La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

FLICK Michaël Mise en place d’un Intr@net 14/10/97
Institut des Techniques Informatiques
8, rue Pierre de Coubertin
96300 Pontoise
Thèse technique
Mise en place d’un Intr@net
par
Michaël FLICK
1997 AL11
TRANSGENE
11, rue de Molsheim
67082 Strasbourg Cedex
flick@transgene.fr TRANSGENE Page : 1/48FLICK Michaël Mise en place d’un Intr@net 14/10/97
Je tiens à remercier la société Transgène, et en particulier la direction,
d’avoir cru dans le nouveau concept Intranet pour améliorer la
communication au sein de la société.
Je tiens également à remercier les membres du département informatique
de m’avoir donné les moyens matériels et temporels pour me consacrer à la
mise en place d’IntraTG, l’Intranet de Transgène, et de son suivi
technologique par beaucoup de veille technologique.
Cette thèse, je tiens à le préciser, a été entièrement rédigée en dehors des
horaires de travail à Transgène, comme il est normalement convenu dans la
charte de l’Itin.
flick@transgene.fr TRANSGENE Page : 2/48FLICK Michaël Mise en place d’un Intr@net 14/10/97
Sommaire
1. LE PRINCIPE DE L’INTRANET 5
1.1 CONDITIONS A REUNIR POUR CONSTRUIRE UN INTRANET 7
1.1.1 UN RESEAU 7
1.1.2 DES CLIENTS 9
1.1.3 DES INFORMATIONS 10
1.2 CHOIX MATERIEL DU OU DES SERVEURS 10
1.2.1 PC 10
1.2.2 STATION UNIX 11
1.3 CHOIX LOGICIEL 11
1.3.1 LOGICIEL SERVEUR 12
1.3.2 LOGICIEL CLIENT 12
2. LE PROTOCOLE HTTP 14
2.1 LES VARIABLES D’ENVIRONNEMENT 14
2.1.1 LES VARIABLES RELATIVES AU SERVEUR 14
2.1.2 LES VARIABLES RELATIVES A LA CONNEXION CLIENT/SERVEUR 15
2.1.3 LES VARIABLES RELATIVES A LA REQUETE 16
2.1.4 VARIABLES ADDITIONNELLES POUR LA SECURITE (NETSCAPE COMMERCE SERVER)17
2.2 LES TRANSACTIONS HTTP 18
2.2.1 LA REQUETE HTTP 18
2.2.1.1 La méthode 18
2.2.1.2 L’en tête 19
2.2.1.3 Le descriptif 19
2.2.1.4 Exemple de requête 20
2.2.2 LA REPONSE HTTP 20
2.2.2.1 Le statut 20
2.2.2.2 L’en tête 21
2.2.2.3 Le descriptif 21
2.2.2.4 Exemple de réponse 22
2.3 TABLEAU RECAPITULATIF DES CODES HTTP 23
3. LA PROGRAMMATION DE DOCUMENTS DYNAMIQUES OU POW 24
3.1 LES CGI 24
3.2 LE LANGAGE JAVASCRIPT 25
3.2.1 LES COOKIES 26
3.3 JAVA 26
4. ARCHITECTURE D’UN INTRANET 28
4.1 L’ERGONOMIE 29
4.2 LES OUTILS DE CREATION DE DOCUMENTS HTML 32
flick@transgene.fr TRANSGENE Page : 3/48FLICK Michaël Mise en place d’un Intr@net 14/10/97
4.2.1 ADD-ON DES LOGICIELS DE BUREAUTIQUE 32
4.2.2 LES LOGICIELS SPECIALISES 32
4.2.2.1 Acrobat PDF 32
4.2.2.2 SiteMaestro 32
4.3 LES MOTEURS DE RECHERCHES 35
4.4 LE SUIVI/MONITORING D’UN SITE 37
4.5 LA SECURITE 39
5. CONCLUSION 40
6. LEXIQUE ET ACRONYMES 41
7. BIBLIOGRAPHIE 43
7.1 LA PRESSE 43
7.2 LES OUVRAGES 43
7.3 FORMATION/SEMINAIRES 43
7.4 INTERNET 43
8. INDEX 45
9. INDEX DES ILLUSTRATIONS 48
flick@transgene.fr TRANSGENE Page : 4/48FLICK Michaël Mise en place d’un Intr@net 14/10/97
1. Le principe de l’Intranet
Pour beaucoup de monde, l’Intranet n’est qu’un serveur Web interne à l’entreprise, interne à une
organisation. Cette définition est vraie, mais incomplète, car la restriction d’émission d’un serveur
Web au sein d’une entité implique énormément de choses.
Les informations véhiculées et échangées par ce moyen ne sortent pas de l’enceinte de l’organisation.
Elles ne sont pas à la disposition de n’importe qui dans le monde, comme l’Internet. Les problèmes de
sécurité sont englobés dans la politique générale de sécurité des données/informations de l’entreprise,
au même titre que les comptes utilisateurs. Par ailleurs, la nature des informations est très differente
de celles que l’on mettrait sur un Web pour Internet. Elles peuvent être vitales, voir stratégiques pour
la vie de la société et pour le travail des employés, ce qui serait impensables sur l’Internet...
Les informations transitent par le réseau LAN ou WAN de l’organisation et non par Internet. Sauf
choix financier contraire : par exemple une multinationale disposant de nombreuses agences à travers
le monde utilisant Internet comme média, à la place d’une toile d’araignée de lignes spécialisées pour
interconnecter le(s) Intranets de ces agences. Encore faut il relativiser cela avec les nouvelles offres
des opérateurs du marché, comme France Télécom, Deutsche Telekom & Sprint pour leur offre
Global Intranet. Mais mis à part ce cas précis, l’usage de réseau privé permet d’avoir des taux de
transfert et des largeurs de bande très supéreurs à Internet, l’intéret évidant pour l’utilisation de
documents multimédia sur un Intranet et pour le confort des utilisateurs.
De moins en moins l’Intranet se limite à la simple distribution d’informations. Il tend à devenir un
moyen de créer, modifier, échanger, interagir sur des informations grâce à des
documents/applications. Beaucoup de spécialistes pensent que d’ici quelques années l’Intranet sera en
quelque sorte le réseau logiciel de toutes les sociétés : le logiciel client Web sera en quelque sorte
l’interface unique des ordinateurs clients. Ces derniers seront peut être dénudés de périphériques de
moins en moins utilisés dans nos entreprises, à savoir : les lecteurs de disquettes, le disque dur local
de la machine sera peut être remplacé par de la mémoire morte/cache, etc... ce que certains
constructeurs nomment les Network Computers. Quant aux logiciels, leurs éditeurs les recentrent
sensiblement vers l’Intranet/Internet dès à présent.
flick@transgene.fr TRANSGENE Page : 5/48FLICK Michaël Mise en place d’un Intr@net 14/10/97
Pour se faire une bonne idée sur l’Intranet, je vous propose ici un rapide comparatif entre l’Internet et
l’Intranet afin de voir les similarités et les différences:
Domaine Internet Intranet
infrastructures privées de
infrastructures transmission de données
infrastructure publiques de maîtrisées (réseaux
transmission de locaux)
données difficilement et dans certains cas,
maîtrisables l’utilisation d’Internet
comme réseau étendu
privé (Extranet)
même protocoles que pour
protocoles protocoles et outils Internet plus
publics et standard éventuellement des
solutions propriétaires.
communauté des communité identifiée
utilisateurs internautes, totalement (employés d’une société,
ouverte d’un groupe, plus
éventuellement les
fournisseurs et les clients)
services offerts par les services propres à l’entité
services acteurs d’Internet qui met en place un
Intranet
informations offertes informations pertinentes et
informations par les acteurs produites pour et par le
d’Internet groupe des utilisateurs de
l’entité
retour sur difficile actuellement à effet mesurable très
l’investissement quantifier rapidement
pour l’entreprise
flick@transgene.fr TRANSGENE Page : 6/48FLICK Michaël Mise en place d’un Intr@net 14/10/97
1.1 Conditions à réunir pour construire un Intranet
La mise en place d’un intranet ne doit pas être réalisée suivant un effet de mode, parce que l’on est
harcelé par les médias, ou bien parce que les autres ont un « plan Intranet ». En effet l’Intranet n’est
pas forcément adapté à toutes les entreprises. Je pense qu’il y a trois catégories de réflexions
préalables.
Premièrement, il faut se demander si l’organisation et le management de la société est compatible
avec une politique de transparence de l’information.
Est ce que l’entreprise est dirigée de façon autoritaire par la « dictature d’un patron » ? C’est souvent
typiquement le cas pour nos entreprises françaises qui ont été érigées par des membres d’une même
famille et dont le conseil d’administration ressemble plus à un repas familial avec le patriarche au
bout de la table...., qu’à une société à l’aube du 21ème siècle face à une concurrence mondiale. Pour
une telle entreprise l’organigrame ressemble à une pyramide ou à un obélisque. Toutes les
informations doivent transiter par le patron qui lui ordonne à ses sujets comme le ferait un monarque.
Est ce que l’entreprise par contre a un orgranigrame assez horizontal, avec une distribution des
pouvoirs décisionnels exigeant une grande quantité d’échanges d’informations ? Est ce que l’on
pratique l’organisation par équipe de projet ?
Dans le cas de la première société il faudra envisager une refonte de l’organisation et la laisser un peu
se stabiliser avant d’arriver avec un Intranet. Sans cela, le projet Intranet sera voué à l’échec
obligatoirement.
Deuxièmement, est ce que le métier de l’entreprise nécessite un flot tel d’informations que les
solutions plus classiques ne répondent plus à la problématique ? En effet entre une société
d’assurance et une entreprise de boulangerie industrielle, il y a une différence dans le volume
d’informations utilisées et échangées entre les collaborateurs. Les sociétés du secteur d’activité du
tertiaire où l’on peut dématérialiser la plus value ont des métiers plus favorables à l’usage d’un
Intranet, mais ce n’est pas la règle.
Troisièmement, il faut se demander si l’infrastructure informatique est propice à un déploiement d’un
réseau Intranet. Y’a t’il un réseau et ces propriétés sont elles compatibles, sans trop de frais, avec les
protocole Intranet/Internet.
C’est principalement ce sujet que je vais développer ci après, car ce travail se veut surtout technique.
1.1.1 Un réseau
La toute première condition pour mettre en place un Intranet est d’avoir un réseau local dans son
entreprise, ou au sein de son organisation. Car sans cela, il n’y aura pas de média pour l’échange
d’informations. Ce réseau devra disposer d’une couche appelée TCP/IP. Ce protocole est actuellement
très en vogue avec Internet et se retrouve dans beaucoup de solution réseau du marché. Pour ne citer
que les plus connues : NFS, dans le cas de serveurs UNIX, et Novell ou Windows NT, dans le cas de
serveurs PC. Si le réseau existant n’utilisait pas le protocole TCP/IP, deux solutions sont possibles :
• soit rajouter ce nouveau protocole tout en gardant ou non les anciens,
• soit utiliser des passerelles souvant proposées par les éditeurs de réseaux à architecture fermée.
Dans le cas où la société disposerait déjà d’un réseau, la mise en place d’un Intranet aura des
répercussions sur celui ci. En effet les échanges entre le(s) serveur(s) et les clients d’un Intranet
prennent beaucoup de largeur de bande du réseau, en fonction des services envisagés . Une entreprise
qui déciderait de mettre en place un Intranet, devra analyser la charge de son réseau et peut être
envisager d’augmenter ses capacités avant qu’il ne s’écroule avec une surcharge de trafic.
flick@transgene.fr TRANSGENE Page : 7/48FLICK Michaël Mise en place d’un Intr@net 14/10/97
Dans le cas de Transgène, la mise en place d’IntraTG (nom de notre Intranet), a du s’accompagner
d’une réorganisation très significative : meilleure segmentation, évolution des organes critiques de
connexion, serveurs dédiés, etc ...
HTML, CGI, JPEG, FTP Telnet SMTP POP NNTP SNMP NFS DNS
7 Application GIF, Java, JavaScript,... (transfert (prise de (courrier) (courrier) (forum) (admini (partage (résolution
6 Présentation HTTP de fichier) contrôle à stration) de des noms)
5 Secsson distance) fichiers)
4 Transport TCP UDP
3 Réseau IP
X25 Frame Ehternet SLIP PPP sur PPP sur RNIS Token ATM FDDI
2 Liaison Relay ligne réseau Ring
1 Physique spécialisée télépho
nique
Couches OSI Protocoles
Figure 1 Parallélisme des éléments d’un Intranet (et de ces extensions : messagerie, etc...) et des éléments des
réseaux.
Figure 2 Schéma simplifié d’un réseau Intranet
flick@transgene.fr TRANSGENE Page : 8/48FLICK Michaël Mise en place d’un Intr@net 14/10/97
1.1.2 Des clients
La deuxième condition est d’avoir des clients supportant l’interface utilisateur graphique des logiciels
clients. Il est tout à fait possible de ne mettre que de l’information en mode texte sur un Intranet, mais
cela serait un retour en arrière (architecture site central, terminaux texte, style VT100) et l’on perdrait
une bonne part de l’avantage de l’Intranet, l’usage du multimédia. Contrairement à d’autres solutions
client/serveur, avec une solution Intranet, il n’y pas de restriction pour les postes clients. En effet les
logiciels clients utilisés par un Intranet ou l’Internet sont disponibles sur n’importe quels systèmes et
sur n’importe quelles machines. Les « network computers » ou les NC qui ont fait grand bruit dans la
presse spécialisée arrivent actuellement sur le marché. Pour ma part, j’ai pu assister à une
démonstration au salon Oracle Expo du network computer de Sun, baptisé JavaStation. La
démfut assez satisfaisante, en effet j’ai pu utiliser les logiciels de bureautique WordPerfect
et QuatroPro traduits en Java. Certaines fonctionnalités manquaient, par exemple, « enregistrer ».
Mais cela devrait très vite être résolu. Je tiens quand même à signaler que malgré les 32 Mo de
mémoire vive et son processeur SPARC cadencé à 100 Mhz, la rapidité d’exécution et d’affichage des
fenêtres de ces logiciels est légèrement inférieure à ce que l’on peut obtenir avec un micro ordinateur
avec les mêmes caractéristiques. Mais à coté de cette petite baisse de rapport puissance
machine/rapidité des applications, il faut souligner la disparition d’administration du poste client, qui
est, par ce biais, un véritable « plug and play »
Dans un futur proche, les clients ne se limiteront plus à des ordinateurs. Les clients seront peut être
aussi les téléphones cellulaires de nos commerciaux ou bien la télévision des agents de production qui
pourront, de chez eux, le week-end, vérifier la bonne marche de l’usine sans être privés de leurs
proches.
Figure 3 - Plan de travail de la Suite Corel version Java dans une fenêtre Navigator
Figure 4 - WordPerfect version Java dans une fenêtre de Navigator
flick@transgene.fr TRANSGENE Page : 9/48FLICK Michaël Mise en place d’un Intr@net 14/10/97
Figure 5 QuatroPro version Java dans une fenêtre de Navigator
1.1.3 Des informations
Dernières conditions pour mener à bien la mise en place d’un Intranet : son contenu. Car sans
informations, l’Intranet que l’on mettrait en place ne serait qu’un gadget d’informaticiens pour les
employés de l’entreprise. Je ne veux pas dire ici qu’il faut faire un recensement exhaustif des
informations et de leurs flux au sein de l’entreprise. Mais simplement discuter avec les futurs
utilisateurs de l’Intranet afin de voir avec eux ce qui serait envisageable de publier sur ce média.
Au départ, lorsque j’opérais de cette façon à Transgène, les gens ne savaient pas trop ce qu’ils
pourraient ainsi publier. Pour les aider à mieux appréhender ce nouveau type de diffusion, il faut leur
donner des exemples, prendre un peu le temps de publier des informations, afin de montrer le
fonctionnement de l’Intranet « à plein et non pas à vide ». Très vite les gens comprennent l’intérêt
d’un Intranet et la liste d’informations qu’ils désirent publier sur l’Intranet ne s’arrête plus alors de
s’allonger.
1.2 Choix matériel du ou des serveurs
L’éternelle question : PC ou Station Unix ? Je précise pour les puristes, que sous le nom PC,
j’englobe le monde de la micro informatique utilisant un système d’exploitation spécialement
développé pour celui ci : que ce soit du Microsoft ou de l’IBM. J’écarte donc Unix pour les plates
formes micro (linux) du mode des PC pour le rattacher au monde des stations Unix.
1.2.1 PC
Il y a quelque temps j’aurais dis que cela est un mauvais choix. Mais le marché a bien changé, et les
solutions micro sont à étudier de près. En effet presque la majorité des éditeurs de logiciels se sont
recentrés vers le marché Internet/Intranet, alors que ces mêmes éditeurs n’y croyaient pas il y a 1 ou 2
ans... Ce choix sera judicieux, si la politique globale de l’informatique de la société est tournée vers
la micro informatique : serveur et réseau sur plate forme micro, bases de données micro et utilisation
massive de produit bureautique micro.
flick@transgene.fr TRANSGENE Page : 10/48