Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Wallace. - C'était une journée très chaude

De
16 pages

Wallace. - C'était une journée très chaude

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 131
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Wallace. Jérémie Conde
    C’était une journée très chaude. L’été était arrivé bien tôt cette année. C’était un mois d’avril où les températ ures avoisinaient les 35 degrés. Wallace avait mal dormi cette nuit-là. La chaleur de son appartement, sous les toits, ancienne chambre de bonne, recevait le plein soleil toute la journée. Il faisait une chaleur à crever, et la nuit, la fraîcheur ne se dégageait guère. Ce n’était pas encore la canicule, la météo l’annonçait pour le mois de mai, et Wallace, qui ne regardait jamais la météo, ne savait donc pas encore ce qui l’attendait.   Wallace était un rêveur. C’était aussi un penseur, et c’est parce qu’il pensait qu’il rêvait. Sa principale activité, durant son temps libre, c’était de s’évader. Dans sa chambre de bonne, il avait un p etit bureau avec une machine à écrire. Il aurait bien voulu s’acheter un ordinateur, mais c’était bien trop cher. Il ne se servait pas de sa machine, mais il se disait toujours que s’il en avait besoin il pourrait toujours écrire. Seulement, il détestait ç a. Pas vraiment qu’il détestait, mais il ne savait pas comment mettre sur papier tout ce qui se passait dans sa vie rêvée. C’était compliqué, et cela le déprimait au plus haut point. Alors il s’asseyait à son bureau, il posait son coude sur le plateau et tournait la tête vers la fenêtre. C’était sa façon à lui de s’envoler.   Il était quelqu’un de terriblement seul, et il en ressentait les effets de façon permanente. Il était encore étudiant, sa vraie seule passion était la lecture. Tous les jours ou presque, il se rendait à la faculté. Il était présent à chaque cours, mais personne ne le remarquait. Il se mettait toujours en bout de rangée pour ne pas gêner. Il arrivait généralement en avance, il observait ses camarades se dire bonjour, se parler. Il enviait les garçons qui parlaient avec les filles, ceux qui étaient très à l’aise et qui obtenaient des rendez -vous ou des numéros de téléphone. A chaque fois il s’évadait. Il s’imaginait papoter avec certaines des filles,  et plus particulièrement avec Laura. Une petite brune très jolie dont il avait entendu le prénom. Il
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin