La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Utiliser le format Raw pour de meilleures images
Le format JPEG est certainement le format graphique le plus populaire chez les photographes amateurs.
Ceux qui souhaitent aller plus loin dans la maîtrise de la qualité de l’image numérique s'interesseront aux
possibilités étendues du format RAW, de la prise de vue en passant par la retouche logicielle.
Qu 'est-ce que le format RAW ?
Le format RAW est un format graphique développé par chaque fabricant d’appareil numérique, il ne
constitue pas
un standard
comme le JPEG ou le TIFF. Le format RAW est dit « brut de capteur » c'est à
dire que l’image n’est pas finalisée à l’enregistrement. A charge du photographe d’effectuer le dématriçage
et d'appliquer les réglages de l’image à l'aide de son ordinateur et d'un logiciel spécifique (le « dérawtiseur
»). Le format RAW est disponible sur certains compacts et sur tous les reflex numériques.
Les différentes extensions pour le format raw (liste non exhaustive)
Nikon
Canon
Minolta
Pentax
Fuji
Olympus
Kodak
Hasselblad/Leica
Sony
.NEF
.CRW
.CR2
.MRW
.X3F
(foveon)
.PEF
.RAF .ORF
.DCR
.DNG
.SRF
L’image Raw doit être lue à l’aide d’un logiciel compatible (viewer) ou traitée à l'aide d'un dérawtiseur ou
d’un plug-in comme CameraRaw ® intégré à Photoshop CS ®. Chaque dérawtiseur propose ses propres
fonctionnalités pour paramétrer l’image. Nous verrons à titre d’exemple le logiciel Nikon Capture ® utilisé
pour les fichiers .nef. Nikon a développé plusieurs formats Raw sous le même nom selon le modèle
d'appareil.
Un logiciel pour visualiser et classer vos images Raw vous a été probablement livré avec votre
appareil. Il vous est sans doute possible de convertir directement les fichiers Raw en Jpeg, avec ou
sans correction. Mais disposez vous du logiciel spécifique qui vous permettra de réaliser la
dérawtisation et d' exploiter au maximum les possibilités offertes par ce format ?
Les solutions logicielles :
Le logiciel de dérawtisation peut être optionnel, ce qui représente un investissement supplémentaire (se
reporter au site des différents fabricants). Les plus connus sont : Adobe Camera RAW (inclus dans
Photoshop CS), Nikon Capture 4 (nouvelle version NX), DxO Optics Pro, Capture One PRO, Aperture
(pour
Mac),
Bibble...
Du côté des logiciels gratuits (en anglais le plus souvent), on trouve :
Microsoft RAW Image Thumbnailer and Viewer, qui ne reconnaît que les images provenant d’un
Canon ou d’un Nikon, pour Windows XP.
http://www.microsoft.com/downloads
ViewRaw, pour afficher les images Nikon NEF (si vous ne disposez pas de NikonView)
http://viewraw.photosapien.com/
UFRaw, en module externe ou en complément à The Gimp
http://ufraw.sourceforge.net/index.html
DCRaw, pour Linux
http://www.cybercom.net/%7Edcoffin/dcraw/
cPicture Le, Irfanview et une page d’explications en Français
http://www.volkergilbertphoto.com/freeraw.htm
Rawshooter Essential 2006 (version test)
http://www.pixmantec.com/products/rawshooter.asp
excellent pour
se familiariser avec le raw.
Les évolutions des logiciels et des plugins sont nombreuses, vérifiez la prise en charche du modèle
d'appareil selon le logiciel et se reporter au site de l' éditeur pour les mises à jour.
Le JPEG et le RAW :
L'image
ci-
contre
montre
les
principales
étapes
du
dématriçage
réalisé
avant
d'obtenir
une
image
numérique.
Avec le format
JPEG,
l'interpolation
couleur et tous
les
paramètres
de l'image sont
appliqués
en
une seule fois
(exposition,
balance
des
blancs,
augmentation
de la netteté ou
des
couleurs,
mode
couleur,
définition,
compression...).
L'image
est
échantillonnée
avec
256
niveaux
par
couches.
L'image subit la
compression
Jpeg
et
les
opérations
de
retouches
sont
limitées.
Le
format
d'enregistremen
t Jpeg est le
résultat
d'un
compromis
entre
qualité
d'image
et
rapidité
d'enregistremen
t.
Le format RAW enregistre les informations du capteur (en gris sur l'illustration). Le dématriçace se fair à
l'aide du dérawtiseur. Le calcul est réalisé à l'aide d'algorithmes plus puissants et la plupart des paramêtres
peuvent être modifiés. L'image dérawtisée peut être enregistrée dans le format de son choix (Jpeg haute
qualité ou Tiff). Si on ajoute à cela que l'image n'est plus échantillonnée sur 256 (8 bits) mais sur 4096
niveaux (12 bits), on comprend pour quoi certains photographes comparent ce format à un "négatif
numérique", même s'il n' a pas la souplesse du négatif argentique.
Une question de niveaux :
Le numérique capte mieux les hautes lumières. C'est donc dans les ombres que se fera la différence.
Dynamique
JPEG
+/- 6 IL
DynamiqueR
AW
+/- 8 IL
La dynamique plus étendue permet de fouiller les ombres et de faire sortir des détails mais il s'agit avant
tout d'exposer correctement l'image. Le rôle du format Raw n'est pas de rattraper les erreurs d'exposition ou
les contrastes trop violents.
Quels sont avantages du fichier RAW ?
Les avantages du Raw sont multiples, avec :
Une meilleure qualité d’image sans compression ou avec une compression non destructrice
La possibilité de choisir le format d'enregistrement pour l'image finale (Jpeg ou Tiff).
Une meilleure interpolation des couleurs, réalisée par le dérawtiseur.
Un taux d’échantillonnage sur 12 bits, convertis en 16 bits par le logiciel (seulement 8 en Jpeg) avec
un meilleur rendu des couleurs et des tons très sombres.
Une souplesse dans la modification et dans l’attribution de certains paramètres de prise de vue.
La possibilité de réaliser les réglages de l’image sans détérioration ni perte de pixels.
La possibilité d'enregistrer le paramètres appliqués à l'image Raw pour un traitement par lot.
Voici une liste non exhaustive de paramètres modifiables (selon le logiciel) :
Attribution de l’espace couleur (gestion des couleurs)
Modification de la balance des blancs
Correction de l’exposition et l'équilibrage des ombres et des hautes lumières
Accentuation de la netteté
Modification de la saturation des couleurs
Correction du bruit
Correction du vignettage
Correction de la distorsion
Mais le logiciel permet aussi de réaliser les premières étapes de la retouche avec :
La correction des teintes
Les modifications des courbes et des niveaux
Le recadrage
Au final le format Raw est plus flexible et il permet de choisir les réglages après coup. Il offre des images
plus fouillées et un meilleur contrôle de la colorimétrie.
Le fichier Raw constitue également l'original numérique que seul le photographe est appelé à
détenir, contrairement à une image Jpeg ou Tiff mise en circulation. Mais cela n’est pas d’un intérêt
primordial.
Conservez votre fichier RAW, vous pourrez toujours corriger vos erreurs ou vous adapter à un
nouveau logiciel.
Quels sont les inconvénients du format RAW ?
Le format Raw n'est pas un standard ce qui pose un problème de compatibilité et de pérennité pour
l’image enregistrée.
L’ouverture du fichier Raw nécessite un logiciel spécifique, fourni ou non avec l’appareil
Tous les logiciels de dérawtisation ne sont pas équivalents avec une qualité de dématriçage liée à
l'utilisation de différents algorithmes.
La retouche de l’image Raw peut paraître complexe en fonction du logiciel et du nombre d’outils
proposés.
L'image RAW demande un temps de traitement supplémentaire.
L'image est moins compressée avec un poids supérieur au Jpeg, elle occupe plus de place sur la carte
mémoire.
Exemple de capacité de stockage
Nikon D70 + carte 1 Go, nombre d'images
Jpeg fine =
291
Raw =
178
Raw+jpeg basic =
158
Quand
utiliser
le
Raw
?
Certaines photos ne réclament pas de travail particulier (photos de famille, par exemple), elles peuvent se
contenter du format Jpeg. Le format raw offre toute sa générosité dans les cas difficiles de lumière et là où
la qualité d'image prime sur le gain de temps (travaux d'agrandissements). De même la compression Raw
disponible sur certains appareils permet de gagner 40 à 50 % de poids de fichier sans perte visible de
qualité. Le Raw non compressé sera réservé aux images réclamant le plus haut niveaux de qualité avec un
enregistrement au format Tiff de rigueur.
Quelques résultats obtenus avec différents dérawtiseurs
Image Raw de départ
Nikon Capture 4
RawShooter essential 2006
CameraRaw
Selon vos habitudes de travail, vous pourrez appriécier un logiciel plutôt qu'un autre tout en limitant les
corrections via le logiciel de retouche.
L'étape de dérawtisation n'a pas pour but de rattraper les erreurs de la prise de vue. Mieux vaut
travailler sur une image correctement exposée (en limite de surexposition légère) pour profiter
pleinement des avantages de ce format. Cela évitera de trop pousser certains curseurs et permet de
conserver une certaine qualité d'image. L'éclaircissement des photos sousexposées risque de faire
apparaître des bandes dans les zones d'ombre de l'image (le "banding").
Comment ne pas rendre l'étape de dérawtisation trop fastidieuse ?
Les dérawtiseurs proposent des fonctions avancées pour l'automatisation des conversions : traitement par
lot, enregistrement de réglages personnalisées, importation et exportation de courbes... Consultez la rubrique
d'aide de votre logiciel pour découvrir toutes les possibilités offertes. Le dérawtiseur satisfait les principales
étapes de la retouche avec équilibre des lumières et des couleurs. Bien souvent nous n'aurons pas affaire à
un autre logiciel.
L'image dérawtisée peut être ouverte avec un logiciel de traitement d'image, notamment pour
retoucher les poussières. Le fichier peut-être préparé pour une ouverture dans Photoshop en 16 bits
ou en 8 bits.
Vers le DNG (Digital Negative)
Devant la prolifération des formats, Adobe a développé le DNG, un format gratuit et ouvert. Le
convertisseur (DNG Converter, à télécharger sur le site d’Adobe) permet de convertir des fichiers RAW des
différentes marques vers le DNG. Le format DNG est directement pris en charge par plusieurs logiciels ou
fabricants d’appareils (Hasselblad, Leica, Ricoh , Samsung). Le DNG veut s'imposer en standard pour le
format Raw. C'est peut être une alternaltive pour qui veut péreniser ses fichiers Raw.
Raw compressé ou non compressé ? Certains boîtiers (comme le Nikon D200) proposent deux
qualités d'image RAW. Le format compressé convient à la plupart des usages et le format non
compressé pourra être choisi pour la plus haute qualité : images très détaillées à fort taux
d'agrandissement ou avec un recadrage important.
En guise de conclusion :
L’objectif de ce chapitre n’est pas de dresser un panorama exhaustif sur l’image Raw et de son traitement.
Seule la pratique vous permettra d’améliorer vos images selon votre propre perception photographique. Pour
l’amateur exigeant, le format raw fera partie du processus créatif. Essayer le format Raw c'est l'adopter !