Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Emploi en 2002 : les enseignements d'un bilan

De
4 pages
L'emploi continue à progresser moins rapidement que l'année précédente (9 800 emplois au lieu de 12 600 en 2001 ).Le secteur tertiaire a créé autant d'emplois qu 'en 2001 ;dans le même temps,l'industrie perdait davantage d'emplois (6100 contre 1 900 ).En 2002,le Pas-de-Calais s'est inscrit dans une dynamique plus favorable que le Nord.
Voir plus Voir moins

2,2 N°12 - FÉVRIER 2004
Emploi en 2002 :
les enseignements d’un bilan
D’après les estimations quasi définitives, la région Nord-Pas-de-Calais
compte 1 444 100 emplois salariés ou non salariés dans les secteurs
public et privé à la fin de l’année 2002. L’emploi total aurait ainsi aug-
menté d’environ 9 800 postes de travail entre le 31 décembre 2001L’emploi continue à progresser et le 31 décembre 2002.
UN RALENTISSEMENT UN PEU PLUS PRONONCÉ QU’EN 2001moins rapidement que l’année
Ce résultat confirme le ralentissement de la croissance de l’em-
ploi observé en 2001, après une période de progression trèsprécédente ( 9 800 emplois au
importante qui a duré trois ans. En effet, entre le 31 décembre
1997 et le 31 décembre 2000, le Nord-Pas-de-Calais a bénéficié d’une
période de croissance économique créatrice d’emploi ; celle-ci s’estlieu de 12 600 en 2001 ). Le
soldée par un gain d’un peu plus de 112 000 emplois (+2,8% de
croissance annuelle moyenne), soit presque quatre fois plus que de
1990 à 1997. Ce mouvement a fléchi en 2001, qui a été marquée par unsecteur tertiaire a créé autant
net ralentissement de l’activité économique à partir de l’été, dégageant
néanmoins un solde positif de 12 600 emplois en fin d’année (+0,9% de
croissance annuelle). En créant environ 3 000 emplois de moins qued’emplois qu’en 2001 ; dans le
l’année précédente, 2002 s’inscrit dans une phase de croissance
modérée de l’emploi régional (+0,7% de croissance annuelle).
même temps, l’industrie perdait
ÉVOLUTION DE L'EMPLOI TOTAL DANS LE NORD-PAS-DE-CALAIS
ENTRE LE 31 DÉCEMBRE 1989 ET LE 31 DÉCEMBRE 2002
davantage d’emplois(6100
1 500 000
1 450 000contre 1 900 ). En 2002, le
(p)
1 400 000
Pas-de-Calais s’est inscrit dans
1 350 000
une dynamique plus favorable
1 300 000
1 250 000que le Nord.
1 200 000
1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
Élisabeth Vilain
(P) provisoireSER VICE ST A T ISTIQUE
Source : Insee - Estimations d'emploi au 31 décembre de chaque année
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00N°12
NPORD- AS-DE-CALAIS
Les industries des biens d'équipement ont perduLE SECTEUR TERTIAIRE EST RESTÉ STABILITÉ DE L'EMPLOI NON SALARIÉ
en 2002 environ 1 500 emplois (-3,5%), tousNETTEMENT CRÉATEUR D'EMPLOI
ou presque situés dans les industries des équi-
L'emploi non salarié serait resté globalement pements mécaniques (chaudronnerie et fabri-
En 2001, le ralentissement de l'activité stable en 2002, les créations enregistrées cation de structures métalliques) où le nombre
économique s'était traduit par une sensible dans la construction et le tertiaire de salariés diminue de 4,8%.
