La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Cloud Computing :

1 page

Cloud Computing :

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 132
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Marché U.S.A.
Cloud Computing : LeS EtàtS-UniS, un pàSSàge obligé !
La staRt-up gRenobloIse UshaReSoFt ouvRe une FIlIale à San fRanCIsCo. ObjeCtIF : aCCompagneR les développeuRs et les édIteuRs de logICIels veRs le Cloud ComputIng, un maRChé estImé à 95 Mds USD en 2014, et essentIellement ConCentRé outRe-AtlantIque.
“N otre stratégie est claire : s’appuyer sur le cloud computing pour accélérer notre développe-ment en Europe et aux USA » affirmeThomas Debru,pdg d’Us-hareSoft, start-up créée en 2008. L’entreprise se positionne vis-à-vis de sa clientèle comme un accompagnateur vers ce “nuage informatique”. Elle a développé une plateforme de création et de maintenance de serveurs virtuels qui peuvent être répartis dans le monde entier et reliés par internet.« Notre métier : créer des images complexes et spécifiques pour le compte de développeurs, petits ou grands et d’éditeurs de logi-ciels. Nous aidons les éditeurs à construire des images de haute qualité, qu’ils revendront par la suite ».
Un marché bientôt mature
« L’avenirest au cloud et à la vir-tualisation » poursuit Th. Debru, « Lemarché sera mature en 2013. IBM, Hewlett Packard, Microsoft ou des opérateurs comme Telco se sont lancés à fond sur ce mar-ché émergent depuis 2009. Les dépenses mondiales informa-tiques sur les services du cloud devraient atteindre 42 milliards de $ en 2012, le marché du cloud computing est estimé en 2014, à 95 milliards de $»Mais quel est l’intérêt de ce concept encore nouveau pour les non initiés ? En résumé, le cloud permet d’utiliser des ressources matérielles dis-tantes (serveurs, ordinateurs... )
pour créer des services acces-sibles en ligne. Il permet ainsi de dégager des économies(cf encadré). L’analyse de Th. Debru : « C’estun moyen de réduire les coûts des entreprises de l’ordre de 30% et plus par une meilleure maîtrise des machines, un parc moins important d’ordinateurs, une réduction de l’espace dans l’entreprise, une consommation moindre d’électricité. Le cloud computing est utilisable à la demande, donc flexible d’utili-sation »explique T. Debru qui évoque un« futur modèle éco-nomique ». Le think thank améri-cain Brookings évalue même des gains en frais de gestion et d’ne-tretiend des parcs informatiques pouvant aller jusqu’à 50% !
Une présence essentielle en Californie
Après avoir investi dans un centre de R&D argentin, UshareSoft vise le marché américain qui concen-tre l’essentiel des acteurs du mar-ché. La société a signé quatre partenariats commerciauxavec des acteurs du cloud computing américain. Sa nouvelle filiale à San Franciscova lui permettre d’exister davantage aux yeux des acteurs locaux du secteur.« Si nous voulons être reconnu inter-nationalement comme un acteur majeur et innovant, il nous faut une présence en Californie. Les Etats-Unis sont un passage obligé, une vitrine »résume Th. Debru. Pierre-Louis Berger
40■ ■ CLASSEEXPORTn°190 Juin 2010
Qu’est ce que le cloud computing?
Selon Syntec Informatique* qui a publié un livre blanc au mois de mai «Celui-ci consiste en une interconnexion et une coopération de ressour-ces informatiques, situées au sein d’une même entité ou dans diverses structures internes, externes ou mixtes. Et dont les modes d’accès sont basés sur les protocoles et standards Internet. Les solutions Cloud repo-sent sur des technologies de virtualisation et d’automatisation. Trois caractéristiques clés du Cloud le différencient des solutions tradition-nelles: Services avec mise à jour en continu et automatique, en lieu et place de produits technologiques. Self-service et paiement à l’usage (en fonction de ce que l’on consomme). Mutualisation et allocation dynami-que de capacité (adaptation élastique aux pics de charge)». * Chambre professionnelle, Conseil et Services informatiques, Edition de Logiciels, Conseil en Technologies
Selon NOVACTIF* qui donne une définition plus accessible
Une clé de compréhension : le navigateur internet Pour comprendre ce qu’est le “cloud computing”, il suffit de visualiser le principe du navigateur Internet : un petit programme (client léger) com-munique, grâce à sa connexion web, avec un serveur distant pour accé-der à une info. Qui possède et distribue la ressource ? C’est le serveur. L’utilisateur n’a, en effet, pas besoin de stocker cette information pour y accéder (tant qu’il reste connecté à ce serveur, bien évidemment). Et bien le cloud computing, c’est l’application de ce principe (client léger-web-serveur distant) à toute l’informatique. On va pouvoir, grâce à une connexion internet ultra-rapide, externaliser un certain nombre de ressources informatiques. * Blog du marketing on-line, www.novactif.com
Le mensuel pratique du commerce international