Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

V^VWVVWVWVVVVVVV^WWAVVWVVVVVVVVWVVVVVVVVSA^VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVXVVVVVVVVVVVVVW
UN PATRIOTE
A NAPOLÉON
sur l'Acte additionnel aux Constitutions
de fempire.
Je suis âpre, mais je suis vrai.
MONTAIGNE.
SIRE,
Vous êtes arrivé en France sous les plus
heureux auspices; les Bourbons avaient ma-
nifesté leur arrière-pensée, et dès lors leur
gouvernement ne pouvait plus convenir à
la grande majorité des Français; il fallait
une insurrection nationale ou un homme
assez puissant sur l'esprit des troupes pour
nous en débarrasser : vous avez tenté , et
vous seul étiez capable de tenter cette grande,
patriotique et périlleuse entreprise , et votre
marche triomphale depuis Cannes jusqu'à
Paris a dû vous convaincre combien la
( 2 )
nation y applaudissait. Avant même votre
arrivée dans la capitale vous nous aviez
promis une constitution libérale , et cette
promesse a été accueillie avec enthousiasme,
et le peuple , bon et généreux , a bien voulu
oublier vos torts passés , pour ne se sou-
venir que du service que vous veniez de
lui rendre.
Enfin elle a paru cette constitution tant
désirée ! et bien loin de remplir l'attente
des bons citoyens, elle les a mécontentés tous:
elle n'a plu à aucun parti; elle a répandu
une consternation universelle. Eh ! pouvait-il
en être autrement, puisqu'elle détruit tout ce
que les hommes ont de plus cher, la liberté
et l'égalité , puisqu'elle consacre toutes ces
vieilles superstitions politiques qui depuis
long-temps sont un objet de ridicule et de
pitié pour tout être pensant et doué de la
plus iaiiile portion de raison ! Par quels
misérables sophismes a-t-on pu vous per-
suader qu'il était nécessaire de rendre la
pairie héréditaire ? Est-ce, comme le disent
quelques publicistes anglomans* pour rendre
les pairs indépendans ? Mais dès qu'ils
sont nommés par vous , dès que leur nombre
est illimité , je ne vois pas trop cette in-
dépendance, je ne vois pas même à quoi elle
servirait avec la faculté d'en rendre le nombre
illimité ; car enfin s'il se trouvait une ma-
jorité assez courageuse pour oser lutter avec
justice contre vous, ne l'écraseriez-vous pas
bientôt en renforçant de nouveaux membres
la minorité qui vous serait dévouée ? Au
reste , les avantages de cette prétendue indé-