contraction du nombre des intérimaires, dont (respectivement +2,4% et +0,4%) compensant La baisse des effectifs des industries des
la croissance avait été un des moteurs de la biens intermédiaires se poursuit (-1,1% enle recul observé dans l'agriculture et l'industrie
progression de l'emploi dans la période 2002), même si elle semble se ralentir depuis -1,9% et -0,5%). Ce résultat
1998 avec en particulier une exceptionnelleprécédente. En 2002, il semble que davantage qui demande à être consolidé ne remet pas en
année 2000. L'industrie textile et les industriesde secteurs aient été touchés par les cause l'orientation à la baisse des effectifs des des composants électriques et électroniques,difficultés, entraînant la région à connaître de
indépendants, laquelle n'a connu depuis 1990 qui perdent toutes deux un peu moins de 700nouvelles pertes d'emploi importantes dans
qu'une exception lors de l'année 1999. Les emplois, se partagent l'essentiel des suppres-
l'industrie, une stagnation des effectifs dans la
sions.non-salariés, qui représentaient 10,4% deconstruction après un développement
l'emploi total régional en 1990, n'ensignificatif et un maintien au même niveau des L'automobile, dopée par l'installation dans lareprésentent plus que 6,5% en 2002.gains d'emploi dans le tertiaire. dernière décennie de grandes unités et la
montée en charge liée à la fabrication de
De fait, l'industrie aurait perdu un peu plus de PEU DE SECTEURS INDUSTRIELS
modèles connaissant un vif succès
6 100 postes de travail entre le 31 décembre ÉPARGNÉS PAR LES SUPPRESSIONS commercial, entre désormais dans une phase
2001 et le 31 décembre 2002, soit 2,2% de ses
qui devrait être moins créatrice d'emplois. En
effectifs. Ce résultat, trois fois plus défavorable Compte tenu de la stabilité de l'emploi non exceptant l'emploi intérimaire, les effectifs de
que celui observé en 2001, est tout à fait salarié, l'emploi salarié a connu une variation l'ensemble du secteur sont ainsi restés stables
comparable à ce que la région avait connu de ses effectifs correspondant à celle de en 2002, malgré un solde négatif dans le
dans les années quatre-vingt-dix, avant la
l'emploi total, soit 9 800 emplois. En variation Pas-de-Calais.
période 1998-2000.
relative, cette progression représente 0,7%
des effectifs au 31 décembre 2001, en retrait UNE CROISSANCE RALENTIE POUR LAL'année 2002 marquerait un coup d'arrêt à la
par rapport à l'année précédente qui avait PLUPARTDESACTIVITÉSDU TERTIAIREcroissance des effectifs qu'a connu le secteur
enregistré +1,1% de croissance.de la construction pendant quatre années, en
(1)ne créant qu'une poignée d'emplois non Dans le tertiaire, les secteurs marchands ,
Les pertes industrielles les plus sévères ont eu
salariés. qui représentent 56% de l'emploi ont créélieu dans les industries des biens de consom-
environ 10 000 emplois et ainsi augmentémation : 2 500 emplois comptabilisés en moins
Le tertiaire, créateur de 15 700 emplois, leurs effectifs de 1,8%. En tête des secteursen un an, soit 7,9% des effectifs. Toutes les
volume similaire à celui observé en 2001, reste activités sont concernées, les équipements du créateurs, viennent les services aux entrepri-
le moteur de la progression de l'emploi. Son foyer (-9,5%) et notamment la fabrication ses (+3,1%, soit un peu plus de 5 200 emplois)
évolution en 2002 s’explique par la croissance d'électroménager, l'habillement, cuir (-14,2%) dont la progression est uniquement imputable
modérée de ses composantes les plus et l'édition, imprimerie, reproduction (-5,8%)
à l'accroissement du nombre de salariés des
importantes : commerce, éducation, santé et comme en 2001. Le secteur de l'habillement
services opérationnels. Parmi ceux-ci, lesconfirme son déclin, illustré par la perte de plusaction sociale, conseils et assistance et
salariés des agences d'intérim ont crû de 11%de la moitié de son effectif sur les cinq dernièrestransports tandis que le secteur des services
(2)années. Pour l'édition, après une très longue (+4 400 personnes).opérationnels où figure l'intérim aurait retrouvé
période de stabilité de l'effectif salarié, les diffi-un peu de vigueur.
cultés apparaissent depuis deux ans, condui- Les autres secteurs marchands ont connu un
sant à une contraction de l'emploi du secteur léger ralentissement de la progression de leur
d'un peu moins de 10% sur la période. nombre d'emplois par rapport à l'année
ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIÉS DANS LES SECTEURS INDUSTRIELS ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIÉS EN NORD-PAS-DE-CALAIS
(Y COMPRIS INDUSTRIES AGROALIMENTAIRES ET CONSTRUCTION) DANS LES SECTEURS TERTIAIRES
Indice 100 au 31/12/1989 Indice 100 au 31/12/1989
130 180
120
160
110
140
100
120
90
100
80
80
70
60 60
1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
Industries agricoles et alimentaires Biens de consommation Biens d'équipement
Commerces Autres servicesBiens intermédiaires Industrie automobile Construction Services essentiellement marchands hors commerce
Source : Insee - Estimations d'emploi au 31 décembre de chaque année Source : Insee - Estimations d'emploi au 31 décembre de chaque annéeN°12
NPORD- AS-DE-CALAIS
précédente. Le commerce de détail (+1,6% en LE PAS-DE-CALAIS DANS UNE PREMIÈRES TENDANCES 2003 :
2002 contre +2,0% en 2001) reste à l'origine DYNAMIQUE PLUS FAVORABLE LÉGER RECUL PROBABLE
de quatre cinquièmes des créations dans le QUE LE NORD
commerce. Les activités financières L'année 2003 n'a pas encore livré toutes les
(banques, organismes de crédit et statistiques nécessaires à l'établissement d'unD'après les estimations provisoires, le
assurances) poursuivent la croissance bilan d'ensemble de l'année. Pour la premièrePas-de-Calais a enregistré une croissance de
modérée mais continue observée depuis 1998 fois depuis fin 1993, dans la région comme aul'emploi supérieure à celle du Nord, et ce
et créent encore un peu moins de 800 emplois plan national, les créations dans le tertiaire necomme en 2001 (+1,1% contre +0,5%). Ceen 2002 (+2,2% contre +2,9% en 2001). compenseraient pas les suppressionsdépartement doit son dynamisme au tertiaireMalgré un contexte économique peu favorable d'emploi dans les autres secteurs.dont les effectifs progressent de 2,3% quandaux déplacements, le secteur de l'hôtellerie, Selon les premières données sur l'emploiils ne gagnent que 1,3% dans le départementrestauration, en expansion durable illustrée salarié privé non agricole mises à disposition
voisin.par la croissance sans fléchissement majeur par les Assedic des Pays du Nord et du
des effectifs employés depuis le début des Pas-de-Calais, le nombre d'emplois aurait
Toutes les zones du Pas-de-Calaisannées 1990, bénéficie encore en 2002 de la reculé sur un an de 0,2% au 30 septembre
connaissent de fait un solde positif. Les troisbonne tenue de la fréquentation des clientèles 2003. Le développement des effectifs du
zones de Lens-Hénin, de Saint-Omer et deétrangères ou d'affaires. L'emploi y progresse tertiaire aurait encore été freiné et ne
Berck-Montreuil se distinguent particulièrementde 2,4% contre +3,2% en 2001. dépasserait pas 1% tandis que l'industrie
par un taux de progression des effectifs perdrait en un an l'équivalent des créations de
Le reste du tertiaire, où l'emploi est supérieur à la moyenne départementale l'exceptionnelle année 2000. Des secteurs
essentiellement public, connaît une (respectivement +1,9%, +1,5% et +2,1%) souvent déjà éprouvés les deux années
progression plus modérée (+1,3%) pour grâce à la vitalité remarquable de leur tertiaire. précédentes continuent de supprimer un
gagner un peu moins de 6 000 emplois. Cette nombre important d'emplois en 2003 : les
croissance doit assez peu au dispositif d'aides biens intermédiaires, textile et métallurgie en
à l'emploi qui enregistre un petit millier de C'est encore le dynamisme du tertiaire qui tête après la fermeture du site Metaleurop, les
bénéficiaires de plus qu'en 2001. Ce gain permet aux trois zones de Valenciennes, du biens d'équipement et plus précisément
concerne uniquement les contrats emplois Douaisis et du Cambrésis d'être les plus comme en 2002 dans les industries des
consolidés car les autres dispositifs créatrices dans le Nord (respectivement équipements mécaniques. L'automobile aurait
maintiennent leur niveau de 2001. +3,1%, +2,3% et +1,5%), grâce aux services encore stabilisé ses effectifs en ajustant ses
besoins de main-d'œuvre grâce à son volantopérationnels dans les deux premiers cas et
L'administration publique et la santé, action
d'intérimaires. La construction devrait tirer sonaux services essentiellement non marchands
sociale se partagent 90% des emplois créés épingle du jeu et renouer avec les créationsdans le troisième. Cependant, dans cetandis que le nombre des salariés de
d'emploi après la pause de 2002.département, trois zones perdent des emplois :l'éducation reste quasiment stable dans un Les répercussions sur le marché du travail ontLille (-0,6%) dont le résultat grève fortement lecontexte régional de baisse globale des
été sensibles dès le deuxième trimestre 2003 :bilan départemental, la Flandre-Lys (-0,4%) eteffectifs scolarisés. Dans la santé et l'action le niveau des inscriptions à l'ANPE à la suitela Sambre-Avesnois (-0,4%), marquées cettesociale, ce sont les établissements privés, qui
d'un licenciement économique a dès lorsfois par la moindre vigueur du tertiaire localemploient plus de la moitié des salariés du nettement dépassé celui observé l'année
dans un contexte de réduction importante dessecteur qui ont été seuls à l'origine de la
précédente et les offres enregistrées se sont
effectifs industriels.progression des effectifs. orientées à la baisse.
(1) Sont regroupés là les commerces, les transports, les activités financières, les activités immobilières, les services aux entreprises et les services aux particuliers.
(2) Travail temporaire : des variations d’effectifs difficiles à interpréter. Dans ce secteur, l’observation de l’évolution des effectifs n’est pas le seul indicateur d’activité. En effet, les statistiques élaborées par la
Dares et l’Unedic indiquent que le volume de travail confié tout au long de l’année aux intérimaires, après avoir connu un bond de 16% en 2000 a peu varié ensuite en 2001 et 2002. En revanche, elles corroborent
le fait que le mois de décembre 2001 avait été particulièrement peu consommateur de main-d’œuvre intérimaire (10% de moins que décembre 2000 et 15% de moins que décembre 2002).
ÉVOLUTION DE L'EMPLOI TOTAL PAR ZONE D'EMPLOI (DÉCEMBRE 2002 - DÉCEMBRE 2001)
Pour comprendre ces résultats
Comment sont calculées les estimations d’emploi ?
en %
Dunkerque
+1,9 ou plus Le recensement de population de 1999 sert de base de
Calaisis
de +1,1 à moins de +1,9 référence aux estimations d’emploi. Il permet en effet de
de 0 à moins de +1.1 comptabiliser l’emploi au lieu de travail pour une zone
Flandre-Lys
moins de 0 géographique et un secteur d’activité économique donnés.Roubaix-Tourcoing
Boulonnais
Les résultats sont ensuite actualisés au 31 décembre deSaint-Omer
chaque année à partir d’indices d’évolution déterminés
Lille d’après différentes sources :
Béthune-Bruay
Berck-Montreuil les données de l’Unedic (Union nationale pour l’emploi dans
Lens-Hénin
Valenciennois
l’industrie et le commerce) pour la majorité des salariés ;
Douaisis
Artois-Ternois des données complémentaires pour les non-salariés et les
salariés des secteurs non couverts par l’Unedic (par
exemple de la Mutualité sociale agricole, des fichiers deSambre-Avesnois
Cambresis
paie des agents de l’État, l’enquête annuelle sur les30 Km
collectivités territoriales).
© IGN - Insee 2004
Source : Insee - Estimations d'emploi au 31 décembre
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00N°12
NPORD- AS-DE-CALAIS
ÉVOLUTION DE L'EMPLOI SALARIÉ (SECTEUR PUBLIC ET SECTEUR PRIVÉ CONFONDUS) DANS LE NORD-PAS-DE-CALAIS
ENTRE LE 31 DÉCEMBRE 2001 ET LE 31 DÉCEMBRE 2002
Département Département
Région Nord-Pas-de-CalaisActivité économique du Nord du Pas-de-Calais
(Nomenclature de synthèse
Emploi salarié Emploi salarié Emploi salarié Évolutionniveaux 4, 16, 36)
2002/2001 en %2001 2002 (p) 2001 2002 (p) 2001 2002 (p)
TOTAL 890,6 895,0 450,3 455,4 1 340,8 1 350,5 +0,7
Agriculture 7,0 7,1 7,3 7,4 14,3 14,4 +1,0
Industrie 178,3 174,4 98,2 95,9 276,5 270,3 -2,2
Construction 45,9 45,9 29,4 29,4 75,3 75,3 +0,0
Tertiaire 659,4 667,7 315,4 322,7 974,7 990,4 +1,6
Agriculture, sylviculture, pêche 7,0 7,1 7,3 7,4 14,3 14,4 +1,0
Industrie agricoles et alimentaires 21,3 20,9 17,0 17,0 38,3 37,9 -1,2
Habillement, cuir 3,4 3,1 2,9 2,3 6,3 5,4 -14,2
Édition, imprimerie, reproduction 9,0 8,3 2,4 2,4 11,4 10,7 -5,8
Pharmacie, parfumerie et entretien 4,3 4,3 0,5 0,4 4,8 4,7 -1,5
Industries des équipements du foyer 6,6 5,9 2,1 2,0 8,7 7,9 -9,5
Industries des biens de consommation 23,3 21,5 7,9 7,2 31,2 28,7 -7,9
Industrie automobile 18,9 19,1 9,7 9,5 28,6 28,6 -0,2
Construction navale, aéronautique et ferroviaire 4,5 4,8 0,5 0,4 5,0 5,2 +4,7
Industries des équipements mécaniques 21,8 20,7 8,3 8,0 30,1 28,7 -4,8
Industries des équipements électriques et électroniques 5,1 4,7 2,5 2,6 7,6 7,3 -3,9
Industries des biens d’équipement 31,4 30,1 11,3 11,1 42,7 41,2 -3,5
Industries des produits minéraux 6,5 6,3 13,0 12,8 19,5 19,1 -1,9
Industrie textile 18,2 17,8 4,3 4,0 22,5 21,8 -3,1
Industrie du bois et du papier 6,6 6,1 5,2 5,3 11,8 11,4 -3,3
Chimie, caoutchouc, plastiques 11,7 12,1 10,7 10,9 22,5 22,9 +2,0
Métallurgie et transformation des métaux 27,3 27,9 9,8 9,5 37,0 37,4 +0,9
Industries des composants électriques et électroniques 2,8 2,5 5,5 5,1 8,3 7,6 -8,3
industries des biens intermédiaires 73,1 72,6 48,6 47,6 121,6 120,3 -1,1
Production de combustibles et de carburants 0,8 0,8 0,5 0,4 1,3 1,3 -2,6
Eau, gaz, électricité 9,5 9,3 3,2 3,2 12,8 12,5 -2,4
Énergie 10,3 10,1 3,7 3,6 14,1 13,7 -2,4
Construction 45,9 45,9 29,4 29,4 75,3 75,3 +0,0
Commerce et réparation automobile 14,9 14,9 8,5 8,6 23,3 23,5 +0,9 de gros, intermédiaires 34,7 34,7 15,5 15,7 50,2 50,4 +0,4
Commerce de détail, réparations 74,0 75,2 35,8 36,3 109,8 111,6 +1,6
Commerce 123,6 124,8 59,8 60,6 183,3 185,4 +1,2
Transports 40,7 40,5 19,5 19,8 60,1 60,2 +0,2
Activités financières 26,7 27,6 8,9 8,8 35,6 36,4 +2,2 immobilières 8,6 8,7 4,4 4,5 13,0 13,2 +1,3
Postes et télécommunications 18,7 18,7 8,6 8,6 27,3 27,3 -0,2
Conseils et assistance 46,2 46,0 12,4 12,6 58,6 58,6 +0,0
Services opérationnels 55,1 58,0 27,6 30,2 82,8 88,2 +6,6
Recherche et développement 2,6 2,5 0,2 0,2 2,8 2,7 -5,2
Services aux entreprises 122,6 125,2 48,8 51,5 171,5 176,7 +3,1
Hôtels et restaurants 21,4 21,8 11,1 11,5 32,5 33,3 +2,4
Activités récréatives, culturelles et sportives 9,5 9,5 4,2 4,2 13,7 13,7 -0,0
Services personnels et domestiques 20,6 21,1 10,6 10,9 31,2 32,0 +2,5
Services aux particuliers 51,5 52,4 26,0 26,6 77,5 79,0 +2,0
Éducation 84,2 84,4 44,4 44,6 128,6 129,0 +0,3
Santé, action sociale 97,7 99,5 46,9 47,2 144,6 146,7 +1,5
Éducation, santé et action sociale 181,9 183,9 91,3 91,8 273,2 275,7 +0,9
Administration publique 92,2 92,8 52,3 54,6 144,5 147,4 +2,0
Activités associatives et extra-territoriales 11,4 11,7 4,5 4,5 15,9 16,2 +1,9
Administration 103,7 104,5 56,7 59,1 160,4 163,6 +2,0
(P) Données provisoires
Source : Insee - Estimations d'emploi au 31 décembre de chaque année
Directeur de la publication : Jean-Jacques MALPOT - Service Administation des Ressources : Marie-Françoise DUBOIS
Service Études Diffusion : Anne FLIPO - Service statistique : Karim MOUSSALLAM - Rédacteur en chef :
Jean-Luc VAN GHELUWE - Secrétaire de rédaction : Francine LEDUC - Secrétaire de fabrication : Christian DE RUYCK
Vente : Bureau de vente - 130, avenue J.F. Kennedy - BP 769 - 59034 LILLE CEDEX -Tél : 03 20 62 86 66 - CPPAD en cours
ISSN 1269-0260- Dépôt légal février 2004 - © Insee 2004 - Code Sage PRO031220 - LA MONSOISE tél : 03 20 61 98 44
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin