du Croisy, Mlle Hervé2.

MOLIÈRE3

Allons donc, Messieurs et Mesdames4, vous moquez-vous avec votre longueur, et ne voulez-vous pas tous venir ici ? La peste soit des gens ! Holà ho ! Monsieur de Brécourt !

BRÉCOURT5

Quoi ?

MOLIÈRE

Monsieur de la Grange !

LA GRANGE

Qu’est-ce ?

MOLIÈRE

Monsieur du Croisy !

DU CROISY

Plaît-il ?

MOLIÈRE

Mademoiselle du Parc !

MADEMOISELLE DU PARC

Eh bien ?

MOLIÈRE

Mademoiselle Béjart !

MADEMOISELLE BÉJART

Qu’y a-t-il ?

MOLIÈRE

Mademoiselle de Brie !

MADEMOISELLE DE BRIE

Que veut-on ?

MOLIÈRE

Mademoiselle du Croisy !

MADEMOISELLE DU CROISY

Qu’est-ce que c’est ?

MOLIÈRE

Mademoiselle Hervé !

MADEMOISELLE HERVE

On y va.

MOLIÈRE

Je crois que je deviendrai fou avec tous ces gens-ci6. Eh têtebleu ! Messieurs, me voulez-vous faire enrager aujourd’hui ?

BRÉCOURT

Que voulez-vous qu’on fasse ? Nous ne savons pas nos rôles ; et c’est nous faire enrager vous-même, que de nous obliger à jouer de la sorte.

MOLIÈRE

Ah ! les étranges animaux à conduire que des comédiens7 !

MADEMOISELLE BÉJART

Eh bien, nous voilà. Que prétendez-vous faire ?

MADEMOISELLE DU PARC

Quelle est votre pensée ?

MADEMOISELLE DE BRIE

De quoi est-il question ?

MOLIÈRE

De grâce, mettons-nous ici ; et puisque nous voilà tous habillés, et que le Roi ne doit venir de deux heures, employons ce temps à répéter notre affaire et voir la manière dont il faut jouer les choses.

LA GRANGE

Le moyen de jouer ce qu’on ne sait pas ?

MADEMOISELLE DU PARC

Pour moi, je vous déclare que je ne me souviens pas d’un mot de mon personnage.

MADEMOISELLE DE BRIE

Je sais bien qu’il me faudra souffler le mien d’un bout à l’autre.

MADEMOISELLE BÉJART

Et moi, je me prépare fort à tenir mon rôle à la main.

MADEMOISELLE MOLIÈRE

Et moi aussi.

MADEMOISELLE HERVÉ

Pour moi, je n’ai pas grand-chose à dire.

MADEMOISELLE DU CROISY

Ni moi non plus ; mais avec cela je ne répondrois pas de ne point manquer.

DU CROISY

J’en voudrois être quitte pour dix pistoles.

BRÉCOURT

Et moi, pour vingt bons coups de fouet8, je vous assure.

MOLIÈRE

Vous voilà tous bien malades, d’avoir un méchant rôle à jouer, et que feriez-vous donc si vous étiez en ma place9 ?

MADEMOISELLE BÉJART

Qui, vous ? Vous n’êtes pas à plaindre ; car, ayant fait la pièce, vous n’avez pas peur d’y manquer.

MOLIÈRE

Et n’ai-je à craindre que le manquement de mémoire ? Ne comptez-vous pour rien10 l’inquiétude d’un succès qui ne regarde que moi seul ? Et pensez-vous que ce soit une petite affaire que d’exposer quelque chose de comique devant une assemblée comme celle-ci, que d’entreprendre de faire rire des personnes qui nous impriment le respect et ne rient que quand ils veulent11 ? Est-il auteur qui ne doive trembler lorsqu’il en vient à cette épreuve12 ? Et n’est-ce pas à moi de dire que je voudrois en être quitte pour toutes les choses du monde ?

MADEMOISELLE BÉJART

Si cela vous faisoit trembler, vous prendriez mieux vos précautions, et n’auriez pas entrepris en huit jours ce que vous avez fait.

MOLIÈRE

Le moyen de m’en défendre, quand un roi me l’a commandé13 ?

MADEMOISELLE BÉJART

Le moyen ? Une respectueuse excuse fondée sur l’impossibilité de la chose, dans le peu de temps qu’on vous donne ; et tout autre, en votre place, ménageroit mieux sa réputation, et se seroit bien gardé de se commettre comme vous faites. Où en serez-vous, je vous prie, si l’affaire réussit mal ? et quel avantage pensez-vous qu’en prendront tous vos ennemis ?

MADEMOISELLE DE BRIE

En effet ; il falloit s’excuser avec respect envers le Roi, ou demander du temps davantage.

MOLIÈRE

Mon Dieu, Mademoiselle, les rois n’aiment rien tant qu’une prompte obéissance, et ne se plaisent point du tout à trouver des obstacles14. Les choses ne sont bonnes que dans le temps qu’ils les souhaitent ; et leur en vouloir reculer le divertissement, est en ôter pour eux toute la grâce. Ils veulent des plaisirs qui ne...

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin