Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Contexte national et international
Menaces sur la croissance
mondiale
ux États-Unis, la crise immo- montée des prix du pétrole et des En 2007, le dynamisme Abilière amorcée en 2005 s’est matières premières a poussé l’in-des pays émergents
aggravée jusqu’à faire craindre fation à la hausse dans les pays
stimule encore la crois- un ralentissement brutal, et en- développés et plus encore dans
traîné une crise fnancière à partir les pays émergents.sance mondiale, qui reste
de la mi-août. Pour contrer ces autour de sa tendance
menaces, la Réserve fédérale a En 2007, le PIB Une croissanceà 5 % par an. Toutefois, injecté des liquidités et baissé à de la zone euro
encore vive dansl’expansion s’affaiblit trois reprises son principal taux a cru à un ryth-
directeur. La consommation des me encore sou- la zone eurocontinuement dans les
ménages et l’investissement des tenu (+ 2,6 %
pays développés suite aux entreprises ont résisté, permettant après + 2,8 % en 2006), mais
conséquences de la crise à la croissance d’atteindre en- qui s’est ralenti à partir du der-
core 2,2 % en 2007. Toutefois, ils nier trimestre. Le ralentissement immobilière américaine.
poursuivent leur recul et le point américain, la hausse des matières Dans toutes les régions
bas de l’activité immobilière premières, le durcissement des
du monde, l’infation est n’est pas encore vraisemblable- conditions de fnancement ont eu
ment atteint. A l’inverse, les pays des effets pénalisants. A l’inverse, relancée avec la mon-
émergents ont continué leur forte la zone euro profte d’une amélio -tée des prix du pétrole,
croissance, avec des taux qui ont ration de son marché du travail.
matières premières et atteint 11,4 % en Chine et 9,2 % L’euro a continué de s’apprécier,
produits agricoles. en Inde. Du fait des pays émer- passant de 1,30 dollar en janvier
gents, la croissance mondiale est à 1,46 dollar en décembre.
restée élevée : elle atteint 4,9 %
En France, maintienet dépasse sa tendance de long
terme pour la quatrième année de l’expansion et
consécutive. refux du chômage
Les prix du pétrole et des matières
premières ont connu des hausses En France, le PIB augmente de
spectaculaires. Alors qu’il était 2,2 % en 2007 comme en 2006.
aux alentours de 60 dollars en Les composantes de la crois-
janvier, le baril de Brent a appro- sance restent sensiblement les
ché les 100 dollars en décembre. mêmes que l’année précédente.
En moyenne annuelle, il est pas- La consommation des ménages
sé à 74,5 dollars contre 65,1 en demeure dynamique, progressant
2006. Les cours des matières pre- de 2,5 %. Le marché de l’emploi
mières alimentaires se sont enco- s’améliore, avec une baisse du
re davantage appréciés pour des chômage en métropole comme
raisons à la fois conjoncturelles dans chacun des quatre DOM : au
(mauvaises conditions météoro- second trimestre 2007, le taux de
logiques) et structurelles (progres- chômage était pour cet ensemble
sion de la demande et pressions de 8,4 % (8,1 % en métropole),
sur les terres agricoles pour la en baisse sensible par rapport aux
production de biocarburants). La trois années précédentes.

N° 70 - Guyane - Septembre 2008Contexte national et international
L’investissement global augmente revenu des personnes physiques, quatrième meilleure performance
de 4,9 % en volume. Il est sti- qui recule de 7,4 %. Le défcit pu - depuis les années 70. Au Brésil,
mulé par celui des entreprises blic se creuse et atteint 2,7 % du l’expansion s’est accélérée, attei-
non fnancières, dont le taux PIB. Le poids de la dette publique gnant 5,4 %. Le gouvernement a
d’investissement atteint 20,9 %, au sens de Maastricht s’accen- privatisé plusieurs axes routiers et
soit son plus haut niveau depuis tue de 0,3 point pour atteindre présenté un ambitieux program-
1992. L’investissement des admi- 63,9 % du PIB, supérieur au seuil me d’investissements publics, le
nistrations publiques se redresse du Traité (60 %). En moyenne, sur Programme d’accélération de la
(+ 1,8 %) après une année 2006 l’année 2007, l’infation s’est très croissance. Le poids de la dette
très basse (- 2,3 %). En revan- légèrement repliée (1,5 % après publique a continué de reculer,
che, l’investissement des ména- 1,6 % en 2006). Néanmoins, elle descendant à 46 % du PIB fn
ges (principalement dans l’achat s’accentue au fl des mois sous 2006 contre 60 % en 2002. L’ap-
de logements) décélère. Comme l’effet notamment de l’apprécia- préciation des matières premières
les années précédentes, la crois- tion des matières premières et continue de bénéfcier au Surina -
sance française est amputée par produits alimentaires. me, où les exportations d’alumi-
le défcit du commerce extérieur. nium, d’or et de pétrole dépassent
Forte croissanceCe défcit se creuse encore et la moitié du PIB et génèrent un
réduit comptablement la crois- quart des recettes publiques. La en
sance française de 0,8 point. Les croissance est de 5,3 % en 2007
Amérique latinedépenses publiques progressent et l’infation en dessous de 5 %.
plus rapidement que les recettes. Le PIB de la région Amérique La- La dette publique, qui s’élevait à
De nombreuses mesures d’allè- tine Caraïbe s’est accru de 5,6 % la moitié du PIB en 2002 est tom-
gement fscal ont notamment di - en 2007, un peu plus encore que bée en deçà de 30 %. Toutefois,
minué le produit de l’impôt sur le l’année précédente. Il s’agit de la elle inclut encore un montant
élevé d’arriérés. Au Guyana, la
croissance est restée dynamique Des prévisions légèrement à la baisse
(5,5 %) pour la seconde année
Croissance en 2006 et 2007 et projections pour 2008 et 2009 consécutive. La montée des prix
En %
de l’énergie et des produits agri-
coles a entraîné un quasi double-
ment de l’infation (9 %). La TVA
est entrée en application et le pays
est engagé dans un programme de
réduction de sa dette dans le ca-
1dre de l’initiative HIPC . La dette
externe a ainsi été ramenée à
108 % du PIB.
Vincent HECQUET
(1) Heavily Indebted Poor Countries, pro-
gramme par lequel le FMI et la Banque
Mondiale réduisent la dette qu’ont vis à vis
d’eux les pays à plus bas revenus.
Sources : FMI, World Economic Outlook, avril 2008; Insee pour la France de 2006 à 2007
(1) Costa-Rica, Salvador, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Panama
(2) Antigua-et-Barbuda, Bahamas, Barbade, Bélize, Dominique, République Dominicaine, Grenade, Guyana,
Pour en savoir plus Haïti, Jamaïque, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Surinam, Trinité-et-Tobago
Fonds Monétaire International : World Economic Outlook, avril 2008
Insee : « Les comptes de la nation en 2007 », Insee Première n° 1189, mai 2008
Insee : Note de conjoncture, mars 2008.

N° 70 - Guyane - Septembre 2008

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin