Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

5. - Fureur des Vivres # 5 Mai 2008 Les Nourritures Vagabondes

De
59 pages

5. - Fureur des Vivres # 5 Mai 2008 Les Nourritures Vagabondes

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 85
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

  
    
                       
                            
                                                                                 !       "        #                       
              Dans mes premières années vécues en Egypte, on m’interdisait de manger ou de boire dans la rue, au prétexte du grand danger que le manque d’hygiène, pouvait me faire courir. J’avoue aujourd’hui, qu’en cachette, j’ai goûté à bien des choses, que des marchands me mettaient sous le nez, sur le chemin de la maison au Lycée. Et puis, le Paris policé de la décennie 1950 a gommé dans mon esprit, les traces de ma désobéissance passée.   Quand en 1967, le lendemain matin de mon arrivée à Manhattan, je suis sorti de l’hôtel pour découvrir un peu le quartier, cette foule qui mangeait a produit un choc qui a fait ressurgir mon passé. Rien à Manhattan, ne ressemblait au Caire et pourtant toute cette nourriture consommée devant moi, me le rappelait.   Aussi, quand Ségolène m’a parlé de nourritures vagabondes, je me suis précipité, pour y avoir ma place.      
        
                                                    !  "  #         $   $  %       & '     (     )     L’indice Big Macest une mesure de parité de pouvoir d'achat (PPA), inventée par le magazine& en 1986.     Ce qui a poussé les économistes à trouver un nouvel indice de mesure du pouvoir d’achat est le fait que les organismes chargés d’effectuer cette mesure sont obligés de choisir des milliers de produits assez différents d’un pays à un autre. Pour le Big Mac les choses sont bien différentes : le coût de fabrication d’un Big Mac est quasiment le même pour tous les pays et aussi on trouve des Big Mac dans à peu près tous les pays du monde. C’est donc un indice universel. Voici le tableau tel qu’il a été mis à jour en 2007.   Ce classement permet aussi de voir en un clin d'œil le niveau de vie dans ces pays. Ainsi, l'indice a aussi été utilisé par l'Union de Banques Suisses (UBS) pour mesurer le niveau de vie des villes, en établissant un classement du temps de travail nécessaire pour l'achat d'un bien de consommation déterminé. En 2006, il a fallu travailler 35 minutes au niveau mondial, 13 minutes à Chicago, 21 minutes à Paris ou 90 minutes à Nairobi, pour pouvoir acheter un Big Mac. Le classement permet d'établir clairement et simplement des écarts importants.   Néanmoins, cet indice ne permet pas de voir la répartition des coûts, souvent très inégaux selon les pays (travail, agriculture, transport, etc.), avant qu’un produit à première vue d’aspect et d’odeur identique dans le monde entier n’arrive sur le comptoir.        
            
               Etudiants de l'ISEG Bordeaux B ISEG Programme SUP 1ère année   
 
    
 *+&,  -  . %      /    0  1      $       $   "  2                 +    '  3 '    $        $  $       "      $     3          &  0  '    (   $      4     /      5            $    $ &      )      6 3(     4        7    8  9 -  :   ' $  ' $  3$     $         $ $  "  4              &       (     $    $      ;                
  
 Le pain pita est l'une des nombreuses versions de pains arrondis qui accompagnent les tartinades typiques des cuisines orientales (hoummous, tarama, caviar d'aubergines, tzatziki...) et qui constituent la base des fameux sandwichs «kebabs».   
 On trouve des pains pitas en supermarché, mais à des prix prohibitifs et souvent bourrés de cochonneries chimiques. Il est pourtant très facile de les préparer à la maison pour un goût véritablement incomparable. Cette version permet d'obtenir un pain plat et fin qui se creuse, en son centre, au moment de la cuisson : il ne reste plus qu'à l'ouvrir avec la pointe d'un couteau pour le garnir à son goût.   $ < $ =    30 cl d'eau tiède  1 cuillère à café de sel fin  500 g de farine blanche (t65 bio pour moi)  1 cuillère à café de sucre  1 sachet de levure de boulanger déshydratée  +$ =   1)Si vous avez une machine à pain mettez : tous les ingrédients, dans l'ordre, dans la cuve de votre machine et déclenchez le programme "pâte". Si vous n'avez pas de machine à pain: délayez la levure dans 2 cuillères à soupe d'eau tiède et laissezBla reposer pendant 15 minutes environ. Attention : l'eau doit être tiède mais pas chaude afin de ne pas tuer la levure. Mettez la farine dans un saladier puis versezBy la levure, le sucre, le sel et les farines. Malaxez en ajoutant le reste d'eau, puis pétrissez la pâte pendant environ 5 minutes. LaissezBla lever pendant une à deux heures dans un endroit tempéré.   2) Dégazez la pâte, farinezBvous les mains et façonnez 8 boules. Sur un plan de travail fariné, étalez les boules de pâtes finement. LaissezBles lever une heure supplémentaire dans un endroit tiède et à l'abri des courants d'air. Faites chauffer une poêle à sec et faites cuire chaque pita pendant environ 2 minutes de chaque côté. La pâte doit être dorée.   Pour obtenir desplus fortes en goût et pluspitas riches en céréales, vous pouvez remplacer la moitié de la farine blanche par de la farine complète simple ou multicéréales. Ajoutez alors 5 cl d'eau, ce qui donne :  35 cl d’eau tiède  1 cuillère à café de sel fin  250 g de farine T55  250 g de farine intégrale T160 ou de farine complète multicéréales  1 cuillère à café de sucre  1 sachet de levure de boulanger déshydratée   
         !       
 *+&,  -  .   > $ '  ? $'    ?  ""  =  9& &  ( ( ! (                    4 pitas maison    ?  $ =   1 gros oignon  2 beaux filets de poulet fermier        1 cuillère à soupe de pâte de curry  1 noix de gingembre  50 cl de bouillon de volaille  15 cl de lait de coco  huile d'olive  sel             =   1 concombre  2 tomates     =   1 yaourt à la grecque nature  le jus d'1 citron      1 cuillère à soupe de coriandre ciselée     1 cuillère à soupe de persil ciselé  1 gousse d'ail hachée  1 cuillère à soupe d'huile d'olive  sel, poivre        
                
