La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Telecoms notes de cours histoire philippe

De
12 pages
Chapitre 1: Internet, son histoire et à son architecture Présentation globale d’internet (Source: http://www.bibl.ulaval.ca/vitrine/giri/mod1/1_1.htm) L’Internet est une entité qui peut prendre plusieurs formes selon le point de vue qu’on adopte ou selon le rapport qu’on entretient avec lui. C’est ainsi qu’on peut donner à Internet plusieurs définitions. Voici les quatre principales que j’ai retenues. Première définition, du point de vue technologique : Internet est avant tout un réseau international d'ordinateurs et de réseaux interconnectés communiquant entre eux grâce à des protocoles d'échanges de données standard. Plus précisément, Internet est un réseau de réseaux : un interréseau. D’où le mot « internet » qui vient de « inter-networking » ou « inter-réseautique ». Présentement, Internet utilise les fils téléphoniques, les fibres optiques, les câbles intercontinentaux, les communications par satellite ainsi que des connexion hertziennes (ondes radio). Le mot «Internet» vient de l'anglais «internetwork». Les différents ordinateurs branchés au réseau Internet peuvent communiquer ensemble de façon transparente pour l'usager, indépendamment des types d'ordinateurs utilisés (Mac, PC, Unix ou autres), mais en utilisant cependant les logiciels appropriés. À l'origine, Internet reliait entre eux les sites informatiques militaires des États-Unis. Internet s'étend aujourd'hui à la grandeur de la planète et à des sites diversifiés: ...
Voir plus Voir moins
Chapitre 1: Internet, son histoire et à son architecture Psentationglobaledinternet(Source: http://www.bibl.ulaval.ca/vitrine/giri/mod1/1_1.htm) L’Internet est une entité qui peut prendre plusieurs formes selon le point de vue qu’on adopte ou selon le rapport qu’on entretient avec lui. C’est ainsi qu’on peut donner à Internet plusieurs définitions. Voici les quatre principales que j’ai retenues. Première définition, du point de vue technologique : Internet est avant tout un réseau international d'ordinateurs et de réseaux interconnectés communiquant entre eux grâce à des protocoles d'échanges de données standard. Plus précisément, Internet est un réseau de réseaux : un interréseau. D’où le mot « internet » qui vient de « inter-networking » ou « inter-réseautique ». Présentement, Internet utilise les fils téléphoniques, les fibres optiques, les câbles intercontinentaux, les communications par satellite ainsi que des connexion hertziennes (ondes radio). Le mot «Internet» vient de l'anglais «internetwork». Les différents ordinateurs branchés au réseau Internet peuvent communiquer ensemble de façon transparente pour l'usager, indépendamment des types d'ordinateurs utilisés (Mac, PC, Unix ou autres), mais en utilisant cependant les logiciels appropriés. À l'origine, Internet reliait entre eux les sites informatiques militaires des États-Unis. Internet s'étend aujourd'hui à la grandeur de la planète et à des sites diversifiés: gouvernementaux, de recherche et d'enseignement, d'entreprises publiques ou privées, d'individus, etc. Le réseau continue de croître et de se diversifier chaque jour. Deuxième définition, du point de vue de la circulation de l’information : Internet en tant qu'autoroute électronique. L'autoroute électronique, au sens strict, est un ensemble d'infrastructures de télécommunication, à bande passante suffisamment élevée pour permettre la diffusion de vidéo numérique en temps réel. Il est vrai qu'Internet marque un virage technologique et culturel important en diffusant aussi largement l'information sur médium électronique. On rencontre aussi fréquemment les expressions «autoroute de l'information» ou «inforoute» pour parler d'Internet ou de l'infrastructure des télécommunications, selon le contexte. Troisième définition, du point de vue organisationnel : Internet en tant qu'organisation démocratique et sans but lucratif Les gestionnaires d'Internet ne se préoccupent que d'assurer la fonctionnalité du réseau. Le contenu en information des différents fichiers disponibles sur le réseau et leur organisation demeure la responsabilité des sites participants. Même si l'on peut dire qu'Internet est sans but lucratif, on ne peut pas dire qu'il ne coûte rien. Chaque pays, chaque institution,
chaque site contribue à en assumer les frais. Si cela peut sembler gratuit pour l'usager membre d'une institution, c'est que l'institution assume la contribution financière à Internet. C'est démocratique, mais parfois chaotique. Certaines façons de faire se normalisent. Bien sûr aussi certains groupes peuvent tenter de contrôler ou d'influencer le contenu, pour le meilleur ou pour le pire.En dépassant le stade «militaire recherche enseignement gouvernement», Internet s'est commercialisé. Ainsi les frais d'opération tendent de plus en plus à être redistribués aux utilisateurs, plutôt que financés en grande partie à même les deniers publics. Beaucoup de services gratuits dans Internet se financent grâce à la publicité, souvent pour le plus grand malheur des internautes. En effet, non seulement les messages publicitaires constituent, pour plusieurs, une pollution visuelle désagréable, ils ont l'effet d'augmenter le temps de téléchargement des pages Web. Quatrième définition, du point de vue documentaire : Internet en tant que bibliothèque virtuelle On trouve dans Internet les fichiers informatiques, textes, images, sons, vidéos et autres que chaque participant au réseau a bien voulu mettre à la disposition de la communauté Internet. Oui, on peut y trouver des livres, des périodiques, des journaux, des logiciels, des films, tous en format électronique, donc «virtuel». Tout n'est pas libre de droits d'auteur et de droits de diffusion. Les internautes sont soumis à de nombreux codes de conduite, comme dans la société. Ainsi, la netiquette assure le bon déroulement des échanges électroniques, alors que les lois sur le droits d’auteurs protègent le propriété intellectuelle du contenu mis à la disposition des internautes. L’architecturedelInternet,sa répartitionglobalCarte du monde de l’internet : La cybergéographie est une science qui étudie la cartographie de l’internet. Vous avez ici-bas une carte d’un des fournisseurs d’acc;es à Internet, Worldcom, donnant un aperçu des principales liaisons internationales et régionales. Il est toutefois important de noter que cette illustration ne montre que les liaisons physiques (câblage) gérées par cette entreprise. D’autres grands réseaux se superposent à celui-ci, notamment les réseaux cellulaires et satellitaires, assurant ainsi une couverture et un accès à Internet presque global.
Source :htt
://www.worldcom.com/
lobal/about/network/maps/
Comme on peut le remarquer, les Etats-Unis, l’Europe et le Japon sont particulièrement bien désservies. Il faut comprendre qu’il sagit des trois grands centre économiques mondiaux et que de par ce fait, il leur est possible d’investir massivement dans l’infrastructure réseau. ATTENTION : L’Atlas des cyberespaces vous permettra de consulter cartes, schémas et statistiques concernant le cybergéographie (géographie du cyberespace). Vous le trouverez à l’adresse :http://www.cybergeography-fr.org/atlas/atlas.html1.1.2. Liaisons par satellite 1.1.3. Liaisons cellulaires 1.1.4. Liaisons hertzienne HistoriquedelInternetMais qu'est-ce qu'Internet? Il s'agit d'un réseau formé lui-même de milliers de réseaux informatiques et qui permet à des ordinateurs répartis partout sur le globe de communiquer les uns avec les autres.Un réseau est un système qui relie deux ou plusieurs machines et leur laisse, ainsi, partager des ressources. Bien que cette expression ne soit pas tout à fait exacte, on désigne souvent l'Internet par le terme autoroute de l'information. Il permet en effet d'accéder à des informations présentes sur des ordinateurs distants de plusieurs milliers de kilomètres et offre plus d'informations que quiconque ne pourra en lire dans sa vie. Techniquement parlant, l'Internet est un réseau de réseaux basé sur les protocoles TCP/IP. TCP/IPControl Protocol / Internet Protocol) est le nom d'une famille comportant (Transmission
plus d'une centaine de protocoles réseaux différents ou des machines sur réseaux locaux fortement hétérogènes.L'IP ou adresse IP comme plusieurs l'appellent permet de distinguer les différents ordinateurs au sein d'un réseau. L'adresse IP est composée de trois parties, soit une première partie qui identifie un numéro de classe, une deuxième partie qui identifie le numéro du réseau et finalement une troisième qui correspond au numéro d'hôte sur ce réseau.À part TCP et IP, les protocoles les plus importants de cette famille sont SMTP (Simple Mail Transfer Protocol), protocole régissant le courrier électronique, FTP (File Transfer Protocol), protocole de transfert de fichiers, et le protocole TELNET qui permet de se brancher à distance sur une autre machine et d'utiliser ses services de façon interactive. SLIP et PPPsont deux protocoles de plus bas niveau que TCP/IP, permettant de transporter ce dernier sur des liaisons série, principalement les lignes téléphoniques commutées. C'est le service idéal pour les particuliers, car il procure un véritable accès Internet (dialup) tout en dispensant de la location d'une ligne spéciale dédiée. SLIP(Serial line IP) est le plus vieux des deux, et il est désormais remplacé par le PPP (Point to Point Protocol), plus avantageux car ce dernier est indépendant de la couche IP et peut convoyer d'autres protocoles tels que DECnet par exemple. D'autre part, LeDNS (Domain Name System) est une méthode hiérarchique distribuée d'organisation et de renseignement sur les adresses du réseau Internet. Le DNS regroupe administrativement les sites au sein d'une hiérarchie permettant sa bonne répartition et sa maintenance, tout en étant totalement décentralisé. Le DNS permet donc de faire l'association entre le nom de machine (pages.infinit.net) et l'adresse IP (207.253.106.11). Dans un autre ordre d'idées, l'abréviation Internet ne signifie pas, comme de nombreux utilisateurs pourraient le penser, "International Network". En fait, le terme "Internet"déjà était utilisé alors que ce réseau était encore une affaire purement américaine. Pour découvrir le fondement du terme "Internet", nous devons revenir au tout début des années 1970. Il s'agissait au départ d'un projet de l'Advanced Research Project Agency (ARPA), financé par le département de la défense américaine. En effet,l'ARPA reçut pour mission de construire un réseau de communication informatique couvrant tout le territoire américain afin de relier les systèmes informatiques des centres de recherche travaillant en étroite collaboration avec l'armée.Ce projet aboutit à la création d'ARPANET (ARPA NETwork). À ses débuts, ce réseau reliait seulement quatre centres informatiques. À cette époque, un réseau informatique typique (dans une administration ou dans une université par exemple) se composait alors d'un serveur relativement performant, auquel étaient connectés de nombreux terminaux. Les personnes autorisées pouvaient ainsi accéder à l'ordinateur central par l'intermédiaire de ces derniers.Un tel système est représenté schématiquement dans l'illustration ci-dessous.
Cette architecture est rapidement parvenue à un stade où les besoins informatiques ne pouvaient plus être couverts par une seule machine, même la plus performante à l'époque. C'est la raison pour laquelle plusieurs ordinateurs furent mis en parallèle. De cela naquit la nécessité pour un utilisateur d'accéder à plusieurs de ces machines à l'aide d'un seul et même terminal. Les réseaux locaux (LAN : local area network) venaient de naître. Les terminaux n'étaient plus directement reliés à l'un des grands ordinateurs, mais à des serveurs de terminaux. Un serveur de terminaux est un simple ordinateur qui a pour tâche exclusive d'établir la connexion entre les terminaux et les ordinateurs du réseau. Tous les serveurs de terminaux et les ordinateurs étaient reliés les uns aux autres au moyen d'un câble réseau particulier. Le problème fut ainsi résolu. Bien entendu, cette possibilité de communiquer avec de nombreux ordinateurs fit rapidement évoluer les envies des utilisateurs vers un accès à des ordinateurs d'autres organisations. Cependant, la technologie des réseaux locaux est limitée dans ses principes, que ce soit en raison de la longueur des câbles ou du nombre d'unités connectées. Pour des raisons techniques, certaines valeurs ne pouvaient pas être dépassées. Il fut donc nécessaire d'envisager une nouvelle étape : l'interconnexion des réseaux. Dès le départ, il fut évident que la technologie à utiliser pour ce palier supérieur devait différer de celle des réseaux locaux. Cet objectif a été atteint pour la première fois lors du développement d'Internet (un inter-réseau par conséquent). Internet est donc un "réseau qui relie les réseaux". Au début des années 1980, près de 400 sites étaient interconnectés au travers d'ARPANET. Le département de la Défense des États-Unis s'est alors progressivement désengagé du projet. En 1983, les sites travaillant pour l'armée ont fait sécession pour constituer MILNET (MILitary NETwork). Recentré sur le monde de la recherche informatique à des fins civiles, ARPANET, alors rebaptisé ARPA Internet, a continué son évolution en s'appuyant sur les travaux menés dans les grandes universités, les administrations et les entreprises publiques américaines qui seules pouvaient profiter des ressources offertes par ce réseau. En 1985, la National Science Foundation a débuté son propre programme de recherche afin de mettre en place NSFnet, un réseau de communication informatique plus largement ouvert aux intérêts privés que son prédécesseur. Conçu au départ comme un réseau complémentaire d'ARPA Internet, NSFnet a rapidement supplanté son prédécesseur. La National Science Foundation s'est appuyée sur les principaux centres de calcul américains et les grands réseaux
informatiques universitaires pour mettre en place une infrastructure de communication numérique couvrant tout le territoire des États-Unis. Les efforts de la National Science Foundation ont abouti à la création d'un réseau de connexion reliant ses sites informatiques régionaux aux grands centres de calcul nationaux. La National Science Foundation n'envisageait nullement d'ouvrir NSFnet aux particuliers. D'ailleurs, personne n'imaginait que le contenu des serveurs d'un tel réseau puisse offrir le moindre intérêt pour le public. Il faut dire qu'au départ, les ordinateurs connectés à la toile numérique recelaient surtout de l'information à caractère scientifique. Cependant, cette orientation n'a pas empêché les chercheurs, les étudiants et les professionnels qui étaient en mesure d'accéder aux réseaux informatiques d'utiliser leurs ressources à des fins plus personnelles. Rapidement, des groupes de passionnés consacrèrent de nombreuses heures à mettre en ligne des collections d'informations souvent impressionnantes sur leurs sujets préférés. D'autres profitèrent des réseaux de communication numériques pour mettre au point des outils de recherche et de navigation permettant de se balader sur la toile sans avoir à connaître le moindre langage informatique. Internet a ainsi progressivement cessé d'être une infrastructure à vocation expérimentale pour devenir une extraordinaire mine d'informations susceptibles d'intéresser tous les publics. En 1987, NSFnet a entamé sa connexion avec d'autres grands réseaux informatiques publics ou privés situés hors des États-Unis. Cette date marqua le coup d'envoi de la construction d'une infrastructure internationale de communication numérique qui prit le nom d'Internet (INTERconnected NETwork) ! En 1992, Internet est entré dans une nouvelle phase de son évolution. Que ce soit aux États-Unis, en Asie ou en Europe, les pouvoirs publics ne voulaient plus supporter la charge financière que représentait le développement d'un réseau de communication informatique mondial. De leur côté,les entreprises privés ayant participé au financement des recherches ainsi qu'au développement de l'infrastructure désiraient depuis longtemps que le réseau des réseaux s'ouvre au public.
Internet est donc entré dans le monde du commerce en ouvrant massivement ses portes aux petites et moyennes entreprises ainsi qu'aux particuliers. Ainsi, Internet a multiplié ses sources de financement tout en enrichissant et diversifiant son contenu. En 1994, l'Internet reliait 60 000 réseaux. En 1996, on estimait que de 2 à 4 millions d'ordinateurs répartis dans plus d'une centaine de pays étaient branchés à Internet et qu'entre 10 et 40 millions de personnes y avaient accès (dont plus de 100 000 au Québec). Puis, en février 1999, on estimait qu'il y avait 364 millions d'ordinateurs reliés à Internet dans le monde (dont 12 millions au Canada) et qu'il y avait 148 millions d'adultes utilisant régulièrement Internet (dont 6,5 millions au Canada). Aujourd'hui à l'an 2000, on estime à 2,5 milliaid le nombre de pages de contenu disponibles sur internet et à 300 millions le nombre d'utilisateurs dans le monde. En résumé, quelques faits importants : 1945Vannevar Bush, conseiller de Roosevelt publie une note concernant des toiles conceptuelles d'information et invente le principe de ce qui devait être"un appareil futur à usage personnel, une sorte de classeur-bibliothèque privé automatique. C'...est un dispositif grâce auquel un individu range tous ses livres, archives et communications, et qui est automatisé de telle sorte qu'il puisse être consulté de façon très efficace et flexible".1965Ted Nelsonnaissance à l'Hypertexte. Puis un logiciel de navigation donne hypertexte qui ne fonctionnera jamais. 1987Hypercardlogiciel d'Apple utilisant les Hypertextes est lancé. Mars 1989Tim Berners-LeeduCERNpublie l'article «Hypertexte et le CERN» Octobre 1991 Le premier Web fonctionne au CERN en mode texte et sous NExT Step avec le premier navigateur intitulé World Wide Web. Cette première version de navigateur sur ce système d'exploitation confidentiel mais au combien en avance sur son temps, comprenait également une partie éditeur HTML Wysiwyg. Janvier 1993 Il existe une cinquantaine de serveurs http dans le monde. Le CERN lance la version alpha du premier browser graphique pour Xwindows et Macintosh. Février 1993 Marc Andreesen édite la première version du browser Mosaic par le NCSA. Elle fonctionne sous Xwindows UNIX. Octobre 1993 NCSA lance la première version des browsers Mosaic sous Macintosh et PC Windows. Mars 1993 Andreessen et Clark (le fondateur de Silicon Graphics) s'unissent pour développer Netscape. Juillet 1993 Le Cern et le MIT puis l'INRIA créent le WWW Consortium pour guider à la normalisation du Web. Octobre 1994 Netscape est lancé en beta test sur PC, Macintosh et X Windows.
Février 1995 4 millions d'utilisateurs de Netscape. 75% des browsers sont des Netscape. Mai 1995 Microsoft annonce la distribution de Spry un autre browser sur les versions de Windows 95. Novembre 1995 Netscape sort la version 2.03b de son logiciel, qui devient opérationnelle, supporte les News, le courrier (envoi et lecture) et supporte le langage JAVA. Décembre 1995 Microsoft lance sa version Internet Explorer 2.0 Mars 1996 Microsoft annonce que la version d'Internet Explorer 3.0 supportera Java, JavaScript, les liens OLE2, les Frames. La guerre Microsoft-Netscape est déclarée. Octobre 1996 La guerre Internet Explorer 3.0 vs Netscape 3.0 fait rage. Microsoft à grand renfort d'annonces sur sa technologie Active X se rapproche à grands pas de la technologie Netcape One. Décembre 1996 Tout le monde ne parle plus que des versions Netscape 4 et de Office 97, qui transforment votre PC en un navigateur. On pense que les systèmes d'exploitation de demain seront à base de navigateur. Les machines Java arrivent. On oublie juste que les utilisateurs ne suivent plus, ne chargent plus les dernières versions qui font plusieurs dizaines de méga octets et que les sociétés en sont encore a Windows 3.11. Septembre 1997 Le Web est stabilisé dans sa technologie du moins provisoirement. La loi anti trust américaine demande à Microsoft de retirer son navigateur des version Windows 98. Octobre 1997 Suite à l'arrêt des Chroniques de Cyberie qui étaient un des Web de contenu les plus anciens dans le monde francophone, plusieurs centaines de sites ferment leur porte pendant une semaine. 2500 signatures marquent la première grève du Web, elle est partie de France. Janvier 1998 Netscape annonce que les versions de son Navigateur sont toutes libres d'utilisation. Netscape compte sur la communauté des développeurs en fournissant les sources de son navigateur. Netscape licencie en même temps 400 personnes. Personne ne souligne encore la nouvelle donne d'Internet dans l'économie de la fabrication des logiciels. La grande déferlante des logiciels contributifs changera-t'elle les donnes de l'économie informatique de demain? L’état actuel des choses… Pour obtenir des informations concernant l’internet dans le monde, les chiffres clés et des statistiques, visetez ce site : http://www.internet.gouv.fr/francais/chiffcles/sommaire.html
Dates importantes Tiré de : « Histoire de l’Internet » de Jacques Dufresme.http://agora.qc.ca/rech_int.html1876 Invention du téléphone (Graham Bell). 1906 Reginald Aubrey Fessenden, un inventeur d'origine québécoise, produit et réalise la première émission de radio à partir du Massachusetts, aux États-Unis 1907 Transmission d'une photographie par bélinographie (Berlin). 1920 Les premiers téléimprimeurs sont mis en service aux états-Unis. 1935(-1945) Vers l'ordinateur. Travaux déterminants de l'Anglais Alan Turing (ci-dessus), de l'Allemand Konrad Zuse, des Américains Presper Eckert, John Mauchly et John von Neuman. 1937 Un poste de télévision est présenté à l'exposition universelle de Paris. 1938 Thèse de Claude Shannon portant sur les affinités entre les logiques binaires et les contacts électriques; présentée au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.) 1947 Claude Shannon: Théorie de l'information. 1948 Le premier ordinateur est construit à l'Université de Manchester, en Angleterre. Publication de Cybernetics or Controls in the Animal and Machine, de N. Wiener 1954 La première radio à transistor sort aux états-Unis. Les laboratoires Bell mettent au point le premier laser, un faisceau lumineux qui transmet de grandes quantités d'informations. 1968 Vint Cerf effectue une démonstration de liaison d'ordinateurs par réseau devant l'ARPA (Advanced Research Project Agency). 1969 La Département de la défense américain crée ARPANET. Le réseau, voué avant tout à la recherche militaire, est constitué de quatre ordinateurs, également appelés noeuds, interreliés. 1972
Bob Kahn organise une démonstration en reliant par le biais d'ARPANET quarante (40) machines lors d'une conférence internationale sur les communications par ordinateur. Vint Cerf préside l'InterNet Working Group (INWG) qui a pour mandat de définir un protocole universel permettant à tous les ordinateurs et réseaux existants de se relier entre eux. Ray Tomlinson de la firme de consultants BBN développe un programme de courrier électronique (e-mail, forme abrégée de electronic mail) qui permet de diffuser et recevoir des messages sur le réseau. 1974 Les laboratoires Bell de ATT mettent au point le programme UUCP (Unix to Unix Copy Program), basé sur le système d'opération UNIX. Ce logiciel d'échanger des données par modem via le réseau téléphonique. Grâce à cette innovation, les utilisateurs UNIX tissent le premier véritable réseau planétaire, UUNET. 1977 THEORYNET, développé à l'Université du Wisconsin, permet à une centaine de chercheurs en informatique de communiquer entre eux par courrier électronique grâce au programme UUCP fondé sur le système d'opération UNIX. 1979 USENET, l'ancêtre des babillards électroniques et des groupes de discussion, relie deux universités américaines. L'ARPA instaure le Internet Configuration Control Board (ICCB). Grâce à des subventions de la National Scientic Foundation, le CSNET (Computer Science NETwork) voit le jour. Ce nouveau réseau offre aux universitaires qui n'ont pas accès à arpanet la possibilité de communiquer entre eux par courrier électronique. 1980 Une passerelle est jetée entre le réseau ARPANET et le CSNET. La jonction de ces deux grands réseaux signifie en quelque sorte la naissance d'Internet, ou le réseau des réseaux. 1981 Les Français découvrent l'univers de la télématique avec Minitel. Lancement de BITNET ("Because It's Time Network"), un réseau coopératif largement subventionné par IBM, qui espérait concurrencer la combinaison UNIX-TCP/IP. Le réseau est enrichi par le logiciel Listserv, qui permet de gérer facilement les échanges entre groupes de discussion, d'employer des listes d'envoi pour la diffusion de messages. 1982 Les protocoles TCP et IP (Internet Protocol), sont adoptés officiellement par par la Défense américaine pour le réseau ARPANET, qui accepte de les distribuer gratuitement sur le réseau. - L'expression "internet" sert à désigner un ensemble de réseaux connectés entre eux, et "Internet" l'ensemble des réseaux utilisant les protocoles d'échanges TCP/IP. 1984 Introduction du système d'adresse numérique par domaines (DNS, Domain Name Server). Un "domaine" désigne un groupe d'ordinateurs hôtes ou de réseaux locaux relevant d'une même entité administrative, d'une université par exemple. Le Japon se dote d'un réseau, le JUNET (Japan Unix Network).
1986 La National Science Foundation (É.-U.) crée NSFNET, un réseau à très haut débit (doté à l'origine d'une puissance de 6 kbps - kilo bauds par seconde), pour permettre à l'ensemble de la communauté universitaire américaine d'accéder au réseau. Cinq super-ordinateurs sont mis en service pour fournir la puissance nécessaire à un nombre de plus en plus élevé d'utilisateurs. Le NNTP (Network News Transfer Protocol) est développé pour concurrencer les protocoles TCP/IP. Le programme Mail Exchanger développé par Craig Partridge, permet aux utilisateurs qui n'emploient pas le protocole IP, de se prévaloir d'une adresse DNS. 1988 Un virus se propage sur le Net, contaminant 6,000 des 60,000 ordinateurs hôtes sur l'Internet. 1989 La puissance de NSFNET est portée à 1.544 Mbps. Les fournisseurs de services européens forment le RIPE (réseaux IP Européens) qui assurera la supervision technique et administrative d'un réseau pan-européen. Plusieurs réseaux provinciaux, dont le RISQ (réseau interuniversitaire scientifique québécois), Onet, réseau ontarien, ainsi que BCNet de la Colombie-Britannique, vont constituer le CA*Net, réseau pan-canadien basé sur le modèle américain du NSFNET. 1990 Création de l'Electronic Frontier Foundation, par Mitch Kapor. Des chercheurs de l'Université McGill lancent ARCHIE, un logiciel de recherche de fichiers qui sondent périodiquement le contenu de plusieurs milliers de sites FTP. 1991 GOPHER, le premier logiciel de navigation et de recherche sur le réseau Internet, est mis au point par le service informatique de l'Université du Minnesota. Le World Wide Web est développé en Suisse par le CERN, un centre de recherche en physique. Il s'agit d'une nouvelle interface graphique conviviale incorporant textes, images, sons grâce au langage SGML (Single Generalized Markup Language), dont l'équivalent sur l'Internet sera le HTML (HyperText Markup Language). La puissance de NSFNET est portée à T3 (44.74 Mbps) Diffusions des premiers messages documents audio et vidéo sur le réseau. 1993 Premières émissions de l'Internet Talk Radio. Les grands organismes internationaux tels que l'ONU et la Banque Mondiale s'affichent désormais sur le NET. Les états-Unis adoptent le "National Information Infrastructure Act". 1994
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin