Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Conjoncture régionale au deuxième trimestre 2006 - Rebond créateur d'emploi

De
6 pages
Avec des mises en chantier très soutenues, le secteur du bâtiment poursuit sa croissance, riche en créations d'emplois. La hausse des effectifs du secteur avoisinait, fin juin, 1 500 postes supplémentaires sur un an. L'activité industrielle régionale a été soutenue au cours du premier semestre dans la plupart des secteurs, notamment dans les biens d'équipement ; cette amélioration n'a pas permis la stabilisation des effectifs, en baisse de 500 emplois depuis le début de l'année. L'activité commerciale a été sans éclat pendant la première partie de l'année, avec des effectifs en très légère hausse. Les services aux entreprises et le transport bénéficient en revanche pleinement de la reprise industrielle. La demande d'emploi et le chômage continuent de diminuer, prolongeant la tendance entamée au 4ème trimestre 2005. Le taux de chômage au sens du BIT s'établissait fin juin de l'année à 8,4 % (9,0 % pour la France entière).
Voir plus Voir moins

Conjoncture régionale
au deuxième trimestre 2006
Rebond
créateur d'emploi
repères
Avec des mises en chantier très
soutenues, le secteur du bâti- La région a bien tiré partie du rebond Ce niveau de construction dépasse de
ment poursuit sa croissance, riche de l’économie française du deuxième 40 % la moyenne des dix dernières an-
en créations d’emplois. La hausse trimestre. L’emploi a augmenté et le nées. Même si 70 % de ces mises en
des effectifs du secteur avoisinait, chômage a enregistré un recul signifi- chantier concernent les logements in-
fin juin, 1 500 postes supplémen- catif grâce à une demande industrielle dividuels, la construction de
taires sur un an. raffermie, une activité au plus haut collectifs reste, elle aussi, deux fois
dans la construction, des services qui plus forte qu’en moyenne depuis 2005.
L’activité industrielle régionale retrouvent des couleurs, ainsi qu’aux
a été soutenue au cours du pre- mesures de soutien de l’emploi. Dans la construction de locaux non-ré-
mier semestre dans la plupart des sidentiels, l’optimisme prévaut égale-
secteurs, notamment dans les biens ment. Ainsi, la construction de locaux
d’équipement ; cette amélioration Le boom de la professionnels rebondit de 30 % au
n’a pas permis la stabilisation des premier semestre 2006 après un repli
effectifs, en baisse de 500 emplois construction se poursuit en 2005. Cette hausse est en grande
depuis le début de l’année.
En Basse-Nor-L’activité commerciale a été
mandie, le dy-sans éclat pendant la première
namisme dupartie de l’année, avec des effec-
bâtiment netifs en très légère hausse. Les ser-
se dément pas.vices aux entreprises et le
Les mises entransport bénéficient en revanche
chantier sepleinement de la reprise indus-
succèdent à untrielle.
rythme remar-
La demande d’emploi et le chô- quable, avec
plus de 5 000mage continuent de diminuer,
prolongeant la tendance entamée logements neufs
eau 4 trimestre 2005. Le taux de commencés au
premier semestre,chômage au sens du BIT s’établis-
sait fin juin de l’année à 8,4 % soit autant qu’au
(9,0 % pour la France entière). déjà exception-
nel premier se-
mestre 2005.
cent pour cent - BASSE-NORMANDIE n° 161partie due à un accroissement depuis
Commerce etun an des mises en chantier de locaux
agricoles. services aux
La confiance des professionnels du particuliers :
secteur est de nouveau au ren-
dez-vous. D’une part, les inquiétudes sans éclat
relatives à la reconduction du taux de
TVA à 5,5 % ont été dissipées au début
Dans un contexte dede l’année, d’autre part le flux de de-
hausse modérée dumandes de permis de construire se
pouvoir d’achat,maintient à des niveaux très élevés.
commerce et servi-Fin juin, les carnets de commande as-
ces aux particulierssuraient cinq mois d’activité en
affichent en revanchemoyenne, et près de six mois pour le
une croissance sansgros œuvre.
éclat.
Rebond dans les
Dans le commerce de détail, c’est la Dans l’industrie,
quasi stabilité qui prévaut en termesservices aux entreprises
de chiffres d’affaires. La quincaillerie et des hauts et des bas
le bricolage font exception, avec une
Si la construction continue sur sa clientèle de plus en plus nombreuse
lancée, c’est dans les services aux chaque année. De son côté, le com- L’activité industrielle régionale s’est
entreprises que la bonne forme re- merce à prédominance alimentaire af- renforcée au cours du premier se-
trouvée de l’économie bas-normande a fiche une croissance de son chiffre mestre, sans toutefois stopper l’éro-
produit les effets les plus notables dé- d’affaires (+ 2 %) à peine supérieure sion des effectifs. La reprise est donc
but 2006. au taux d’inflation. Les hypermarchés loin d’être générale et les difficultés de-
font un peu mieux avec une augmenta- meurent dans certaines branches.
tion qui dépasse 3 %, due en partie àLes agences d’intérim ont été les pre-
l’agrandissement de plusieurs maga-mières bénéficiaires du changement de
sins ce printemps.climat dans les affaires. Au deuxième Le secteur des biens d’équipement
trimestre 2006, la demande s’y est est parmi ceux qui s’en sortent bien.
Dans le commerce de gros, seulsaccrue de 3 % par rapport au D’une part, la partie militaire de la
quelques compartiments affichent destrimestre 2005 (500 personnes en plus construction navale a bénéficié d’un
croissances supérieures à l’inflation,eau 2 trimestre par rapport à la même flux soutenu de commandes avec une
comme le commerce de matériaux depériode 2005). Certains secteurs de demande étrangère dynamique.
construction, les centrales d’achat ali-l’industrie, comme l’automobile au D’autre part, la fabrication de biens
mentaire ou le commerce de céréalesdeuxième trimestre, mais surtout le d’équipement professionnels profite
et aliments pour le bétail. Le commercebâtiment ont en effet eu recours au pleinement de la bonne tenue de l’in-
automobile se maintient à un bon ni-renfort de la main d’œuvre intérimaire vestissement des entreprises, principal
eveau depuis le 4 trimestre 2005, enpour satisfaire leur clients. Le volume facteur de la forte croissance nationale
progression à un an d’écart, mais n’ac-de l’emploi temporaire dans le bâti- du deuxième trimestre. Du coup, les
croît pas ses effectifs.ment a atteint en effet un record au entreprises du secteur des équipe-
deuxième trimestre, avec 3 400 équi- ments mécaniques ont embauché et
Conséquence de cette évolution mo-valents temps plein, soit 10 % des ef- les effectifs ont progressé d’un peu
dérée, les effectifs salariés augmen-fectifs permanents du secteur. plus de 1 % entre juin 2005 et juin
tent de 0,5 % seulement. 2006.
L’ingénierie informatique a également
tiré son épingle du jeu : le secteur af- Le secteur des servi-
fiche une hausse significative de son
ces aux particuliers
chiffre d’affaires depuis fin 2005. Enfin,
n’affiche pas plus de
l’installation à Caen de centres d’appels dynamisme. La fré-
(comme Webhelp), soutenue active-
quentation hôtelière
ment par les collectivités territoriales,
du premier semestre
renforce le secteur des services aux est plutôt décevante
entreprises dans une région plutôt en
par rapport à 2005 et
retard en ce domaine.
l’ensemble de la fi-
lière du tourisme et
Le transport routier de marchandises des loisirs, en jouant
a, quant à lui, profité des sollicitations la prudence, n’a pas
fortes de l’agroalimentaire et de la embauché plus que
grande distribution. Il affiche une d’habitude, fin juin.
croissance continue sur le premier se- Les chiffres d’affaires
mestre, avec un chiffre d’affaires en des hôtels et des res-
hausse de 14 %. Pour accompagner taurants sont tout de
cette croissance, le secteur a embau- même en très légère
ché près de 200 nouveaux salariés en augmentation au pre-
un an. mier semestre 2005.
cent pour cent - BASSE-NORMANDIE n° 161L’agroalimentaire illustre bien les hé- nance de l’industrie automobile. Au fi-L’industrie automobile a, quant à elle,
nal, les effectifs salariés restent stablessitations de la croissance industrielle.partiellement rétabli la situation après
Sa branche prédominante, l’industrie dans le secteur. La situation est tout àle trou d’air de la fin 2005. Les équipe-
laitière, maintient tout juste son chiffre fait différente dans le bois, le pa-mentiers ont bénéficié d’un regain de
pier-carton, la plasturgie et la métal-d’affaire semestriel, tandis que le sec-commandes tant de la part des cons-
teur de la viande fait un peu mieux lurgie. Les fabricants d’emballages entructeurs français qu’à l’exportation.
(+ 2,3 % par rapport au deuxième se- papier-carton ont connu des difficultésRenault Trucks, qui fête cette année
au printemps en raison de baisses demestre 2005). Toutes les deux ont ré-ses 50 ans d’existence, a profité d’une
duit leurs effectifs permanents pour commandes en provenance de l’in-conjoncture favorable grâce à la norme
gagner encore de la productivité et se dustrie agroalimentaire. Le secteur du
européenne anti-pollution qui oblige
bois et la plasturgie sont pour leur partmaintenir sur des marchés qui sont enles entreprises à renouveler leurs parcs
faible expansion quand ils ne sont pas confrontés à une hausse des prix des
de camions. Mais ce regain d’activité,
saturés. En revanche, l’industrie du matières premières. Quant à la métal-
surtout sensible au deuxième tri-
lurgie, elle connaît une passe très diffi-poisson continue son développement,
mestre, n’a pas été assez vigoureux
sur un marché en croissance plus ra- cile, avec une accumulation de
pour encourager les entreprises à re-
pide que ceux du lait et de la viande. défaillances d’entreprises (fermeture
lancer l’embauche. Ainsi, fin juin 2006, de Mécanique Picot). Au total, le sec-Mais globalement, les effectifs salariés
les effectifs permanents du secteur au-
des IAA bas-normandes ont reculé de teur des biens intermédiaires a perdu
tomobile restaient en deçà du niveau 1%. plus de trois cents emplois au premier
de juin 2005 (- 2 %, soit 200 salariés semestre, soit un rythme annuel de
en moins). Circonstance aggravante baisse de 3 %.
pour l’emploi, ce regain est déjà con- Dans le secteur des biens intermé-
trarié par la menace d’une crise plus diaires, les situations sont encore plus
grave dans la filière. L’équipementier dissemblables. L’électronique se tient Enfin, dans le secteur des biens de
PSA à Cormelles-le-Royal, confronté à consommation, le premier semestrebien, les grandes entreprises comme
une chute de la demande, a annoncé a été favorable, dans la région commeAcome ou NXP (ex Philips semi-conduc-
déjà des suppressions de postes per- teurs) étant sortie de passes difficiles. au niveau national, notamment pour la
manents et la non reconduction des pharmacie. La baisse des effectifs per-Par ailleurs, le dynamisme de la de-
contrats des personnels intérimaires. manents a été limitée sur les six pre-mande européenne, particulièrement
Les annonces récentes de Bosch et de net au deuxième trimestre, a compen- miers mois de l’année et concentrée
Valéo vont dans le même sens. dans l’édition et l’imprimerie.sé la baisse des commandes en prove-
cent pour cent - BASSE-NORMANDIE n° 161Conjoncture régionale
au deuxième trimestre 2006
chômeurs, mais l’exportation bien orientée, enregistrait
profite d’abord aux toutefois en juillet un repli saisonnier
hommes (- 15 % contre moins prononcé qu’il y a un an et les
- 10 % pour les fem- chefs d’entreprises, jugeaient les car-
mes), en particulier nets de commandes plutôt étoffés,
aux jeunes hommes sauf dans les équipements automobi-
(- 20,8 % sur un an). les et l’agroalimentaire.
Signe de la reprise,
les Bas-Normands Rédaction achevée le 20 octobre 2006
étant sortis du chô-
mage pour avoir Dragos IOAN
trouvé un emploi ont
été 15 % plus nom-
ebreux au 2 tri-
mestre alors que les
offres d’emploi dura-
bles se sont accrues
de 8,9 % sur les six
premiers mois de ZOOM
l’année.
La conjoncture en France
Record de créationsEmploi en hausse et
Le Produit National Brut s’est accru
efortement au 2 trimestre, ded’entreprisesrecul du chômage
1,2 %, après + 0,4 % au premier.
La demande intérieure a progressé
L’emploi du champ concurrentiel s’ac- Les créations d’entreprises dans le fortement, tirée notamment par des
ecroît en région, au 2 trimestre comme commerce et les services, en particu- investissements en hausse de 1,7 %)
au premier, d’environ 0,2 % (données lier dans les services à la personne ont et des dépenses de consommation
corrigées des variations saisonnières), été très nombreuses au cours des deux soutenues (+ 0,8 %, après + 0,9 % au
erce qui donne une progression d’un peu premiers trimestres 2006. Le premier 1 trimestre).
plus de 0,7 % à un an d’écart, soit semestre se targue en effet d’un record
1 900 emplois. D’une part, les effectifs absolu sur treize ans d’observations : Cette croissance est le résultat de
ont fortement progressé dans la cons- 3 200 créations, soit + 10 % par rap- l’accélération de la production in-
truction (+ 0,4 % sur un an), et, à un port au premier semestre 2005 (+ 3 % dustrielle, notamment pour l’in-
degré moindre, dans les services aux pour la France entière). Le nombre de dustrie manufacturière (+ 2,2 % au
e erentreprises et le commerce. D’autre créations pures a atteint un record 2 trimestre, après 0,9 % au 1 ),
erpart, les suppressions d’emploi dans avec 1 000 créations au 1 trimestre, tandis que le boom de la construc-
l’industrie ont certes ralenti, mais ont mais les réactivations et les reprises tion a continué de profiter pour
touché tout de même 500 emplois per- ont elles aussi été plus nombreuses. l’emploi et les services marchands
manents depuis le début de l’année. ont enregistré un vif rebond
(+ 1,3 % après + 0,4 % au premier
La baisse du chômage s’est poursuivie trimestre).Le climat industriel
en Basse-Normandie, à un rythme en-
core plus soutenu qu’au niveau natio- En revanche, les exportations ontreste incertain
nal. Fin juin, le nombre de demandeurs ralenti , notamment pour les pro-
d’emploi de catégorie I avait diminué duits manufacturés (+ 1,6 %, après
de 12 % par rapport à juin 2005, soit Malgré le dynamisme de la demande à + 3,2 %), avec des situations dispa-
environ 6 000 chômeurs en moins. l’export et le renouvellement des affai- rates entre les secteurs. Comme les
Cette amélioration du marché du tra- res dans les biens d’équipement, les importations se sont accrues au
vail touche toutes les catégories de chefs d’entreprises anticipent un ralen- même rythme, malgré le recul des
tissement d’activité importations énergétiques à la
pour la deuxième sortie de l’hiver, la contribution du
moitié de l’année. commerce extérieur à la croissance
du PIB est redevenue négative au
e2 trimestre.Nombre d’inquiétu-
-des pèsent sur le cli
L’acquis de croissance sur les sixmat industriel pour le
premiers mois s’élève à 1,9 %, avecdeuxième semestre,
une prévision pour 2006 de 2,3 %-notamment concer
(+ 1,2 % en 2005).nant les principaux
donneurs d’ordre de
L’emploi salarié marchand s’est ac-l’industrie automo-
ecru de 0,3 % au 2 trimestrebile, qui annoncent
(+ 0,7 % sur un an), grâce au ter-des restructurations
tiaire et à la construction. Le chô-importantes.
mage s’établissait fin juin à 9,0 %
en passant sous la barre des 2,5
L’activité industrielle millions de demandeurs d’emploi.
en région, soutenue
par une demande à
cent pour cent - BASSE-NORMANDIE n° 161Conjoncture régionale
au deuxième trimestre 2006
Le tableau de bord du deuxième trimestre 2006
Basse-Normandie France
Évolution en % sur Évolution en % sur
Valeur Valeur
un an un trimestre un trimestre un an
- 1,1 point - 0,5 point TAUX DE CHÔMAGE BIT (CVS) au 30.06.06 - 0,5 point - 1,0 point8,4 % 9,0 %
Source : Insee
48 596 - 12,3 - 4,2 DEFM cat.1 (CVS) au 30.06.06 - 4,4 - 10,3 2 186 600
Source : DRTEFP
0,7 0,3 + 0,90,2 EMPLOI SALARIÉ (CVS) au 30.06.06
Secteur marchand hors agriculture
Sources : Insee - Urssaf
Industrie- 1,5 - 0,4 - 0,5 - 2,2
Construction+ 4,0 + 0,7 + 0,8 + 3,9
Commerce+ 0,5 + 0,1 + 0,2 + 0,7
Services+ 1,2 + 0,4 + 0,7 + 2,0
CHIFFRE D'AFFAIRES (CVS)
Sources : Insee - DGI
- 2,0 + 2,1 Industrie du lait - 0,7 + 1,0
+ 9,0 + 3,3 des viandes + 0,1 + 3,5
+ 4,7 - 1,9 Équipementiers de l'industrie automobile - 1,8 - 4,8
+ 2,0 + 2,2 Commerce en magasins de grandes surfaces - 0,7 + 1,8
ENCAISSEMENTS (CVS)
Sources : Insee - DGI
+ 14,7 + 3,6 Transports routiers de marchandises + 4,0 + 13,4
1 447 + 6,0 - 4,0 CRÉATIONS D'ENTREPRISES (CVS) - 4,0 - 2,0 79 411
Source : Insee
LOGEMENTS COMMENCÉS (CVS)
Sources : Insee - DRE
1 785 - 10,0 - 3,0 dont individuels + 0,9 + 3,5 59 463
647 - 42,0 - 19,0 dont collectifs + 3,5 + 15,0 45 612
LOCAUX PROFESSIONNELS COMMENCÉS
(CVS)
Sources : Insee - DRE
+ 1,5 + 6,5 9 251
380 + 14,7 + 3,5 Surface en m²
IMMATRICULATIONS NEUVES (CVS)
Source : SES
9 863 + 1,5 + 0,4 Véhicules légers - 0,9 - 3,1 582 787
2 972 + 6,0 + 1,6 utilitaires + 0,5 + 1,8 134 314
Définitions Évolution en % surQUELQUES REPÈRES NATIONAUX Moyenne
AU 30 JUIN 2006 trimestrielleun trimestre un an
BIT : Bureau international du travail.
PRODUCTION INDUSTRIELLE CVSDEFM (cat 1) : demandeurs d'emploi
Industrie hors énergie et IAAen fin de mois pour un emploi à durée
+ 1,3 + 2,2 102,8intéterminée. Nouvelle définition hors hors BTP
+ 0,6 + 1,7 103,0activités réduites.
COMMERCE EXTÉRIEUR CVS
Emploi salarié : pour la région, les Exportations FAB (millions d'euros) + 1,6 + 11,0 97 108
variations sont calculées d'après les + 3,2 + 11,5 106 852Importations CAF (millions d'euros)
effectifs des URSSAF. L'emploi
INDICE DE SALAIRE HORAIRE BRUT
national est estimé trimestriellement + 0,6 + 3,1 129,4OUVRIER
par l'Insee.
TAUX D'ÉPARGNE DES MÉNAGES
CVS : corrigé des variations
en % du revenu disponible brut (valeur 0,2 point - 0,3 point 14,8 %saisonnières
semestrielle)
FAB : franco à bord
CAF : coût assurance frêt.
cent pour cent - BASSE-NORMANDIE n° 161Le tableau de bord des zones d'emploi
CHÔMAGE
Départements
Évolution Taux de
et DEFM cat. 1
en % chômagezones d'emploi nouvelle def. brut
sur un an BIT (CVS)
43 707 - 12,3 8,4 %Basse-Normandie
Calvados 27 274 - 12,5 8,9 %DIRECTION
REGIONALE DE L'INSEE Manche 13 594 - 11,3 7,7 %
DE BASSE-NORMANDIE
7 839 - 13,5 8,0 %Orne
93, rue de Geôle 16 986 - 12,9 9,0 %Caen-Bayeux
14052 CAEN CEDEX 4
Tél. : 02.31.15.11.00 3 954 - 10,7 9,3 %Lisieux
Fax : 02.31.15.11.80
1 345 - 11,0 6,9 %Vire
www.insee.fr/basse-normandie
6 390 - 12,1 9,6 %Cherbourg
Directeur de la publication : 2 324 - 6,4 6,4 %Saint-Lô
Jean-Louis BORKOWSKI
2 540 - 10,4 6,4 %Avranches-Granville
Service études et diffusion :
Coutances 1 450 - 15,7 7,1 %Sophie DESTANDAU
Flers 2 941 - 10,4 7,8 %
Rédacteur en Chef :
Pascal CAPITAINE Alençon-Argentan 3 098 - 15,8 8,4 %
2 061 - 14,0 7,5 %L'Aigle-MortagneSecrétaire de Rédaction :
Nadine GAUTIER
Sources : Insee - DRTEFP au 30 juin 2006
Composition PAO :
Françoise LEROND
Impression :
Dauphin com.imprim' - 02.31.23.60.70
Crédit photos : MÉTHODE
Comité régional du tourisme ; Chambre régio-
nale d'agriculture ; Comité départemental du
tourisme de la Manche
Les évolutions des chiffres d'af-
faires et des encaissements sontAttaché de presse :
Philippe LEMARCHAND calculées à partir des déclara-
02.31.15.11.14 tions de TVA des entreprises mo-
norégionales implantées en
Prix : 2,30€ Basse-Normandie.
Abonnement un an (12 numéros)
France : 21€
Etranger : 24€.
ISSN 1267-2769 - Dépôt légal : octobre 2006 - Code SAGE : Cent 16170 © Insee 2006