La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Noam Chomsky à Paris - 30-11-2016

De
15 pages
Noam Chomsky L'espèce humaine est sur Terre depuis environ 200 000 ans. C'est un séjour très bref à l'échelle de l'évolution. Durant cette période, les humains ont fait face à de nombreuses crises. Pour s'en tenir à l'Europe et à l'époque moderne, la guerre de Trente Ans au XVIIe siècle fut dévastatrice, exterminant peut-être un tiers de la population de l'Allemagne. Il est inutile de passer en revue les détails de la guerre de Trente Ans du XXe siècle, de 1914 à 1945. Cette guerre abominable prit fin en août 1945, le 6 août, nous apprenions que l'intelligence humaine avait découvert les moyens de mettre un terme à 200 000 ans d'expérience humaine. Il n'y avait aucun doute au fait que la capacité de destruction augmenterait, se diffuserait dans de nombreuses mains, augmenterait le risque d'autodestruction de l'humanité. Il y eu de nombreuses opportunités pour réduire significativement ou même éliminer la menace. La plupart ont été ignorées, parfois de façon vraiment surprenante - je n'ai pas le temps d'entrer dans les détails, mais c'est une histoire stupéfiante. Des opportunités existent encore et éliminer ce fléau n'est pas un rêve utopique, bien que les obstacles soient importants. Il y a beaucoup à dire sur cette histoire révélatrice et les options actuelles, mais mettons cela de côté pour l'instant. Revenons au 6 août 1945. En ce jour sinistre, l'humanité entra dans une nouvelle ère, l'âge nucléaire. Une ère qui a peu de chances de perdurer.
Voir plus Voir moins
Noam Chomsky
L'espèce humaine est sur Terre depuis environ 200 000 ans. C'est un séjour très bref à l'échelle de l'évolution. Durant cette période, les humains ont fait face à de nombreuses crises. Pour s'en tenir à l'Europe et à l'époque moderne, la guerre de Trente Ans au XVIIe siècle fut dévastatrice, exterminant peut-être un tiers de la population de l'Allemagne. Il est inutile de passer en revue les détails de la guerre de Trente Ans du XXe siècle, de 1914 à 1945. Cette guerre abominable prit fin en août 1945, le 6 août, nous apprenions que l'intelligence humaine avait découvert les moyens de mettre un terme à 200 000 ans d'expérience humaine.
Il n'y avait aucun doute au fait que la capacité de destruction augmenterait, se diffuserait dans de nombreuses mains, augmenterait le risque d'autodestruction de l'humanité. Il y eu de nombreuses opportunités pour réduire significativement ou même éliminer la menace. La plupart ont été ignorées, parfois de façon vraiment surprenante - je n'ai pas le temps d'entrer dans les détails, mais c'est une histoire stupéfiante. Des opportunités existent encore et éliminer ce fléau n'est pas un rêve utopique, bien que les obstacles soient importants. Il y a beaucoup à dire sur cette histoire révélatrice et les options actuelles, mais mettons cela de côté pour l'instant.
Revenons au 6 août 1945. En ce jour sinistre, l'humanité entra dans une nouvelle ère, l'âge nucléaire. Une ère qui a peu de chances de perdurer. La liste des cas où on l'a échappé belle est absolument effarante, nous sommes parfois passés à quelques minutes du désastre final. Ce fut souvent à cause d'accidents ou d'erreurs, dans quelques cas marquants à cause de l'inconscience de nos dirigeants.
De plus, juste en ce moment, la menace s'amplifie à la frontière russe, entraînant l'inquiétude des autorités, à juste titre, que la menace d'une guerre nucléaire n'approche le niveau des phases les plus critiques de l'ère atomique. Et l'histoire est sans équivoque : soit nous mettons fin à l'ère atomique, soit l'ère atomique sera notre fin.
Certes, nous n'en avions pas conscience en 1945, mais nous savons aujourd'hui qu'une ère nouvelle et néanmoins tout aussi dangereuse a débuté à ce moment-là : une nouvelle époque géologique baptisée l'Anthropocène, une époque définie par l'impact extrême de l'humanité sur l'environnement.
Nous savons aujourd'hui que nous sommes bel et bien entrés dans cette nouvelle époque ainsi que dans une période de destruction des espèces, que l'on nomme la 6e extinction, comparable à la 5e extinction qui s'est produite il y a 66 millions d'années lorsqu'un astéroïde a percuté la Terre, détruisant 75% des espèces, mettant fin à l'âge des dinosaures et ouvrant la voie aux petits mammifères et finalement à l'espèce humaine très récemment.
Il ne nous a pas fallu longtemps pour reproduire les mêmes effets que l'astéroïde, à quelques différences près. Lors de la 6e extinction, celle qui est en cours, les grands animaux sont décimés à une vitesse démesurée, une particularité caractéristique de l'histoire humaine qui a moins de 200 000 ans, a contrario des précédentes extinctions.
Il y a aujourd'hui un large consensus sur le fait que nous sommes pleinement dans l'Anthropocène, néanmoins il existe certains désaccords sur le moment exact où les changements devinrent suffisamment extrêmes pour marquer le début de cette nouvelle époque géologique. Il y a quelques
mois, le groupe de travail officiel sur l'Anthropocène est parvenu à une conclusion sur ce sujet et a recommandé au Congrès Géologique International que l'on date le commencement de l'Anthropocène à la naissance de l'âge atomique, à la fin de la Seconde Guerre mondiale en août 1945, c'est-à-dire lorsque les bouleversements radicaux de l'environnement liés à l'impact humain sont devenus véritablement dramatiques. Ainsi, selon leur analyse, l'Anthropocène et l'âge atomique coïncident pour constituer une double menace pour la perpétuation de la vie humaine organisée.
On peut, sans exagérer, comparer la fin de la Seconde Guerre mondiale au moment critique où les lemmings, sous forme humaine, se mettent en route et se jettent avec une détermination méthodique dans le précipice, vers leur désastre final. Nous en avons appris beaucoup plus sur cette marche déterminée et méthodique vers le désastre le 8 novembre dernier, une date qui sera peut-être historique à en juger par la gigantesque couverture médiatique et l'examen minutieux que les événements de ce jour ont reçu.
Le ton général de la couverture médiatique a été élégamment capturé par la Une de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel. Une caricature représentait une énorme tête de Donald Trump, en forme de météorite, fonçant vers une Terre minuscule, avec la bouche béante pour la dévorer, et comme titre : « Das Ende der Welt » (La Fin du Monde). En plus petites lettres, en dessous, on pouvait lire « Wie wir sie kennen », soit « tel qu'on le connaît », donc « La fin du monde tel qu'on le connaît ». Et il y a effectivement des raisons de penser que les événements du 8 novembre sont un signe de la fin du monde tel qu'on l'a connu, même si pour moi ça n'est pas dans le sens de cette caricature et d'autres du même style. Il y a eu en fait deux événements majeurs le 8 novembre dernier.
Le premier est l'élection américaine durant laquelle le Parti Républicain a pris le contrôle des 3 branches du gouvernement : le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif, et très bientôt le pouvoir judiciaire avec la Cour Suprême. Cet événement a bénéficié d'une couverture médiatique hors du commun pendant de nombreuses semaines. Il est difficile de trouver une frénésie comparable dans le passé.
Le deuxième événement majeur de ce 8 novembre n'a presque pas été couvert par les médias même si on peut démontrer qu'il a une portée bien plus grande que les élections et peut être vu comme un présage de la fin du monde tel qu'on le connaît.
Je veux parler d'un événement qui a eu lieu le 8 novembre à Marrakech, au Maroc, à la COP22 où 200 pays se rencontraient pour essayer de continuer les efforts engagés lors de l'accord obtenu à la COP21 de Paris en décembre 2015. A Marrakech, le 8 novembre, l'Organisation météorologique mondiale a présenté une étude évaluant le stade actuel de l'Anthropocène. L'étude indique que les 5 dernières années ont été les plus chaudes enregistrées, et que cette année est destinée à établir un nouveau record. Le niveau des mers monte à une vitesse qui va probablement encore s'accélérer, et ce de façon brutale, en raison de la fonte des calottes glaciaires, qui est bien plus rapide que prévue, en particulier celle de l'Antarctique.
L'Organisation météorologique mondiale (OMM) a déjà indiqué que la surface des calottes glaciaires de l'Arctique sur les 5 dernières années est presque 30% en dessous de la moyenne des 30 dernières années. C'est particulièrement notable car cela réduit l'effet bénéfique de la glace polaire qui renvoyait les rayons solaires, et ainsi accélère les effets désastreux du réchauffement climatique, en particulier celui de la montée du niveau des mers. L'étude de l'OMM a également ajouté que la
hausse des températures était déjà dangereusement proche du seuil de 1.5°C, qui était établi comme la limite lors de la COP21 à Paris. Elle incluait également d'autres rapports et prévisions dramatiques. Le but à Marrakech était de négocier des façons de mettre en œuvre l'accord de la COP21 en fournissant un plan d'action détaillé. Cela n'a pas fonctionné en raison du second événement du 8 novembre, l'élection américaine.
La conférence de Marrakech s'est ouverte et mise au travail le 7 novembre. Le 8 novembre sortait le rapport de l'Organisation mondiale de météorologie. Le 9 novembre, le mandat de la conférence changea complètement. La question qui domina dès lors la conférence fut de savoir si le président élu aux États-Unis retirerait effectivement les États-Unis de l'Accord de Paris comme il avait promis de le faire. Et chacun se posait la question de savoir si l'accord pourrait survivre à un tel coup. La conférence s'est poursuivie avec cette ombre et s'est terminée presque sans résultat significatif. Ce dont nous avons été témoins est très marquant. À la conférence de Marrakech, il y a eu un pays qui a montré la voie pour soutenir les espoirs d'une survie civilisée, la Chine. La Chine est en tête pour porter les espoirs de la survie. En montrant au monde la voie vers le désastre, ce fut le leader du monde libre. C'est le pays le plus puissant dans l'histoire du monde qui a porté un sérieux coup aux espoirs de survie d'une société humaine organisée. Ce n'est pas facile de trouver les mots pour décrire ce spectacle. Tels sont les faits.
En fait, ce dont nous avons été témoins ces derniers mois n'est pas moins stupéfiant que la folie électorale des États-Unis qui a fasciné le monde. Mais pour des raisons étranges, ce qui a capté l'attention du monde sont les mots de Mitt Romney « l'intimidation, la cupidité, la frime, la misogynie, les scènes absurdes dignes de l'école primaire de Donald Trump. » Voilà ce qui a fasciné le monde.
En attendant, le fait le plus important du processus électoral a à peine été mentionné, à savoir le strict évitement des problématiques dont les deux crises les plus importantes auxquelles l'espèce humaine n'a jamais été confrontée en 200 000 ans sur Terre. La menace de guerre nucléaire et la menace de catastrophes environnementales, n'ont quasiment pas été mentionnées.
Le changement climatique n'a pas été entièrement ignoré. Durant la primaire des Républicains, sur laquelle l'attention du monde était braquée, chaque candidat, sans exception, a rejeté les espoirs des conférences de Paris et du Maroc. Et la plupart ont tout simplement nié que ce qui est en train de se passer arrive.
Les seules exceptions sont ceux salués comme raisonnables et modérés, comme Jeb Bush, qui a dit que la science est dans l'incertitude, que nous n'avons pas à faire quoi que ce soit, parce que nous produisons plus de gaz naturel grâce à la fracturation. L'autre modéré était le gouverneur de l'Ohio, John Kasich, qui a convenu que le réchauffement climatique était probablement en cours et a ajouté : « Nous allons brûler du charbon dans l'Ohio, et nous n'allons pas nous excuser pour ça. » C'est un déni total.
Le candidat élu appelle à une augmentation rapide de l'utilisation des combustibles fossiles, y compris le charbon, le plus dangereux, à l'élimination des réglementations, et, en pratique, au démantèlement de l'Agence de protection de l'environnement, à refuser d'aider les pays en développement qui cherchent à progresser vers l'énergie durable - qui est une pierre fondatrice des
conférences de Paris et de Marrakech - et en général à courir vers le précipice le plus rapidement possible.
Le déni des Républicains a déjà un impact significatif. On avait espéré que les négociations de la COP21 à Paris aboutiraient à un traité viable mais cet espoir a été abandonné parce que le Congrès des États-Unis, républicain, n'a accepté aucun accord contraignant. Et donc l'engagement était un accord volontaire beaucoup plus faible, évidemment.
Et maintenant les suites. La conférence de Marrakech s'est terminée avec un problème réel du fait de l'inquiétude que tout cela soit vain et du fait de la position du leader du monde libre. Là encore, il est difficile de trouver les mots pour décrire ce qui arrive, car c'est à peine mentionné dans la couverture massive de ces problèmes et de ces événements ? À vrai dire, l'impact du réchauffement climatique global pourrait bientôt être plus clairement apparent qu'il ne l'est déjà.
Par exemple, prenez le Bangladesh. Rien qu'au Bangladesh, des dizaines de millions de personnes devront fuir les basses plaines dans les années à venir, à cause de la hausse du niveau de la mer et d'un climat plus violent. Cela va créer une crise migratoire qui fera passer celles d'aujourd'hui pour insignifiantes. Le principal climatologue du Bangladesh a déclaré, à juste titre, que ces migrants devraient avoir le droit d'émigrer dans les pays d'où proviennent tous ces gaz à effet de serre. Des millions devraient pouvoir venir aux États-Unis et dans les autres pays qui se sont enrichis en instaurant une nouvelle ère géologique qui pourrait, en fin de compte, être la dernière pour notre espèce.
Ces conséquences catastrophiques ne peuvent que croître, non seulement au Bangladesh mais également dans toute l'Asie du Sud puisque les températures qui sont déjà intolérables pour les pauvres augmentent inexorablement, et que les glaciers de l'Himalaya continuent de fondre, menaçant la totalité des réserves d'eau du Sud de l'Asie. On a déjà compté, en Inde, quelque trois cent millions de personnes qui manquent d'eau potable. Un moment de réflexion suffit pour rendre plus qu'évident que ces deux menaces pour la survie commencent à se rejoindre à l'heure actuelle.
L'Inde et le Pakistan possèdent, bien sûr, l'arme nucléaire et seront probablement exposés à de sévères manques d'eau dans un futur proche. Ils sont déjà à deux doigts d'entrer en guerre, et les conflits sur l'eau pourraient déclencher la catastrophe. Ils en viendraient sûrement rapidement aux armes nucléaires, avec des conséquences désastreuses pour la région. Et pire encore, un très grand recours aux armes nucléaires pourrait entraîner la malédiction finale de l'hiver nucléaire et de la famine globale. C'est un désastre final pour les espèces sur lequel les scientifiques nous ont alerté depuis des années. Tout cela se produit sans commentaire.
Pendant ce temps, à la frontière russe, les deux côtés s'engagent dans des actions provocatrices, dans des escalades militaires dangereuses, et, notez-le bien, à la frontière russe, pas à la frontière mexicaine, il y a une histoire importante là. Et l'Occident qui devrait être le premier dans la lutte sur ces questions existentielles, est dans le désarroi, avec la plus grande partie de sa population pleine de colère, de peur,de méfiance et de mépris pour les institutions établies.
Alors la phrase "Das Ende der Welt" n'est peut-être pas complètement inappropriée, si ce n'est pour les raisons attendues. Cependant, bien qu'il soit facile d'évoquer d'autres scénarios sinistres mais malheureusement pas invraisemblables, il y a des raisons aussi d'avoir de l'espoir. Pour rester sur les
élections américaines, le Parti républicain a pris le contrôle de la totalité du gouvernement, ils ont en fait obtenu une minorité de votes, 2 millions de moins que les démocrates, bien que le décompte ne soit pas encore fini.
Clinton a facilement gagné parmi les jeunes votants et, de manière encore plus significative, une majorité écrasante de jeunes votants a écrit « Sanders » au-dessus des deux candidats officiels et a soutenu ce qu'il appelle une « révolution politique ». C'est une formule intéressante. Sanders est en fait un démocrate honnête et dévoué, favorable à un New deal, et son programme n'aurait pas surpris le général Eisenhower, Dwight Eisenhower, président dans les années 50.
Le fait que ses propositions soient décrites comme une révolution politique montre aussi à quel point notre politique s'est décalée à droite pendant l'ère néolibérale. Les élections françaises qui arrivent en sont une autre illustration dramatique. Par ailleurs, de nombreux électeurs de Trump avaient en fait voté pour d'Obama. Dans les élections précédentes ils ont été séduits par les slogans « espoir » et « changement », puis ils ont été désabusés quand il n'y a eu aucun changement et bien peu d'espoir. On peut facilement concevoir la possibilité d'une coalition progressiste qui apporterait le changement et l'espoir qui sont justement réclamés par les victimes de l'agression du néolibéralisme sur les populations de la précédente génération.
Et par exemple, durant le pic de ce miracle économique tellement glorifié de 2007, juste avant le krach, les salaires réels des travailleurs des États-Unis étaient bien en dessous de ce qu'ils étaient vingt-cinq ans auparavant quand le programme néolibéral venait juste de commencé. Avec des effets similaires et souvent plus durs en Europe. L'impact de politiques similaires en Europe a été encore plus graves qu'aux USA, et en particulier depuis le krach et les programmes d'austérité destructeurs qui ont suivi, qui peuvent encore être renforcés, en France par exemple. Pour en rester aux États-Unis, certaines décisions de Trump pourraient être sensées, suivant comment elles sont formulées. On peut noter la proposition d'un grand investissement dans les infrastructures, qui sont vraiment terriblement nécessaires aux États-Unis. C'est en fait un des programmes initiaux de l'administration Obama, qui a été torpillé par la machine destructrice républicaine qui était ouvertement dédiée à rendre le pays ingouvernable aussi longtemps qu'ils n'étaient pas aux commandes. Eh bien, maintenant qu'ils sont aux commandes, ils vont peut-être appliquer la politique d'Obama, même si cela se fera de façon bien plus périlleuse que cela ne l'aurait été dans le passé, à cause des mesures d'accompagnement fiscal, à savoir des coupes franches dans les impôts pour les plus riches et pour les entreprises, pas de nouvelles sources de revenu, et une augmentation du budget déjà bien gonflé du Pentagone. Et pour ces raisons, les plans prévoient une augmentation conséquente des déficits. À ce stade, le Parti républicain aura probablement recours aux instructions de Dick Cheney au secrétaire au trésor Paul O'Neil en 2002 : « Ronald Reagan a prouvé que les déficits n'ont pas d'importance. Je veux dire, les déficits que nous, républicains, créons pour gagner le soutien de la population, et laissons à d'autres, de préférence les démocrates, le soin de réparer les dégâts. » La tactique peut marcher, pour un temps au moins. Et quand elle échouera, car elle échouera de manière inévitable, il y aura probablement un recours répugnant à faire des plus vulnérables les boucs émissaires : les immigrés, les Afro-Américains, les Latinos, d'une manière trop familière dans l'histoire, bien connue en France en ce moment.
Il est peut-être utile de continuer de commenter le spectacle étrange de l'isolement des États-Unis, le leader du monde libre, à la conférence du Maroc. Cela reproduit aujourd'hui de manière bien plus
inquiétante le rejet par les États-Unis du traité de Kyoto sur le réchauffement global qui tua plus ou moins cette initiative. Et de plus en plus, ces dernières années, les États-Unis sont devenus isolés sur d'autres aspects, c'est un développement curieux et significatif des affaires mondiales. Un des exemples les plus frappants est dans l'hémisphère ouest. Il a été longtemps perçu comme « notre petite région par ici », d'après les mots du secrétaire à la guerre du président Roosevelt, Henry Stimson, la région que les États-Unis dirigent comme ils le veulent sans interférence et où toute désobéissance doit être punie. Cela a été un schéma historique pendant longtemps, jusqu'à ce siècle. Au 21ème siècle, les relations ont changé radicalement. Pour la première fois en 500 ans, l'Amérique latine s'est considérablement libérée de la domination occidentale. Au siècle dernier, cela signifiait la domination des États-Unis.
Le Fonds monétaire international, qui a pendant longtemps été l'instrument de la politique gouvernementale des États-Unis, a été complètement exclu de la région. Les crédits du FMI ne vont plus en Amérique, ils vont en Europe. Les bases militaires des États-Unis ont disparu. Des organismes récents de l'hémisphère ont exclu les États-Unis et le Canada, et, au Sommet des Amériques en 2015, il a aussi semblé que les États-Unis pouvaient être renvoyés des organisations de l'hémisphère, à cause de sa position sur Cuba, qui était fortement combattue par tout l'hémisphère ; en fait par le monde entier. Et ce furent certainement les raisons qui ont poussé le président Obama vers la normalisation des relations avec Cuba, pour empêcher que les États-Unis soient expulsés de l'hémisphère. Est-ce que ces initiatives seront défaites par l'administration Trump, nous ne le savons pas encore. Et si elles le sont, l'isolation des États-Unis dans l'hémisphère s'ensuivra, les relations sont bien sûr déjà dégradées par l'extrémisme anti-immigrés de Trump.
À une plus grande échelle, le même scénario se déroule en Asie. Une des principales initiatives de politique étrangère du président Obama, ce qui a été nommé son pivot en Asie, une tentative de former un espace allié des États-Unis dans la région Asie-Pacifique pour contrer l'influence chinoise. Le Partenariat Trans-Pacifique qui excluait la Chine, à dessein, avait pour but d'ancrer cette structure dans la réalité. Cet accord, le TPP, sera probablement abandonné, alors qu'au même moment en Chine, le RCEP (partenariat économique régional global) des Chinois se développe. Les alliés américains comme le Pérou, l'Australie, le Japon rejoignent le partenariat économique proposé par la Chine. Les États-Unis en seront probablement exclus. Les États-Unis ont pratiquement été les seuls à refuser de rejoindre la Banque Asiatique d'Investissement pour les Infrastructures (AIIB), banque mondiale à laquelle les États-Unis se sont opposés depuis longtemps, mais maintenant rejointe par ses proches alliés, dont la Grande-Bretagne, alors que les États-Unis n'en font pas partie.
En même temps, l'Organisation de coopération de Shanghai basée en Chine et le projet chinois de route de la soie se sont étendus, de la Chine vers l'Ouest, et ont intégré des États d'Asie centrale, la Sibérie avec ses ressources, l'Inde et le Pakistan, et probablement bientôt l'Iran et peut être même la Turquie, qui a déjà un statut de partenaire et envisagerait l'adhésion. C'est donc un système qui s'étend de la Chine à l'Europe.
Les États-Unis ont demandé un statut d'observateur en 2005, qui a été rejeté.
On ne sait pas pour l'instant si Trump annulera l'accord sur le nucléaire avec l'Iran, comme il a menacé de le faire.
S'il le fait, il est possible que les autres pays qui font partie de cet accord, des pays européens, continuent à l'appliquer, et peut-être même ignorent les sanctions unilatérales des États-Unis.
Si cela arrive, cela augmentera l'isolement des États-Unis, même vis-à-vis de l'Europe.
Ce sont des développements assez conséquents, qui sont liés au vaste débat sur le déclin de la puissance américaine.
La puissance américaine a atteint son apogée en 1945. À ce moment, les USA détenaient, au moins, la moitié de la richesse mondiale.
À cette époque, les autres puissances industrielles avaient été dévastées ou sévèrement touchées, mais les USA eux-mêmes ont grandement bénéficié de la Seconde Guerre mondiale. Le secteur manufacturier ayant pratiquement quadruplé, les États-Unis avaient une sécurité incomparable.
Il était clair que cette si écrasante domination ne pouvait persister, et, de fait, elle a subi ses premiers coups sévères en 1949, quand les nationalistes chinois, alliés des États-Unis, ont été expulsés de Chine. Cet événement est appelé « la perte de la Chine » aux États-Unis. Si vous y réfléchissez, c'est une locution intéressante, « la perte de la Chine ».
Dans les années suivantes, d'autres puissances industrielles se sont reconstruites des dégâts de la guerre, et la décolonisation a pris une tournure atroce.
En 1970, le monde était économiquement tripartite, avec 3 centres majeurs : l'Amérique du Nord, l'Europe, l'Asie du Nord-Est. À l'époque s'appuyant sur le Japon, la Chine s'est hissée à la position de puissance majeure.
En 1970, la part américaine du PIB mondial avait diminué jusqu'à environ 25%. Aujourd'hui légèrement moins. C'est le récit standard du déclin de la richesse américaine.
C'est néanmoins tout à fait trompeur.
Ça ne tient pas compte des changements importants de l'économie mondiale pendant la période de mondialisation néolibérale. L'appropriation par les entreprises de la richesse mondiale devient une mesure plus réaliste du pouvoir mondial que la richesse nationale. Et la raison en est que le monde s'écarte, encore plus que jamais, du modèle des économies politiques nationales discrètes. Il y a des études récentes, assez intéressantes, de la propriété d'entreprise et elles en tirent quelques conclusions assez frappantes. Il s'avère que dans pratiquement tous les secteurs économiques, fabrication, finance, services, commerce de détail et autres, dans tous ces secteurs, les sociétés américaines sont bien placées dans la possession de l'économie mondiale. Globalement, la propriété des sociétés américaines est de près de 50% du total. C'est à peu près la proportion de la richesse nationale américaine en 1945. Et, bien sûr, ces sociétés américaines sont soutenues par les contribuables américains.
J'ai donc une mesure différente du pouvoir économique mondial. Elle n'indique pas trop de changements depuis 1945, excepté dans la nature de la puissance, des faits malheureusement ignorés dans les commentaires habituels mais qui sont tout à fait cruciaux.
