//img.uscri.be/pth/6ff07b164fb4c7e57497d5dc374ce9717db8db81
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La creation d entreprise - Projets et realisations - 7e seminaire ...

De
10 pages

La creation d entreprise - Projets et realisations - 7e seminaire ...

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 124
Signaler un abus
Nombre de créateurs d’entreprise sont dans l’obligation de déposer leur bilan, quelques mois seulement après le démarrage de leur activité. Au cours de l’audience du Tribunal de commerce traitant les procédures collectives , l’analyse des causes de cet échec montre généralement que le lancement de l’affaire a été effectué sans conseil de professionnels et qu’ensuite il n’y a eu pratiquement aucun suivi. Dans la mesure où les actifs sont soit inexistants, soit gagés au profit de tiers, le passif ne peut être couvert, et la liquidation judiciaire est immédiate. Pourtant, dans la plupart des cas, ce gâchis humain et financier aurait pu être évité. En effet, les dossiers accompagnés et validés ont statistiquement moins d’échec que les dossiers isolés.
Le soutien est donc indispensable, quel que soit le profil de l’entreprise créée. En revanche, les modalités du soutien doivent être adaptées selon les publics concernés. Une création dans le domaine des nouvelles économies n’aura pas la même grille de lecture que pour les entreprises traditionnelles. De même, pour l’économie solidaire par rapport à l’économie classique.
Le soutien comporte trois phases chronologiques :
§
§
L’accueil, qui consiste à analyser les motivations réelles du créateur afin de l’orienter, ou non, vers les bons interlocuteurs pour la mise en œuvre du projet.
L’accompagnement, qui est le montage du dossier sous toutes ses formes : plan d’affaires, étude de marché, cadre juridique, implantation, etc. Cette
Créer, pourquoi ?
§
Soutenir la création, pourquoi ?
étape s’ac hève par la décision de créer l’entreprise par le porteur de projet après avoir reçu l’aval de comités d’agrément.
Le suivi, basé sur le volontariat, qui permet pendant les deux premières années d’assister le créateur dans un cadre institutionnel ou par un parrainage d’un chef d’entreprise.
L’environnement le mieux adapté pour soutenir un candidat est le Pays, au sens de la loi d’aménagement du territoire. Le Pays apparaît comme le lieu cohérent pour réunir les acteurs concernés par la création d’emplois et le développement des richesses locales. En Bretagne, chacun des 21 Pays dispose d’une PlateForme d’Initiative Locale (PFIL). Ces PFIL, lieux de rencontre de tous les intervenants publics ou privés, chargés de la création d’entreprise, jouent un rôle de fédérateur. Par exemple, l’Agence de Développement Économique du Pays de SaintBrieuc regroupe des élus, des responsables politiques et des chefs d’entreprise qui peuvent se mobiliser sur des projets communs. Ainsi, en dix ans, cette structure a constitué six outils dont trois pour la création d’entreprise, deux pour l’emploiformation et un pour la mise en réseau des entreprises de son territoire.
Ces diverses réflexions nous amènent à nous poser la question du soutien de la création et une des meilleures réponses est donnée lorsqu’un ancien créateur devient le parrain d’un nouveau.
31