Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Tumeur congénitale située sur la petite fontanelle et enlevée avec succès, observation présentée à la Société de médecine de Strasbourg, par M. le Dr. Belin,... Rapport de M. le professeur Stoltz. Discussion

De
11 pages
impr. de G. Silbermann (Strasbourg). 1866. In-8° , 12 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

TUMEUR CONGÉNITALE
SITUÉE
SUR LÀ PETITE FONTANELLE
ET ENLEVÉE AVEC SUCCÈS.
^-OteSTatum présentée à la Société de médecine de Strasbourg
/ M. LE D' BELIN
Y rSÉ"DÊ^CIN"A.4JOINT A L'HÔPITAL CIVIL DE COLSIAIÎ.
Rapport de M. le professeur STOLTZ. — Discussion.
STRASBOURG
TYPOGRAPHIE DE G. SILBEUMANN.
î 8 0 0.
TUMEUR CONGÉNITALE
SUR LA PETITE FONTANELLE
ET ENLEVEE AVEC SUCCES.
Observation.
Mme X... accoucha, le A juin 4864, d'une petite fille for-
tement constituée. Pendant le travail de l'enfantement, la
sage-femme crut sentir, au toucher vaginal, une tumeur
charnue et molle qu'elle prit pour le scrotum d'un foetus
mâle, et annonça en même temps la présentation du siège
et la naissance d'un garçon. Aussi fut-elle stupéfaite de voir
se dégager la tête de l'enfant la première, et celui-ci être
une fille. Curieuse de savoir ce qui avait pu l'induire en
erreur, elle examina avec soin le nouveau-né, et trouva sur
le sommet de l'occiput une tumeur mollasse du volume
d'une grosse noix. De prime abord cette tumeur pouvait
être prise pour un céphalsemalôme ou pour une hernie cé-
rébrale, mais déjà quelques heures après la naissance de
l'enfant elle fut trouvée pédiculée. Elle avait probablement
été aplatie par la compression de la tête pendant son par-
cours à travers le bassin. Dès qu'elle fut libre, elle se pré-
senta avec ses véritables caractères.
Je fus appelé aussitôt après qu'on eut fait celle décou-
verte. Je constatai effectivement une tumeur molle, arron-
die, du volume d'une forte prune dite reine-claude, placée
exactement sur la petite fontanelle, à laquelle elle adhérait
par un pédicule très court, ou plutôt par une base étranglée
du volume du petit doigt d'un adulte. Cette tumeur était re-
couverte par le cuir chevelu, qui conservait sa couleur, son
épaisseur et sa mobilité ordinaires; elle se laissait malaxer
et comprimer sans diminuer de volume, et semblait fluc-
tuante. Sa compression, même forte, n'occasionnait ni cri,
ni assoupissement, ni convulsion, ni paralysie. Autour de
son pédicule ou de sa base on ne distinguait aucun rebord
osseux. En un mot, le contenu de la tumeur ne paraissait
avoir aucune communication avec l'intérieur du crâne. Exa-
minée dans l'obscurité au moyen d'une bougie (par transpa-
rence), elle ne présentait qu'une lueur rosée sur ses bords.
Je dus avant tout me poser la question de savoir quelle
pouvait être la nature de cette tumeur.
Était-ce une hernie cérébrale (anencéphalocèle ou pa-
rencéphalocèle), ou une hydrocèle communiquant avec le
crâne (hydrencéphalocèle), ou un simple kyste (hydrocèle
enkystée du cuir chevelu) ? La forme pëdiculée et le siège
delà tumeur excluaient l'hématocèle.
Le diagnostic me parut très-obscur, et, connaissant toute
la gravité des tumeurs congénitales de la tête, excepté de
la tumeur sanguine sous-péricrânienne, et surtout le dan-
ger des opérations tentées dans le but de les détruire, je me
décidai à ne pas toucher pour le moment à celle qui se
trouvait sous mes yeux , mais à l'observer pendant quelque
temps pour voir quelles modifications elle subirait.
L'enfant, qui était du reste bien conformé, bien cons-
titué et en apparence très-sain, se développa parfaitement
au sein d'une bonne nourrice. Pendant six mois il ne fut
pas indisposé une seule fois; mais la tumeur occipitale,
qu'on n'avait fait que garantir contre une trop forte com-
pression et les chocs extérieurs, augmenta aussi de vo-
lume, quoique pas en proportion du développement de
l'enfant.
Lorsque la malade avait atteint l'âge de deux mois, j'eus
l'idée de jeter autour de la base (du pédicule) un lien ou
anneau en caoutchouc. La constriction qui eu résulta, di-
minua notablement le volume de la tumeur, et sa consistance
augmenta ; mais le sixième jour il se déclara une rougeur
■ érysipélateuse autour de l'étranglement. L'enfant, par son
agitation et ses cris, indiquait qu'il souffrait beaucoup. Je
crus prudent d'enlever l'anneau en caoutchouc, d'autant
plus que je n'entrevoyais pas la possibilité d'obtenir par son
moyen un résultat complet. La rougeur et la douleur dis-
parurent bientôt, et la tumeur continua à se développer,
quoique très-lentement.
Au mois d'octobre j'accompagnai moi-même la mère et
l'enfant à Strasbourg pour consulter M. le professeur Stoltz.
Après un examen minutieux de la tumeur, et après avoir
mûrement pesé tout ce que je lui avais appris sur les anté-
cédents de l'enfant, notre excellent maître me conseilla
l'ablation de celte tumeur, qu'il considérait comme un kyste
probablement séreux, par la division de son pédicule.
Nous nous en retournâmes, bien décidés à nous confor-
mer à cet avis. L'opération fut entreprise en présence et
avec l'aide obligeante de MM. les docteurs Bellz père et fils,
de Guebwiller.
Je commençai par chloroformer l'enfant, et, dès que
l'anesthésie me parut suffisante, je circonscrivis la base de
la tumeur par deux incisions semi-elliptiques assez profon-
des pour atteindre le tissu fibreux, que je reconnus à sa cou-
leur blanche et à son brillant. Je disséquai vers le centre
du pédicule, en me servant de ciseaux pour diviser les tissus
résistants. Lorsqu'il ne restait plus que 3 à 4 millimètres
d'épaisseur au pédicule, je l'entourai d'une ligature et le
coupai en travers au-dessus de celle-ci.
J'eus alors une plaie presque circulaire, de l'étendue
d'une pièce de deux francs à peu près, au centre de laquelle

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin