La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Compte-rendu de la visite de Bruxelles

De
5 pages

Vous trouverez dans ce document, le compte-rendu d'une visite à Bruxelles.

Publié par :
Ajouté le : 15 mai 2014
Lecture(s) : 12
Signaler un abus
JONETTE Pierrard,le 28 avril 2011 Gilles 5TTe FRANÇAIS : Compte-rendu de la visite de Bruxelles le 7 avril  ________________________________________________________________ Cher Corentin, je t’écris cette lettre en réponse à celle que tu m’as envoyée le 29 mars dans laquelle tu me demandais de t’organiser une visiteBruxelles en centrant de cette visite sur les grands courants artistiques repérables à Bruxelles. Moi-même ayant visité cette ville artistique d’Europe le 7 avril, je suis maintenant plus à l’aise pour te faire découvrir la capitale. C’est pourquoi je tiens à te faire part dans cette lettre de tout ce qu’on m’a fait découvrir le 7 avril. Si ce compte-rendu de ma visite te plaît, je te propose de refaire le parcours dans la réalité pour que tu puisses rédiger ton propre rapport ! Tout d’abord, nous avons visité le musée des Beaux-Arts; c’est splendide! Le guide nous a fait découvrir 8 tableaux magnifiques ainsi que leur probable signification. Les voici : e : ce tableau a été réalisé au milieu du XVLe maître à la vue de Sainte-Gudule siècle. On retrouve sur ce tableau beaucoup de bleu qui est la couleur associée à la vierge. Cette couleur bleue provient à cette époque d’un pigment extrêmement rare qui venait d’Afghanistan. Les grosses pierres contenant ce pigment étaient très lourdes, il fallait au minimum 6 hommes pour les ramener dans nos régions. Ces pierres étaient alors écrasées de manière à obtenir une poudre mélangée ensuite à de l’huile de lin (liant) et à de l’essence de térébenthine (diluant). On obtenait ainsi cette douce couleur bleuâtre. Dans le second tableau, on retrouve énormément de rouge associé à la Passion du e Christ. Il a été réalisé au XVsiècle, le temps de 6 ou 7 peintres appelés « Les primitifs flamands ».J’ai totalement omis de noter le nom de l’auteur et le titre du tableau mais on le retrouvera sans souci, il se trouve dans la petite « salle» juste à côté du premier tableau ! Pierre Bruegel marque la renaissance puis nous arrivons avec ce tableaux datant e du XVIIsiècle et réalisé par Pierre-Paul Rubens. Ce peintre marque le courant baroque. En effet, les tableaux baroques sont dits «tableaux d’autel» car ils sont peints de derrière le prêtre qui officie ce qui est une des caractéristiques du style baroque. Ce tableau-ci, de Rubens, a été réalisé plus précisément en 1640 et s’intitule «». Dans ce tableau, nous retrouvonsMontée au calvaire beaucoup de caractéristiques baroques. Tout d’abord, c’est un art qui bouge tout le temps, comme dans ce tableau très mouvementé. Ensuite, nous remarquons que nous n’avons pas le point d’arrivée, le sommet de la colline sur laquelle le Christ va être crucifié est en dehors de notre champ visuel. De plus, ce tableau possède une particularité: son centre de gravité se trouve dans les yeux du Christ, c’est e extraordinaire ! Son regard dit au croyant du XVIIsièclequ’il n’est pas au bout
du rouleau, qu’il n’est pas affaibli. Le baroque est donc caractérisé par une véritable rhétorique de la persuasion. C’est un art déclamatoire qui doit persuader les croyants. Nous apercevons aisément également Sainte-Véronique, « Véronique »signifiant «La vraie image». En effet, c’est elle qui recueille l’image du Christ avec un drap blanc. En général, nous pouvons dire que le baroque lance plein de départs dans tous les sens mais à chaque fois, la fin del’histoire est en dehors de notre vision. Les peintres baroques jouent énormément sur les muscles. Néanmoins, un autre courant artistique s’oppose au baroque, c’est leOn le retrouve notamment classicisme. à Versailles. Là, on aperçoit une travée, c’est en fait une seule unité, une seule colonne par exemple que l’on multiplie et qui forme un long couloir. La symétrie est importante. Quand on prend du recul par rapport au château de Versailles, l’entièreté de celui-ci se trouve dans notre champ visuel. Ce courant se résume comme suit : « La raison domine la forme ». Par contre, si nous allons à Rome, nous apercevons des colonnes monumentales, une immense église sur trois hauteurs. Il est absolument impossible de photographier tout ce bâtiment. Le courant baroque se résume donc par cette phrase: «La forme domine la raison ». Il est également important de préciser, comme information, que Rubens possède le plus grand atelier de l’époque. En effet, pour peindre des tableaux si grands, il faut des échafaudages ou un bâti avec deux essieux qui se déroulent au fur et à mesure de la représentation. Le quatrième tableau a été réalisé en 1824 par Jacques Louis David et s’intitule « Marsdésarmé par Vénus » ce qui peut se traduire dans la mythologie grecque par « Arès désarmé par Aphrodite ». Ce tableau, et e donc le XIXsiècle,s’inscrit dans le courant classique. Cependant, celui-ci étant déjà terminé, c’est un classicisme qui copie le vrai classicisme e versaillais du XVIIsiècle. En ce qui concerne l’histoire que représente ce tableau, c’est le premier adultère d’Aphrodite (Vénus) quichoisit pour ce faire Arès (Mars), celui-ci étant quelqu’un de violent mais qui est très sensuel. Nous apercevons également un petit homme, c’est Cupidon !Aphrodite désarme donc Arès pour découvrir son côté sensuel. Il est important de rappeler qu’ici aussi, toute la raison domine la forme. En observant bien l’entièreté du tableau, on voit une sorte de grand X,cela s’appelle un chiasme. Les deux colombes que l’on peut voir
également viennent rappeler que l’adultère n’est pas bien puisque ce sont des animaux qui ne se séparent jamais. Le cinquième tableau est un tableau réalisé en 1793 par Jacques Louis David également et qui représente Marat mort. Notons également que ce tableau n’est pas une copie, c’est l’original!
Le sixième tableau a été réalisé en 1923 par Permeke. Nous constatons dans ce tableau une simplification des visages peu commune; c’est l’impressionnisme qui fait référence au cubisme. On retrouve dans ce tableau un côté terrien des couleurs et des bras entrelacés qui veulent nous dire que ça reste pour longtemps.
Le septième tableau est un tableau abstrait, très original! L’abstraction est une peinture qui nereproduit rien qui existe déjà dans le mondevisible. C’estbien le cas pour ce tableau deServranckx sur lequel on aperçoit une ligneoblique traversant l’imageet sur laquelle deuxformes rondes sont posées. On retrouveégalement un mouvement saccadé (16 images par seconde) très important pour les cubistes. Ce tableau s’intitule «Opus 47» et fait référence à l’exaltation du machinisme. L’auteur peint le mouvement de la machine. Le dernier tableau appartient au courant surréaliste qui a été fondé en 1919. André Breton publied’ailleurs un livre sur ce courant en 1924. Cecourant possède une règle : tout artiste estsurréaliste si et seulement s’ilpeint comme sous ladictée de l’inconscient. Le surréaliste crée desimages qui ne passent pas par la raison. Il utiliseégalement le principe de
polysémie. En effet, chaque être humain donnera une signification différente d’un même tableau surréaliste. Ce tableau-ci a été réalisé par Daliet s’intitule « La tentation de St-Antoine ». On retrouve dans ce tableau un fantasme sexuel qui peuts’effondrer à tout instant si les pattes cassent. Le guide nous a également présenté une autre œuvre abstraite. C’est une «pierre » en cuivre qui représente la paix car elle ne possède aucune arête. Ensuite, changement de guide, on visite Bruxelles et on lève les yeux pour observer l’architecture de cette ville. Voici ce que j’ai retenu: tout d’abord, Bruxelles a été construite sur un lieu marécageux. Cette ville se situe au croisement de sa rivière qui se nomme «La Senne» et de voies terrestres. Malheureusement, cette rivière avait souvent des crues. Une de ses crues a fait 3000 morts à cause de la pollution des puits ; c’est pourquoi on décide de voûter la Senne. En se baladant dans Bruxelles, il est fréquent de marché sur un chemin en pavé, celui-ci symbolise le chemin de la rivière. En e ce qui concerne les bâtiments de Bruxelles, ils sont plutôt du style XIXsiècle, c’est-à-dire du style baroque qui rappelle l’architecture antique mais qui possède une décoration plus simplifiée. A Bruxelles, on trouve également l’ancienne île Saint-Géry sur laquelle a été construit,en 1881, un bâtiment qui rappellel’architecture de la renaissance flamande. Cebâtiment était en fait une église qui aété rasée pour faire place à une place demarché puis il a été reconstruit pour créerun marché couvert. Ce bâtiment est unbâtiment industriel. En effet, à l’intérieury retrouve des colonnes, on d’acier. Iln’est donc pas du style Art nouveau. Aquelques pas de ce bâtiment, on ne peut pas ne pas passer devant la Bourse de commerce. En effet, la façade de ce bâtiment est splendide! LéonPierre Suys en a été l’architecte. LaBourse a été inaugurée en 1873 et possèdeune influence antique marquée par ungrand escalier, des chapiteaux corinthiens,… D’autres élémentsde ce bâtiment rappellent plutôt la renaissance. Sur la façade, onaperçoit des personnages sculptés commepar exemple une femme qui estl’allégorie de la Belgique, du commerce. Les sculptures du fronton ont été réalisées par Jacquet. Non loin de là, on passe devant un bâtiment qui était jadis un magasin de lingerie. La décoration de la façade est du style Art nouveau mais pas le bâtiment. Le style Art nouveau est un style végétal, animal. Par exemple, sur ce bâtiment, la chevelure d’une femme représentée est réaliséeà partir d’éléments végétaux. Cette façade possède donc des éléments très colorés. On doit cela à Privat Livemont, créateur de ce beau
e bâtiment. Un peu plus loin, on passe devant un bâtiment du type XVIIsiècle. En effet, sa façade est plate, elle ne possède presque pas de relief. Ce bâtiment-ci était un magasin de tissu. On le reconnaît par son bas-relief. A l’époque, chaque maison possédait son bas-relief qui lui permettait d’être reconnue. Dans la même rue que ce bâtiment, nous apercevons deux impasses qui débouchent sur une galerie marchande qui ne montre rien de typique. Ces impasses se nomment « Au bon vieux temps » et «A l’image Notre-Dame ».De là, nous continuons la ballade et nous passons devant un magasin de 1900 plutôt du type Art nouveau. Sa façade est construite à partir d’éléments décoratifs métalliques qui sont recouverts par des boiseries. On remarque également le genre Art nouveau par les éléments qui s’enroulent et qui donnent un aspect végétal. Ensuite, nous arrivons sur la fameuse Grand Place. Nous y remarquons une décoration surchargée. L’Hôtel de ville, lui, ne possède pas de symétrie gauche/droite. En effet, les fenêtres ne sont pas identiques et la porte est décentrée. D’ailleurs, à ce sujet, on t’a sans doute déjà dit que l’architecte, ense rendant compte que la porte était décentrée, s’était jeté du toit du bâtiment. Ne crois pas cela ! Ce monsieur est décédé à 92 ans dans son lit ! Enfin, revenons à notre bâtiment: l’ailegauche appartient au genre premier gothique et l’aile droite augothique plus vieux. Cette aile a été construite plus tard poursupporter le poids de la flèche pour éviter qu’elle ne se nommeaujourd’hui «Tour de Pise II» !Bien sûr, les éléments dedécoration sont des sculptures. Celles-ci représentent desrois, des ducs de Bourgogne,… En face de l’Hôtel de ville,le bâtiment se nomme «La maison du roi». Elle portemal son nom puisque le roi n’y siégeait pas! Néanmoins, c’étaittout de même le bâtiment oùsiégeait la justice du roi. Cebâtiment appartient e au style néo-gothique du XIXsiècle. En ce qui concerne les autres bâtimentsqui forment la Grand Place, ce sont les Guildes qui yhabitaient. On y retrouve la maison des ducs de Brabant, desguildes marchandes, des brasseurs,…Ensuite, nous quittonsla Grand Place et terminons la visite par les galeries Saint-Hubert. Celles-ci appartiennent au style néo-renaissance italienneet ont été construites entre 1839 et 1847. Cette «rue» est longue, très large et couverte. C’est une des plus larges d’Europe! En espérant que ce petit tout sur papier te plaît, j’espère recevoir ton accord pour le reproduire en vrai ce 1 mai. Cependant, si certains éléments ne te plaisent pas et que tu voudrais plutôt visiter d’autres bâtiments, rien ne nous en empêche! Merci de me donner réponse assez rapidement ! A bientôt ! Gilles Jonette
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin