Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Chapitre "Commerce" extrait du Bilan économique et social - Picardie 2005

De
4 pages
La Picardie compte un peu plus de 22 500 établissements de commerce toute activités et toutes tailles confondues, pour un total de 92 000 employés. Parmi ces établissements, ceux de plus de 300 m2 offrent une densité très au-dessus de la moyenne nationale et en continuelle progression. L'Aisne est le département offrant la densité commerciale la plus élevée. L'équipement de la maison représente, début 2006, un peu moins du tiers des grandes surfaces et l'alimentaire le quart. Pour le première fois depuis 2001, le nombre de dossiers déposés auprès des Commissions départementales d'équipement commercial est en baisse.
Voir plus Voir moins

COMMERCE
L'équipement commercial
en Picardie en 2006
La Picardie compte un peu plus de 22 500 établissements
de commerce toutes activités et toutes tailles confondues,
pour un total de 92 000 employés. Parmi ces établissements,
2ceux de plus de 300 m offrent une densité très au-dessus
de la moyenne nationale et en continuelle progression.
L'Aisne est le département offrant la densité commerciale
la plus élevée. L'équipement de la maison représente,
début 2006, un peu moins du tiers des grandes surfaces
et l'alimentaire le quart.
Pour la première fois depuis 2001, le nombre de dossiers
déposés auprès des Commissions départementales
d'équipement commercial est en baisse.
n 2006, la Picardie dispose de 1 645 tivement l'Aisne et la Somme pour ces trois
L’Oise est le département qui contribue E établissements commerciaux de plus indicateurs. Département le plus peuplé, il
le plus à l’équipement commercial régionalde 300m². Ils représentent une surface de possède toutefois une densité commerciale
er Commerces de plus de 300m² au 1 mars 2006vente totale de plus de 2 320 000m². Ces moins élevée que l'Aisne, qui offre la plus
Nombre Surface Surface deux chiffres sont cette année encore en aug- grande surface par habitant.
établissements en m² moyennementation significative : +4 % pour le nombre Malgré la présence de la capitale régio-
de commerces de cette catégorie, +13 % pour nale, la Somme affiche des résultats Aisne 530 708 380 1 337
les surfaces. En conséquence la densité com- systématiquement inférieurs aux autres dé- Oise 604 991 110 1 641
merciale de la région continue d'augmenter, partements en nombre d'établissements, su- Somme 511 628 454 1 230
se situant très au dessus de la moyenne na- perficie ou densité commerciale. Outre son Picardie 1 645 2 327 944 1 415
tionale (1 242m²/1 000 habitants contre 1 048 caractère rural, il est probable que l'influence Source : DRCCRF, inventaire commercial
pour la moyenne nationale). d'Amiens (ville la mieux dotée de la région
Une répartition départementale
L'Aisne offre la plus forte densité commercialehétérogène
erDensité commerciale au 1 mars 2006
La répartition départementale des gran-
Densité en m² pour 1 000 habitants
des surfaces commerciales reflète les
Aisne Oise Somme Picardie
caractéristiques démographiques des dépar-
Supermarchés 187 143 217 178 tements, sous deux aspects principaux : leur
Hypermarchés 159 174 125 155 population et la taille de leurs villes.
Grandes surfaces alimentairesAinsi, l'Oise accueille à la fois le plus
(Hypermarchés + supermarchés) 346 317 342 333 grand nombre de commerces de plus de
Ensemble des commerces 1 322 1 271 1 124 1 242 300m², la plus grande surface totale et la plus
Source : DRCCRF, inventaire commercialgrande surface moyenne, devançant respec-
Augmentation du nombre d'établissements et de surfaces de vente
erÉtablissements commerciaux de plus de 300m² en Picardie et surface de vente au 1 mars 2006
2002 2003 2004 2005 2006
Nombre m² Nombre m² Nombre m² Nombre m² Nombre m²
Ensemble
des établissements commerciaux 1 527 1 646 461 1 513 1 758 173 1 534 1 936 161 1 580 2 054 706 1 645 2 327 944
Hypermarchés 48 249 770 49 253 875 52 266 513 54 280 281 55 290 750
Supermarchés 311 287 914 307 295 496 314 309 213 321 315 643 336 332 778
dont maxidiscomptes 124 84 247 131 89 478 136 93 105 141 98 436 160 112 918
Source : DRCCRF, inventaire commercial
INSEE PICARDIE - Bilan économique et social 2005 41COMMERCE
avec 104 magasins) et de sa proche périphé- points de vente en bricolage/quincaillerieL'alimentaire représente
2 rie, voire de Saint-Quentin (troisième ville, (172), des concessions automobiles (167), dele quart des commerces de plus de 300m
après Beauvais), ait un caractère limitatif pour la vente de meubles (131) et du secteur deRépartition des commerces
le développement de grandes surfaces com- l'habillement (129).par grands secteurs d’activité de plus de 300m²
merciales dans le département.
Nombre Les enseignes de l'alimentaire%
d’établissements et du bricolage dominentL'équipement de la maisonÉquipement de la maison 508 31
et l'alimentaire La liste des 10 principales enseignes deAlimentaire 423 26
plus de 300m² montre bien l'importance desaux premières placesAutres secteurs 364 22
grandes surfaces à prédominance alimentaire
Équipement de la personne 214 13
(incluant les discompteurs). Intermarché de-Avec 508 établissements et une superfi-Culture loisirs 136 8
meure de loin la première enseigne de la ré-cie totale de plus de 717 000m², le secteurTotal 1 645 100
gion, en terme de points de vente (61) ou dede l'équipement de la maison occupe la pre-
Source : DRCCRF, inventaire commercial surface totale (127 500m²). En nombre d'éta-mière place des activités commerciales de la
eblissements, seul Bricomarché, 10 rang,région, le bricolage représentant la moitié de
n'appartient pas au secteur alimentaire.la surface de vente de ce secteur. En
Seul, Bricomarché Les enseignes du secteur du bricolagedeuxième position, les points de vente alimen-n'appartient pas à l'alimentaire
sont mieux représentées dans un classementtaire (tous types de magasins confondus) sont
Les 10 premières enseignes régionales par superficie, notamment celles du bricolageau nombre de 423 points de vente, totalisant
en nombre de points de vente lourd (Gedimat, Point P…) C'est d'ailleursprès de 650 000m². Ces deux secteurs re-
Superficie dans ce secteur que se trouvent les deux plusÉtablissements présentent à eux seuls plus de la moitié de la2totale(m )
grosses surfaces de ventes de la région : lessurface de vente totale de la région (avec
INTERMARCHÉ 61 127 466 Docks du Bâtiment (15 765m²) à Crépy-en-respectivement 30,8 % et 27,8 % de la su-
CHAMPION 45 62 997 Valois et Big-Mat (13 650m²) à Allonne, dansperficie régionale). Avec 214 magasins, l'équi-
LIDL 38 28 737 l'Oise.pement de la personne occupe la troisième
SHOPI 34 20 863 place.
ALDI 28 18 440 À l'intérieur des grands secteurs, le dé- Un point de vente alimentaire
NETTO 28 17 947 tail des activités montre que ce sont les su- sur sept est un hypermarché
LE MUTANT 27 17 744 permarchés (à prédominance alimentaire) qui
LECLERC 23 81 189 sont de loin les plus nombreux en Picardie Le secteur alimentaire est largement do-
ED 27 20 647 (336). Ils occupent la première place des gran- miné par les supermarchés (336 établisse-
BRICOMARCHÉ 22 74 385 des surfaces commerciales quel que soit le ments et 332 000m²). C'est dans la Somme
département considéré. Ils sont suivis des que l'on trouve le plus grand nombre de cesSource : DRCCRF, inventaire commercial
& *
-< - (
# 0 #
, -
3 #
$ 0 &
G
=- -
$
$ 1
* $ !
$ +


- < = " #
." * /.












$
1 -@ $ +
=- <
4 #5/
H 3 I (
J 3 3/ #
9 2
INSEE PICARDIE - Bilan économique et social 200542


COMMERCE
magasins (119) et de loin la plus grande den- constate que le développement en zone ru- Définitions
sité pour 1 000 habitants (217). rale, annoncé depuis quelques années, se
Les grandes surfacesAu niveau régional, les 55 hypermarchés généralise. C'est particulièrement vrai si l'on
à prédominance alimentairecouvrent 46 % de la superficie des grandes tient compte de l'implantation élevée de points
Ensemble des entreprises réalisantsurfaces alimentaires. Ce taux atteint même de vente inférieurs à 300m², construits pour
au moins 1/3 de leurs ventes dans l'alimen-
55 % dans l'Oise, département le mieux doté être à terme exploités sur une surface supé-
taire et ayant une surface de vente minimum
avec 27 établissements, devant l'Aisne (15) rieure moyennant un aménagement minime. 2(400 m ).
et la Somme (12). C'est d'ailleurs l'Oise qui Cette pratique explique la croissance du taux
Hypermarché : commerce de détail non
accueille parmi ses 27 établissements les de hard discount dans l'ensemble des super- spécialisé réalisant plus du tiers de son chif-
deux plus grands hypermarchés de la région : marchés. fre d'affaires dans la vente de produits ali-
les enseignes Cora de Saint-Maximin et Les deux enseignes d'origine allemande, mentaires et dont la surface de vente est d'au
Carrefour de Venette (toutes les deux dépas- Lidl et Aldi, qui ont impulsé le développement moins 2 500 m².
sant 13 000m²). Autre particularité de l'Oise, du maxidiscompte dans les années 90 en Supermarché : commerce de détail non
la Croix-Saint-Ouen abrite le dernier Mam- France, sont toujours les plus présentes en spécialisé réalisant plus des deux tiers de son
mouth de France (2 500m²), devenu Auchan nombre d'établissements, avec respective- chiffre d'af
mentaires et dont la surface de vente est com-ou Carrefour sur le reste du territoire. ment 38 et 28 magasins de plus de 300m².
prise entre 400 et 2 500 m².En Picardie, les enseignes françaises sont
Maxidiscompte : supermarché de petiteLes maxidiscompteurs bien représentées : Le Mutant (Casino), Netto
taille, dont l'assortiment est limité aux pro-(Intermarché) et Ed (Carrefour) comptabili-continuent leur progression
duits de consommation de base (1 000 réfé-sent 27 grandes surfaces chacune.
En 2006, les 160 maxidiscomptes repré- rences), à prix bas et faibles marges, et cons-
titué d'une majorité de marques de distribu-sentent près de la moitié (48 %) de l'offre Créations d'entreprises :
teurs ou de produits sans marque.de supermarchés mais seulement 1/3 de la Picardie rattrape son retard
leurs surfaces. Ces chiffres sont en augmen-
tation constante depuis les années 90, et re- En Picardie comme en France, la créa-
flètent une habitude de consommation qui tion d'entreprises est portée par les activités
va donc au-delà de la simple mode. La stra- de type commerce (45 % du total). Ce sec-
tégie de grandes enseignes classiques teur d'activité a généré 2 607 créations/repri-
d'ouvrir des rayons regroupant les produits ses/réactivation, soit une croissance de 2,3 %
les moins chers, peine à contrer cette crois- par rapport à 2004.
sance. Majoritairement composé de créations
Ces points de ventes sont bien répartis pures (57 %), le commerce est néanmoins
sur les trois départements : 57 dans l'Oise, caractérisé par une forte proportion de repri-
52 dans l'Aisne et 51 dans la Somme. On ses (28 % contre 17 % pour l'ensemble des
5
( % (
# 0 #
, -
3 #
&
$
G 0
$ =- -
$

1
* $ !
- < = " $ +




# * /. ."








$
1 -@ $ +
=- <
4 #5/
H 3 I (
J 3 3/ #
9 2
INSEE PICARDIE - Bilan économique et social 2005 43COMMERCE
secteurs). Ces reprises sont essentiellementLa Commission Départementale d'Équipement Commercial (CDEC)
concentrées autour de l'activité d'hôtels, ca-
La CDEC a été créée en 1993. Elle a succédé à la Commission départementale d'urba-
fés, restaurants. Les réactivations représen-
nisme commercial, elle-même instituée dans le cadre de la loi n° 73-1193 du 27 décembre
tent quant à elles 16 % des créations totales,1973. Cette commission statue sur les demandes d'autorisation qui lui sont présentées, en vue
soit une proportion similaire à l'ensemble desde la création ou de l'extension de magasins de commerce de détail, ainsi que de certains
secteurs d'activités.établissements prestataires de services et d'établissements hôteliers. Elle est présidée par le
Après avoir enregistré pendant plusieursPréfet et elle est composée de trois élus et de trois personnalités.
années des niveaux record, le nombre deLa CDEC ne peut délibérer que si au moins cinq de ses membres sont présents, et elle
dossiers déposés auprès des différentesautorise les projets par un vote favorable de quatre de ses membres.
Commissions Départementales d'Équipe-Un recours contre ses décisions est toujours possible auprès de la Commission Nationale
d'Urbanisme Commerciale (CNEC). ment Commercial (CDEC) est en baisse de
4,5 % en 2005. Sur les 127 demandes d'auto-
risation de création ou d'extension déposées,
54 ont concerné des projets se situant dans
$ & l'Oise, 42 dans la Somme et 31 dans l'Aisne. $ (
108 autorisations d'exploitation commerciale3 2
ont été délivrées, soit une diminution de 2 % "
par rapport à 2004. La surface de vente auto-
risée suit la même tendance (-4 %).
Inversement, le nombre de recours exer-
?
cés contre les décisions des CDEC auprès$ #


de la Commission Nationale d'Équipement
Commercial (CNEC) a légèrement augmenté,
mais ils concernent de faibles surfaces de
vente.

A noter, la situation exceptionnelle liée à

l'implantation de l'enseigne Carrefour à Ab-
beville. L'autorisation reçue en CNEC en 2004
a été récemment annulée par le Conseil d'État
" (début 2006).
Blandine BOUGLER
Vincent TRELCAT
Diminution des autorisations d'exploitation commerciale CRCI
et des surfaces de vente autorisées en 2005
Évolution des demandes d’autorisation ayant fait l’objet d’un dépôt de dossier
CDEC CNEC
Nombre Nombre Surface Nombre Nombre Surface
de dossiers de dossiers de vente de dossiers de dossiers de vente
déposés autorisés autorisée (m²) déposés autorisés autorisée (m²)
1999 117 94 125 108 5 3 1 277
2000 100 79 109 997 7 5 1 500
2001 98 75 93 098 17 8 10 516
2002 117 86 62 902 13 10 18 683
2003 122 99 127 560 8 3 6 769
2004 133 110 141 197 3 1 19 490
2005 127 108 135 216 4 2 801
Source : DRCCRF, inventaire commercial
Pour en savoir plus
www.e-picardie.net
INSEE PICARDIE - Bilan économique et social 200544