Dans le domaine militaire les États-Unis règnent bien sur leurs compétiteurs. Les dépenses militaires US sont presque aussi importantes que celles du reste du monde réunies. Les États-Unis sont bien plus avancés technologiquement. Les États-Unis à eux seul ont des centaines de bases militaires dans le monde et des forces engagées partout dans le monde. Là aussi il pourrait y avoir des changements. L'Europe pourrait choisir d'être plus d'indépendante et pourrait faire revivre, d'une certaine façon, la vision de Mikhaïl Gorbatchev d'une maison commune européenne et d'un système de sécurité intégré depuis l'Atlantique jusqu'au Pacifique sans alliance militaire. C'était sa proposition en 1991 et elle a été rejetée par le camp occidental en faveur d'une expansion de l'OTAN jusqu'à la frontière russe avec les conséquences que nous voyons maintenant.
Ce concept, le concept de Gorbatchev, a des racines traditionnelles en partie dans les concepts de de Gaulle et en partie dans l'Ostpolitikde Willy Brandt. Cela pourrait se produire et cela pourrait conduire à une détente des tensions très dangereuses qui montent à la frontière russe. Ce serait un développement bienvenu.
Il y a évidemment beaucoup plus de choses à dire au sujet des peurs, des espoirs et des perspectives. Les menaces et les dangers sont très réels, les opportunités existent. Et alors que nous y faisons face nous ne devrions jamais négliger le fait que parmi les menaces les plus graves, il y en a deux qui sont les plus sérieuses que les humains aient jamais rencontrées, et qui menacent littéralement la survie de la société humaine organisée. Ce sont des problèmes urgents qui ne peuvent être remis à plus tard, auxquels il faut faire face directement, la charge de les résoudre revenant à votre génération, et il faut s'en occuper rapidement si l'on veut avoir les perspectives d'un avenir décent.
Spectateur: Merci pour cette description intéressante de la situation du monde. J'ai trouvé très intéressant le contraste que vous avez mis entre les lobbies, ceux qui ont pris le pouvoir aux États-Unis, en France, dans toute l'Europe, et les citoyens, le public dont nous faisons partie. Ma question est très simple, pensez-vous que nous ayons des chances d'agir contre des gens organisés qui ont des pouvoirs technologiques, militaires et économiques ? Les gens comme nous sont atomisés. Seuls, pouvons-nous faire face à une situation comme une guerre nucléaire, ou à l'Anthropocène ? Que pouvons-nous faire contre la désinformation et la manipulation des masses ? Merci.
Noam Chomsky: Prenez la guerre nucléaire. C'est le plus grand désastre que l'on peut imaginer, mais c'est aussi le problème le plus simple à affronter. Nous connaissons la réponse. D'un côté, c'est que les armes nucléaires peuvent être éliminées. Là encore, comme je l'ai dit, ce n'est pas un rêve utopique. Aux États-Unis par exemple, c'est ce que prônent certaines personnes. L'élimination totale des armes nucléaires et défendue par des gens comme George Shultz, secrétaire d’État de Ronald Reagan, comme William Perry, l'un des principaux spécialistes de la défense, ancien secrétaire à la défense, Henry Kissinger, que vous connaissez, et d'autres personnalités importantes, aucunement de gauche, mais qui ont un intérêt à voir l'espèce humaine perdurer. Il y a une organisation qui s'appelle Global Zero, dirigée par Bruce Blair, éminent analyste stratégique, spécialiste en sécurité nucléaire, qui appelle à l'élimination des armes nucléaires. Les propres traités que les puissances nucléaires ont signés exigent qu'elles fassent des efforts en toute bonne foi pour éliminer les armes nucléaires. Cela fait partie du traité de non-prolifération. Elles ne le font pas mais elles y sont tenues. Le militantisme populaire peut pousser dans cette direction.
C'est une partie de la réponse. Mais l'autre partie, la plus sérieuse et d'éliminer les points de conflit. Là encore, si vous jetez un œil aux archives de ces 70 dernières années, c'est une sorte de miracle
que nous ayons survécu. Il y a de nombreux exemples où le conseiller à la sécurité nationale a été au téléphone pour demander au président d'envoyer des armes nucléaires à cause d'une erreur. C'est la même chose du côté russe.
Il y a des individus dont nous connaissons le nom qui ont tout simplement refusé de transmettre des informations et nous ont sauvé de la destruction. Cela s'est répété, encore et encore. Il y a également des actes totalement irréfléchis de la part de la classe politique qui nous ont amenés au bord de la guerre nucléaire. Cela ne peut plus continuer. Les sources de tension peuvent être réduites, la principale se situant bien sûr à la frontière russe. Celle-ci résulte de la décision prise en 1991 de rejeter la proposition de Gorbatchev pour une maison commune européenne de l'Atlantique au Pacifique, et, à la place, d'étendre l'OTAN jusqu'aux frontières russes, ceci principalement durant la gouvernance Clinton qui élargit d'ailleurs sa mission.
La mission officielle de l'OTAN, aujourd'hui, est de protéger l'approvisionnement mondial en énergie, c'est à dire les voies maritimes et les pipelines. C'est une mission d'intervention mondiale qui couvre la planète. Et il est difficile de s'en souvenir aujourd'hui, mais il y a des années, l'OTAN était présentée au monde comme une nécessité pour protéger l'Europe des hordes russes. À peine les frontières russes disparues, l'OTAN n'a pas disparu, elle s'est étendue.
Cela nous dit quelque chose, si vous voulez réfléchir au sens des affaires mondiales, aux décisions politiques, à la propagande. Des hommes politiques très influents comme George Kennan ont tout de suite pointé l'expansion de l'OTAN comme une tragique erreur qui mènerait aux très dangereuses conséquences que nous constatons aujourd'hui. Cela peut être inversé. L'Europe, pendant des années, a choisi d'être soumise aux États-Unis. Ça n'a pas lieu d'être. Depuis 1950, elle aurait pu suivre ce que l'on appelle la troisième voie : devenir indépendante. Elle pourrait le faire maintenant, et progresser en se dissociant du militantisme de l'Alliance anglo-américaine.
L'Angleterre, de fait, a eu la voix la plus forte pour l'intervention et l'agressivité en Europe. Avec son départ, cela peut s'apaiser. Il est possible pour l'Europe de prendre un chemin indépendant et progresser vers l'accommodement, le règlement politique, la réduction des provocations, et peut-être l'élimination des tensions qui sont si dangereuses. La même chose peut être faite partout ailleurs, comme au Pakistan, comme je l'ai mentionné. Une autre possibilité, très forte, qui peut être aisément implémentée si la décision est prise, est d'établir des zones dénucléarisées dans le monde.
Cela a été fait à certains endroits. Dans la région du Pacifique, cela a été essayé il y a longtemps. Ça a été bloqué par la France qui voulait conduire des essais nucléaires, et c'est maintenant bloqué par les États-Unis, qui veulent conserver des armes nucléaires dans les îles du Pacifique. Mais cela pourrait être implémenté. C'est vrai aussi en Afrique, il y a des zones démilitarisées qui ne peuvent être mises en place car les États-Unis et la Grande-Bretagne tiennent absolument à garder de grands sites d'armes nucléaires sur l’île de Diego Garcia. Mais cela peut être surmonté.
Cependant, les problèmes de loin les plus importants se trouvent au Moyen-Orient. Le monde est massivement en faveur de l'établissement de zones sans armes nucléaires au Moyen-Orient. Et le pays en pointe pour cela c'est l'Iran, le leader temporaire des pays non-alignés. Les États arabes y sont fortement favorables, mais ce qui a empêché cela, ce sont les États-Unis. Obama l'a encore empêché l'année dernière. Tout le monde sait pourquoi. Ils ne le disent pas, mais la raison est de conserver le monopole nucléaire d'Israël. Ce n'est pas gravé dans le marbre, cela peut changer. Et si
vous regardez dans le monde, beaucoup de choses peuvent être faites. En comparaison, la question du changement climatique est plus difficile. Alors que dans le cas des armes nucléaires, nous savons qu'il existe au moins une solution, dans le cas de la catastrophe environnementale, nous n'en sommes pas sûrs. Par contre, ce que nous savons, c'est que plus nous retardons nos efforts, plus la catastrophe risque d'être grande. On peut faire beaucoup dès maintenant pour limiter le danger, peut-être pour l'inverser, et cela passe par la recherche et développement dans les énergies renouvelables, à la mise en place de politiques visant à atténuer ou limiter la crise. Ce n'est pas évident. Ce qui est arrivé récemment à Marrakech le 8 novembre est un bon aperçu des difficultés. Cela ne se produira que si c'est d'abord discuté et que cela devient l'objectif principal des organisations et du milieu militant, mais c'est possible. C'est la seule possibilité.
Spectateur: Je voudrais connaître votre opinion sur les nouvelles formes de systèmes démocratiques qui sont plus locales et qui pourraient être un moyen de sensibiliser les gens, peut-être les moins éduqués. Nous apprécions tous le regard que vous portez sur les problèmes géopolitiques, mais je suis curieux de connaître votre opinion concernant un plan plus local. Est-ce que vous pensez que cela peut rendre les gens plus conscients des choses et les inciter à se mobiliser ? Merci.
Noam Chomsky: Est-ce que l'activisme local peut éveiller les gens, les sensibiliser, les dynamiser ? Oui, beaucoup. En fait, les villes peuvent faire des choses. Si des gouvernements nationaux n'agissent pas, c'est tout à fait possible de développer des initiatives locales. Ce sera à la fois formateur et opérant pour la réduction des menaces et des tensions. En fait, même établir des zones sans armes nucléaires dans certaines parties de pays serait important pas simplement sur le plan symbolique mais servirait aussi de modèle. C'est la même chose pour le réchauffement climatique. Si un État, aux États-Unis, la Californie qui l'a fait en partie, ou une ville imposait que les besoins domestiques soient couverts à 100% par de l'énergie renouvelable, ce serait important. Le désengagement dans les entreprises d'énergies fossiles serait appréciable. Ça ne changerait pas la valeur de leurs actions mais ce serait un tournant symboliquement important pour faire également agir les autres. Toutes ces choses pourraient être faites. Il y a de nombreuses alternatives.
Spectateur: Bonjour M. Chomsky, tout d'abord, merci d'être ici. C'est une grande joie pour nous tous. Vous êtes une grande source d'inspiration pour beaucoup d'entre nous, pour nos engagements politiques. J'aimerais vous interroger sur la percée de Bernie Sanders aux États-Unis et le contraste avec la montée du conservatisme, en particulier aux dernières élections en France. Que pensez-vous du débat intellectuel ? Parce que vous avez pas mal critiqué les intellectuels français. Et qui pensez-vous pouvoir mener les débats intellectuels dans le monde aujourd'hui, les États-Unis, l'Europe, sinon qui ?
Noam Chomsky: Prenez la couverture du 8 novembre : pratiquement 100 % sur les élections aux États-Unis. Pratiquement rien sur les événements bien plus important qui avaient lieu au Maroc. C'est cela, le débat intellectuel. Une énorme couverture, pendant des mois, des élections américaines. Elle a continué des semaines après l'élection. Presque rien sur le fait que des sujets ont été ignorés, même les deux problèmes majeurs auxquels l'espèce humaine fait face, les questions de survie. C'est le débat intellectuel. Ce n'est pas obligé d'être comme cela. Les gens comme vous peuvent changer le débat intellectuel. Le diriger sur ce qui compte, et on peut voir ce qui compte. Ce n'est pas de la physique quantique, c'est juste à la surface, en évidence. Tout ce que j'ai dit aujourd'hui est complètement évident, n'est pas polémique et facile à découvrir. Le but est de porter
cela au centre de l'attention, de la discussion et au monde militant. Et c'est le travail des gens comme vous. Vous pouvez le faire.
Spectateur: Merci beaucoup, monsieur. Ma question est : croyez-vous que l'intelligentsia libérale va encore limiter la démocratie en disant qu'il y a une nouvelle crise de la démocratie après le vote malheureux pour Trump et le Brexit ? Est-ce qu'ils vont limiter la démocratie en disant que les gens sont irresponsables et donc qu'ils ne devraient pas avoir le droit de voter et de dire ce qu'ils veulent ?
Noam Chomsky: Donc les gens sont irresponsables et ne devraient pas avoir le droit de vote ?
Spectateur: Non, je dis que l'intelligentsia va limiter la démocratie en prétendant qu'il y a une crise de la démocratie. Parce que les gens ont voté pour Trump et pour le Brexit.
Noam Chomsky: J'accepte les raisons pour lesquelles les gens ont voté pour Trump. Tout d'abord, une minorité d'électeurs a voté pour Trump. Les démocrates ont en fait remporté les élections de plusieurs millions. Le résultat est en grande partie la conséquence d'étranges spécificités du système électoral américain. Le collège électoral et la façon dont les circonscriptions sont découpées pour donner plus de poids aux endroits conservateurs et moins aux progressistes dans beaucoup d'endroits. Cela mène donc à des résultats qui ne représentent pas tout à fait le vote populaire.
Mais si vous regardez plus loin, il y a de bonnes raisons pour lesquelles les gens ont voté pour Trump. Prenez ceux qui ont voté pour Trump cette année et avaient voté pour Obama il y a 8 ans, principalement des ouvriers dans les anciens bassins industriels. Pourquoi ont-ils voté pour Obama ? Parce qu'il avait promis de l'espoir et du changement. Ils ont vite découvert qu'il n'y avait pas d'espoir et pas de changement. Ils sont donc désabusés et en colère et ils se tournent vers la prochaine personne qui leur offre de l'espoir et du changement, qui dit qu'il va leur rapporter des emplois industriels, ce qu'il ne va pas faire, et d'autres choses. Est-ce que c'est irrationnel ? Quelle alternative ont-ils ?
En fait, il y avait une alternative, Sanders, mais notez qu'il venait de… C'est un phénomène surprenant, le phénomène Sanders. C'est assez nouveau dans l'histoire des États-Unis. Pendant des dizaines d'années, pendant 100 ans en fait, les élections ont été en grande partie achetées. On arrive très bien à prédire le résultat d'une élection rien qu'en regardant le financement des entreprises et des riches. Sanders est venu de nulle part. Personne ne le connaissait, pas de financement des riches, pas de soutien des entreprises, pas d'appui des médias. Il a pratiquement remporté les élections. S'il avait participé il aurait probablement gagné. Principalement parce que les jeunes le soutenaient massivement. Ça peut arriver dans un système démocratique qui fonctionne, mais il y a de nombreuses barrières. Ici aussi, vous avez des barrières similaires. La plupart des gens préféreraient survivre et préféreraient avoir une vie décente, et préféreraient qu'on tienne les promesses qu'on leur fait. Et si une coalition sérieuse, progressiste arrive à être mise en place, qui développe une initiative réaliste sincère pour concrétiser ces objectifs, vous pouvez gagner des élections, ici aussi. Ce n'est pas une loi de la nature qu'aux élections françaises les deux candidats soient très loin vers l'extrême droite. Ce n'est pas une loi de la nature. On peut le changer par l'éducation, le militantisme et en s'organisant ici.
Spectatrice: À propos de l'Amérique latine, et en particulier sur le Brésil. Avez-vous déjà commenté la situation au Brésil ? J'aimerais en particulier connaître le rôle de l'Amérique latine après les récents