Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Télécharger l'ensemble des journaux - Carnet de voyage

De
30 pages

Télécharger l'ensemble des journaux - Carnet de voyage

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 227
Signaler un abus
Ulaan Baatar - Mongolie NC 17-08-2006 Vols British Airways Paris - Londres et Londres Pekin : pas de problemes malgre le renforcement des mesures de securite suite a l'arrestation des terroristes la semaine precedente. Vol Pekin - Ulan Bator : au moment d'entamer la descente sur Ulan Bator l'avion reprend de l'altitude et l'hotesse nous annonce que les conditions meteo ne nous permettent pas d'atterrir. Pourtant il fait un temps de reve. Nous ne comprenons pas et n'aurons jamais d'autre explication. Retour a Pekin, il est 12h. On passe la journee a l'aeroport, dans la salle d'embarquement a faire connaissance avec les autres passagers du vol CA901 et on apprend a attendre. On a beau se plaindre, c'est le bon plan pour absorber le decalage horaire en douceur. Sieste / cafe chez Starbucks / seance parfumage au CK One en duty free pour masquer les odeurs car ca fait quand meme plus de 30h qu'on a quitte Paris et je manque d'asphyxier Nicolas a chaque fois que je leve les bras, ca sent deja le yack / re-sieste / plateau repas / seance hydratation-nutrition avec les produits Creme de la Mer en duty free (pour les connaisseuses : tant qu'a faire autant choisir les plus chers). Le vol est d'abord reporte a 15h, puis 19h et finalement annule. Vers 20h le personnel d'Air China affrete un bus qui nous conduit a l'hotel Schengen ou personne bien sur ne parle anglais ! Le lendemain : journee passee a l'hotel a attendre que notre vol decolle enfin. C'est chose faite a 19h apres 2 ou 3 reports que l'on ne mentionne plus. Second miracle, nos bagages enregistres a Paris apparaissent sur le tapis de debarquement. Troisieme miracle, il est 23h et le chauffeur de la Guesthouse d'Ulan Bator nous attend a la sortie de l'aeroport avec son petit panneau. Le pauvre a du faire au moins 5 allers-retours ces 2 derniers jours !
Ulaan Baatar - Mongolie NC 20-08-2006 Ulan Bator (UB pour les intimes) n'est pas une ville tres agreable a proprement parler. Elle a ce petit quelquechose de "pas fini" des villes du far west avec ses routes asphaltees qui se transforment tout a coup en pistes de terre battue et ses poteaux telegraphiques a l'implantation anarchique. Sans oublier l'architecture severement marquee par la periode stalinienne : de quoi faire fremir les amateurs de belles pierres. Le moindre immeuble de plus de 3 etages ressemble a une cite du 9.3. et c'est tout juste si on ose s'y engager de jour. A quelques minutes du centre ville, on apercoit les premieres yourtes (ou gers) masquees par des palissades. Des chiens errants fameliques poursuivent les voitures et les enfants des rues retrouvent les sous-sols a la nuit tombee recherchant la chaleur des canalisations. UB, on y passe par necessite, c'est le bon spot pour organiser des tours dans le reste du pays, trouver une jeep et des co-equipiers. Mais curieusement on a fini par s'attacher a cette drole de ville grace a quelques belles rencontres et a ses bakeries qui ont ameliore l'ordinaire ! En fin de compte, on y a passe de tres bons moments et c'est sur on reviendra. Merci a Camille et Sylvain et a leur "famille d'accueil" : Samka, Dikchi...
Tsetserleg - Mongolie NC 26-08-2006 Au coeur de la province de l’Arkhangai, centre de la Mongolie, Tsetserleg accroche ses bidonvilles a flanc de coline. C'est plus un relais essence-vodka qu'une veritable ville. C’est notre deuxieme etape depuis que nous avons quitte Ulan Bator. Ce soir, notre Naran Guest House releve du nec plus ultra. On a une chambre double, chose rare dans un pays de dortoirs et un filet d'eau tiede, la c'est un miracle ! Le disco du sous-sol draine toute la jeunesse locale. On se tremousse sur de la techno mongole et du rap russe. Les filles sont jeunes et sortent en groupe. Elles sont ultra-maquillees, portent des jeans, talons hauts et sweat-shirts a capuche dernier cri. Candice n’est pas tout a fait au niveau avec sa panoplie pantalon de trek-baskets-polaire ! On se fait des amis le temps d'une soiree mais on n'ira pas jusqu'a l'echange du sang, meme si cette jeune fille Mongole, et mormonne de surcroit avait l'air d'y tenir ! Heureusement, car on apprendra en arrivant a Pekin que plusieurs cas de peste noire se sont declares apres notre passage, que la ville a ete placee en quarantaine et que les touristes, coinces la-bas, tentent de quitter la ville clandestinement a bord de camions-passeurs !
retour Khövsgöl-UB Mongolie NC -26-08-2006 Apres 14 jours d'expedition dans la campagne mongole, c'est le retour a Ulan Bator. Les 2 derniers jours ont ete les plus rudes et nous sommes rentres completement casses. On a passe une soiree a la dure chez une famille nomade entre Moron et Bulgan. Ca n'etait pourtant pas la premiere fois mais ca passait mieux au debut du voyage... Allez savoir pourquoi ! On a eu droit, comme le veut l'usage chez toute famille mongole qui se respecte, au lait de jument, a l'alcool et au fromage de yack ... C'etait tellement infect qu'on en etait reduit a cacher ce dernier dans nos poches et a reverser le lait dans le thermos des que nos hotes avaient le dos tourne ! Ajoutez a cela une visite privee de la roulotte-boucherie ou la famille stockait et decoupait la viande...eurk...les dernieres marmottes abattues etant encore etendues sur le sol ... Le soir, il y avait 16 personnes dans la yourte, tout le voisinage s'etait reuni pour savourer l'attraction que nous representions. Impossible de communiquer cette fois car Georges notre chauffeur s'etait endormi avec ses 3 mots d'anglais. On s'est donc regarde dans le blanc des yeux pendant
Page 1/30
2 heures puis les curieux se sont esquives sur leurs motos dans la nuit. Au moment de se coucher notre famille d'accueil n'a pas resiste au plaisir d'exhiber sa TV en noir et blanc et nous avons regarde heberlues, les championnats d'Asie de judo ainsi qu'un film francais savamment double en mongol. Comme il n'y avait pas assez de lits dans la yourte, on s'est etendu par terre dans nos sacs de couchage, emitoufles dans nos vetements, pour lutter contre les -5c une fois le feu eteint. Au petit matin, on est reparti en quatrieme vitesse pour echapper aux horreurs qui nous attendaient a en croire les morceaux de viande sechee que notre hote avait conserve sous son lit pour le petit dejeuner ! Ensuite nous avons eu droit a 2 jours de route en tape-cul a 30 km/heure pour rentrer a UB. Il nous reste maintenant 2 jours pur recuperer avant de reprendre le train-couchette et le "sleeping bus" pour Pekin (32 heures de trajet...). Khovsgol lake - Mongolie NC  31-08-2006 Nous venons de passer 3 jours a nous geler les *** a Hatgal dans le parc naturel du Kovsgol, au bord du lac eponyme. Contre vent, neige et grele, nous avons randonner, a pied et a cheval pour Nicolas qui se plait de plus en plus sur ces montures « de petite taille »… Revers de la medaille, son guide l'a emmene dejeuner dans sa yourte, pour une tete de chevre sechee ( le meilleur morceau). Le sechage en zone humide se traduit plutot en un delicieux pourrissage. Cauchemar garanti!Nous sommes a quelques kilometres de la frontiere siberienne, ou les paysages de "taiga" ont remplce la steppe. L'automne a commence a bruler les feuillages, mais le soleil perce encore parfois les nuages, lechant ces paysages. Le relief s’est fait plus acere, et les quelques paturages a yacks finissent toujours en marecage jusqu’au lac. Le soir, le premier geste en arivant au campement et d’allumer le feu. On joue au carte, avec le chauffeur mongol qui est bien le seul a comprendre les regles, ou aux echecs. Pas une seule douche cette semaine et le lac nest vraiment pas praticable pour ca. Mais on s’habitue a tout… Transmongolien - Mongolie NC 07-09-2006 Transmongolien Ulan Bator - Pekin (7 au 9 sept 2006) Arrivee a Pekin apres 1 jour et 2 nuits de Transmongolien puis d'un cahotique "sleeping bus" ou l'on ne dort jamais !!! D'abord 18h de train-couchette pour atteindre la frontiere sino-mongole. On embarque dans le train mythique a 20h30, voiture 1, compartiment n.3 avec 2 etudiants ardechois. Une chance ! On aurait pu avoir a supporter les crachats des chinois toute une nuit ! La soiree commence mal : malgre l'interdiction de fumer placee ostensiblement au-dessus de la fenetre, on allume tous une clope. Un flic deboule alors dans le compartiment et veut nous donner a tous une amende. Nicolas reussit a l'amadouer au bout de 20 mn et le trouffion repart, mais il a quand meme reussi a nous faire peur ! D'autres policiers, patibulaires mais presque, font irruption toutes les 5 mn. Ca ne nous empeche pas de discuter tous les 4 tambour battant jusqu'a 23h. Le train est assez confortable meme si on est loin de l'Orient Express et on peut se servir de l'eau chaude a volonte dans le couloir grace au poele a bois installe a l'entree de chaque voiture. La nuit est agitee car on traverse le desert de Gobi et le sable s'insinue a travers les vitres jusque dans nos duvets. Arrivee le lendemain a 9h a Erlian, ville frontiere cote chinois. Les controles de passeports et de visas n'en finissent plus et vers 12h on nous debarque enfin. Un minibus nous transfere jusqu'a la gare routiere ou nous remontons dans un sleeping-bus de la Mongolia Inter Railway vers 15h. Celui-la vaut le detour : il y a 40 couchettes de 50 cm de large sur 1,50 m de long, calibrees pour les petits chinois, le tout sur 3 rangees de 2 etages. On se croirait dans un wagon a bestiaux ! Bien entendu, les chinois sont a l'avant et les touristes occidentaux parques a l'arriere. Nicolas a droit a une place de choix, ce qui nous vaut un fou-rire monunental. Une poutre empiete de 20 cm sur son alcove, sa fenetre ne ferme pas (ce qui lui vaudra un bon rhume apres coup) et le haut-parleur au-dessus de sa couchette est deregle et hurle a tue-tete ! Il finira par le demonter a coup de canif. Les "allees" entre les couchettes sont tellement etroites qu'on doit se deplacer de profil tout en evitant les coups de pieds ou de genoux involontaires des voisins. Le conducteur s'arrete officiellement une fois en 16h dans un relais routiers ou on avale une noodle cup en vitesse. Pendant la nuit, profitant d'un embouteillage, on se jette tous dehors comme des sauvages pour se ... degourdir les jambes ... Une fois arrives a Pekin, nous ne sommes pas au bout de nos peines. On partage un taxi jusqu'au centre-ville avec les 2 jeunes francais mais ensuite impossible de trouver la Jade Youth Hostel ou nous avons reserve depuis UB. Apres 3 heures de recherches desesperees a travers les hutongs, avec nos 20 kgs sur le dos, nous nous rabattons sur une autre auberge de jeunesse fort sympathique, la Saga Youth Hostel ou nous retrouvons nos copains francais et tout le confort moderne. Constat inquietant pour les 3 prochains jours : absolument personne ne parle anglais dans cette ville... Beijing (Pekin) - Chine NC 09-09-2006 Nous n'avons que 3 jours a passer a Pekin. C'est insuffisant pour faire le tour de cette ville immense mais tout a fait honnete pour 2 voyageurs epuises par leur expedition en Mongolie. Les avenues comptent parfois 12 ou 13 files, les batiments administratifs ou commerciaux affichent une architecture quelque peu "pompiere", toujours a la limite de l'ecrasant. Le marbre et le granit repondent aux poutrelles dorees et plaquages de faux Page 2/30
toits style empire. Le premier jour, on s'attelle aux details pratiques : dormir, douche, sieste, lessive, petit-dej, sieste, retrait de cash... Ceci etant regle, on part decourvrir l'incontournable place Tien An Men et la Cite Interdite. Mais la, petite deception. L'enceinte noire de monde, principalement des chinois d'ailleurs, aligne ses petits kiosques a bracelets, porte-clefs, chips etc... Ca casse nettement l'ambiance, sauf si on est dingue de Disneyland; c'est une assez bonne imitation. En ressortant, Nico achete un petit phrasebook de mandarin pour se debrouiller avec ce minimum de vocabulaire et nous passons une heure avec la vendeuse qui s'evertue a nous donner des conseils de prononciation. Peine perdue, c'est imprononcable! On montrera donc les ideogrammes aux gens plutot que de borgborrer peiniblement ces signes... Puis session shopping dans un mall dedie aux vetements de sport "made in China". On doit s'equiper en vetements chauds en prevision des prochaines destinations : Ladakh et Nepal et des passages de cols a 5000 m. La doudoune est a 15 euros, en negociant assez mal encore car ce sont les debuts. A la tombee de la nuit, diner dans un resto repute pour ses canards laques. Celui-ci etant plein, la patronne nous envoie dans ce qui a du etre son premier etablissement, pas tres loin, dans une ruelle sombre et etroite, mais si... odorante! Nous ne serons pas decus. Le canard et les serveuses sont delicieuses, et pour ne rien gacher, elles sont tombees amoureuses de Nicolas et sont a ses petits soins. La balade digestive a travers les ruelles mal eclairees sera pour Nicolas l'occasion de tenter un petit coiffeur boui-boui, car ici on travaille a toute heure du jour et de la nuit. Communisme et syndicalisme ne riment pas en chinois... On passe le deuxieme jour a visiter le Palais d'Ete de l'Empereur, accompagnes par une colombienne de Medelin de la meme guest house. La journee est toute de flaneries le long du lac, dans les jardins et temples du palais. Le soir on essaie un petit resto chinois au coin de la rue: Menu incomprehensible, mais notre voisin de table a pitie de nous. On se voit servir de succulentes aubergines au soja et des beignets-batonnets de porc aux herbes. Un regal ! Enfin, le dernier jour, plutot que de passer la moitie de la journee dans un bus pour aller voir la Grande Muraille a 80 km du centre ville, on prefere prendre notre temps et se promener dans les hutongs, ces vieilles ruelles traditionnelles pour lesquelles la lutte semble perdue, tant l'immobilier est devenu vorace a quelques encablures des JO de 2008. C'est l'occasion de retrouver le fameux marche en plein air ou se situait la scene finale de l'emission Pekin Express que nous avions suivi cet hiver. Rappelez-vous, on y voyait des brochettes d'animaux innomables : requins, hippocampes, serpents, scorpions, larves ... On a donc pu verifier que les pekinois en sont tres friands et qu'ils les consomment a toute heure du jour ou de la nuit ... Candice tente le Bubble tea, mais on est loin du "the noir au sesame" de ZenZoo. Hong Kong - Hong Kong NC 12-09-2006 L'avion nous depose a Hong Kong ce matin a 11h et nous ne reprenons l'avion pour Delhi que ce soir 23h. Nous mettons donc a profit la journee pour decouvrir le centre-ville. Premiere impression : des gratte-ciels a perte de vue et une vegetation tropicale qui s'insinue dans chaque espace laisse libre. En arrivant sur Nathan Road, artere principale de Mong Kok la densite de building au metre carre devient suffocante. Les immeubles satures d'enseignes publicitaires s'elancant vers le ciel, ce qui n'est pas sans rappeler New York, hormis les echafaudages en bambous, freles esquifs au milieu du chaos architectural. Partout le bruit et une circulation infernale. Les trottoirs sont surcharges et les passages pietons drainent un flux incessants de chinois affaires. La sensation d'etouffement perdure jusqu'au quartier de Tshi Cha Tsuim aux abords de la baie. Sur l'autre rive, le front de mer prend des allures futuristes. Le spectacle est saisissant ! On deambule le long de la "promenade des stars" du cinema hongkongais, a la recherche d'une steak house que nous ne trouverons jamais. Nos besoins carnivores attendront, de meme que le "foot massage" au tarif exorbitant. Nico est tout esbaudi par les prix des appareils photo, -50%. Nous avons aussi decouvert la plus grande librairie specialisee en design, architecture, photo et nous y avons pris racine une bonne heure. Taschen, ca changeait des yourtes mongoles! Peu a peu nous decouvrons a l'abri des climatisations des temples de la consommation, du luxe comme du tres tres cheap, jusque dans les halls des immeubles d'affaire. Les grandes marques sont inevitables, un vrai piege pour cadre stresse qui parait n'avoir comme horizon que de rentrer dans les mega-tours qui ont fini de remplir la baie. Mais le passage a Hong-Kong est trop court pour savoir. Heureusement, nous devons y repasser plus tard dans notre periple. Vallée de la Nubra - Inde NC 17-09-2006
Page 3/30
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin