Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

65 % des nouvelles entreprises existent toujours trois ans après leur création

De
4 pages
En Bourgogne, 65 % des entreprises créées au cours du 1er semestre 1994 sont toujours en activité fin 1997. Les créateurs qui bénéficiaient déjà d'une expérience professionnelle ont été plus nombreux à faire aboutir leur projet que ceux qui n'avaient jamais travaillé. Globalement, le bilan de ces trois premières années d'existence sur l'emploi salarié est équilibré. Les embauches dans les entreprises qui existent encore ont compensé les pertes de celles qui ont disparu. Une grande part des emplois créés se concentre dans un petit nombre d'entreprises.
Voir plus Voir moins

65 % des nouvelles entreprises existent
toujours trois ans après leur création
En Bourgogne, 65 %
des entreprises créées
Les projets des anciens agents
er
au cours du 1 semestre de maîtrise ont mieux résisté
1994 sont toujours en
er
Part des entreprises créées au 1 semestre 1994 et existant toujours
activité fin 1997. Les fin 1997 selon le profil du créateur (en %) - Bourgogne
créateurs qui bénéficiaient
Ensemble
déjà d’une expérience
Étudiantsprofessionnelle ont été Premiers essais
Femmes sans activité antérieure
plus nombreux à faire
aboutir leur projet Agents de maîtrise
Cadres et entrepreneurs individuelsque ceux qui n’avaient
ExpérienceCas particulier des transports
professionnellejamais travaillé.
Ouvriers ou employés et solution
au chômageGlobalement, le bilan Professions intermédiaires
de ces trois premières
Capital
Plus de 1 MF de mise de fondsannées d’existence sur professionnel
Chefs d'entreprise créant une société nouvelle ou financier important
l’emploi salarié est
020 40 60 80 100 %
équilibré. Les embauches
Source : INSEE - SINE.
dans les entreprises qui
existent encore ont Les profils-type utilisés dans ce graphique ont été définis à partir des
caractéristiques du créateur et de l'entreprise au moment de la création en
compensé les pertes 1994 (sexe, âge, profession, secteur, mise de fonds initiale, type de
création, recours à des études ou conseils préalables...). Les entrepreneurs
ayant des caractéristiques proches ont ainsi été rassemblés en plusieursde celles qui ont disparu.
groupes homogènes. Les intitulés de ces profils-type reflètent la situation
des cas les plus représentatifs du groupe. Les résultats complets de cetteUne grande part des
typologie ont été publiés en mai 1995 dans INSEE - Bourgogne Dimensions
n° 23 : "Diversité de la création d'entreprise".emplois créés se
concentre dans un petit
nombre d’entreprises.
1 réer sa propre entreprise reste Davantage d’entreprises pérennes dans l’industrieC une aventure, la maintenir en
activité et la développer nécessite de Nombre d’entreprises Taux de pérennité
relever de nombreux défis. En Bourgo erBourgogne créées au 1semestre existant toujours (%)
gne, 65 % des entreprises créées au 1994 (1) fin 1997
cours du 1er semestre 1994 existent Industrie 169 126 74,6
toujours fin 1997. Le taux de pérennité Construction 272 188 69,1
Commerce et réparation 603 372 61,7trois ans après la création est ainsi
Transports 56 37 66,1légèrement inférieur à celui constaté
Hôtels, cafés, restaurants 216 138 63,9en moyenne nationale (70 %).
Services aux entreprises 233 132 56,7Dans la région, 35 % des nouvelles
Autres services 197 136 69,0entreprises ont ainsi cessé leur activité
1 746 1 129 64,7Ensembleavant trois ans. Les disparitions dès la
première année d’existence sont plus (1) 1 865 entreprises ont été créées en Bourgogne au 1er semestre 1994 et 1 746 questionnaires ont
pu être exploités à cette époque. La plupart des questionnaires non exploitables correspondaientnombreuses que celles qui survien-
à des entreprises qui avaient déjà disparu au moment de l’enquête.
nent la deuxième ou la troisième an
Source : INSEE SINE.
née.
Les chances de réussite sont très
variables. Les entrepreneurs qui ont à faire aboutir leur projet. Ceci s’ob revient aux anciens agents de maîtrise :
repris ou transformé une entreprise serve plus particulièrement dans le 91 % des entreprises qu’ils ont créées
déjà existante affichent un taux de pé groupe composé majoritairement de en 1994 sont encore en activité fin
rennité plus élevé que ceux qui ont femmes sans activité antérieure, où 1997. Lors de la création, ces person
créé une entreprise complètement nou seulement 54 % des entreprises nes se caractérisaient déjà par une
velle (72 % contre 59 %). créées en 1994 sont encore en activité préparation à l’installation (étude de
De même, le profil du créateur est fin 1997. Ces créations se trouvaient clientèle, conseils ...) plus forte que la
déterminant. En 1994, trois grands ty majoritairement dans le commerce et moyenne. La catégorie socio profes
pes de trajectoire avaient été distin les services, avec une mise de fonds sionnelle des anciens actifs semble
gués : les initiatives de débutants, les initiale souvent faible et généralement jouer un rôle dans les chances de réus
opérations d’actifs ou d’anciens actifs un seul emploi. Le taux de pérennité site. 68 % des entreprises créées par
qui deviennent entrepreneurs et les des entreprises créées par des étu d’anciens cadres existent encore fin
opérations importantes réalisées par diants est également inférieur à la 1997 contre 62 % de celles des "pro
des personnes disposant d’un bon ca moyenne (62 %), mais l’écart est plus fessions intermédiaires" et 63 % de
pital professionnel et financier. réduit. celles des anciens ouvriers et em-
En Bourgogne, les créateurs sans Inversement, les taux de pérennité ployés.
expérience professionnelle préalable sont plus élevés parmi les créateurs
ont été moins nombreux que les autres qui avaient déjà travaillé. La palme 74 % de réussite
lorsque la mise de
Les embauches de salariés supplémentaires sont plus fréquentes fonds est importante
dans les entreprises qui en employaient déjà au moment de leur création
Parmi les opérations des personnes
Répartition des entreprises pérennes en Bourgogne selon l'évolution
disposant d’un bon capital profession de leurs effectifs salariés entre 1994 et 1997
nel et financier, celles ayant débuté
Entreprises EntreprisesEntreprises
avec une mise de fonds importante ontcréées sans salariés créées avec 1 à 3 salariés créées avec 4 à 7 salariés
davantage réussi que la moyenne.
74 % des entreprises créées avec plus
26,8 % 40,4 % d’un million de francs existent toujours
36,9 % 26,9 %
fin 1997. Le groupe des "chefs d’entre
prise créant une société nouvelle" affi 41,3 %
che de faibles résultats (56 %), mais il
73,2 % est en partie composé de personnes
engagées dans de nombreuses opéra
18,3 %36,2 %
tions de créations et cessations suc
Évolution du nombre de salariés cessives qui correspondent parfois à
augmentation stabilité diminution de simples changements de forme ju
ridique sans modification importante
Source : INSEE - SINE.
de l’activité.
2Selon les secteurs, les taux de pé
Une majorité de chiffres d'affaires en hausse
rennité sont également différents. Le
secteur d’activité ne constitue pas à lui
Opinion des chefs d'entreprises créées
seul un facteur déterminant de réussite er
au 1 semestre 1994 sur l'évolution
ou d’échec. Il ne peut que s’ajouter ou de leur chiffre d'affaires entre 1995 et 1997
Bourgogneêtre lié aux autres déterminants, %
comme le profil du créateur par exem 40
ple. De 1994 à 1997, on constate en
Bourgogne que le taux de pérennité
est plus important dans l’industrie et la 30
construction que dans le commerce et
les services (71 % contre 62 %).
20La proportion de nouvelles entrepri
ses ayant augmenté leurs effectifs sa
lariés est également différente selon
10les secteurs : plus de 40 % dans l’in
dustrie et la construction contre 30 %
dans le commerce et les services.
0
un peubeaucoup un peu beaucoupstable
diminué augmentédiminué augmentéAutant de pertes
Source : INSEE - SINE
d’emplois que
d’embauches nouvelles
très grande majorité était constituée La probabilité d’accroître ses effec En Bourgogne, l’impact sur l’emploi
salarié de ces créations et disparitions des créateurs eux mêmes. La dispari tifs est très liée à la taille au moment
tion de 580 jeunes entreprises a entrai de la création. Seulement 27 % desd’entreprises nouvelles est équilibré.
Les nouvelles entreprises employaient né la suppression de 700 emplois de entreprises pérennes créées sans sa
2 490 salariés en 1994. Fin 1997, cel ce type. lariés en ont embauché par la suite.
Mais parmi les 1 100 entreprises pé Cette proportion s’élève à 37 % pourles qui existent encore ont globalement
accru leurs effectifs de 600 personnes rennes, toutes n’ont pas connu le celles qui ont démarré avec un à trois
et celles qui ont disparu ont provoqué même développement. Une sur deux salariés et à 41 % pour celles créées
n’a pas modifié le nombre de ses sala avec quatre à sept salariés.une perte de 640 emplois. Finalement,
il reste 2 450 salariés. riés. Un peu plus de 30 % ont accru
La situation est différente en ce qui leurs effectifs avec la création de plus Les créations d’emplois
de 900 emplois et un peu moins de 20 %concerne les emplois non salariés. En se concentrent dans
1994, il y en avait 1 800 dans les en ont réduit leur personnel provoquant
une perte de 300 postes de travail.treprises nouvellement créées, dont la quelques entreprises
Ces trajectoires différentes ne reflè
Les créations d’emplois dans les entreprises pérennes tent pas uniquement la diversité des
compensent les pertes de celles qui disparaissent conditions de rentabilité des nouvelles
Évolution de l’emploi salarié entre 1994 et 1997 dans les entreprises entreprises. Elles sont aussi le signe
créées au 1er semestre 1994 Bourgogne de la variété des projets portés par les
créateurs. Dans de nombreux cas, la
Effectifs salariés Évolution 1997/1994
création d’une entreprise a pour princi
en 1997 dans les entreprises dans les entreprisesensemble
pal objectif de ne fournir qu’un seulpérennes disparues
emploi : celui du créateur. Tous n’ontIndustrie 662 + 162 121 + 41
pas comme projet de développer uneConstruction 470 + 126 109 + 17
activité nécessitant de nombreusesCommerce et réparation 595 + 149 233 84
Transports 101 + 61 6 + 55 embauches. La majorité (68 %) des
Hôtels, cafés, restaurants 203 + 3 - 77 74 390 entreprises qui avaient été créées
Services aux entreprises 262 + 54 69 15 sans salariés en 1994 et qui n’en ont
Services aux ménages 162 + 43 20 + 23 toujours pas fin 1997 sont des commer-
Ensemble 2 455 + 598 635 37 ces ou exercent une activité artisanale.
Dans 11 % des cas, il s’agit de profes Source : INSEE SINE.
sions libérales.
