La lecture en ligne est gratuite
Télécharger
 
Rapport d’étude   
  Analyse de besoins en formation en ligne dans le réseau des collèges membres de l’ACPQ
    
     
 
Claude Caron, chargé de projet Collège Mérici Novembre 2002 
 Préambule     
« En matière de formation électronique, ni l’ivresse cybernétique, ni la satisfaction face au statu quo ne sont de mise » OCDE, 2001, Cyberformation, les enjeux du partenariat.   «La téléformation ne remet pas en cause les fondements de la formation. Un mauvais professeur avec de mauvais cours obtient rarement de bons résultats, téléformation ou pas. La seule chose qui change dans la téléformation, c'est la manière de transmettre la connaissance. La téléformation, c’est une nouvelle façon de transmettre un savoir; ce n'est pas un nouveau métier, mais l'u tilisation de nouveaux outils.»  Marie-France Mommeja de la société Arctia
    Ces citations reflètent bien le contexte dont il faut tenir compte lorsqu’il est question d’aborder le sujet de la formation en ligne qui suscite beaucoup d’espoir, mais qui comporte également son lot d’appréhensions.  Le but de cette étude s’inscrit dans la recherche de solutions afin de contrer les effets négatifs des baisses de clientèles dans le réseau de l’ACPQ. Dans cette foulée, la formation en ligne semble promettre un grand potentiel de développement pour les collèges. Par ailleurs, un premier constat semble se dégager d’une première analyse de l’utilisation de la formation en ligne comme outil de développement permettant d’assurer la pérennité des collèges. Il semble que peu de projets soient initiés dans le réseau de l’ACPQ, contrairement au secteur public qui semble en avance à ce niveau.  Afin de clarifier la situation, ce mandat a donc été accordé l’été dernier dans le but de faire le point sur les besoins et les opportunités du réseau des collèges membres de l’ACPQ. Mentionnons, à cet égard, que l’accent devait y être principalement mis sur l’analyse des conditions favorables d’implantation de la formation en ligne et sur les moyens techniques à envisager pour la mise en œuvre des projets.  Ajoutons, d’autre part, que ce mandat se voulait également une occasion de se documenter et de réfléchir sur la question afin d’apporter un éclairage actuel sur la situation de l’apprentissage en ligne et sur les opportunités et contraintes que l’on peut y retrouver.
 
2
TABLE DES MATIÈRES  
Rappel du mandat Objectif général Objectifs spécifiques L’analyse de besoins La méthodologie Le questionnaire Les rencontres La démarche Les résultats L’identification des besoins et des clientèles L’identification des programmes et des cours Le questionnaire : Les résultats : Sur le plan technique : Sur le plan pédagogique : Le s contextes et les contraintes des établissements L’identification des moyens techniques L’évaluation des possibilités de regroupement Présentation préliminaire de l’étude Conclusion Recommandations Personnes consultées Bibliographie Webographie Annexe A - Liste d’outils Annexe B - Intervenants clés en formation e -learning Annexe C- Quelles formations offrir à distance? En présence? Annexe D - Questionnaire    
 
4 4 4 4 4 5 5 5 5 5 7 7 7 8 8 9 10 10 12 13 14 16 17 17 19 21 22 23 
3
Rappel du mandat    Objectif général   Identifier et analyser des conditions favorables et proposer des moyens techniques permettant la mise en œuvre de pro ets de formation en li ne pour les établissements intéressés du réseau des collèges membres de l’ACPQ.   Objectifs spécifiques  1. Identifier les clientèles et les besoins à combler : améliorer l'offre à la clientèle actuelle et/ou rejoindre de nouvelles clientèles en fonction des limites géographiques et temporelles;  2. Identifier les programmes et les cours pouvant se prêter à des développements de contenu pouvant être offerts en ligne;  3. Analyser des moyens techniques (ex.:plate-forme) qui devraient être envisagés afin de rejoindre les clientèles;  4. Évaluer les possibilités de regroupement de l'offre.   L’analyse de besoins  La méthodologie  La première étape de cette étude a consisté en une revue de littérature sur le sujet afin d’assembler l’information pertinente pour la présenter en guise d’introduction aux entretiens qui ont eu lieu les semaines suivantes.  Les sources d’information sur le sujet étant abondantes, plusieurs heures ont été consacrées à cette partie de l’étude. Cette recherche s’est avérée très enrichissante puisque l’information recueillie a permis de dresser un portrait actualisé de la formation en ligne au Québec, au Canada et dans les pays industrialisés en général. Une présentation avec le logiciel Power Point a donc été réalisée et ce document a servi d’introduction aux rencontres avec les intervenants des collèges. Il est à noter que cette présentation fut fort appréciée par l’ensemble des personnes rencontrées puisqu’elle permettait de bien situer le sujet. Une bibliographie/webographie des documents consultés est, par ailleurs, incluse dans le présent document.      
 
4
Le questionnaire  Un questionnaire a été élaboré afin de colliger les informations à recueillir lors des entretiens avec les intervenants des collèges. Ce questionnaire a porté sur les différentes composantes à évaluer dans cette analyse de besoins. Il est disponible en annexe de ce document.   Les rencontres  Les rencontres ont été faites en face à face avec les personnes-ressources dans les collèges afin de recueillir en personne les données . Cette méthode a permis d’échanger avec les intervenants rencontrés, ajoutant ainsi à la richesse de la collecte. Dans la grande majorité des cas, ce sont les directeurs(trices) des études qui ont été rencontrés afin d’avoir un aperçu global de la situation dans les collèges.   La démarche  Tous les collèges ont d’abord été informés par courriel afin de présenter les objectifs de la démarche. Les personnes ont ensuite été appelées afin de fixer un rendez-vous pour une entrevue de 90 minutes.  Les représentants de quatorze collèges ont été rencontrés entre le 11 septembre et le 2 octobre 2002. Pour ce qui est des autres collèges, trois ont refusé une rencontre et huit n’ont pas retourné l’appel qui leur était destiné. Voici les résultats pour chaque portion du questionnaire.    Les résultats   L’identification des besoins et des clientèles  L’objectif de cette partie de l’étude était d’obtenir de l’information sur les besoins spécifiques de chaque collèges afin d’en ressortir un aperçu pour l’ensemble du réseau.  Un large éventail de besoins et de niveaux de clientèle a été soulevé de la part des interviewés. Il est important de mentionner qu’à cette étape, il a été question de démystification des possibilités que pouvait offrir l’apprentissage en ligne. En discutant avec les personnes interrogées, il est ressorti que plusieurs clientèles pouvaient être rejointes par cet outil d’apprentissage. À noter également que l’étendue des clientèles est très large dans le réseau des collèges membres de l’ACPQ. Sur les quatorze collèges rencontrés, 10 offrent des programmes préunive rsitaires, 10 offrent des programmes techniques (DEC), 11 offrent des programmes courts (AEC), 10 offrent de la formation sur mesure et 4 offrent de la formation à distance.  
 
5
Parmi les besoins identifiés, mentionnons :  · Outil supplémentaire pour le recrute ment de clientèles étrangères ; · outil permettant le maintien de la clientèle actuelle ; · tutoratpour adultes poursuivant leurs études sur fin de en ligne semaine; · d’une demi journée sur différents sujets : l’accueil, le service formations à la clientèle, la motivation des employés, la vente, les langues ; ·qu’avant pour des cours en ligne; il y a une plus grande demande · les clientèles en région; desservir de permettrait · grand public et les entreprises; le rejoindre · permettrait d’offrir des reprises de cours aux étudiants qui échouent un seul ou quelques cours.   Les besoins sont donc très variés et peuvent couvrir un ensemble de secteurs. À mentionner que les clientèles adultes et les entreprises desservies par les services de formation sur mesure ont été le plus souvent évoquées lors des entretiens. Il en ressort donc que ce sont ces clientèles qui semblent proposer les plus grandes possibilités pour les répondants des collèges rencontrés.  À noter également que peu de clientèles proviennent de l’étranger. La provenance principale des étudiants se situe aux niveaux local et régional. Il es t par ailleurs ressorti que peu de collèges font un démarchage pour rejoindre les clientèles internationales. Il y a, néanmoins, quatre collèges qui ont mentionné avoir des projets de développement et des activités à l’international.  Quelques initiatives de développement de cours ou de programmes en ligne ont été amorcées dans les collèges. En voici un résumé :  · en ligne pour  Tutoratadultes poursuivant leur DEC sur fin de semaine; · en reprise de cours pour terminer leur DEC; étudiants · cours de 45 heures sur la recherche d’emploi; · plusieurs cours de niveau technique dans un collège à vocation technologique; · modules de cours complétant un DEP; neuf · questionnaire d’évaluation de cours en ligne. un    Sur les 14 collèges interviewés seulement 4 collèges affirment ne pas faire appel aux technologies de l’information et des communications (TIC) pour diffuser ou supporter leurs cours ou programmes. La grande majorité d’entre eux mentionne être en réflexion par rapport à ce développement.
 
6
L’identification des programmes et des cours  Dans cette partie du questionnaire, il était question d’identifier quels seraient, dans les collèges, les programmes ou les cours qui pourraient se prêter à des projets de formations en ligne.  Le questionnaire :  Dans cette portion du questionnaire, les questions suivantes ont été posées :  a) L’institution a-t-elle l’intention de développer l’apprentissage virtuel afin d’améliorer son offre actuelle ou pour attirer de nouvelles clientèles ? b) Identification des programmes et des cours pouvant se prêter à l’apprentissage virtuel. c ) Identification des ressources dans le collège : ressources techniques et pédagogiques.   Les résultats :  À ces questions, les commentaires ont été divers. La grande disparité entre les collèges s’est particulièrement reflétée dans cette portion de l’étude.  a) L’institution a-t-elle l’intention de développer l’apprentissage virtuel afin d’améliorer son offre actuelle ou pour attirer de nouvelle s clientèles ?  Commentaires recueillis :  · Amélioration de la réussite dans les programmes et cours offerts actuellement; · permet d’accrocher les gars; · mode de diffusion inévitable, nous sommes condamnés à utiliser la formation en ligne, il faut prendre le train avant qu’il ne soit trop tard; · diversifier l’offre de service actuelle; pour · pour sortir des créneaux traditionnels; · des reprises de cours d’étudiants ayant échoué; pour ·améliorer l’offre actuelle en premier lieu;  pour · pour les étudiants dont les parents sont mutés à l’étranger; · pour améliorer les façons de faire, d’enseigner; · moyen pour attirer la clientèle; · aller chercher la clientèle corporative en formation sur mesure; pour · le contenu en ligne passe plus rapidement; · pour la souplesse et la flexibilité de l’approche;   Pour résumer cette partie , mentionnons qu’il y a beaucoup d’éléments qui en sont ressortis. Les plus souvent mentionnés étant l’amélioration de la réussite, la diversification de l’offre et la flexibilité et la souplesse de l’approche. Une analyse
 
7
plus poussée dans chacun des collèges devrait être réalisée avant d’instaurer des projets de développement de contenu.   b) Identification des programmes et des cours pouvant se prêter à l’apprentissage virtuel.  Commentaires recueillis :  · Pas nécessairement pour des cours crédités, reconnaissance de létablissement; · davantage pour de la formation de niveau technique; · davantage pour les parties théoriques des cours; · la formation du personnel à l’interne dans les collèges; pour  Ce dernier point sur la formation du personnel à l’interne dans les collèges est apparu comme une solution qui semblait en rallier plusieurs. Il serait en effet avantageux de faire des achats regroupés de formations offertes aux employés des collèges. Il en résulterait une réduction importante des coûts de formation dans les collèges. Cela permettrait également un rapprochement entre les différents corps d’emploi. Des échanges seraient alors possibles, ce qui enrichirait la pratique de plusieurs.   c ) Identification des ressources dans le collège : ressources techniques et pédagogiques.   Sur le plan technique :  La disponibilité des ressources consacrées au support technique et technologique étant plutôt limité e dans l’ensemble des collèges à ce niveau, ceux-ci ont soulevé qu’il y avait quand même plusieurs possibilités qui pourraient être exploitées. Parmi celles-ci, mentionnons :  · Les des collèges; webmestre s · studio d’enregistrement télévision et radio, console de montage numérique; · des administrateurs de réseaux; · des stagiaires étudiants en programmation Web; · ressources dans le collège (2 techniciens pour 1200 y a peu de il élèves); · avons recours à de nous l’impartition pour le support technique;   Sur le plan pédagogique :  Tous les collèges ont mentionné avoir des professeurs qui seraient intéressés par des projets de développement de cours en ligne. Dans certains cas, il s’agit de deux ou trois professeurs qui seraient aptes et intéressés par le sujet. Dans d’autres cas,
 
8
plusieurs professeurs, voire la moitié du corps enseignant, pouvaient se prêter à des projets de développement de contenu en ligne.    Les contexte s et les contraintes des établissements  Dans cette partie du questionnaire il était question d’analyser ce qui peut favoriser ou nuire au déploiement de projets de formations en ligne dans les collèges.  Commentaires recueillis :  Éléments contraignants :  · Pourrait être avantageux pour les jeunes provenant du secondaire qui utilisent déjà beaucoup l’informatique; une partie des élèves du secondaire sont cependant moins familiers avec les nouvelles technologies; ·travail des enseignants : il faut être prêts à garantir le même conditions de  les salaire, le calcul des charges individuelles (zone grise dans les conventions de travail avec les enseignants); · l’approbation par le MEQ des cours développés ; par rapport à incertitude · manque de ressources financières pour développer ce créneau; · est difficile d’obtenir du financement pour des projets de développement de il contenu en ligne; · de temps pour s’approprier la technologie; manque · y a des préjugés face au « e-learning », difficile de convaincre les gens sur il les atouts de ce type d’apprentissage;   Éléments facilitants :  · enthousiasme plus grand chez les jeunes professeurs; Intérêt chez certain, · plusieurs professeurs sont déjà sensibilisés à l’importance de l’utilisation des nouvelles technologies; · éliminer les peu de locaux et d’horaires; contraintes · moyen pour encourager le développement; bon ·y une baisse de la clientèle, des cours en ligne pourraient constituer un il nouvel attrait pour les élèves; · pas de contraintes syndicales pour instaurer ce développement; ·  lesgens sont dévoués si on leur propose de nouveaux projets;  Il y a, sur cet aspect, plusieurs considérations qui sont caractéristiques à chacun des collèges. Les préjugés, la méconnaissance de la formation en ligne comme outil d’apprentissage et les difficultés liées au calcul des tâches des enseignants affectés au développement et la prestation des cours en ligne sont ressortis comme étant les éléments les plus contraignants . D’autre part, les baisses de clientèle, le dévouement des professeurs et le sentiment d’urgence de trouver de nouveaux moyens pour attirer la clientèle sont les éléments qui sont les plus facilitants et qui vont pousser les collèges à développer la formation en ligne. La culture des collèges est
 
9
également un facteur de différenciation important. Certains collèges ont une culture plus « entrepreneurial » que d’autres et ce sont eux qui démontrent le plus d’ouverture à ce type de développement.    L’identification des moyens techniques  Dans cette partie, l’objectif des échanges était de faire ressortir les moyens techniques à envisager pour déployer des formations en ligne.  Commentaires recueillis :  · Il faut faire appel à une firme spécialisée dans le domaine; · et qui va nousest important d’identifier une technologie qui va grandir avec  il préserver notre personnalité; · technologie doit accompagner notre développement; la · nous ne connaissons pas assez le domaine pour nous prononcer sur le sujet; ·respecte « les couleurs du collège »; faut que la base soit souple et qu’elle  il · il faut que la technologie permette le partage des ressources; ·faut avoir accès à un L.M.S. (Learning management system) qui deviendra il un maillon important du développement; · 000 coût d’achat d’un L.M.S. de 80 le $ est trop important pour un 000 $ à 250 seul collège; nous sommes obligés de nous regrouper pour en faire lacquisition; · il faut que l’accent soit mis sur le support au réseau qui offre les cours en ligne;   Cet aspect est considéré important, particulièrement par les collèges qui ont déjà développé des cours en ligne. Il y a, par ailleurs, une méconnaissance de ces outils dans la plupart des collèges interviewés.    L’évaluation des possibilités de regroupement  Dans cette partie, la question suivante a été posée : « Votre collège serait-il intéressé par un regroupement avec d’autres collèges afin de développer des cours et programmes virtuels? ».  Commentaires recueillis :  · pourrions être intéressés; Nous · cela permettrait de partager certains coûts; · nous pourrions faire une offre de formations partagée; · il faut que les conditions soient claires pour tout le monde; · passe par les individus; cela
 
10
· les directeurs des études sont, en général, plus ouverts que les directeurs généraux sur la question du regroupement; · y aurait des achats communs qui pourraient être faits; il · pourrions faire de l’édition de cours en commun; nous · il commune à tous les collèges intéressés; pourrait y avoir une plate -forme ·ne faut pas y perdre notre identité; il · nous sommes intéressés, c’est la seule façon d’y arriver; oui, · trop gros à développer pour un petit collège; c’est · il pourrait y avoir une banque de cours pour les collèges privés; · l’idée est intéressante, mais ça nous paraît plutôt difficile à réaliser; ·intéressés par un partage de cours avec d’autres collèges; serions  nous ·n’aurons pas le choix un jour de profiter davantage du réseau pour  nous survivre; · nous pourrions avoir une couleur privée pour se démarquer du public; · pourrions avoir une masse critique plus importante en nous regroupant, nous ce qui nous permettrait de développer plus de cours et de programmes; · nous sommes ouverts au partenariat; · offre d’une plus grande palette de les avantages seraient les suivants : services, répartition des coûts de développement, nous aurions des points de service pour la formation mixte pour la partie présentielle; · faut  ilpousser cette possibilité, il faut voir ce qu’il en est; ·dépendre des coûts que cela va engendrer. ça va   Sur ce point, l’argument le plus mobilisateur pour le regroupement semble être la mise en commun des colèges pour faire l’acquisition d’un portail permettant de gérer, créer, diffuser et faire le suivi auprès des étudiants pour leur formation. Il s’avère que l’acquisition d’un tel outil permettrait d’offrir un produit beaucoup plus complet et davantage efficace aux étudiants. Il est par ailleurs coûteux de faire l’acquisition un tel outil. Les collèges peuvent donc difficilement y avoir accès étant donné leurs disponibilités budgétaires actuelles. Les coûts d’acquisition d’un tel outil peuvent varier entre 80 000 $ et 250 000 $. Il est quand même possible d’avoir accès à des outils existants moyennant une location qui est généralement calculée selon le nombre d’étudiants qui sont inscrits aux cours.  Il apparaît , par ailleurs, difficile de procéder à des regroupements entre plusieurs collèges. Les différences de cultures organisationnelles et les différences entre les missions respectives de chacun des collèges représentent un frein à l’élaboration d’ententes inter-collèges. Il serait cependant moins complexe pour des collèges présentant des similitudes de culture et de mission de s’entendre sur des développements de cours ou de programmes en commun. La répartition des risques inhérents au financement de départ pourrait certainement favoriser les collèges impliqués. 
 
11