Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Réduction du chômage les réussites en europe

De
270 pages
RØduction du ch mage :les rØussites en EuropeRapportsJean-Paul Fitoussi et Olivier PassetJacques FreyssinetCommentairesOlivier BlanchardEdmond MalinvaudFiorella Padoa Schioppa KostorisComplØmentDenis FougŁreRØalisØ en PAO au Conseil d Analyse conomiquepar Christine Carl' La Documentation fran aise. Paris, 2000- ISBN : 2-11-004519-1« En application de la loi du 11 mars 1957 (article 41) et du Code de la propriØtØ intellectuelle du 1er juillet 1992, toutereproduction partielle ou totale usage collectif de la prØsente publication est strictement interdite sans l autorisationexpresse de l Øditeur.Il est rappelØ cet Øgard que l usage abusif de la photocopie met en danger l Øquilibre Øconomiquedes circuits du livre. »La crØation du Conseil d Analyse conomique « rØpond la nØcessitØpour un gouvernement trop souvent confrontØ l urgence, de pouvoir serØfØrer une structure de rØflexion qui lui permette d Øclairer ses choixdans le domaine Øconomique. J ai souhaitØ aussi crØer un lien entre deuxmondes qui trop souvent s ignorent, celui de la dØcision Øconomique publi-que et celui de la rØflexion Øconomique, universitaire ou non.J ai pris soin de composer ce Conseil de fa on tenir compte de toutesles sensibilitØs. Le Conseil d Analyse conomique est pluraliste. C est l un de ses atouts principaux, auquel je suis trŁs attachØ. Il doit Œtre un lieude confrontations sans a priori et les personnes qui le composent doiventpouvoir s exprimer en ...
Voir plus Voir moins
RØduction du ch mage : les rØussites en Europe Rapports Jean-Paul Fitoussi et Olivier Passet Jacques Freyssinet Commentaires Olivier Blanchard Edmond Malinvaud Fiorella Padoa Schioppa Kostoris ComplØment Denis FougŁre RØalisØ en PAO au Conseil d Analyse conomique par Christine Carl ' La Documentation fran aise. Paris, 2000- ISBN : 2-11-004519-1 « En application de la loi du 11 mars 1957 (article 41) et du Code de la propriØtØ intellectuelle du 1er juillet 1992, toute reproduction partielle ou totale usage collectif de la prØsente publication est strictement interdite sans l autorisation expresse de l Øditeur. Il est rappelØ cet Øgard que l usage abusif de la photocopie met en danger l Øquilibre Øconomique des circuits du livre. » La crØation du Conseil d Analyse conomique « rØpond la nØcessitØ pour un gouvernement trop souvent confrontØ l urgence, de pouvoir se rØfØrer une structure de rØflexion qui lui permette d Øclairer ses choix dans le domaine Øconomique. J ai souhaitØ aussi crØer un lien entre deux mondes qui trop souvent s ignorent, celui de la dØcision Øconomique publi- que et celui de la rØflexion Øconomique, universitaire ou non. J ai pris soin de composer ce Conseil de fa on tenir compte de toutes les sensibilitØs. Le Conseil d Analyse conomique est pluraliste. C est l un de ses atouts principaux, auquel je suis trŁs attachØ. Il doit Œtre un lieu de confrontations sans a priori et les personnes qui le composent doivent pouvoir s exprimer en toute indØpendance. Cette indØpendance je le sais vous y tenez, mais surtout je la souhaite moi-mŒme. Ces dØlibØrations n aboutiront pas toujours des conclusions parta- gØes par tous les membres ; l essentiel mes yeux est que tous les avis puissent s exprimer, sans qu il y ait nØcessairement consensus. ... La mission de ce Conseil est essentielle : il s agit, par vos dØbats, d ana- lyser les problŁmes Øconomiques du pays et d exposer les diffØrentes op- tions envisageables. » Lionel Jospin, Premier Ministre Discours d ouverture de la sØance d installation du Conseil d Analyse conomique, le 24 juillet 1997. Salle du Conseil, H tel de Matignon. Sommaire Introduction ............................................................................................... 7 Pierre-Alain Muet RØformes structurelles et politiques macroØconomiques : les enseignements des « modŁles » de pays ............................................ 11 Jean-Paul Fitoussi et Olivier Passet La rØduction du taux de ch mage : les enseignements des expØriences europØennes .....................................97 Jacques Freyssinet Commentaires Olivier Blanchard ..................................................................................213 Edmond Malinvaud ...............................................................................221 Fiorella Padoa Schioppa Kostoris ........................................................ 229 ComplØment La durØe du ch mage en France ............................................................ 239 Denis FougŁre RØsumØ ..................................................................................................261 Summary................................................................................................265 R DUCTION DU CH MAGE : LES R USSITES EN EUROPE 5 Introduction AprŁs deux dØcennies de ch mage de masse, la France s est engagØe, comme d autres pays europØens, dans la voie d une forte rØduction du ch - mage qui a rendu progressivement crØdible l objectif de reconquØrir le plein emploi au cours de la dØcennie. Dans cette perspective, l analyse des caractØristiques Øconomiques, ins- titutionnelles et sociales des pays ayant rØussi rØduire significativement leur ch mage, ou mŒme ne jamais conna tre de ch mage de masse, peut Œtre riche d enseignements. Quelles sont, dans ces rØussites, les parts respec- tives des politiques macroØconomiques, des politiques structurelles et des facteurs institutionnels ? Telle est l une des questions auxquelles tentent de rØpondre les deux rapports prØsentØs la sØance du 18 novembre 1999 du Conseil d Analyse conomique, puis le 20 janvier 2000 en prØsence du Premier ministre. Le rapport de Jean-Paul Fitoussi et Olivier Passet distingue, en se rØfØ- rant la pØriode 1983-1999, deux groupes de pays parmi ceux dont le taux de ch mage conna t aujourd hui des niveaux faibles. Le premier groupe modŁles de rØsistance est formØ des pays qui ont conservØ tout au long de la pØriode de faibles taux de ch mage : Autriche, Japon, NorvŁge et Suisse. Le second modŁles dynamiques regroupe les pays oø le ch - mage a fortement reculØ aprŁs avoir connu des niveaux importants : le Danemark, l Irlande, les Pays-Bas, le Portugal et le Royaume-Uni. Les tats-Unis peuvent Œtre classØs dans l un ou l autre groupe, selon que l on insiste sur la forte baisse du ch mage intervenue dans la dØcennie qua- tre-vingt-dix ou sur le fait que le ch mage a connu d amples fluctuations autour d une moyenne peu prŁs stable en longue pØriode. Les auteurs montrent que les politiques macroØconomiques semblent avoir jouØ un r le important dans la plupart des modŁles de rØussite. Ces rØussites sont majoritairement caractØrisØes dans les annØes quatre-vingt- R DUCTION DU CH MAGE : LES R USSITES EN EUROPE 7 dix par un policy mix plus expansif que dans les autres pays, et plus encore par des conditions monØtaires plus souples. Les variables institutionnelles ne semblent pas en revanche, selon les auteurs, permettre de discriminer entre les modŁles de rØussite et les autres. Au sein des « modŁles de rØussite », les « modŁles de rØsistance » se caractØrisent par une forte coordination et un degrØ de centralisation ØlevØ des institutions du marchØ du travail. Ils connaissent aussi des systŁmes de protection sociale relativement gØnØreux. Les « modŁles dynamiques » ont bØnØficiØ d une croissance plus forte gr ce un policy mix plus expansif et sont souvent caractØrisØs par une protection de l emploi plus faible. Le rapport de Jacques Freyssinet Øtudie les cinq pays europØens (quali- fiØs de Top 5) qui ont rØduit fortement leur ch mage entre 1990 et 1998 : le Danemark, l Irlande, la NorvŁge, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. Il souligne le contraste entre le Royaume-Uni oø la rØduction du ch mage rØsulte de la contraction de la population en ge de travailler et de la baisse des taux d activitØ, et les quatre autres pays (Top 4) qui ont connu une forte croissance de l emploi. Ces quatre pays sont caractØrisØs par un consensus social ØlevØ qui a permis d Øtablir et de faire Øvoluer des compromis sta- bles, visant respecter des contraintes de compØtitivitØ et d Øquilibre des finances publiques, tout en accordant des contreparties significatives aux salariØs. Plus que la modØration salariale ex post, commune tous les pays de l Union europØenne, c est l effet qu exercent sur les anticipations des entreprises les engagements nØgociØs de modØration salariale qui semble avoir contribuØ au succŁs de ces stratØgies. Toutefois, de telles stratØgies de modØration salariale et de « dØsinflation compØtitive », consistant reporter une part de leur ch mage sur leurs concurrents, ne sont pas gØnØralisables des Øconomies de grande dimension. La discussion a fait appara tre un large consensus sur l importance des politiques macroØconomiques. Comme le remarque Edmond Malinvaud, les auteurs des rapports « ont consacrØ la plupart de leurs efforts aux dØter- minants institutionnels, car c est leur propos que nous avons peine conclure. Il ne faudrait cependant pas oublier ce que nous avons appris propos des dØterminants macroØconomiques au cours des deux derniŁres dØcennies, car ces enseignements, plus sßrs, ne sont pas partout connus de nos concitoyens ». L importance des pactes sociaux dans les pays oø le ch mage a fortement reculØ est Øgalement soulignØe par les trois discutants. Olivier Blanchard note que la coordination des nØgociations salariales et la concer- tation des partenaires sociaux semblent diminuer les effets des chocs macro- Øconomiques sur le ch mage, comme l illustre notamment l Øvolution des Pays-Bas depuis les Accords de Wassenaar de 1982. Le dØbat sur l effet des institutions est plus ouvert, mŒme si les diffØ- rents auteurs s accordent pour rejeter la vision quelque peu caricaturale dØveloppØe notamment au milieu des annØes quatre-vingt-dix sur ce sujet 8 CONSEIL D ANALYSE CONOMIQUE par l OCDE (aujourd hui beaucoup plus nuancØe). Olivier Blanchard remarque que « les institutions du marchØ du travail Øtant sensiblement les mŒmes que dans les annØes soixante oø le ch mage Øtait trŁs bas, il para t difficile de leur attribuer la responsabilitØ principale du ch mage de masse ». Ces institutions paraissent par contre largement dØterminer l effet des chocs macroØconomiques notamment sur le ch mage. Certaines institutions les ont amplifiØs, d autres les ont attØnuØs. Dans un registre voisin, Fiorella Padoa Schioppa Kostoris remarque que l absence de relation statistique entre variables institutionnelles et niveau du ch mage soulignØe par Jean- Paul Fitoussi et Olivier Passet n est pas incompatible avec l existence d une relation entre les mŒmes variables, en Øvolution. Edmond Malinvaud note, de mŒme, que dans la plupart des pays, y compris le Royaume-Uni, les politiques de l emploi n ont pas rØformØ fondamenta-lement, mais plut t marginalement, les institutions du marchØ du travail. Si l analyse ØconomØtrique a beaucoup de peine caractØriser les effets de ces rØformes, c est sans doute en partie parce que ces effets ne se manifes- tent qu long terme. Au total, les stratØgies rØussies de rØduction du ch mage combinent la fois des politiques macroØconomiques stimulant la croissance, des pactes sociaux favorisant une adaptation plus consensuelle aux chocs extØrieurs et des rØformes institutionnelles. Comme le note Fiorella Padoa Schioppa Kostoris, ce n est pas en retenant chacune des meilleures pratiques que l on obtiendra une politique cohØrente de lutte contre le ch mage, pas plus que la combinaison des meilleurs ingrØdients suffit rØaliser une bonne cui- sine. Il faut les intØgrer dans une stratØgie complŁte et cohØrente, adaptØe chaque contexte particulier. Il y a deux ans et demi, le rapport au CAE de Jean-Paul Fitoussi et Olivier Blanchard « Croissance et ch mage » Øtudiait les conditions rØu- nir pour rØduire d un point par an le taux de ch mage dans les cinq annØes venir. Dans le contexte de l Øpoque, ce rapport avait ØtØ jugØ trŁs opti- miste, au regard notamment des projections moyen terme alors rØalisØes. C est pourtant un sentier proche de ce « scØnario » qu a suivi notre Øco- nomie depuis trois ans. Comme le notent aujourd hui les auteurs de l un des rapports prØsentØs dans ce volume : « encore quelques annØes de crois- sance et les grands pays d Europe continentale, notamment la France, figureront dans la catØgorie des modŁles dynamiques ». Le nouveau con- texte qui caractØrise aujourd hui l Øconomie fran aise appelle prolonger cette rØflexion sur les conditions du retour au plein emploi. Ce sera l objet d un prochain rapport au CAE, demandØ par le Premier ministre Jean Pisani-Ferry. Pierre-Alain Muet Conseiller auprŁs du Premier Ministre Professeur l cole Polytechnique R DUCTION DU CH MAGE : LES R USSITES EN EUROPE 9