3Ainsi, une grande partie des 900
Le système d’information sur les nouvelles entreprises (SINE)embauches de salariés dans les entre
prises pérennes a eu lieu dans quel Le système d’information sur les nouvel Région et avec le concours des fonds eu
les entreprises (SINE) permet de suivre ropéens, la totalité des nouvelles entrepri ques unités. Seulement 80 entreprises
les entreprises nouvellement créées du ses a pu être interrogée.(7 % de l’ensemble) ont créé 440 nou
rant leurs cinq premières années d’xis e En 1997, une deuxième enquête a étéveaux emplois. Parmi celles ci, les
tence. réalisée auprès des entreprises toujours
33 plus importantes qui avaient déjà
Les entreprises sont interrogées l’année en activité. Le questionnaire portait cette
plus de 8 salariés chacune en 1994 en de leur création, puis sont suivies au tra fois ci sur les débouchés, les relations
ont créé 170 à elles seules. Les 300 vers des différentes informations collec avec les autres entreprises, le bilan de
emplois salariés perdus en trois ans tées par les administrations sociales ou l’emploi et de l’investissement et les prin
fiscales et sont enfin réinterrogées à leurs cipaux problèmes rencontrés. L’étude pu dans les entreprises pérennes sont
3ème et 5ème anniversaires à l’aide d’un bliée dans ce document présente lesaussi concentrés dans un petit nombre
questionnaire d’évolution. résultats provisoires de cette enquête.d’unités. 140 postes de travail ont été
La première phase de ce dispositif a été Ces informations permettent de repérer,
supprimés dans seulement 64 entre
mise en place en 1994 : les entreprises au delà des fluctuations conjoncturelles,
prises représentant 6 % de l’ensemble créées au cours du 1er semestre ont été les facteurs qui conditionnent la création
des pérennes. Dans la grande majorité interrogées par l’INSEE à l’aide d’un ques d’unités économiques durables et aptes à
des cas, il s’agit d’entreprises qui tionnaire articulé autour de trois thèmes : se développer. En 1999, ces mêmes en
le profil du créateur, les conditions de treprises seront à nouveau interrogées.avaient démarré avec un ou deux sa
création et le descriptif de l’entreprise. Par ailleurs, tous les trois ans, ce dispositiflariés et qui n’en ont plus.
Au niveau national, cette enquête est réa de suivi des jeunes entreprises est relan Mais le développement économique
lisée sur un échantillon, mais en Bourgo cé. La dernière cohorte a concerné les
d’une entreprise ne se mesure pas uni
gne, à l’initiative de la Préfecture de entreprises créées au 1er semestre 1998.
quement par l’accroissement de ses
effectifs. D’autres éléments comme
l’évolution du chiffre d’affaires sont Finalement, la plupart des créateurs
également à prendre en compte. En de 1994 dont l’entreprise est encore en
Bourgogne, 48 % des chefs d’entrepri activité en 1997 ne semblent pas
ses créées au début de 1994 ont indi regretter leur choix. 35 % d’entre eux
qué que leur chiffre d’affaires avait se déclarent beaucoup ou totalement
augmenté entre 1995 et 1997. 12 % satisfaits de la création de leur entre
d’entre eux considèrent même qu’il a prise. 40 % se déclarent "un peu" sa
Thème du prochain numéro :beaucoup augmenté. Inversement, ils tisfaits et 25 % ont une opinion
sont 26 % à avoir déclaré un chiffre négative.
Les secteurs en développementd’affaires en baisse et également 26 %
à avoir indiqué une stabilité. Ghislaine Ormancey Chenu
Marie Françoise Dieuleveut.
INSEE BOURGOGNE
POUR EN SAVOIR PLUS 2 bis, rue Hoche 21000 Dijon
Tél : 03 80 40 67 67- Diversité de la création d’entreprises INSEE Bourgogne Dimensions n° 23 mai
Fax : 03 80 40 67 401995.
Directeur de la publication : Alain Ravet
- Les repreneurs d’entreprises INSEE Première n° 509 février 1997.
Rédacteur en chef : Lionel Espinasse
- La défaillance d’entreprise INSEE méthode décembre 1997. Assistante de rédaction : Martine Molet
os Maquette PAO : Maryvonne Poisot- Création et devenir des entreprises de 1987 à 1995 INSEE Résultats n 125 126
127 avril 1997. Abonnement :
11 numéros par an + Bilan économique
- Statistiques trimestrielles de créations d’entreprises et d’établissements en et social annuel : 150 F.
Bourgogne INSEE Bourgogne Dimensions. 15 F. le numéro
- Statistiques mensuelles de créations d’entreprises INSEE Conjoncture Informa Impression : Imprimerie 21 Dijon
tions rapides.
Dépôt légal : à parution
ISSN 1246 483 X- Les créateurs d’entreprises Premières synthèses DARES - Ministère du Travail
et de la Solidarité août 1997. Code Sage D985716
© INSEE 1998
4

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin