Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Vue du royaume-d'Alger... suivie des diverses opérations de l'expédition... par M. Colin-Royer,...

De
12 pages
P. Noubel (Agen). 1830. In-12, 12 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

VUE
DU ROYAUME D'ALGER.
DESCBIPTÏQH DE LA , VILLE ; CONSTITUTION PHYSIQUE
DE SES ENVIRONS ; NATURE ET PRODUCTIONS DU
SOL; '
DES DIVERSES OPÉRATIONS DE L'EXPÉDITION.
Distribué par M. COLIN-ROYER , colpoteur
politique et judiciaire.
Nota. Le sieur COLIN-ROYER , recevant les nouvelles
les plus officielles les fera insérer dans son Recueil au
fur et à mesure qu'elles paraîtront
AGES : P. NOUBEL, lMPEMEUR-LIBRAIRE.
1830.
(2)
AVIS.
Le sieur COLIN-ROYER. procurera aux personnes qui
demanderont des détails plus compliqués, une brochée
de 120 pages, grand in-12 , ayant pour titre: Royaume
d'Alger, ou Brécis historique du Gouvernemant, moeurs et
religion des peuples Barbaresques, etc.
Cette brochure fait connaître ce que la Barbarie estât
a été; sa division; les guerres que ses pirates ou corsaires
ont soutenues et déclarées aux peuples civilisés ; leur im-
moralité dans le crime ; description et milice d'Alger
production de son royaume les élections dix Dey; portrait
de Hussein-Bey, Dey actuel; comment il est parvenu.
à la resepce religion ; langues, instruction , moeurs,
coutumes commerce industrie ; caractere des Algeriens;
nécessité de rendre; ce peuple civilisé et de le mettre en
harmonie avec les autres natiotis policées. Prix
pour les libraires et marchands ; I fr. 25 c. pour les
particuliers, etc. D'autres ouvrages sonts sous presse.
(3) $
Description de la Ville.
ALGER , capitale du royaume du même nom, est fameux
par ses pirateries ; il serait difficile d'en trouver le fonda-
teur à travers l'obscurité des siècles qui en cachent
l'origine.
La ville est carrée et bâtie sur la pente d'une montagne
qui regarde vers le port en forme d'amphithéatre ;la mer
baigne ses murs. Les maisons y sont placées les unes au-
dessus des autres sur un sol incliné leur toit est fait en
plate-formé.
Les murailles de la Ville sont en partie en brique leur
largeur est de 12 pieds, et leur hauteur de 30 ; dans les
lieux les plus élèves de la ville , le long du port, elles ont
40 pieds de long afin de pouvoir; résister à' l'impétuosité
de la mer ; elles sont fortifiées par des tours carrées, par
quelques boulevards et par de grands fossés.
La plupart des rues vont en penchant ; elles sont si
étroites que deux hommes peuvent à peine y passer de
front. On rie leur à pas donné plus d'espace pour éviter
la trop grande ardeur du soleil qui s'y fait vivement sentir.'
Alger a six portes ouvertes et quelques autres murées ;
les deux principales se communiquent par une longue
rue dans la direction de l'orient à l'occident : l'une s'ap-
pelle Babason , et l'autre Babalonette. C'est proche de la
première que l'on exécute les turcs criminels : on les pend
à un crochet qui est attaché aux murailles de la ville; et
on fait justice des chrétiens condamnés au supplice pro-
che dé l'autre.
La troisième porte est appelée la Porte Nouvelle ; elle
est située vers l'orient ; elle conduit au château de l'em-
pereur dont Charles-Quint jeta les fondemens.La quatrième
(4)
est la porte d'Alcassara, près du château du même nom.'
La cinquième regarde la mer et on la nomme la porte du
Mô1e ou du Divan. La sixième s'appelle la porte de la
Piscaderie ou Balbazira.
Il y a environ dix mille maisons ; elles sont toutes
très-petites, n'ont qu'un étage et contiennent ordinaire-
ment cinq ou six familles , avec quatre galeries en haut
et en bas ; elles répondent toutes à une; cour qui est au
milieu ; le jour qui éclaire les chambres vient de la porte
dont l'ouverture va jusqu'au plancher; celles qui donnent
sur la mer ont seules des fenêtres; le toit, qui est pavé ,
est couvert de terre, sert de jardin; il. n'y a pas de
cheminée , on fait le feu dans des grands pots de terre
que l'on tient à la porte.
Placé au milieu de la ville , entouré de deux belles
galeries au-dessus l'une de l'autre et soutenues par deux
rangs de colonnes de marbre, on voit le palais du Dey,
ce bâtiment est le plus beau et le plus remarquable.
Il y a plus de cent mosquées (ou églises ), situées la
plupart suivie rivage de la mer ; il n'y a ni auberge
ni logis public pourse retirer; les Maures et les Turcs
qui passent sont obligés déloger chez leurs connaissances;
les marchands chrétiens logent chez les juifs qui ont un
quartier et qui leur donaent des chambres garnies.
Le tombeau des Pachas esthors de la porté de Baba-
louette, bâti en rond et vouté en forme de chapelle;
les sépulcres des Turcs , moins considérables , sont dans
cette même plaine ,chacun a le sien à part-, et presque
tous sont,embellis par un chaperon de pierre. Hors les
murailles de la ville, du côté de la mer; est un très-
grand bâtiment de pierre ,appelé Môle ; il est fait en
demi-cercle et s'étend depuis la porte du Divan jusqu'à
la pointe d'une petite île, et depuis l'autre pointe de l'île
jusqu'à la villé:c'est la qu'est l'entrée du port.
Hariadan-Barberouse fit bâtir ce Môle ; avant qu'il eût
été fait, le hâvre d'Alger avait plutôt l'apparence d'une
rade que d'un port : ce Môle est défendu par un château ,
bâti sur là pointe de.l'île et garni de. canons'; de l'autre
côté, à l'entrée du port, il y a sept forts tant dedans que
dehors la place.