    Préparez le curry. Pelez et émincez finement l'oignon. Pelez et hachez le gingembre. Coupez les filets de poulet en petit dés.  Dans une sauteuse, faites chauffer un peu d'huile d'olive et faitesBy suer les oignons pendant 5 minutes à feu moyen en remuant de temps en temps. Ajoutez le gingembre et la pâte de curry, faitesBles sauter pendant 1 minute. Faites ensuite dorer les dés de poulet puis couvrezBles de bouillon de volaille. Salez, portez à ébullition puis couvrez et laissez cuire pendant 1/2 heure à feu doux en remuant de temps en temps.  Ajoutez enfin le lait de coco et faites épaissir la sauce, si nécessaire, à feu fort.   Pendant que le curry mijote, préparez la sauce en mélangeant tous les ingrédients. Coupez le concombre en deux dans le sens de la longueur puis en lamelles. Coupez les tomates en morceaux.   Laissez chaque convive garnir sa pita avec le curry de poulet, les légumes et la sauce.       
   "   #$%& ' () *  + ,,,    
 :       @AA<       4       '   ' "       (    ;             ( B   $   C    $   (                         0 2   3&              C 9 D 1  EFG H  C’est dans la marée humaine sortant de la  : , la gare terminus de Manhattan, qui draine la population active venue de la proche et de la moins proche banlieue, travailler à Manhattan, que l'on perçoit le mieux, que tout le monde dans cette ville..., mange ! Il y a dans cette foule pressée, des employés de bureau, en retard qui se bousculent pour rallier leur immeuble de bureaux, des cadres cherchant à arrêter un taxi, des gens qui trépignent de ne pas pouvoir traverser la rue, des coursiers un pli à la main, qui veulent dépasser la personne qui se trouve devant ou qui forcent le passage dans le flot qui approche en sens inverse, ou encore, des dizaines de personnes qui cherchent à s'engouffrer plus vite, dans le couloir qui mène au métro et on dirait que tous ces gens, mangent à l'unisson.         
 
   Pas seulement vite, car le fait de manger en mouvement donne l'impression de manger plus vite encore, mais d'une façon permanente, car certains commencent, d'autres prennent le relais des premiers, dans une sorte de continuité, faisant de cette foule anonyme un ensemble, où les uns et les autres participent au même repas. Tout le long de la journée, le repas se poursuit dans les rues, comme si New York ne cessait de manger ! Tous ces gens qui mangent, qui mâchonnent, qui mâchouillent, qui mastiquent, qui croquent, qui tètent, qui grignotent, qui ruminent, qui s'alimentent en somme, est l’image qui frappe en premier, dans le Manhattan de la fin du vingtième siècle.
  Dans la foule pressée, un inconnu porte quelque chose à sa bouche et celuiBci qui visiblement se gave d’une pâtisserie, et celleBlà, qui a un9 'sac en papier qui contient, on le soupçonne, on le sait, de quoi manger. A toute heure, de jour comme de nuit, partout et n'importe où, les gens mangent et pas seulement autour de la gare principale, plus loin dans les allées du: +1, dans les voies piétonnes souterraines d'un gratteBciel, autour deI , sur les marches de laC9 D1 ?, aux abords des bâtiments universitaires, dans les squares, sur un banc...    
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin