La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Visite de Bruxelles avec Hinges Rando

De
62 pages

Vous trouverez dans ce document un guide des rues et des curiosités bruxelloises

Publié par :
Ajouté le : 15 mai 2014
Lecture(s) : 27
Signaler un abus
VOUS FAIT DECOUVRIR “BRUXELLES AUTREMENT”GUIDE DES RUES ET DES CURIOSITES BRUXELLOISES Le départ en car est prévu à 13h30 précises (rassemblement à 13h15 à l‟église d‟Hinges).Le car nous déposera sur la place des Palais, en face du palais Royal, lieu de départ de notre randonnée. Cette promenade dans la ville nous mènera, par le Bruxelles aristocratique et bourgeois, du Palais Royalau quartier populaire des Marolles, le quartier de la chine et des petits cafésd‟un autre temps, puis au quartier plus chic du Sablon, paradis des antiquaires et des chocolatiers de renom, avant de revenir à la place Royale. Après la traversée du Coudenberg, quartier des musées, nous descendrons vers la ville basse en direction du centre ville par la place de la Vieille-Halle-aux-Blés et la fondation Jacques Brel. Puis nous irons saluer le personnage le plus célèbre de Bruxelles, le célèbre Manneken-Pis, sans doute en tenue de St Nicolas et passerons devant la plus petite maison de Bruxelles (actuellement à vendre) pour arriver enfin sur le joyau de la ville : la Grand Place et son spectacle son et lumière. Les rues piétonnières et commerçantes nous mèneront à la place De Brouckère, par les galeries St-Hubert et la rue des Bouchers puis par la place de la Monnaie avec son théâtre et sa vie nocturne animée. Au passage, nous ne manquerons pas de rendre une petite visite à Jeanneke-Pis. Nous rejoindrons ensuite la place Sainte-Catherine avec son marché de Noël et ses attractions foraines : patinoire, manèges et grande roue. Retour ensuite à la Grand Place par la rue Dansaert, la rue des boutiques de luxe, la Bourse puis le quartier historique et branché St-Géry où nous aurons peut être la chance de voir la Senne (la rivière). Ceux qui en ont encore dans les jambes ne manqueront pas de faire un crochet vers le Zenneke-Pis. Après la Grand Place, nous rejoindrons, au plus court, la cathédrale Saint-Michel et Sainte-Gudule où nous attendra le car. Vous trouverez des marchés de Noël et des animations un peu partout sur le parcours. Les 5 et 6 décembre, Bruxelles fête également Saint-Nicolas. Ne vous arrêtez pas systématiquement partout, des pauses sont prévues sur les sites les plus intéressants pour vous permettre de vous détendre et de faire quelques emplettes : 1.Place du Grand-Sablon, petite place superbe, paradis des chocolatiers les plus réputés 2.Grand-Place, pour son architecture époustouflante et ses jeux de lumière 3.Place Sainte-Catherine et place du Marché aux Poissons, principal marché de Noël de Bruxelles
Bruxelles, capitale de la BD, est un musée à ciel ouvert pour cet art. Sur le parcours, vous aurez l‟occasion d‟admirer une dizaine de fresques BD sur les pignons de la capitale.
Pour le retour à Hinges, le départ du car est fixé vers 22 h 30 / 23 h 00 rue de Loxum, devant la cathédrale Saint-Michel et Sainte-Gudule.
QUELQUES MOTS SUR L‟HISTOIRE DE LA BELGIQUE
Le territoire de la Belgique, peuplé par les Celtes et les Germains, est conquit par les Romains (César) en 57 avantJ.-C. et englobé dans la Gaule. Les Francs envahissent la Belgique aux Vème et VIème siècles. En 843, le traité de Verdun divise le pays en France occidentale (future France) et en France médiane (future Lotharingie, rattachée à la Germanie en 925). Le pays se morcèle alors en de nombreuses seigneuries, dont le duché de Brabant, les comtés de Hainaut et de Flandre. En 977, l'empereur germain Otton II donne la Basse-Lotharingie à Charles, descendant de Charlemagne et fils banni du roi de France, Louis IV.Charles de France s‟établit àBruxelles sur l'île Saint-Géry, sur la Senne. A la fin du Xème siècle, avec la mort de Charles, la Basse-Lotharingie est prise par Lambert Ier de Louvain. A partir du XIVème siècle, les Pays Bas, qui comprennent les territoires de Belgique, se constituent en un ensemble unifié aux mains des ducs de Bourgogne. En 1430, le duc de Bourgogne, Philippe le Bon, hérite du Brabant. Au XVème siècle, le mariage de Marie de Bourgogne avec Maximilien d'Autriche conduit à une descendance des Habsbourg. En 1515, Charles-Quint devient souverain de Bourgogne et hérite du trône d'Espagne à 16 ans. Il hérite en même temps des Pays Bas. En 1555, Philippe II d‟Espagne accède au trône maisses excès provoquent la révolte des Pays Bas. En 1579, les provinces du nord deviennent indépendantes, tandis que les provinces du sud restent sous domination espagnole. En 1789, un premier soulèvement (appelé révolution brabançonne) conduit à la proclamation de l‟indépendance des Etats unis belgiques.À l'époque, le mot belgique était utilisé comme adjectif, signifiant «des Pays-Bas» ou «des Pays-Bas du sud». Le nom Belgique était également parfois utilisé en français, mais moins fréquemment que Pays-Bas. De 1795 à 1815, les français occupent le pays et l‟unifient administrativement.En 1815, les provinces belges et les anciennes provinces du nord sont réunies en un royaume des Pays-Bas, au profit de Guillaume 1er. La véritable révolution belge débute à Bruxellesau cours de l‟été et de l‟automne1830, lorsque les provinces belges s‟insurgent contre Guillaume 1er et se détachent de son royaume.C‟està ce moment que la Belgique moderne voit le jour. er Léopold 1est le premier roi de la monarchie constitutionnelle créée en 1831. Léopold II (1865-1909) lègue le Congo à la Belgique, en 1908. La Belgique connait dans la seconde moitié du XIXème siècle un essor économique remarquable. Malgré sa neutralité, proclamée en 1831, le royaume de Belgique est occupé par les Allemands en 1914-1918 et 1940-1945. Albert Ier (1909-1934) succède à Léopold III qui abdique en faveur de son fils Baudouin en 1951. En 1993, la Constitution est remaniée, créant un État fédéral à trois régions décentralisées, la Région flamande, néerlandophone, la Région wallonne, francophone et la Région de Bruxelles-Capitale bilingue, et à trois communautés culturelles, la Communauté flamande, la Communauté française de Belgique et la Communauté germanophone. er En 1993, Albert II succède à son frère Baudoin 1. Durant la seconde moitié du XXème siècle, la Belgique vit une histoire dominée par l'incessant débat linguistique entre néerlandophones et francophonesqui se poursuit encore aujourd‟hui.
Bruxelles n‟est pas seulement capitale de la Belgique, elle estégalement le siège de la Communauté européenne au même titre que Strasbourg et Luxembourgmais aussi de l‟OTAN et d‟innombrables organisations et sociétés internationales.C‟est aussi latroisième ville de congrès mondiale.
-------------------------------o-------------------------------
2
QUELQUES MOTS SUR L‟HISTOIRE DE BRUXELLES
Le nom de Bruxelles vient du germanique Bruocsella, Brucsella ou Broekzele qui signifie marais (bruoc, bruc ou broek) et salle ou maison (sala).C‟est en effet sur un marais que la ville vanaître. La fondation de Bruxelles est habituellement datée autour de 979, quand Charles de France construit une place forte sur l'île Saint-Géry, sur la Senne, sur une route importante qui relie à l'époque deux régions prospères, la Flandre et la Rhénanie. A la fin du Xème siècle, après la mort de Charles de France, l'île Saint-Géry est délaissée au profit du flanc sud de la vallée de la Senne au lieu-dit du Coudenberg (emplacement de l'actuelle place Royale) qui accueillera tous les futurs châteaux des rois de Belgique. La localités‟estdéveloppée à la fin du XIème siècle avec la création de marchés en plein air. Au début du XIIIème siècle, trois halles commerciales sont construites par le duc de Brabant à proximité de la place actuelle : une halle aux viandes, une halle au pain et une halle aux draps. Elles mettent les marchandises à l‟abri etsurtout permettent de contrôler le commerce. Les aménagements de la place, à partir du début du XIVème siècle, marquent l'importance des marchands et des métiers face à l'autorité des seigneurs. À court d'argent, le duc de Brabant cède progressivement une partie du contrôle du commerce au Magistrat, conseil de la Ville. De 1357 à 1379 un nouveau mur d'enceinte est construit et devient très vite trop petit (il est aujourd'hui connu sous le nom de Pentagone). La ville de Bruxelles, qui est en concurrence avec les villes voisines, Malines et Louvain fait d'abord construire à ses frais, en 1362, une nouvelle et vaste halle aux draps, de l'autre côté de la place, puis rachète pour les démolir les maisons et boutiques qui encombrent la place et en définit les limites. La construction de l'Hôtel de Ville en plusieurs étapes entre 1401 et 1455 transforme la place en siège du pouvoir municipal, répondant au pouvoir central symbolisé par le palais du Coudenberg. En face de l'Hôtel de Ville, le pouvoir du duc reste cependant présent. L'ancienne halle au pain, qui prendra plus tard le nom de Maison du Roi, a perdu depuis 1406 sa fonction commerciale et a été transformée en lieu de perception et de justice princière. Autour de la place, quelques riches négociants et surtout les corporations, dont l'influence est de plus en plus importante, construisent des maisons en bois. En 1695, Bruxelles est attaquée par le Roi de France, Louis XIV. Après le bombardement et l'incendie qui la détruit presque entièrement, la place est reconstruite en pierre en quelques années. Au cours des deux siècles suivants, la place aura à subir d'importantes dégradations. A la fin du XVIIIème siècle,les “sans-culotte” détruisent une bonne partie des symboles et statues de l'ancien Régime. Par la suite, les bâtiments seront victimes de transformations ou rénovations malheureuses. Sous l'impulsion du bourgmestre, Charles Buls, l'ensemble sera progressivement restauré ou reconstruit grâce aux plans et représentations de l'époque de la construction. De nombreux immeubles ont été réhabilités à la fin du XIXème et au début du XXème siècle.
Les héros de la bande dessinée sur les murs de Bruxelles Bruxelles est une vieille ville. Ses maisons offrent à la vue, par le jeu d'alignements de façades édifiées à des époques différentes, de nombreux pignons gris et délabrés devenus, hélas comme partout, de véritables "aimants" à tags, graffitis et dépôts clandestins d'immondices... D'où l'idée de les transformer en murs aux décors colorés, en y présentant les héros de la BD. La première fresque date de 1991 et de nouvelles fresques enrichissent la collection chaque année. Les fresques sont signalées sur le plan et dans ce guide, nous en verrons une dizaine sur les 38 recensées. Faut-il rappeler que Bruxelles, capitale de l'Europe est aussi capitale de la bande dessinée ?
3
Hinges Rando et les brusselers (les Bruxellois) vous souhaitent la bienvenue à Bruxelles.
Notre randonnée“Bruxelles autrement”démarre de la place des Palais, dans le parc Royal de Bruxelles.
1.Au départ de la place des Palais (Paleizenplein),longer le Palais Royal. Palais Royal Le palais Royal est situé à l'extrémité du Parc Royal. Depuis sa fondation en 1831, la Belgique est une monarchie constitutionnelle héréditaire. Le Roi, que la Constitution belge place au-dessus des considérations idéologiques et religieuses, des opinions et débats politiques et des intérêts économiques, a un rôle d'arbitre et de gardien de l'unité et de l'indépendancedu pays. C'est au palais que le Roi accorde ses audiences et que les affaires de l'Etat sont traitées. Outre le bureau du Roi et celui de la Reine, le palais Royal abrite les services du Grand Maréchal de la Cour, du chef de Cabinet du Roi, du chef de la Maison Militaire du Roi et de l'Intendant de la Liste Civile du Roi (dotation de l‟Etat). Le palais comporte aussi les salons d'apparat où sont organisées les grandes réceptions, ainsi que les appartements mis à la disposition des chefs d'Etat en visite officielle. Si pendant l‟annéeles activités officielles de la famille royale se déroulent au palais de Bruxelles, après la fête nationale il s‟ouvre au public pendant près de deux mois.Le drapeau au sommet du palais signale la présence du souverain dans son pays.
Le alaisRo alvu duarcLa façade à colonnades a été construite sous Léopold II en 1904 Nous sommes dans la partie haute de la ville, sur le promontoire du Coudenberg. Dès leXIIème siècle, une résidence princière domine la ville de Bruxelles sur cette colline. Au XIVème siècle, le Coudenberg est une des plus hautes collines dominant la Senne. S'avançant tel un promontoire, son sommet est aujourd'hui occupé par la place Royale et celle du Musée. Cet ensemble architectural qui se développe au fil des siècles est alors l'un des plus beaux palais d'Europe et une des résidences principales de Charles-Quint. er Le duc Henri 1de Brabant qui régna de 1190 à 1235 construisit un premier palais embelli cent ans plus tard par ses successeurs, Jean II et Jean III. Il se situait sur la place Royale d'aujourd'hui. Au XVème siècle, Philippe le Bon agrandit ce palais et le dota d'une vaste salle de 17 sur 45 m dans laquelle, en 1465, se réunirent pour la première fois les Etats Généraux composés de délégués de la bourgeoisie, du clergé et de la noblesse. En 1515, Charles de Habsbourg (né à Gand en 1500), futur Empereur Charles Quint, devient par héritage prince des Pays-Bas et s‟installe à Bruxelles. Il imaginede nouvelles infrastructures, qui subsistent encore aujourd'hui, telles que la place devant le Palais, des galeries et de nouvelles salles de style renaissance ainsi que la grande chapelle (de style gothique tardif) dans laquelle était conservé le fameux trésor de l'Ordre de la Toison d'or (aujourd'hui à Vienne).
4
L‟ancien palais de Charles-Quint
Le bâtiment sera fortement endommagé lors d'un incendie survenu en 1731. Quarante ans plus tard, les ruines du palais sont rasées et nivelées pour faire place au quartier de la place Royale. Les vestiges de cet édifice composent le site archéologique actuel du Coudenberg.
Commencé en 1820, sous le règne du roi Guillaume, le bâtiment actuel fut modifié en 1904 sous Léopold II qui le fit reconstruire en style Louis XVI. Les ailes latérales datent du XVIIIème siècle et sont flanquées à leurs extrémités de deux pavillons. A gauche, celui de la Liste Civile et à droite,l‟Hôtel Bellevue, actuellement le Musée BELvue consacré à l‟histoire de la Belgique.
Des fouilles engagées sous la place depuis 1995 ont permis de dégager, enfouis à quelques mètres sous terre, les vestiges des fastes des cours de Bourgogne et de Charles-Quint et notamment l'Aula Magna, la salle d'apparat où, à 15 ans, Charles-Quint monta sur le trône, sans oublier les remarquables souterrains de la place Royale.
La salle du Trône date de 1872
2.Tourner à gauche dans larue Royale(Konigstraat)pour rejoindre la place Royale A gauche, à l‟angle entre la place du palais et la rue Royale on trouve le musée BELvue (entrée par la place Royale)à l‟emplacement de l‟ancien Palais deBruxelles Pour tout connaître de l‟histoire de la Belgique, de la révolution de 1830 à l‟Etat fédéral d‟aujourd‟hui, il faut donc visiter le musée BELvue situé dans le prolongement du Palais Royal. Avant de devenir un musée, cet ancien hôtel de prestige du XVIIIème siècle a servi de résidence à plusieurs membres de la famille royale. La rénovation récente a spécialement remis en valeur l‟atmosphère qui y régnait.Depuis mars dernier, le musée BELvue se prolonge par le musée du Palais de Charles-Quint.
5
3.Traverser laplace Royale (Konigsplein)par le côté gauche
Vue aérienne de la place Royale et de ses abords
On distingue : En bas à droite, le palais Royal actuel (point départ de notre randonnée). Au centre, la place Royale, avec l‟église St-Jacques à droite et les musées à gauche Nous quitterons la place Royale par la rue de Ré ence (en bas), avant d‟ revenira rèsavoir visité les uartiers du Sablon et des Marolles.
En rouge, le trajet à aller En bleule tra et au retour
La laceRo ale Au centrela statue de Godefrode Bouillon A aucheStl‟é lise-Jac ueset à droiteles musées roaux Au milieu, la rue de la Régence (on aperçoitau fond le dôme du Palais de Justice)
La place Royale est une belle place classique «à la française» qui abrite les différents pouvoirs politiques depuis des siècles. Les restes du palais médiéval peuvent être visités dans les sous-sols de la place. Depuis le centre de la place, au niveau de la statue équestre de Godefroy de Bouillon, on a une très belle vue, à droite, sur la ville basse (le centre ville). Nous repasserons par ici au retour et nous profiterons alors de la vue de nuit.
6
Statue équestre de Godefroy de Bouillon au centre de la place Royale
Cette statue imposante, inaugurée le 24 août 1848, a été érigée au centre de la place à une époque où la jeune Belgique était en recherche de repères patriotiques et de héros nationaux. Elle prétendait alors que Godefroy de Bouillon était né en Belgique,alors qu‟il serait né en France. D‟ailleurs sa mère était Ide de Boulogne (sur mer). Il ne faut pas quand même pas nous prendre nos héros ! Le héros est représenté au moment où il part pour la première croisade. Il agite l'étendard et crieDieu le veut! En 1897, on a encastré dans le piédestal deux bas-reliefs en bronze, l'un représentant l'assaut de Jérusalem conduit par Godefroy de Bouillon qui prit la ville le 15 juillet 1099 et l'autre, les assises de Jérusalem, recueil de lois et ordonnances que Godefroy promulgua, dit-on, pour le royaume de Jérusalem et de Chypre. Élu protecteur du Saint-Sépulcre, il demeura moins d'un an à la tête de ce qui fut appelé le royaume latin de Jérusalem (la partie côtière actuelle de la Syrie et de la Palestine).
Place Royale et Mont des Arts (Kunstberg), le quartier des musées On compte les musées par dizaines à Bruxelles. Autour de la place Royale et entre le quartier royal et le centre ville en contrebas, le quartier du Mont des Arts est un site historique qui abrite les musées les plus prestigieux.Les musées se trouvent à votre droite, nous aurons l‟occasion d‟en reparler au retour.
Centre ville
Place Royale
7
4.la Place, continuer tout droit dans laA rèsrue de la Réentscha )ence (Retrottoir gauche Longue ligne droite en direction du palais de justice, bien visible au bout de la rue avec son gigantesque dôme.
C‟est sous le régime hollandais, donc avant l‟indépendancede 1830,que l‟administration de laville de Bruxelles décida d‟embellir la perspective de la place Royale par une artère rectiligne vers l‟église du Sablon. Ce n‟est qu‟après la construction du palais de justice, à partir de 1871, que la rue de la Régence a été prolongée jusqu‟à celui-ci.
On nomma cette rue, rue de la Régence, nom donné à l'époque au corps des magistrats communaux. La traduction néerlandaise est donc erronée. Regentschap veut en effet dire la fonction d'un régent, rienà ème voir donc (2loupé pour les Belges !).
Rue de la Régence. Au fond, la masse imposante du palais de justice
Le quartier du Sablon
Peu après être entrés dans la rue de la Régence, nous traversons le quartier chic du Sablon. Sur la plaine du Sablon, il y avait par le passé des marécages, des prairies et des sablonnières,d‟où le nom de quartier du Sablon donné au quartier. Celui-ci se situait en bordure des remparts de la première enceinte du XIVème siècle. Ce vieux quartier a été remodelé au XIXème siècle par le percement de la rue de la Régence entre la place Royale et le palais de justice. Le quartier du Sablon est alorsdevenu petit d‟un côté et grand de l‟autre.Nous passons devant la très belle église Notre-Dame-du-Sablon (à droite), appelée aussi Notre-Dame des-Victoires. Elle a été construite au début du XVème siècleà l‟époque des Ducs de Bourgogne. Les vitraux du cœur font 14 m de haut.Elle offre un magnifique exemple du style gothique brabançon. Elle abrite la chapelle sépulcrale des princes De La Tours et Taxis(voir la plaque commémorative du service postal page 11 ci-après). Cette église est fascinante le jour par le travail d‟ornementation et la luminosité de la pierre,surtout sous le soleil. La nuit, l‟église devientféerique grâce à l‟éclairage des vitraux. Vous verrez, nous repasserons par ici après avoir exploré le quartier et il fera nuit.
8
La fontaine des comtes d‟Egmont et de Homesau centre du jardin
La place est entourée de belles maisons du XVIIème siècle. En entrant sur la place, à votre gauche au n°3, on remarquele parlement de l‟OTAN.
Le petit Sablon
Après l‟église, à gauche,voir le square du Petit-Sablon avec son joli petit jardind‟où émane une agréable odeur de buis. Vous sentez ? Les neufs massifs de buis taillé qui agrémentent les pelouses, symbolisent les neuf provinces belges de l‟époque.
Les statuettes des corporations à la périphérie du jardin
Deux vues du jardin du square du Petit sablon
9
L‟égliseNotre-Dame-du-Sablon vue du jardin du Petit Sablon
Derrière l‟église, nous apercevons la place du Grand-Sablon par laquelle nous arriverons au retour. Nous parlerons plus en détail du Grand-Sablon par la suite.A partir d‟ici, nous faisons en effet une boucle qui nous conduira dans le quartier populaire des Marolles puis dans le quartier plus chic des Sablons. Deux villages dans la ville qui ont un charme fou, chacun à leur façon (à voir absolument avant qu‟ils ne perdent leur identité).
C‟est un beau jardin du XIXème siècle (inauguré en 1890) autour du thème des métiers. A la périphérie du square, 48 colonnes en pierre, toutes différentes, sont surmontées chacune d'une statuette en bronze représentant une vieille corporation professionnelle avec les détails et les accessoires qui caractérisent chacune d‟elles. Au centre du jardin, on trouve la fontaine des comtes d‟Egmont et de Homes, décapités sur la Grand-Place en 1568 en raison de leur farouche résistance à la tyrannie espagnole qui sévissait alors dans ce qui deviendra la Belgique.
Quatre des 48 statues représentant les métiers au square du petit sablon Le Palais d‟EgmontC‟est un hôtel construitdans un premier temps en style gothique flamand, puis Renaissance et enfin en style néoclassique au XVIIIème siècle.On peut l‟apercevoir derrière le jardin duPetit Sablon. A l'origine, résidence des Egmont puis des Arenberg, le palais d‟Egmont devint la propriété de la Ville de Bruxelles après la guerre 14-18. Racheté par l'Etat belge en 1964 suite à une longue période de délabrement et de destructions, il a fait l'objet d'une restauration profonde.
Vue arrière du Palais d‟Egmont
Il accueille depuis quelques années le ministère des Affaires Etrangères qui y organise désormais les grands événements diplomatiques que le rôle de Bruxelles au sein de l'Europe et de l'OTAN multiplie dans la capitale. Il fut de tous temps le centre des activités diplomatiques de Bruxelles. Par le passé, Louis XV, Pierre le Grand mais aussi Voltaire et Rousseau y ont été accueillis. Plus récemment, tous les chefs d'État de la planète, ou presque, y sont passés.
Quelques personnages célèbres qui ont vécu dans le quartier : Karl MarxLe philosophe, considéré comme révolutionnaire dangereux, a été expulsé de Paris en 1945 et a vécu d'octobre 1846 à février 1848 au n°50, rue Jean-d'Ardenneà deux pas d‟ici. A la demande du Congrès, il y rédigea avec Engels le célèbre Manifeste du Parti Communiste, publié en février 1848, qui expose une nouvelle conception du monde. Lénine Lénine, en exil en Europe depuis 1900, a vécu quelques mois en 1914 dans le quartier d‟Ixelles (derrière le Petit Sablon) au n°18 de la rue Souveraine.  10
Auguste Rodin
Le sculpteur a vécu des débuts difficiles, dès 1871, en plusieurs endroits proches d‟ici. A ses débuts, pour vivre, Auguste Rodin s‟étaitvers la production de bustes en série qu'il vendait deux fois tourné rien aux petits marchands. C'était toujours le même modèle de visage d'un buste à l'autre. Seules la coiffure, les fleurs et les parements qui ornaient les bustes changeaient. L'orpheline alsacienne est un des modèles qui connut le plus de succès. Il a ensuite participé aux travaux de décoration de la Bourse.
Audrey Hepburn
Dans l‟axe de la place, à deux pas derrière lepalais d‟Egmont, au n°48 rueKeyenveld, on trouve la maison natale d‟Audrey Hepburn (née Audrey Ruston en 1929). Elle a quitté la Belgique en 1953.
Continuer dans la rue de la Régence en traversant le quartier des Sablons avec ses grandes demeures bourgeoises. Juste après avoir quitté la place du Petit-Sablon, voir à gauche sur la façade du premier bâtiment, la plaque commémorative dupremier service de la poste internationale :
ICI S‟ELEVAIT JUSQU‟EN 1872L‟HOTEL DES PRINCESDE LA TOUR ET TASSIS A PROXIMITE DUUEL FRAN OISDE TASSIS ORGANISA EN 1516 LE PREMIER SERVICE DE LA POSTE INTERNATIONALE
5.Arrivéeplace Poelaertdevant lepalais de justiceContourner la place par la droiteen essayant de ne pas vous faire écraser (attention, la traversée de la place est très dangereuse, empruntez les trottoirs). Place Poelaert Se diriger sur la place vers la droite du palais de justice. Nous sommes au sommet du Galenberg ou “mont de la potence”, là où se trouvaitau moyen-âge le gibet de la ville. La place Poelaert, du nom de l‟architecte qui a conçu lepalais de justice, est la plus vaste place de Bruxelles (155 x 50 m). Elle està l‟échelle dupalais de justice. La planéité de cette place n'a été obtenue qu'au prix de titanesques travaux de terrassement, entamés en 1867, en même temps que ceux des fondations du palais de justice. Palais de justice La place est dominée par le palais de justice aux dimensions démesurées. Victor Hugo l‟appelait “le grand encrier”.Encore plus vaste que la basilique Saint-Pierre de Rome (22 000 m² de surface bâtie), le palais de justice de Bruxelles (26 006 m² de surface bâtie, soit un rectangle de 150 sur 160m. Impressionnant!) est l‟un des plus grands édifices de pierre de la planète. Il est notammentl‟un des plus grands monuments construits en Europe après le palais de Ceausescu en Roumanie. Son style, aux colonnades titanesques, ne manquera pas de vous surprendre. La hauteur hors tout de l‟édifice est de 116 mètres et il aura fallu 3 440 000 mde matériaux pour sa construction. Une tour-lanterne monumentale couronne la partie centrale du bâtiment et éclaire la salle des pas perdus sur toute sa hauteur. 11
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin