La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Un voyage de la France à l'Inde - visite de l'Inde, Tourto

De
165 pages

Carnet de voyage : France, Belgique, Allemagne, Pologne, Italie, Slovénie, Croatie, Serbie, Bulgarie, Grèce

Publié par :
Ajouté le : 22 mai 2014
Lecture(s) : 19
Signaler un abus
Un voyage de la France à l’Inde Tourto
ère 1 édition– octobre 2011
Un voyage de la France à l’Inde Tourto
ère 1 édition– octobre 2011
1
Un voyage de la France à l’Inde
Table Biscarrosse-Mumbai, un nouveau chemin........................................................................................... 3 Introduction .......................................................................................................................................... 3 Lettres de départ...................................................................................................................................5 France................................................................................................................................................. 10 Belgique ............................................................................................................................................. 13 Allemagne .......................................................................................................................................... 15 Pologne............................................................................................................................................... 27 France................................................................................................................................................. 34 Italie ...................................................................................................................................................37 Slovénie.............................................................................................................................................. 39 Croatie ................................................................................................................................................ 41 Serbie .................................................................................................................................................44 Bulgarie .............................................................................................................................................. 49 Grèce ............ ...................................................................................................................................... 52Première partie : Grèce continentale ........................................................................................ 52 Deuxième partie : La Crête ...................................................................................................... 65 Turquie ............................................................................................................................................... 77 De Marmaris à Kars ................................................................................................................. 77 De Kars à la frontière iranienne ............................................................................................... 89 Iran ................................................................................................................................................... 101 Les premiers pas, jusqu’à Téhéran......................................................................................... 101 Au centre de l’empire, Téhéran et Ispahan............................................................................. 118 Les contrées désertiques......................................................................................................... 128 Émirats Arabes Unis......................................................................................................................... 141 Inde................................................................................................................................................... 148 De retour en France..........................................................................................................................161 Rendez-vous en 2010....................................................................................................................... 163
2
Biscarrosse-Mumbai, un nouveau chemin Introduction oici enfin après de nombreuses demandes et un temps de latence dû aux actions conjointes de ma paresse et de ma propension à la procrastination, la récapitulation de toutes mes en jVuillet2010. Un an de vagabondages que j'ai d'ailleurs séparés en deux volumes, deux étapes entrées de blog depuis mon départ de la France en mai 2009 jusqu'à mes aventures en Inde bien distinctes, pour la raison principale qu'il y a vraiment beaucoup de pages à lire! J'ai choisi de tout d'abord publier ce recueil sous format PDF pour plusieurs raisons : 1/ Ce n'est qu'une copie de ce que j'ai écrit, dans laquelle j'ai corrigé quelques fautes d'orthographe et ajouté quelques informations annexes. 2/ Étant un travail inachevé, je ne pense pas que ce recueil mérite la publication d'un livre. Il ne mérite pas de plus le gaspillage de papier qu'il faudrait pour l'imprimer. 3/ C'est facile à télécharger, et mon lecteur (toi) peut soit le parcourir facilement directement sur son ordinateur quand il en a envie, soit le lire sur un e-book, cet appareil de lecture que je conseille à ceux qui aiment lire mais pas se trimbaler des kilos de bouquins. 4/ C'est une façon simple de procurer à mes lecteurs, devenus un peu plus nombreux avec les années, une récapitulation de tous mes écrits sans qu'ils n'aient à chercher sur mon blog un peu en bazar. Bien sûr, je n'abandonne pas l'idée d'un livre sur mes pensées de voyage, mais cela nécessite un travail que je n'ai pas encore commencé, alors patience, peut-être un jour. Ce contenu est disponible gratuitement. Cette version sans photos m’a pris quelques dizaines
3
Un voyage de la France à l’Inde d’heures pour la réaliser et celle avec photos le double. Alors si tu as l’envie de me récompenser pour ce petit travail, rien ne me ferait plus plaisir que tu considères une donation à une organisation philanthrope par mon biais ou non. Il y a notamment plusieurs faiseurs de bonheur, rencontrés au long de ma vie et en qui j’ai confiance pour qui je serais ravi que mon travail serve. Tu peux faire ton choix parmi eux sur cette page :www.tourto.fr/agirA propos du texte suivant, comme je l'ai dit, j'ai essayé de corriger les fautes d'orthographes ou grammaticales les plus choquantes. Elles étaient dues soit aux claviers d'ordinateur étrangers, soit à des erreurs impardonnables! Pour le reste, j'ai souhaité restituer dans sa quasi-intégrité le texte original publié sur mon blog. Cela rend les premiers articles peut-être un peu ennuyeux, car je ne faisais que commencer dans l'écriture de mes pensées et la retranscription de mes aventures. De plus au début je n'avais pas d'ordinateur portable, ce qui me forçait à écrire un peu à la va-vite, survolant parfois des points qui auraient mérité développement. Toutefois, l'achat d'un petit ordinateur de voyage vers la fin de la Grèce et l'amélioration de mon style d'écriture a fait évoluer mes articles, qui sont plus développés sur la fin. A côté de cela, j'ai moi-même évolué lors de mon voyage. Tout ce qui est écrit dans ce document suit mes réflexions faites au moment même de l'écriture, sans recul. Parfois, j'ai été tenté de retravailler le texte, de corriger des erreurs faites à l'époque par manque de connaissances ou par un jugement trop hâtif. J'ai été tenté d'ajouter mes conclusions et mes sentiments, mes connaissances qui maintenant sont la somme de tout ce qui s'est passé durant les deux dernières années de ma vie. Mais finalement j'ai décidé de laisser le texte original, parce que si je changeais une seule phrase, même si je sais pertinemment maintenant et avec le recul que ce qu'elle dit est totalement faux ou alors que je n’ai plus la même opinion, alors il faudrait que j'en fasse de même pour tout le document. Un long travail demandant recherche et documentation, et surtout plus de travail de réflexion qui serait donc l'occasion de développer un livre en lui-même. Alors voilà, soyez indulgents si vous voyez des erreurs, des choses incorrectes. Car il y en a beaucoup. Assez parlé maintenant, place au voyage! Bonne lecture, ou relecture. Xavier, dit Tourto
4
Lettres de départ vant de partir en voyage, et après avoir quitté mon travail si enrichissant (surtout pour les A actionnaires et dirigeants sans scrupules), j'ai envoyé une lettre à mes amis et proches en essayant d'expliquer ce soudain virage dans ma vie. J'avais besoin d'en parler sans doute. En voici une partie : Un jour de février 2009... Salut les amis, Et voila quelques nouvelles, dernièrement j'ai été un peu distant, c'est qu'il s'est passé beaucoup de choses dans ma tête. En fait, la veille de mon retour de vacances, je me suis mis à regarder autour de moi, ce que je possède, ce dont j'ai envie, et tous ces biens que j'ai accumulés. Et je me suis dit que c'était bien illusoire de vouloir posséder autant de choses, a priori inutiles pour vivre juste normalement. On s'embarrasse de beaucoup d'objets qui nous cachent les plaisirs simples. J'en ai eu tout d'un coup marre. J'ai enfin compris, en une sorte de flash, que ce n'était pas ça que je voulais. Encore moins une espèce de stabilité dont l'image nous est entretenue depuis notre enfance dans tous les produits de la société. Stabilité sociale et professionnelle, y'a que ça de vrai nous dit-on. Ensuite, en effet, la société de consommation fonctionnera bien, tout sera réglé. Répression de la différence et conformation des individus, pour satisfaire une utopie de mauvais rêveurs, une société fonctionnant comme une horloge suisse. C'est vrai en France, et c'est encore plus désespérant en Suisse [où j'ai travaillé les deux dernières années], où tout ce qui n'est pas interdit... est obligatoire! Je travaille dans une entreprise renommée de Lausanne, fleuron de la technologie des machines confectionnant des boîtes en carton. Industrie de l'emballage (pur produit de consommation inutile dans la majorité des cas). La machine que je dessine fabriquera, à une cadence extrême, des boîtes 5
Un voyage de la France à l’Inde
de clopes, des boîtes de cartouches de clopes, des boites d'After-eight ou Kellog's, et ceci en utilisant la main d'œuvre la moins qualifiée possible, pour faire des économies sur les salaires, tout en s'enrichissant sur l'augmentation du taux de cancer dans les pays du tiers-monde, gros friands de nos machines. Pour percer dans ce monde, il faudrait être ambitieux, marcher sur les autres pour avoir des promotions, travailler beaucoup (sans scrupules cela s'entend) pour enfin monter les marches de la gloire et de la reconnaissance. En deux ans ici, je me suis donc rendu compte que je travaillais égoïstement, pour une industrie qui ne me rendra jamais la reconnaissance que je ne mérite pas et que je ne souhaite surtout pas avoir. Ceci pour un salaire me permettant d'augmenter un confort illusoire, vitrine injuste d'une société qui se dit évoluée. Une société où l'on apprend petit à petit à ne plus savoir se démerder, à voir le voisin comme un inconnu, pire, un danger. On s'enferme en se croyant bien, là, hermétique à l'extérieur, ne pensant qu'à notre bonheur si durement acheté. Et voila, que maintenant, je ne veux plus de tout ça. Je veux faire un RESET de mes idées et opinions qui ne sont le reflet que d'une éducation des autres. Ce que je crois comprendre, ce que je crois savoir, c'est ce que les gens sur mon parcours depuis la naissance m'ont enfoncé dans le crâne, ce qu'eux-mêmes croyaient comprendre et savoir. Alors je remets les pendules à zéro, et je recommence. Je vais aller voir ailleurs si j'y suis, et c'est là-bas que je trouverai mes propres opinions, celles que le monde m'enseignera au gré du hasard. C'est donc fait, j'ai démissionné hier, lundi. […] Je pars sans plan préconçu, pensant tout de même rallier l'Inde dans un premier temps. Pas de contraintes de temps. Je resterai là où je me plairai, repartirai quand ça me chantera. A pied, en stop, peut-être en train ou en bus parfois. J'essaierai de ne jamais prendre l'avion. Je privilégie dans mon idée le contact avec les personnes qui se trouveront sur mon chemin, voulant éviter de les survoler. C'est eux qui m'apprendront tant de choses. J'ai dit que je voulais refaire un zéro, mais je n'ai en aucun cas l'intention de ranger mon passé, ma famille, mes amis, vous. Ce passé est ce qui m'a enrichi jusqu'à maintenant et vous tous avez fait partie de l'évolution qui m'a emmené à ces réflexions. Donc ne vous inquiétez pas, point d'oubli, j'essaierai de vous donner des nouvelles quand j'en aurai l'occasion, mais je ne passerai pas mon temps à chercher des cafés internet au fond du désert pour dire à trois lecteurs de blog que c'est génial dehors. Je le ferai à l'occasion, car j'aurai sans doute beaucoup à faire là dehors. Et si vous souhaitez me rejoindre quelque part, pour quelques temps, ce sera avec grand plaisir! Dans une ville, un pays, ou pour un bout de chemin ensemble. On essaiera de se rencontrer au bon moment au bon endroit! Car tous ces mots sont faciles à dire maintenant, mais je dois me faire à cette idée : il y aura inévitablement des moments difficiles, où vous me manquerez. J'espère seulement ne pas avoir la faiblesse de revenir pour un coup de blues passager, il me faut vraiment aller au bout de ma découverte, et parvenir à trouver qui je suis vraiment. Je pars donc pour un temps indéterminé, 6 mois comme 1 mois (mais je n'espère pas quand même), 1 an comme 2 ans, je n'en sais rien du tout. C'est pour cela que j'aurai aussi besoin de vous parfois. En tous cas, je suis vraiment heureux, je me sens vraiment bien, depuis que j'ai trouvé ce que je voulais vraiment faire. [...] Voila, je crois que j'ai dit le principal. Ben j'espère que vous approuvez ma démarche, bien que celle-ci peut sembler utopiste, ou révolutionnaire, ou juste s'apparenter à un banal rêve d'enfant. En tous cas, je vous fais confiance pour comprendre mes motivations, quelles que soient vos opinions là-dessus. Je me réjouis de vous revoir bientôt avant mon départ! Xav la tourte
6
nsuite quelques jours avant de partir, j'ai envoyé une lettre à une plus large audience, un mes idées et projets avaient pris un peu plus forme, et notamment ce blog que je ne souhaitais pas peu tous les gens que je connaissais et à qui cela intéresserait peut-être de me suivre sur mon blog. Car entre ma démission en février et le jour du départ en voyage en mai 2009, vraiment créer s'est finalement mis en place avec l'insistance d'un ami, Frou. Je le remercie maintenant, car grâce à lui, j'ai découvert le plaisir de l'écriture, que je possédais déjà sans cependant en être très conscient. Un jour au début du mois de mai 2009 : Bonjour à tous! Voici un petit message informatif à destination de : 1/ tous ceux qui ne savent rien sur le piquant de ma situation actuelle, 2/ tous ceux qui savent qu'il se passe un truc, mais sont impatients de savoir quoi, 3/ et aussi ceux qui savent déjà et dans ce cas-là vous pouvez sauter le paragraphe suivant! Voila donc la réponse à l'énigme mystérieuse du mystère énigmatique : J'ai démissionné fin Mars [en fait, démissionné en février, quitté mon travail fin mars] de mon boulot en suisse, sur une impulsion (et avec une idée derrière la tête), puis quitté le 1er avril Lausanne où j'ai vécu de très chouettes moments. Je suis rentré à Biscarrosse chez mes parents, où j'ai travaillé dans leur restaurant quelques temps et jusqu'à dimanche prochain. Mais pour quoi faire? Et bien parce que j'ai décidé de m'en aller voir ailleurs si j'y suis. Tout simplement. Et pour les téméraires de la lecture, voici une brève explication de ma démarche : En gros, je faisais un travail très intéressant techniquement, en rapport avec mes compétences et ma formation d'ingénieur. Cependant, cela ne me plaisait pas, le milieu, la manière de travailler, ça ne me correspond pas. Bien sûr j'avais un salaire à la fin du mois, qui me permettait de m'aider à fermer les yeux sur le fait que je dessine des machines qui permettent de supprimer des emplois qualifiés tout en augmentant les cadences de production de boîtes d'emballage en carton pour la plupart destinées à faire des paquets de clopes et au fort potentiel de vente dans le tiers-monde... Voila, alors au lieu de continuer confortablement à fermer les yeux, j'ai regardé autour de moi ce dont j'avais réellement besoin et que je doive acheter avec l'argent de mon salaire : la grosse voiture? Non, les multiples paires de ski utilisées 5 fois? Non, les meubles design encombrant ma chambre? Pas tant que ça... etc. Finalement, je me suis débarrassé de tout sauf mes souvenirs et quelques vêtements, un gros sac à dos (merci les copains!), des ustensiles pour vivre dans la nature (merci les copains aussi!). Et je me sens bien. Plus de stress de perdre ce que j'ai, puisque j'ai presque rien. Et je commence à voir qu'on peut bien vivre avec moins. Maintenant, j'ai un projet, tout de même. Et c'est celui de partir, simplement, à pied, en autostop, ou tout autre moyen terrestre et bon marché. Où? Au départ je ne savais pas trop, mais à force de questions je me suis inventé une destination : l'Inde. Combien de temps? Et bien, je crois que je commence à me demander en quelle unité je devrai compter le temps : quelques jours? Mois?
7
Un voyage de la France à l’Inde Années? En réalité, je ne prévois pas, j'ai envie d'effacer les notions d'unités de temps, et faire confiance à mes envies, mes choix, en chaque instant. Je veux m'enlever le plus de contraintes possible et cela passe tout d'abord par le temps. Donc c'est décidé, je pars lundi 11 pour une durée indéterminée, direction l'Inde et destination réelle inconnue. Je ne pars pas visiter, je pars découvrir, rencontrer, et comprendre. Je crois que j'en ai assez écrit, alors si vous voulez en savoir plus, vous pouvez attendre que mon site de voyage (en construction actuellement) soit à jour, ou si vous êtes impatient, me poser quelques questions (mais pas trop hein!). Maintenant, voila les infos pour tous : -La date est arrêtée (bon, à +/- 2 jours :) au lundi 11 mai. Départ de Biscarrosse-Plage. -Première étape : Paris, pour demander mon Visa pour l'Inde. -Ensuite, un passage de quelques semaines sans doute en Allemagne, pour essayer de pratiquer l'Allemand que j'ai appris à Lausanne sans avoir eu beaucoup l'occasion de m'entraîner. -Puis un passage de quelques semaines aussi en Pologne, où je promets depuis très longtemps de passer! -Enfin, grand départ vers l'inconnu, à savoir que sur le trajet, je ne connaitrai désormais pas grand monde, donc place aux rencontres et aux mélanges culturels! Le site internet pour me suivre : […] Sylvain, alias Frou, est arrivé avec son projet de programmer un site internet. Et vu que ça lui plait de faire tout, moi j'ai dit OK! On a travaillé un peu ensemble pour voir ce qu'il me faudrait et il a tout géré. Merci Sylvain! [...] Important : réponse à des fausses interprétations et idées reçues : -Je ne pars pas à la "Into the wild"! Parce que : 1/ Je suis conscient que les échanges humains, et la vie en société sont très importants, je ne souhaite pas m'éloigner et vivre en ermite seul et oublié. 2/ Je ne veux absolument pas tirer un trait sur le passé. Mon passé est vital pour moi. Ce sont TOUS les événements de ma vie, TOUTES les rencontres d'un jour d'un temps ou d'une vie, tous mes amis, ennemis (heureusement je pense en avoir peu :), qui ont conduit à ce que je suis, ce que je pense, et où je vais. Il serait injuste, à mon avis, de ne pas remercier tout ce qui est derrière pour m'avoir mené ici. Bon comme mauvais. 3/ Les gens qui m'aiment ont besoin de mes nouvelles, et j'ai besoin de leurs nouvelles. C'est un pacte silencieux et humble entre nos cœurs. Je ne peux et ne veux pas abandonner qui que ce soit. -Si je dis que tout ce que nous possédons n'est pas réellement nécessaire, je m'avance un peu. Je reste conscient, et persuadé que la possession est sinon utile, alors intrinsèque à l'homme. Je pense surtout qu'on transforme petit à petit ce pouvoir qu'on a sur les choses (ou capitaux, ou même personnes) en notre possession en une attitude malsaine. Donc je ne pars pas avec rien, mais pas avec trop non plus, du moins je le pense. Un appareil photo, ce n’est pas utile pour vivre, mais c'est appréciable, pratique, c'est un plaisir. Cependant je pars avec le sentiment libérateur que si je le perds, le casse ou me le fais dérober, je n'en éprouverai aucun stress, car sa possession était seulement un plaisir. Certains vêtements seront de trop, je les donnerai à ceux qui en veulent; je n'ai pas apporté de doudoune pour le froid au Népal, mais je n'en aurai besoin que là-bas (si j'y vais) et pas en Iran. Alors je me la procurerai là-bas. Utile/Inutile, on ne le sait que si on en a vraiment besoin.
8
-A chaque fois que je parle de mon voyage, on me répond "Ah comme Pékin Express!" Désolé mais une telle comparaison me fait gerber. Je sais, c'est violent. Pourquoi? Voila un début d'explication : Une personne a qui l'on donne 1 euro par jour, doit rallier pékin par la route, le plus vite possible, en demandant l'hospitalité à des gens, pour gagner un prix que ces gens là ne gagneront jamais en une vie. Le concurrent s'en fout royalement de qui l'accueille, l'aide, il veut gagner des thunes. Il est maquillé, coiffé, il est suivi par des caméras, soigné si besoin, etc. Et un pauvre mouton en France assis dans son canapé IKEA se dit en regardant l'émission "Ouah, ça c'est des aventuriers!" Beeurp... Comprenne qui veut. -Enfin, je suis conscient de la chance que j'ai eue jusqu'à maintenant. Éducation, niveau de vie, études, sécurité sociale, bonne santé, pas trop con (il me semble), etc. Je ne juge pas, je ne jugerai pas. Non, on n'est pas si égaux que ça à la naissance. La situation de chacun sur cette Terre, n'est pas méritée, elle est issue de sa naissance, puis de tous les événements de sa vie, et en dernier lieu de ses choix propres. Alors je veux juste observer. J'ai l'occasion de ne pas me stresser pour beaucoup de choses. Alors j'en profite. Et peut-être qu'avec ce que je vais découvrir, je pourrai être utile dans le futur. Voila, j'en ai dit assez là je crois :) Pas de conclusion, mais n'hésitez pas à vous tenir au courant sur mon site, et surtout à me donner aussi des nouvelles, même spontanément, ça me fera toujours plaisir :) A bientôt ou tard! Xavier / Tourto
9
Un voyage de la France à l’Inde
France Le 11 mai 2009 : Le moment est venu oila, c'est le moment. Dans une demi-heure, je grimpe dans une voiture qui m'emmène à V Bordeaux. Là, un ami de ma mère me prendra dans son camion. Il va en Belgique et me déposera donc à Paris, sur son chemin. Facile la première étape! Je commence par de la bonne fortune. C'est bien, car je ne souhaite pas trop m'attarder en France. Pas que je n'aime pas la France, et je ne la connais encore pas assez bien non plus. Non, c'est plus symbolique, de changer de pays. Mais finalement c'est quoi un symbole? Cette date d'aujourd'hui, est symbolique, elle marque mon départ. Un départ physique. Pourtant je suis déjà parti depuis bien longtemps. Alors dans la pensée, le symbole du départ serait il y a quatre mois, jour pour jour... Non, je suis parti bien avant cela. Quand alors? En fait, je pars éternellement. Je ne fais que partir, depuis que j'ai seize ans. J'en connais certains que ça rend triste. Et moi, je pars quand même. Je ne vais pas chercher ailleurs comment me sentir mieux. En fait je me sens bien quand je pars. C'est lié. C'est tout naturel pour moi. Donc, qu'est-ce qui me passe par la tête en ce moment même? Je vais passer le panneau qui indique la limite de Biscarrosse. Et puis quoi? En fait, aujourd'hui, je me sens comme hier. Comme avant-hier. Comme chaque jour. Pas d'euphorie excessive. Pas de stress paralysant. Il me semble que je ne vais pas faire quelque chose de différent. Je vais seulement continuer tranquillement ma vie, à ma manière. Ce qu'il y a de bien, finalement, à partir sans arrêt comme cela, c'est que ça implique un retour. Je 10
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin