//img.uscri.be/pth/e6e66fc974d9fb8e77d8aed0916d3a7ab9e2a732
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Un mot à l'électeur de 1815 . (Signé : ......l)

8 pages
Impr. de Bouquot (Troyes). 1815. France (1814-1824, Louis XVIII). In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

UN MOT
A L'ÉLECTEUR DE 1815.
GRACES vous soient rendues, citoyen généreux!
Etranger à nos maux, exempt de toutes les charges
qui nous écrasent, vous avez bien voulu quitter
la capitale, où vous fixent vos habitudes, vos af-
fections et vos plaisirs, pour venir nous apporter
le tribut de vos lumières; vous avez fait plus,
vous avez pensé que le collège électoral du dé-
partement avait besoin de vôtre assistance, vous
êtes accouru aussitôt, pour vous asseoir, sans trop
considérer à quel titre, au milieu de ceux que la
confiance de leurs concitoyens y a placés depuis
quinze ans. Puisque vous voulez bien nous ins-
truire et nous apporter une doctrine qui nous
paraît en quelques points nouvelle, vous nous
permettrez quelques objections sur lesquelles
vous ne refuserez pas, sans doute, de nous don-
ner satisfaction.
Je m'arrête d'abord au titre de votre brochure:
RÉFLEXIONS.... En vérité c'est par trop modeste.
J'y vois de véritables conseils, un certain entraî-
nement appuyé de votre exemple, on peut même
dire, des leçons D'UN ÉLECTEUR DE I8I5. Je
ne sache pas qu'il y ait eu des assemblées pri-
maires en I8I5. Vous n'ignorez pas que ces as-
semblées ont exclusivement chez nous le droit
de faire des électeurs, ou, ce qui revient au même,
de décerner le mandat d'élire pour elles leurs re-
présentans. On ne peut donc reconnaître pour
électeurs, ou pour mandataires des assemblées de
canton, que ceux auxquels elles ont délégué ce
pouvoir. Nulle autorité sur la terre ne peut y sup-
pléer; car, si je m'avisais, je vous le demande,
de donner le pouvoir d'administrer les proprié-
tés pour lesquelles vous payez ou ne payez pas les
mille francs de contributions directes qui vous
rendent éligible, respecteriez-vous ce mandat?
(2)
Mais, je vous entends, une ordonnance autorise
les préfets, non à créer des électeurs, comme il
vous plaît de le dire, niais à adjoindre vingt par-
ticuliers au collège électoral de département. Que
résulte-t-il de-là? qu'ils ne sont pas des électeurs,
mais de simples adjoints, ou, pour parler plus cor-
rectement, de véritables, étrangers, j'ai presque
dit des intrus (*). La distinction n'est rien moins
que futile, puisque les titres des uns sont fondés
sur les élémens les plus incontestables du droit,
sur les lois et sur la raison ; tandis que les autres
n'en ont d'aucune espèce. Mais l'ordonnance
De bonne foi, oseriez-vous bien invoquer un acte
subreptice, qui confond toutes les idées reçues,
qui envahit le seul pouvoir resté au' peuple, qui
insulte à la raison, et qui compromet autant les
droits du trône que ceux de la nature? N'avons-
nous pas l'expérience que le pouvoir qui usurpe
s'affaiblit et travaille à sa destruction? N'est-il
pas démontré que l'autorité du Roi ne peut s'af-
fermir et se fortifier qu'en se renfermant dans les
bornes de la charte constitutionnelle ? Qui a en-
traîné la chute de l'ancienne monarchie, n'est-ce
pas l'extension illimitée du pouvoir? N'est-ce pas
a même cause qui a beaucoup contribué à faire
disparaître toutes les sortes de gouvernement
dont, depuis vingt-cinq ans, nous avons fait les
malheureux essais? Mais, dites-vous, combien
est faible la légère influence que le gouvernement s'est
ménagée, si on la comparé à l'influence fâcheuse
qu'elle doit combattre, je veux dire l'état de fermen-
tation, etc. Ainsi vous pensez que c'est un moyen
de calmer les esprits : cela est-il vraisemblable?
Quoi de plus propre au contraire à les agiter, que
de s'emparer, de vive force , de ces droits dont
le peuple se montre si jaloux, pour lesquels il'
combat depuis si long-tems et il a fait tant de
( * ) Je pourrais dire qu'on entend par intrus ceux qui ne
sont pas entrés par la porte. Cette métaphore serait à-peu-près
aussi neuve, aussi fraîche que celle du vaisseau de l'état fixé
par son ancre dans la rade propice ; avec cette différence
néanmoins, que l'une est d'extraction presque céleste, et que
l'autre, qui tait son origine, vient évidemment de plus bas.