Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Pays de Montbéliard : de la difficile sortie de crise aux premiers pas de la diversification

De
4 pages
Durant la dernière décennie, 2 250 emplois ont disparu dans le Pays de Montbéliard, malgré un renversement de tendance depuis 1993 qui a permis d'en regagner 1 500. Les restructurations de l'industrie automobile expliquent largement ces mouvements, mais l'emprise de la mono-industrie tend à se desserrer grâce au développement des activités tertiaires. À terme, si les entreprises du secteur n'assurent pas un renouvellement suffisant de leurs effectifs, le nombre d'emplois pourrait diminuer à nouveau du fait de la moyenne d'âge assez élevée des ouvriers.
Voir plus Voir moins

de la difficile sortie de crise
aux premiers pas de la diversification
in 1998, les 4 000 établis- On associe toujours, non sans rai-Durant la dernière décennie, 2 250
sements du Pays de sons, l’agglomération de Montbé-emplois ont disparu dans le Pays de
Montbéliard occupent près liard à l’industrie automobile. Ce
Montbéliard, malgré un renversement de 60 200 personnes. Mais secteur concentre encore
de tendance depuis 1993 qui a le Pays de Montbéliard garde en- aujourd’hui près de 40% de l’em-
core aujourd’hui des séquelles de ploi total et 8 des 20 plus grandspermis d’en regagner 1 500. Les
la crise économique de 1975 et établissements présents dans la restructurations de l’industrie
des changements opérés dans l’or- Communauté d’Agglomération du automobile expliquent largement ces
ganisation du travail. Ainsi entre Pays de Montbéliard (CAPM).
mouvements, mais l’emprise de la 1990 et 1999, 2 250 emplois et Avec ses 17 500 salariés l’usine
mono-industrie tend à se desserrer une centaine d’établissements ont Peugeot de Sochaux est la plus
disparu. En neuf ans, l’emploi to- grande de France. grâce au développement des activités
tal a baissé de 3,6% alors qu’il a De ce fait, l’industrie automobile tertiaires. À terme, si les entreprises
progressé de 3,9% en Franche- reste au centre de l’offre d’em-
du secteur n’assurent pas un Comté et de 4,3% en France. plois dans le Pays de Montbéliard.
renouvellement suffisant de leurs Le non-remplacement des retrai- Fin 1998, 48% de l’ensemble des
tés et pré-retraités, la non-recon- emplois salariés sont occupés par effectifs, le nombre d’emplois
duction de contrats ont nettement des ouvriers. Si l’on restreint lepourrait diminuer à nouveau du fait
érodé l’offre d’emplois jusqu’en champ à l’emploi privé et semi-
de la moyenne d’âge assez 1993. Ce constat pessimiste doit public, cette part s’élève à 61%
élevée des ouvriers. toutefois être tempéré, car depuis contre 40% en France. Or, dans la
1993, l’emploi total augmente de CAPM, 3 ouvriers sur 5 travaillent
nouveau. En 5 ans, environ 1500 dans l’industrie automobile.
emplois supplémentaires ont été La demande de main d’œuvre a
créés. néanmoins changé en l’espace deNº 39 - DÉCEMBRE 2000
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 39
ESS003918 Prix : 15F (2,29 )fet du vieillissement, entre 8 000
et 12 000 personnes seront ame-
nées à quitter leur emploi. L’am-
pleur du renouvellement de la main
d’œuvre dans l’industrie automo-
bile, la capacité des demandeurs
d’emploi à s’adapter à la nouvelle
demande sont des enjeux décisifs
pour l’économie locale.
Même si l’industrie automobile
embauche, cela ne l’empêche pas
de continuer à perdre des emplois,
dans la mesure où le renouvelle-
ment des postes actuels n’est pas
assuré. Cette tendance pourrait
perdurer car le groupe PCA a an-
noncé l’embauche d’une personne
pour trois départs.
L’automobile n’est pas le seul sec-
teur concerné par le renouvelle-
ment de la main d’oeuvre dans le
Pays de Montbéliard car la
moyenne d’âge des actifs occupés
neuf ans, modifiant la structure d’une partie des 7 400 postes est élevée. L’écart avec la situa-
des emplois occupés. L’industrie d’ouvriers non qualifiés suppri- tion régionale et la situation na-
automobile elle-même recourt de més. Dans le même temps, les tionale s’est accru. De ce fait,
plus en plus souvent à une main effectifs augmentent dans certai- 22 000 personnes, tous secteurs
d’œuvre qualifiée. Ainsi 500 pos- nes fonctions, comme la fabrica- confondus, doivent atteindre l’âge
tes de cadres et 2 400 postes tion et les travaux d’électronique de la retraite dans les 15 ans qui
d’ouvriers qualifiés ont été créés. ou d’électricité (+240 emplois), viennent.
Pour ces derniers, il s’agit princi- la recherche, les études et les mé- Le nombre d’emplois ne progres-
palement d’une requalification thodes (+110), les fonctions sera donc que si ces départs à la
technico-commerciales (+80) et retraite sont compensés par un
informatiques (+60). Les fonctions nombre suffisant d’embauches.
de fabrication perdent plus de Au-delà de cette évolution quanti-LES CARACTÉRISTIQUES DE L'EMPLOI
2 000 postes (elles passent de tative se pose également la ques-ÉVOLUENT PROGRESSIVEMENT
17 000 à 15 000 postes), mais ce tion de l’évolution plus qualita-
sont les fonctions de manuten- tive des types d’emploi et des qua-L’emploi reste très masculin dans le Pays de Montbé-
liard. L’écart avec les moyennes nationale et régionale tion, magasinage et transports qui lifications, notamment pour les
s’est néanmoins réduit avec une hausse de l’emploi sont les plus touchées (2 000 pos- jeunes, ceux-ci constituant une
féminin de plus de 3 points depuis 1990. tes supprimés sur 4 000). cible de choix pour les industriels
Cela tient au développement des services où l’emploi qui souhaitent rajeunir leur per-
féminin est traditionnellement mieux représenté que Les futurs retraités de sonnel.
dans l’industrie. Mais, certains secteurs industriels peu- l’automobile seront-ils
vent également proposer une part importante d’emplois remplacés ? L’industrie résiste
aux femmes. C’est le cas par exemple du secteur de mieux qu'en France...l’habillement et du cuir (77,1% de femmes y travaillent).
Depuis 1990, 4 750 emplois ontSi le Pays de Montbéliard rattrape peu à peu son retard
été supprimés dans l’industrie L’industrie locale a perdu desen matière d’emploi féminin, cela n’est pas encore le
automobile. Cela représente une emplois, mais elle résiste bien auxcas pour l’emploi à temps partiel, même si celui-ci
diminution de 16,7%, qui entraîne mouvements de fond qui ont tra-passe de 9,3% à 15,9% entre 1990 et 1998. Le temps
partiel est très peu développé dans l’industrie automo- une baisse de l’emploi industriel versé l’économie française et gé-
bile (3,9%). de 11,7% dans le Pays de Montbé- néré une baisse de 13,3% des ef-
Les ouvriers du Pays de Montbéliard sont plus qualifiés liard. fectifs industriels. Pour preuve,
qu’ailleurs et ce constat est encore plus vrai en 1998 Avec une moyenne d’âge assez certains secteurs industriels se
qu’en 1990. Les ouvriers sont en effet plus qualifiés élevée (43 ans), un tiers des sala- développent et créent des emplois.
dans l’industrie que dans les autres secteurs d’activités. riés aura dépassé l’âge de la re- La métallurgie et transformation
Or, la spécialisation industrielle du Pays de Montbéliard
traite et la moitié, celui de la pré- des métaux compte 330 postes de
s’accroît relativement aux autres régions.
retraite à l’horizon 2010. Par l’ef- travail de plus qu’en 1990, la chi-
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 39mie, caoutchouc, plastiques 180 zone, qui tarde ainsi à prendre le tes étant directement liées à la de 4 000 fonctionnaires dont 3 100
de plus et l’industrie des compo- virage du tertiaire, nettement plus conjoncture industrielle. dans l’Éducation Nationale, l’État
sants électriques et électroniques créateur d’emplois. En revanche, malgré la baisse de est le deuxième employeur du Pays
120 supplémentaires. Pour autant, Les effectifs dans le secteur des la population, les services aux par- de Montbéliard et représente 47%
l’activité industrielle dans le Pays services ont progressé de 7% de- ticuliers (services domestiques, de l’emploi public. La fonction
de Montbéliard reste dépendante puis 1990, soit 1 500 emplois de activités récréatives, culturelles ou publique représente 39% de l’em-
de l’industrie automobile. Les car- plus. Cependant, cette évolution sportives) et les hôtels et restau- ploi dans les services et seulement
nets de commande des établisse- est deux fois plus lente dans le rants se développent dans le Pays 16% de l’emploi total. Comparée
ments les plus importants des sec- Pays de Montbéliard qu’en France de Montbéliard. Ils ont créé res- aux autres agglomérations de la
teurs en essor (tels que Foggini, ou qu’en Franche-Comté. pectivement 220 et 270 emplois région, en particulier des chefs
Société Noiséenne d’Outillage de Exception faite des activités fi- en neuf ans. Le secteur “ santé, lieux de département, la CAPM
Presse, Société Former, Zindel et nancières et des postes et télé- action sociale ” est en plein essor. apparaît comme faiblement dotée
Cie) sont essentiellement alimen- communications, les activités des Ses effectifs augmentent de 40% en emplois publics. L’État main-
tés par les demandes de l’usine services en France sont en forte depuis 1990, deux fois plus vite tient ses effectifs dans l’agglomé-
Peugeot. Depuis plusieurs années, croissance. Dans le Pays de qu’en France. C’est surtout l’ac- ration, l’augmentation de ses fonc-
tandis que ses effectifs diminuent, Montbéliard, cette évolution est tion sociale envers les handicapés tionnaires en services administra-
Peugeot favorise la création et moins prononcée. Ainsi, par exem- (ADAPEI) et les personnes âgées tifs compensant la diminution du
l’agrandissement de sous-trai- ple, le nombre d’emplois diminue (maisons de retraite, services nombre d’enseignants. Le Pays
tants. Ainsi depuis 1990, les éta- de 210 en neuf ans dans les servi- d’aide) qui concentre la création de Montbéliard connaît depuis 25
blissements Trevest, EAK, Tredel ces liés aux entreprises, alors qu’en d’emplois. Avec le vieillissement ans une baisse démographique qui
(industrie automo- France les effectifs général de la population, ce sec- entraîne une diminution du nom-
...mais les servicesbile) et Foggini sont en hausse de teur devrait continuer à se déve- bre d’enfants scolarisés, des fer-
(transformation de 40%. lopper. La fonction publique hos- metures de classes primaires etprogressent
matières plastiques) Le Pays de Montbé- pitalière s’est enrichie de 250 per- des suppressions de places de pro-plus lentement
ont vu le jour. liard compte en ef- sonnes grâce à l’agrandissement fesseurs.
Par contre, certaines industries fet peu “d’emplois stratégiques”, du centre hospitalier général de
nouvelles comme Hermès (cuir) excepté dans la recherche indus- Montbéliard, contribuant égale- Les communes
ou Sulzer/Cedior (biomédical) ne trielle. Ces emplois correspondent ment au développement de ce sec- créatrices d’emplois
doivent rien à l’automobile et as- à des fonctions qui jouent un rôle teur.
surent une diversification vers des moteur dans la croissance de l’em- Les pouvoirs publics participent à L’État est aussi présent au travers
activités non représentées jus- ploi global et des services aux la croissance de l’emploi dans les des Grandes Entreprises Nationa-
qu’alors. entreprises (fonctions commercia- services. Un emploi sur trois créés les. Fin 1998, 920 personnes y
Le secteur de l’eau, gaz, électri- les, informatiques, de gestion ou dans les services est un emploi de travaillent. L’EDF-GDF et la
cité est créateur de 220 emplois de direction…). Une des raisons fonctionnaire ou assimilé. Parmi SNCF qui sont encore en situation
depuis 1990. EDF-GDF y contri- est que moins de la moitié des les 20 plus grands établissements de monopole créent quelques em-
bue pour une quinzaine de postes. établissements d’au moins 50 sa- de services du Pays de Montbé- plois (une dizaine chacun) alors
L’essentiel de la progression est lariés a son siège social dans le liard, la moitié appartient à l’État, que la Poste et France Télécom
assuré par la Compagnie Géné- Pays de Montbéliard. aux collectivités territoriales ou ont perdu 150 emplois dans la
rale des Eaux (Vivendi) et la Com- Parmi les services aux entrepri- au secteur hospitalier. Avec près CAPM.
pagnie Générale de Chauffe ses, il faut distinguer les entrepri-
(Dalkia). Avec 5 autres établisse- ses de conseil et assistance (bu-
ments, ils se sont nouvellement reaux d’études, services informa-
installés dans le Pays de Montbé- tiques) qui gagnent 647 emplois
liard et emploient déjà près de 160 (+80%) et les services opération-
personnes, bénéficiant d’un trans- nels (agences d’intérim, sociétés
fert d’activité des collectivités. de surveillance) qui en perdent
Globalement on constate aussi que 857 (– 20%). L’intérim, bien que
le nombre d’emplois diminue dans faisant partie des services, est lo-
les secteurs dominés par des grou- calement très lié à l’industrie auto-
pes (dont le siège est le plus sou- mobile, les fluctuations importan-
vent en Île-de-France) et qu’il
augmente dans les secteurs cons-
titués d’établissements indépen-
dants et de taille modeste.
La bonne tenue de l’industrie est
bien entendu positive, mais elle
contribue paradoxalement à con-
forter le caractère industriel de la
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 39OÙ HABITENT LES SALARIÉS
DU PAYS DE MONTBÉLIARD ?
En 1998, 62% des salariés travaillant dans le Pays de
Montbéliard y résident. En 1990, ils étaient 67%.
Les actifs du tertiaire sont plus nombreux à résider dans
l’agglomération que les actifs du secondaire (70% des actifs
des services habitent la CAPM contre seulement 56% des
actifs de l’industrie).
Les cantons proches de la CAPM ont naturellement la faveur
des travailleurs. Arrivent en tête les cantons de Pont-de-
Roide et de l’Isle-sur-le-Doubs avec respectivement 4,4% et
3,4% des salariés. La vallée du Rupt et le plateau de Blamont
accueillent également chacun 2% environ des salariés de la
CAPM.
La périurbanisation se fait plus lointaine et se combine avec
une préférence de plus en plus affirmée des actifs pour les
agglomérations voisines de Belfort et Héricourt et même
d’agglomérations plus éloignées comme Besançon. Rares
PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHEsont encore les Alsaciens qui viennent travailler dans le Pays
de Montbéliard. Ils sont à peine plus de 150. Ce numéro d’Essentiel est co-produit par l’INSEE Franche-Comté et
l’Agence de Développement et d’Urbanisme (ADU) du Pays de
Montbéliard dans le cadre d’une étude dont l’objectif est d’appréhender
les évolutions de l’emploi et d’établir un bilan de la diversification de
Les communes, au travers des dix ans. Par rapport à 1989, on l’agglomération.
Centres Communaux d’Action compte un peu plus de cadres et Les éléments réunis dans ce cadre permettent de disposer d’une base
pour engager une réflexion prospective sur l’emploi et débattre des actionsSociale, ont aussi participé à professions intellectuelles supé-
à mettre en œuvre en accompagnement de la reprise économique.l’essor de ce secteur. Sept des rieures aux dépens des professions
S’agissant de données inédites à l’échelle locale, il a paru intéressant de
28 communes qui composent la intermédiaires. Mais ceci s’expli-
les diffuser sans attendre les conclusions de la réflexion prospective.
CAPM sont dotées d’un tel ser- que par le reclassement des insti-
vice et y ont créé 80 emplois. tuteurs en professeurs des écoles.
Cela représente un Les services ga- les fonctions de manutention, INSEE Franche-ComtéUne diversificationcinquième des gnent des emplois, magasinage, transports sont "le Major" 83, rue de Dole
agents supplémen- mais moins qu’au moins présentes, tandis que les BP 1997 25020 BESANÇON Cedexdes fonctions
Tél : 03 81 41 61 61 Fax : 03 81 41 61 99taires des collecti- niveau national. fonctions de recherche, étudeset des marchés
vités territoriales. L’industrie en perd, et méthodes ou les fonctions
Directeur de la publication : Bernard Le Calvez
Les autres affectations se répar- moins également que dans le reste technico-commerciales progres- Rédacteurs en chef : Marc Trinqué, Jean-Michel Floch
Composition, mise en page :tissent entre le personnel com- du pays. En conséquence, la spé- sent. Maurice Boguet, Sylvie Laurent
Imprimerie : Éblé Besançonmunal (+230), la communauté cialisation industrielle du Pays de De même on assiste à une diver-
d’agglomération (+40) et l’of- Montbéliard est toujours marquée, sification de la clientèle des en- Abonnement annuel (4 numéros
+3 numéros de INSEE Franche-Comtéfice public départemental même si la répartition entre les treprises locales. Peugeot n’est
LE MAGAZiNE + lettres d'information) :
d’HLM (+50) dont une antenne secteurs secondaires et tertiaires plus l’unique “ donneur France : 150F
Étranger (normal) : 188Fs’est ouverte en 1995 à Montbé- s’est rééquilibrée. d’ordre ”.
Étranger (urgent) : 240F
Nº de CPPAP : 3 021 ADliard. Les fonctions ont cependant évo-
ISSN : 1248-2544
Les emplois proposés dans les lué. La part de la fabrication est Jérôme LAURENT (INSEE) © INSEE 2000
dépôt légal : décembre 2000services n’ont guère changé en toujours aussi importante, mais Samuel WIDMER (ADU)
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 39
?