La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

www.insee.fr/lorraine
er
1 trimestre 2010 :°
la reprise lorraine trouve228N
ses ressorts dans une industrieJuillet 2010
malmenée par la crise
Au premier trimestre 2010, la reprise marque le pas.
La croissance limitée du PIB (+0,1%) résulte d’une stagnation
de la consommation des ménages. Les perspectives pour
le deuxième trimestre s’annoncent meilleures. Le regain
des exportations se poursuivrait sous l’effet de la dépréciation
de l’euro. Cependant la situation pourrait se dégrader au second
semestre suite aux mesures de redressement des financesPIB français :
+0,1 % publiques. En 2010, le marché du travail devrait peu s’éclaircir
taux de chômage se maintenir à 9,5%.Emploi salarié lorrain :
+0,1 %
En Lorraine, l’emploi salarié poursuit sa lente progression.
Chômage lorrain :
Cette reprise fragile repose uniquement sur le redressement
10,1 %
de l’intérim. L’emploi industriel continue de décliner.
Les exportations, très affectées par la récession économique,
reprennent légèrement. La création d’entreprise progresse de 13%
par rapport au premier trimestre 2009, sous l’effet du nouveau
statut d’auto-entrepreneur. Le taux de chômage repart à la baisse.
La reprise de l'emploi lorrain un cran en deça du national
Emploi salarié, indice base 100 fin du dernier trimestre 2002
106
104
France
102
100
98
Lorraine
96
94
92
2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
Champ : ensemble des secteurs marchands (intérim compris).
Source : Insee, estimations d'emploi
VConjoncture nationale et internationale :
Une reprise contrariée ?
Au premier trimestre 2010, le PIB français progresse de 0,1%,
après la forte poussée de fin 2009. Ce ralentissement résulte pourAllemagne
partie de la stabilisation des dépenses de consommation des mé-
nages. L’investissement n’est pas reparti, même si des signesAu premier trimestre 2010, le
PIB allemand enregistre une prometteurs sont visibles. En 2010, la croissance du PIB français
croissance de 0,2% par rap-
serait comprise entre 1,4 et 1,6%. Toutefois, elle ne suffirait pasport au trimestre précédent.
Tirée par l’activité industrielle, pour impulser une décrue du chômage. Ces chiffres de croissance
la croissance est toutefois
sont conditionnés aux perspectives de reprise, qui pourraient êtremodérée par les résultats dé-
cevants du bâtiment, affecté contrariées dès le second semestre par les plans d’économies
par la rigueur de l’hiver.
adoptés par les États. Ces plans, nécessaires, réclament réglageLe taux de chômage aug-
mente par rapport au tri- fin, coordination et mesure.
mestre précédent et atteint
8,5% de la population active.
u premier trimestre 2010, le produit De façon générale, la stabilisation des dé-Sur un an, l’emploi salarié al- Aintérieur brut français progresse à un penses de consommation influe directe-lemand est resté relativement
rythme nettement inférieur (+0,1%)àcelui ment sur le niveau des importations destable.
enregistré en fin d’année 2009 (+0,6%). biens et de services, qui progressent à unEn hausse également, le chô-
Mais cette baisse de dynamisme de l’éco- rythme moindre qu’en fin d’année 2009.mage en Rhénanie-Palatinat
nomie française était prévisible. Simultanément, la reprise de la demandeet en Sarre touche respective-
ment 6,2% et 8% de la popu- mondiale stimule les exportations des
lation active. produits hexagonaux. Il en résulte uneStabilisation des dépenses
En Rhénanie-Palatinat, l’em- contribution positive du commerce exté-des ménages
ploi salarié progresse de rieur à la croissance économique. Tous
0,3% sur un an, soit 3 400 Au dernier trimestre 2009, la croissance éco- les secteurs profitent de ce regain de la
postes supplémentaires. En nomique était largement soutenue par les dé- demande étrangère ; les exportations de
Sarre, le volume d’emplois
penses de consommation des ménages, ces biens d’équipement progressent de 7,5%,
reste stable.
derniers anticipant certains de leurs achats. de biens intermédiaires de 4,4%, et l’au-
Ainsi, les achats des ménages en automobi- tomobile de 3,5%. La demande française
les ont progressé de 7,7% au quatrième tri- ralentissant, les achats de véhicules
mestre 2009. Par contrecoup, ils diminuent étrangers ne progressent que de 2,8%,
presque d’autant au premier trimestre 2010. contre 8,9% au dernier trimestre 2009.
Une croissance soutenue par une reprise marquée des exportations
%
PIB (en %)
Sources internationales : 1,0 Dépenses de consommation (en point)
FBCF (en point)
- Note de conjoncture
Commerce extérieur (en point)
0,5de l’Insee
- Service des études
0
et de la statistique
du ministère
-0,5de la région wallonne
- Service central
-1,0
de la statistique
et des études économiques
-1,5%-1,5
du Luxembourg
- Statistisches Landesamt -2,0
2007 2008 2009 2010Saarland
- Statistisches Landesamt
Rheinland-Pfalz
- Bulletin luxembourgeois
Source : Insee - comptes nationaux trimestrielsde l’emploi
2ploi non marchand se contracterait, lesRedressement prévu
emplois aidés étant revus à la baisse.de l’investissement
BelgiqueAu total, le chômage, qui touche 9,5%des ménages
de la population active fin mars 2010,
Autre moteur de la croissance écono- devrait être stable tout au long de Au premier trimestre 2010,la
croissance du PIB belge ra-mique, l’investissement peine encore à l’année.
lentit, n’atteignant plus quese redresser (-0,9%). Dans les entrepri-
0,1%.ses, il baisse de 1%, signe que les sur- …sur le fil du rasoir
L’augmentation annuelle decapacités de production engendrées par
5% du nombre de deman-la crise ne sont pas encore totalement Ces prévisions sur l’orientation de l’éco-
deurs d’emploi représenterésorbées. Concernant l’investissement nomie française sont susceptibles d’évo-
27 000 chômeurs supplémen-
en logement des ménages, il recule en- luer, dans un contexte international qui
taires. Le taux de chômage
core (-0,6%). Toutefois, le marché de pourrait s’avérer rapidement moins por- national atteint 8,5% en mars
l’immobilier se redresse, les actifs fon- teur que prévu. En effet, la reprise risque 2010.
ciers retrouvant progressivement leur d’être contrariée au second semestre par Au cours du premier trimestre
valeur d’avant la crise. Il est probable la nécessité d’apurer les comptes publics, 2010, l’emploi salarié se stabi-
que l’investissement en logement redé- en résorbant les déficits publics qui ont lise en Belgique, mettant fin à
marre prochainement, sous l’effet conju- explosé avec la crise. plusieurs trimestres de repli.
gué de taux historiquement bas et du En France, le gouvernement a annoncé un
retour à la normale des conditions d’oc- plan d’économies à hauteur de 100 milliards
troi de crédit. d’euros à échéance 2013. Tous les pays dé-
veloppés ont annoncé des plans similaires,
d’ampleur comparable. Trop ambitieux ouL’emploi à la traîne
mal coordonnés, ces plans de réduction de la Luxembourgd’une croissance…
dépense publique pourraient abîmer la dyna-
Malgré ce premier trimestre en retrait, mique de croissance qui s’est amorcée. En
Au premier trimestre 2010, lesles perspectives de croissance dans la ce sens, le Fonds Monétaire International
indicateurs sur l’emploi sont àzone euro ne sont pas remises en ques- met en garde certains États contre un excès
la hausse. L’emploi intérieur
tion. Au deuxième trimestre 2010, la de rigueur qui produirait des effets inverses à
total et l'emploi frontalier pro-
production manufacturière devrait aug- ceux recherchés. La défiance des marchés à gressent respectivement de
menter fortement et la demande mon- l’égard de la zone euro a eu un effet positif 0,9% et 0,7% sur un an. La
diale devrait continuer de jouer son rôle autant qu’inattendu : la baisse de la monnaie manne salariale supplémen-
tairedeplusde4000 postes,de stimulation de l’activité économique. européenne relativement au dollar agit
ainsi constituée, comprend unAinsi, le produit intérieur brut français comme un ballon d’oxygène pour le com-
quart de frontaliers.croîtrait de 0,5% au deuxième trimestre merce extérieur de la zone euro. L’industrie
Cependant l’augmentation du2010 et progresserait à un rythme tri- européenne retrouve des marges de compé-
nombre de chômeurs estmestriel de 0,4% au second semestre titivité après une période asphyxiante
concomitante à la reprise de2010. Sur l’ensemble de l’année 2010, marquée par un euro surévalué par rapport à
l’emploi. Sur un an, le nombre
l’économie française devrait renouer la devise américaine. Toutefois, cette dépré-
de chômeurs s’est accru de
avec la croissance (entre 1,4% et 1,6%). ciation conjoncturelle ne saurait tenir lieu d’u- 13,9%, représentant 1 800
Cette reprise aurait cependant des ef- nique levier pour restaurer la compétitivité demandeurs d’emploi supplé-
fets limités sur le marché du travail. La européenne au plan international. Les pays mentaires. Au premier tri-
mestre 2010, le chômagereprise produit déjà des effets positifs de la zone euro doivent prendre des mesu-
touche 6% de la populationmais faibles sur la création d’emploi res visant à renforcer la compétitivité-prix et
active luxembourgeoise.dans le secteur marchand. En 2010, ce hors-prix de leurs exportations, et réduire ain-
dernier devrait créer quelque 63 000 si les effets liés aux fluctuations du cours des
postes. Mais dans le même temps, l’em- monnaies.
Biens et services : Équilibre ressources-emplois aux prix de l'année précédente chaînés
ÉvolutionÉvolution trimestrielle 2008 2009 2010
(en %) annuelle
données cjo-cvs T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 2008 2009
Produit Intérieur Brut 0,5 -0,6 -0,2 -1,6 -1,5 0,2 0,3 0,6 0,1 0,1 -2,5
Importations 1,6 -1,2 -0,2 -3,9 -5,9 -3,3 0,2 2,8 2,1 0,3 -10,6
Dépenses de consommation des ménages -0,3 -0,2 0,0 0,0 0,0 0,3 0,3 1,0 0,0 0,5 0,6 de des adminis-
trations publiques 0,4 0,5 0,7 0,7 0,6 0,8 0,8 0,6 0,0 1,6 2,8
Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) totale 1,0 -1,6 -0,9 -2,5 -2,5 -1,4 -1,3 -1,1 -0,9 0,3 -7,0
dont : ENF (sociétés) 2,0 -1,7 -0,3 -2,9 -3,3 -1,5 -1,3 -1,2 -1,0 2,2 -7,9
Ménages -0,4 -1,7 -2,7 -2,7 -2,4 -2,0 -1,7 -1,4 -0,6 -2,7 -8,7
APU (administrations publiques) -1,0 -2,7 -0,3 -0,5 1,1 1,4 -0,5 -0,1 -1,5 -2,8 0,6
Exportations 2,0 -2,7 -0,2 -6,3 -7,6 -0,6 1,9 0,8 4,1 -0,8 -12,2
Demande intérieure totale 0,4 -0,2 -0,2 -1,1 -1,2 -0,5 -0,1 1,1 -0,3 0,4 -2,3
Source : Insee - Comptes nationaux trimestriels
3Conjoncture Lorraine :
Une reprise qui n’efface pas les stigmates de la crise
Au premier trimestre 2010, l’emploi salarié marchand progresse de
0,1% en Lorraine, stimulé uniquement par une forte remontée de
l’emploi intérimaire. Les exportations lorraines repartent timide-
MÉTHODOLOGIE ment, ne profitant pas encore pleinement de la reprise allemande,
Les chiffres de l’emploi sont éta-
ième partenaire commercial privilégié. Sur le marché du travail, le chô-blis à partir du 2 trimestre
2009 sur la base de la nomen- mage recule de 0,2 point et le nombre de demandeurs d’emploi
clature révisée «NAF rev2». Le
inscrits au Pôle Emploi se stabilise. Mais les séquelles restent im-champ des secteurs «principale-
ment marchands» couvre 15 des portantes : fin mars 2010, un chômeur lorrain sur trois est à la re-
17 postes de cette nouvelle no-
cherche d’un emploi depuis au moins un an. Seul domaine qui nemenclature (Secteur DE à MN et
secteur RU). Ce nouveau souffre pas de la crise, la création d’entreprise bénéficie toujours
champ, pratiquement équivalent
autant de l’engouement pour le statut d’auto-entrepreneur.à celui utilisé dans l’ancienne
nomenclature, permet de regrou-
per les activités particulièrement u premier trimestre 2010, l’emploi secteurs d’activité ont recours à l’intérim
sensibles à la conjoncture. Asalarié marchand lorrain (hors pour répondre à une demande encore in-
Les estimations d’emploi trimes- agriculture) progresse à nouveau de suffisante pour proposer des contrats de
trielles calculées sur le champ 0,1% par rapport au trimestre précé- travail plus pérennes, mais moins souples.
du secteur principalement mar- dent. Ce redémarrage ne parvient tou-
chand prennent désormais en tefois pas à compenser les pertes Moindre chute dans l’industriecompte les effectifs intérimaires.
d’emplois intervenues en 2009. Par rap-
L’agriculture et l’emploi public
port au premier trimestre 2009, les ef- Dans l’industrie, l’emploi continue de se dé-dans les secteurs non mar-
fectifs salariés du secteur marchand grader (-0,9%), mais à un rythme moindrechands (administration, éduca-
diminuent de 1,1% en Lorraine. qu’au cours des trimestres précédents.tion, santé et action sociale) sont
par contre exclus du champ. Secteur particulièrement exposé durant la
crise, l’industrie a perdu près de 5% de sesIntérim : seul moteur
postes de travail en un an.de l’emploi
L’emploi intérimaire progresse de près de Dans la construction, après les baisses
Sidérurgie
15% par rapport au dernier trimestre successives enregistrées tout au long de
Au premier trimestre 2010, la 2009. Cette augmentation explique à elle l’année 2009, les effectifs se stabilisent. En
production de produits sidérurgi- seule la légère remontée de l’emploi sala- Lorraine, 2 689 permis de construire ont
ques augmente de 37,5% en rié marchand dans la région. Tous les été délivrés au premier trimestre 2010,
Lorraine par rapport au premier
trimestre 2009. La situation
Les services en hausse grâce à l’intérimsemble se redresser après l’ef-
fondrement des trimestres pas-
Ensemble
sés. Les secteurs de l’acier brut Industrie
Évolution de l’emploi salarié lorrain BTPet des produits finis laminés pro-
Commerce
gressent de 41% sur un an et la Services marchands
1,2
%production de fonte brute de
0,826%. Les exportations lorraines
de produits sidérurgiques et de 0,4
première transformation de l’a-
0,0
cier repartent à la hausse au
-0,4premier trimestre 2010. Elles
augmentent de 7,6% par rapport -0,8
au premier trimestre 2009.
-1,2
Au niveau national, l’améliora-
-1,6
tion est également présente
-2,0
avec un essor de la production
de produits sidérurgiques de -2,4
20102008 200932,2% par rapport au premier tri-
mestre 2009. La production de
fonte brute enregistre la plus
Champ : ensemble des secteurs marchands, y compris intérim. L'agriculture et l'emploi public dans les secteurs
forte croissance (+43%). non marchands (administration, éducation, santé et action sociale) ne sont pas pris en compte.
Source : Insee, estimations d'emploi
4soit une baisse de 19% par rapport au Des fermetures mais aussi
même trimestre de 2009. Tous les départe- des projets
ments lorrains sont concernés par ce recul,
Dans l’industrie, les annonces demeurenthormis la Meurthe-et-Moselle. La Moselle,
contrastées. Ainsi, ARCELOR MITTAL posequi concentre 46% des permis de cons-
la première pierre d’un centre de forma-truire de la région, subit une baisse de
tion aux métiers du fer à Yutz, mais36%. Au niveau national, la tendance est à
convoque le comité d’entreprise pour dé-la hausse (+12%). La baisse des mises en
localiser en Pologne et en Inde une partiechantier dans la région est encore plus
de la comptabilité (plusieurs dizaines d’em-marquée (-36%). Au premier trimestre 2010,
plois). Le centre de formation de Yutz ac-la construction de 2 085 logements a été
cueillera à terme 120 apprentis. Bien queentreprise en Lorraine.
le secteur automobile semble avoir re-
trouvé des couleurs, certains sous-trai-
Trimestre décevant
tants continuent de subir les
dans le tertiaire
conséquences de la crise. Ainsi, TRW,ins-
tallé à Ramonchamp dans les Vosges, vaCertains secteurs qui semblaient en voie de
licencier plus de 20% de ses effectifs.rémission voire de retour à la création
d’emplois accusent un repli important au Dans les services, la société ACTICALL dis-
premier trimestre 2010. C’est le cas du pose de deux plateformes téléphoniques de
commerce, où les effectifs diminuent de relation-client, implantées à Nancy et à Toul,
0,6%. Dans les services marchands hors et emploie 400 salariés. Le site de Toul (150
intérim, l’emploi recule de 0,2% après une emplois actuellement) sera renforcé, avec la
hausse de 0,3% au trimestre précédent. création de 44 nouveaux postes.
Ces chiffres confirment les résultats des en- Les banques lorraines, confrontées au
quêtes de conjoncture menées auprès des vieillissement de leurs employés, pré-
chefs d’entreprises lorrains, particulièrement voient de recruter plus de 1 500 person-
dans les services. Ainsi, d’après l’enquête nes dans les trois années à venir. Dans la
menée en avril 2010, la tendance passée de profession, les contrats en alternance
l’activité est jugée encore négativement par sont considérés comme le meilleur moyen
une courte majorité de professionnels du de recrutement.
secteur. Ce résultat est conforme à ce qui est
observé au niveau national. Les perspectives Exportations :
anticipées en fin d’année 2009 se sont avé-
légère amélioration
rées décevantes, l’activité économique ne re-
démarrant que modérément. Pour le Au premier trimestre 2010, le montant to-
deuxième trimestre, les perspectives d’activi- tal des exportations régionales s’élève à
té sont orientées positivement, les entrepre- plus de 3,7 milliards d’euros, en hausse
neurs du secteur anticipant une bonne de 1,9% par rapport au même trimestre
tendance de la demande. de l’année précédente.
Reprise de l'activité industrielle
Évolution de l’emploi industriel et de l’activité industrielle en Lorraine
solde d'opinions
%
40
1,2
30
0,8
20
0,4
10
0,0 0
-10
-0,4
-20
-0,8
-30
-1,2
-40
-1,6
-50Emploi industriel (échelle de gauche)
Production passée (brut) (échelle de droite)
-2,0 -60 prévue (cvs) (échelle de droite)
2007 2008 2009 2010
Source : Insee - Enquêtes de conjoncture dans l’industrie et estimations d'emploi
5Ce montant reste néanmoins très en deçà
sées, scientifiques et techniques et lesdes chiffres observés deux ans aupara-
services administratifs et de soutienvant, avant la crise. En effet, par rapport
(+56%), dans l’enseignement, la santé etau premier trimestre 2008, les exporta-
l’action sociale (+44%), dans les trans-tions sont en recul de 27,6%.
ports (+30%) et dans la construction
Une reprise effective reste conditionnée (+27%). L’hébergement-restauration et les
au redressement des importations alle- activités financières subissent un léger re-
mandes. Or, les exportations outre-Rhin cul. Après la forte hausse du quatrième
sont en recul de 3,2%. trimestre 2009, les créations dans l’in-
dustrie baissent sensiblement, mais leurPoint encourageant, les ventes à l’étran-
nombre reste supérieur à celui du premierger progressent dans les deux principaux
trimestre 2009.secteurs exportateurs de la région. Ainsi,
dans le secteur des matériels de trans-
port, qui inclut l’automobile, les exporta-
tions sont en hausse de 1,3%. Et dans le Chômage : un léger mieux
secteur des produits métallurgiques et
métalliques, les ventes à l’export progres-
Au premier trimestre 2010, le taux de chô-
sent de 7,7%.
mage lorrain recule de 0,2 point, pour s’é-
tablir à 10,1%. Cette évolution à la baisse
Le régime d’auto-entrepreneur n’est pas observée au niveau national : le
taux de chômage en France se stabilise àcontinue de doper la création
9,5%. Il est néanmoins toujours inférieurd’entreprise
de 0,6 point au taux régional.
Au premier trimestre 2010, les créations
d’entreprises en Lorraine continuent leur
progression : 13% de plus qu’au trimestre Tous les départements lorrains profitent
précédent, contre 10% au niveau natio- du reflux du chômage. La Meurthe-et-Mo-
nal. Cette augmentation prolonge la ten- selle reste le département lorrain où le
dance amorcée avec la mise en place du taux de chômage est le plus faible, avec
régime d’auto-entrepreneur début 2009. 9,5% de la population active qui reste
En effet, deux tiers des nouvelles entre- sans emploi. Les départements de la
prises sont créées sous ce statut. Meuse, des Vosges et de la Moselle affi-
chent respectivement des taux de chô-
Tous les départements lorrains sont
mage de 10,7%, 10,5 et 10,3%.
concernés par la hausse des créations.
Par rapport au premier trimestre 2009, la
plus forte augmentation se produit en Entre décembre 2009 et mars 2010, le
Meurthe-et-Moselle (+53%)etlaplus nombre de demandeurs d’emploi se stabi-
faible en Moselle (+27%). Les auto-entre- lise en Lorraine, après plusieurs trimes-
prises augmentent de façon plus impor- tres de hausse ininterrompue. En un an,
tante encore (+114% en Meurthe-et-Moselle, le nombre de chômeurs inscrits au Pôle
+62% en Moselle). Emploi a augmenté de plus de 8%. Fin
Le nombre de créations progresse parti- mars 2010, plus de 104 000 Lorrains
culièrement dans les activités spéciali- étaient à la recherche d’un emploi.
Évolution des exportations lorrainesCréations d’entreprises
Créations d’entreprises (données CVS-CJO) Données brutes (hors matériel militaire et électricité) en milliards d'euros
Indice base 100 au 1er trimestre 2002
5,5
360
320 Lorraine 5,0
280
240 4,5
France
200
160
4,0
120
80
2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 3,5
2007 2008 2009 2010
Source : Insee - Répertoire des entreprises et des établissements (SIRENE) Source : Douanes
6Le chômage des hommes est en recul de
Les jeunes profitent de la sortie de crise
1,4% au premier trimestre 2010, contre
Demandeurs d'emploi de catégorie A en fin de mois en Lorraine (données CVS)
une hausse de 1,8% pour les femmes. Base 100 en décembre 2005
Cette évolution conjoncturelle tend à in-
130verser la tendance à l’œuvre depuis le dé-
Moins de 25 ansEnsemble hommesbut de la crise. En effet, sur un an, le
De 25 à 49 ans femmes120chômage a frappé davantage les hommes
50 ans et plus
(+9%) que les femmes (+7,2%). Il est pro-
110bable que la crise de l’emploi industriel,
relativement moins féminisé, explique cet
100écart.
90
La reprise bénéficie
aux plus jeunes 80
La reprise semble davantage profiter aux
70
demandeurs d’emploi jeunes, âgés de déc mars juin sept déc mars juin sept déc mars juin sept déc mars juin sept déc mars
moins de 26 ans, dont le nombre diminue
2005 2006 2007 2008 2009 2010
de 5%. Pour cette classe d’âge, le retour-
nement de tendance s’est opéré dès la fin
du premier semestre 2009 qui marque la Source : Ministère du Travail - Pôle emploi
sortie de récession. Depuis, le nombre de
demandeurs d’emploi chez les jeunes di-
Fléchissement du chômage lorrainminue tendanciellement, et ce à l’inverse
des autres catégories d’âge. En effet, le Taux de chômage en France et en Lorraine (%)
nombre de chômeurs de 26 ans et plus
continue d’augmenter. La situation est
11,0
particulièrement marquée chez les plus
10,5
de 50 ans, dont le nombre a augmenté en
10,0
un an de 22%. Lorraine
9,5
9,0Hausse du chômage
8,5de longue durée
8,0
Les effets de la crise seront durables,
France7,5
notamment avec la hausse du chômage
7,0
de longue durée, composante du chô-
6,5mage la plus difficile à résorber. Sur un
sept déc mars juin sept déc mars juin sept déc mars juin sept déc mars
an, le chômage de longue durée a aug- 2006 2007 2008 2009 2010
menté de plus de 50%, frappant à pré-
sent plus d’un demandeur d’emploi Source : Insee
lorrain sur trois.
Offres d’emploi : plus et mieux
Au premier trimestre 2010, le Pôle em-
ploi a enregistré plus de 4 400 offres
d’emploi, soit une hausse de 5,8% par
rapport à la même période en 2009. En
structure, les contrats durables repré-
sentent 42,8% des offres, soit près de
10 points de plus qu’au premier tri-
mestre 2009. Dans le même temps, le
nombre de contrats temporaires ou de
courte durée est en recul.
Yann KUBIAK
Florence LEMMEL
Olivier SERRE
7Léger repli du chômage
Longwy
- Note de conjoncture de l’Insee - Thionville10,8
10,0Juin 2010
Meuse du Nord Briey
Bassin-10,5 11,0- Cahiers lorrains de l’emploi - Le mar- Houiller
SarregueminesMetzché du travail en mars 2010 - 12,4
8,6
10,1DIRECCTE Lorraine - Mars 2010
Commercy
Sarrebourg
Taux de chômage Bar-le-Duc- Site internet : www.insee.fr 12,2 Toul 8,4lorrain (en %)
10,0 Nancy8,710,1
9,0
Lunéville
10,6
Évolution du taux de chômage
par rapport au trimestre précédent
(en point) Saint-DiéVosges de l'Ouest
Épinal
12,80 9,1
10,5de -0,1 à moins de 0
Ministère de l’Économie, de l’Industrie et
de -0,2 à moins de -0,1
Remiremont-de l’Emploi Gérardmerde -0,5 à moins de -0,2
9,0Insee
Institut National de la Statistique
Source : Inseeet des Études Économiques
Direction Régionale de Lorraine
15, rue du Général Hulot Au premier trimestre 2010, le taux de chômage s’établit à 10,1% en Lorraine.
CS 54229 Il recule de 0,2 point par rapport au trimestre précédent alors que le taux national est
54042 NANCY CEDEX stable.
Tél:0383918585 Après la hausse du quatrième trimestre 2009, la situation s’améliore légèrement dé-
Fax:0383404561 but 2010. Le chômage se stabilise ou recule dans l’ensemble des zones d’emploi de
www.insee.fr/lorraine la région. L’amélioration profite davantage aux zones les plus sinistrées. Dans les zo-
nes de Saint-Dié-des-Vosges, de Commercy et du Bassin-Houiller, où le taux de chô-
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION mage est supérieur à 12%, le repli s’avère plus marqué (respectivement -0,5 point,
Jean-Paul FRANÇOIS -0,4 point et -0,3 point). Dans les zones de Nancy, de Metz, de Bar-le-Duc et de Lu-
Directeur régional de l’Insee néville, le taux de chômage reste stable.
COORDINATION RÉDACTIONNELLE
Christian CALZADA
Gérard MOREAU
MÉTHODOLOGIE
RESPONSABLE ÉDITORIALE
Demandeurs d'emploi en fin de moisET RELATIONS MÉDIAS
Brigitte VIENNEAUX Depuis février 2009, les données sur les demandeurs d’emploi sont pré-
sentées selon de nouveaux regroupements statistiques (catégories A, B,
RÉDACTRICE EN CHEF C, D, E). La plupart des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi sont
Agnès VERDIN tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi : certains sont sans
emploi (catégorie A), d’autres exercent une activité réduite courte, d’au
RÉALISATION DE PRODUITS
plus 78 heures au cours du mois (catégorie B), ou une activité réduite
ÉDITORIAUX
longue, de plus de 78 heures au cours du mois (catégorie C). Par ailleurs,
Édith ARNOULD
certaines personnes inscrites à Pôle emploi ne sont pas tenues de faireMarie-Thérèse CAMPISTROUS
des actes positifs de recherche d’emploi : elles sont soit sans emploi et
non immédiatement disponibles (catégorie D), soit pourvues d’un emploiN° à la CPPAP AD 176
(catégorie E).ISSN : 0293-9657
© INSEE 2010
La production industrielle
L’Insee effectue une enquête nationale trimestrielle auprès des entrepri-
ses du secteur concurrentiel sur la situation et les perspectives d’activité
dans l’industrie. Le solde d’opinion pour la Lorraine correspond aux répon-
ses nationales corrigées des effets de structure. Les séries sont présen-
tées corrigées des variations saisonnières.
LES CHIFFRES CLÉS EN LORRAINE
er ème er11 4
Indicateurs conjoncturels trimestre trimestre trimestre
2010 2009 2009
Évolution de l'emploi salarié (Insee - URSSAF) CVS +0,1% +0,1% -1,6%
Taux de chômage au sens du BIT (Insee) CVS 10,1% 10,3% 9,4%
Demandes d’emploi en fin de mois, catégorie A (Pôle emploi-DRTEFP) CVS 102 100 102 070 94 370 d’emploi en fin de mois, part desmoinsde25ans (Pôle emploi-DRTEFP) CVS 18,9% 19,9% 21,2%
Créations d’entreprises (toutes origines) (Insee SIRENE) CVS 4 737 4 191 3 434
8
© IGN - INSEE 2010