Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Bilan socio-économique 2005 - Emploi : baisse moins marquée en 2005 dans les établissements de 10 salariés et plus du secteur privé non agricole.

De
4 pages
La perte de 3 400 postes en 2005 se situe dans la continuité de la diminution constatée en 2004. Seules l'industrie des équipements du foyer et l'automobile semblent échapper au repli dans l'industrie. Les créations dans le tertiaire marchand sont contrariées par une contraction de l'intérim et de l'activité des transports. Les secteurs de la construction et du tertiaire non marchand hors administration augmentent modérément leur effectif.
Voir plus Voir moins

Baisse moins marquée en 2005 dans les établissements
de 10 salariés et plus du secteur privé non agricole
La perte de 3 400 postes en 2005 se situe dans la continuité La dégradation de l’emploi constatée depuis
2001 dans les industries des biens intermé-de la diminution constatée en 2004. Seules l’industrie
diaires s’est poursuivie moins fortement :des équipements du foyer et l’automobile semblent échapper
-3,4% contre -5,4% en 2004, représentant un
au repli dans l’industrie. Les créations dans le tertiaire
volume de plus de 3 600 emplois. Ces baisses
marchand sont contrariées par une contraction de l’intérim
d’effectifs proviennent en grande partie du
et de l’activité des transports. Les secteurs de la construction textile (-1 500 salariés) qui divise toutefois par
et du tertiaire non marchand hors administration deux ses pertes par rapport à 2004, toujours
sous l’effet principalement de restructurationsaugmentent modérément leur effectif.
ou de la fermeture d’établissements. La
métallurgie, sidérurgie accuse d’importantes
pertes (-750 salariés), mais légèrement moin-Au 31 décembre 2005, 771 800 salariés étaient dénombrés dans la
région au sein des établissements de 10 salariés et plus du secteur dres que l’année précédente, ainsi que les
privé non agricole, lesquels enregistraient globalement une baisse industries de produits minéraux (-700 salariés).
pour la troisième année consécutive (-0,4%), moins marquée
Résultant de la faiblesse de la demande tantcependant qu’en 2004. Cette nouvelle décroissance de l’emploi
intérieure qu’extérieure durant l’année, l’emplois’est traduite par la perte d’un volume de près de 3 400 postes et
salarié dans les biens d’équipement accuse unecorrespond au repli annuel moyen que la région Nord-Pas-de-Calais
baisse de 3,2% légèrement moins forte qu’enaccuse depuis fin 2002.
2004. Cette perte globale d’effectifs d’environ
En terme d’évolution, ce repli de l’emploi a été quatre fois plus 1 200 personnes s’est répartie de manière
marqué dans le Pas-de-Calais (-0,9%) que dans le Nord (-0,2%). presque égale entre les industries des biens
d’équipements mécaniques (-340 salariés), la
Cependant, après avoir continûment décru durant le premier semestre construction navale, aéronautique et ferroviaire
(-0,6% en variation trimestrielle moyenne), l’emploi salarié privé (-330 salariés) et les industries électriques et
(corrigé des variations saisonnières) a ensuite progressé jusqu'en électroniques (-340 salariés), mais avec des
décembre, suivant une variation trimestrielle moyenne de +0,3%. évolutions respectives de -1,4%, -6,6% et -7,7%.
Cette croissance au deuxième semestre résulte essentiellement
La baisse de l’emploi dans les industries desde la progression de l’emploi dans le tertiaire hors commerces.
biens de consommation s’est atténuée compa-
Atténuation du repli de l’emploi salarié rativement à l’an dernier (-4,5% en 2005 contre
dans tous les secteurs de l’industrie
-6,7% en 2004). Cette perte représente un
volume proche de 950 emplois. Ce mauvaisL’emploi dans l’industrie manufacturière (non compris les intéri-
résultat provient pour plus des trois quarts demaires) subit une nouvelle et sensible régression, mais avec un
l’habillement, l’activité « édition, imprimerie,volume de pertes d’effectifs nettement moindre qu’en 2004 (-6 400
reproduction » perdant 280 emplois. Seulesalariés contre -10 200 l’an passé). Cependant cette évolution
l’industrie des équipements du foyerdiffère dans son mouvement selon les secteurs industriels.
échappe à ce recul général en enregistrant
Dans l’industrie agroalimentaire, le nombre de salariés a globalement une progression de 130 postes.
reculé de -2,3%, soit près de 700 salariés. Ce retrait deux fois plus
Contrairement aux années antérieures lefaible qu’en 2004 est principalement imputable à la disparition
secteur automobile n’a pas créé d’emplois. Ild’Altadis (-360 postes) et au recul des effectifs dans les industries
est demeuré au niveau de 2004.agroalimentaires diverses (-190 salariés). De même, le nombre de
postes dans les industries de la viande et des boissons se contracte
(-2,0% et -2,8% respectivement).
Bilan socio-économique 2005 12 Insee Nord-Pas-de-CalaisCroissance modérée de l’emploi Dans les transports où l’activité est fortement concurrentielle et
dans la construction très internationalisée, la situation de l’emploi s’est dégradée
(-1,3%) par rapport à l’an passé. Toutefois, ce recul de 560 postes
Dans la construction, la croissance de l’emploi
n’a principalement concerné que les secteurs transport de mar-
salarié (+550 postes, non compris les intérimai-
chandises (-1,0%), organisation du transport de fret, agences de
res occupés dans le secteur) s’est poursuivie
voyages (-7,6%) alors que le transport de voyageurs enregistrait
en 2005 suivant un rythme plus soutenu
une hausse (+1,9%).
qu'en 2004 (+0,9% contre +0,7% l’an passé).
Tous les secteurs des travaux publics et du Croissance modérée dans le tertiaire non-marchand privé
bâtiment ont affiché une progression proche
Comparée à l’an passé, l’évolution de l’emploi salarié dans le tertiairede 1%.
non marchand privé (+2,3%), soit +2 200 postes, a été stimulée
Effectifs étales dans le commerce par des créations d’emplois dans les secteurs de l’action sociale
(+1,2%) et surtout de l’activité hospitalière (+10,4%) représentant
En 2005, les effectifs salariés sont restés
respectivement un accroissement de volume de +630 postes et de
quasiment stables dans le commerce. Cette
+1 920 postes. En revanche l’éducation et le secteur administratif
évolution a concerné presque tous les types
public à caractère privé (Urssaf, Assedic, Cram, etc.) accusent
de commerces. Toutefois, le commerce de
respectivement un recul de l’emploi de -2,8% et -1,9%, soit une
gros inter industriel (-0,6%) et le
perte globale proche de 800 postes de travail.
de gros des biens de consommation (-2,8%)
Évolution de l'emploi salarié privé dans les établissementsaccusent une légère érosion de leurs effectifs.
de 10 salariés et plus par grand secteur d'activité
A l’opposé, le commerce de gros des produits
agricoles et le commerce et réparation auto-
mobile ont progressé suivant un volume
d’emploi compensant les pertes des autres
activités commerciales.
Légère progression des effectifs
salariés dans le tertiaire marchand
hors commerce
Sur l’ensemble de l’année 2005, l’emploi salarié
du tertiaire marchand, hors commerce a pro-
gressé moins fortement qu’en 2004 (+0,7%
contre +2,6%). Cette croissance a engendré
un volume de créations d’environ 2 500 postes,
près de quatre fois inférieur à celui de l’année
Source : Unedic - Statistiques trimestrielles
précédente. Une activité économique jugée
incertaine et l’opportunité des contrats nouvelle
embauche ont pu orienter les chefs d’entre- Évolution de l'emploi salarié dans les établissements
prise à moins utiliser les salariés intérimaires de 10 salariés et plus du secteur privé non agricole
qu’en 2004 dans l’industrie, la construction et
de multiples secteurs du tertiaire. Dans leur
globalité, les services aux entreprises ont bé-
néficié d’une croissance faible de l’emploi
(+0,3%) avec un gain proche de 400 salariés.
Ce solde positif résulte principalement des
deux secteurs services de conseils et assis-
tance auprès des entreprises, d’une part et
sécurité, nettoyage et services divers aux en-
treprises d’autre part, dont les nombres
d’emplois salariés se sont accrus respective-
ment de +1,8% et +3,9%, soit +900 et +1 500
postes supplémentaires. De même, le
nombre de salariés des secteurs de l’immobi-
lier et des services financiers progresse
Source : Unedic - Statistiques trimestrielles - Données CVSrespectivement de 0,6% et 3,7%.
Insee Nord-Pas-de-Calais 13 Bilan socio-économique 2005Évolution de l’emploi salarié privé dans les établissements de 10 salariés et plus par activité,
du 31 décembre 2004 au 31 décembre 2005 dans le Nord-Pas-de-Calais
Effectifs au 31 décembre Taux de
Activité économique (Nomenclature économique de couverture auTaux d’évolution
2004 2005 31/12/20042004-2005 en %synthèse niveaux 4 et 16 )
en milliers en milliers 1
en % ( )
Industrie (hors énergie) 220,0 213,6 -2,9 91,6
Industries agricoles et alimentaires 29,7 29,0 -2,3 80,1
20,9 19,9 -4,5 87,8Biens de consommation
- Habillement, cuir 3,6 2,9 -20,0 88,8
- Edition, imprimerie, reproduction 7,7 7,4 -3,7 84,6
- Pharmacie, parfumerie et entretien 3,6 3,6 -1,9 98,2
- Industries des équipements du foyer 5,9 6,1 +2,1 85,9
Industrie automobile 28,9 28,8 -0,1 99,2
36,3 35,1 -3,2 90,1Industries des biens d’équipement
- Construction navale, aéronautique et ferroviaire 5,0 4,7 -6,6 98,3
- Industries des équipements mécaniques 25,1 24,8 -1,4 90,1
- Industrie des électriques et électroniques 6,2 5,7 -7,7 84,6
104,3 100,7 -3,4 94,7Industries des biens intermédiaires
- des produits minéraux 17,6 16,9 -4,1 93,7
- Industrie textiles 16,6 15,1 -8,8 94,1
- Industries du bois et du papier 9,7 9,3 -4,6 92,9
- Chimie, caoutchouc et plastique 21,2 20,9 -1,2 97,2
- Métallurgie, transformation des métaux 34,5 33,7 -2,2 94,5
- Industries des composants électriques et électroniques 4,7 4,8 +1,1 95,8
Énergie 3,6 3,6 -0,1 97,4
Construction 56,6 57,1 +0,9 73,2
495,0 497,5 +0,5 76,4Tertiaire
- Commerce 127,8 127,9 +0,1 68,1
- Transports 42,9 42,3 -1,3 87,2
- Activités financières et immobilières 28,9 29,3 +1,3 68,3
- Services aux entreprises 145,0 145,4 +0,3 84,9
- Autres secteurs tertiaires (administration, éducation,
150,4 152,6 +1,5 76,0
santé et action sociale, services aux particuliers, etc.)
Ensemble 775,2 771,8 -0,4 80,0
(1) Le taux de couverture est égal, dans un secteur donné, à l’effectif des établissements de 10 salariés et plus rapporté à l’effectif des établissements ayant au moins
un salarié au 31 décembre 2004.
Source : Insee, Assedic des Pays du Nord et du Pas-de-Calais - Établissements de 10 salariés et plus - Données 2004 définitives, 2005 provisoires.
Raymond Bénard
Insee - Service statistique
Bilan socio-économique 2005 14 Insee Nord-Pas-de-CalaisMéthodologie
Les statistiques d’emploi salarié proposées dans ce chapitre sont tirées des relevés trimestriels de l’Unedic.
Elles concernent les effectifs des établissements employant au moins 10 salariés, qui représentent près des
quatre cinquièmes de la totalité des salariés de l’ensemble des établissements affiliés à l’Unedic. Ces données
partielles peuvent être sujettes à des effets de passage du seuil des 10 salariés en cours d’année civile.
En effet, un établissement dont l’effectif en début d’année N est inférieur à 10 est assujetti à la simplification de
recouvrement (une unique déclaration en fin d’année N), pour la totalité de l’année N, même si au cours de cette
période son effectif devient supérieur à 10 salariés. Ce dernier n’interviendra donc pas dans les statistiques
trimestrielles sur l’emploi.
À l’inverse, si au début de l’année N un établissement appartient à l’ensemble des établissements dont l’effectif
est supérieur à 10, il ne sera pas soumis à cette mesure de simplification administrative pendant toute la période
où son effectif sera supérieur à 10 salariés et établira une déclaration pour chacun de ces trimestres. On
constate que des établissements appartenant au second ensemble peuvent disparaître des statistiques
trimestrielles sur l’emploi au cours de l’année civile.
Un premier bilan provisoire qui ne tardera pas à s’affiner
Les relevés trimestriels de l’Unedic ne constituent pas la seule source sur l’évolution de l’emploi mais ils donnent
le plus précocement une image fiable et détaillée en 36 postes d’activité sur un champ couvrant près des quatre
cinquièmes de l’emploi privé. Quelques semaines après la parution des statistiques de l’Unedic, l’Insee dispose
des données détaillées issues du traitement qu’il effectue sur les bordereaux de recouvrement des cotisations à
l’Urssaf, sur un champ plus large notamment parce qu’il couvre l’ensemble du secteur privé. Au moment de la
rédaction du bilan socio-économique, les premières estimations de l’évolution de l’emploi, d’après cette
deuxième source, donnaient un bilan un peu plus favorable. Les deux sources rendent compte d’une
amélioration de l’évolution de l’emploi en fin d’année.
Pour en savoir plus :
Évolution de l’emploi salarié dans le secteur privé en 2005 - Insee Nord-Pas-de-Calais - Pages de Profils,
à paraître en juillet 2006.
@ www.insee.fr/fr/insee_regions/nord-pas-de-calais/rfc/conjoncture.htm
Insee Nord-Pas-de-Calais 15 Bilan socio-économique 2005