Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Irrégulière au 1er semestre 2010, la croissance de l’économie régionale s’amplifie en fin d’année

De
2 pages
En 2009, la spécificité de l’économie régionale avait permis d’amortir le choc de la crise des "subprimes" en Aquitaine, permettant à la région d’être moins touchée que la plupart des autres territoires ; mais en contrepartie, en 2010, les mêmes spécialisations n’autorisent pas un rebond aussi accentué qu’ailleurs. La convalescence s’est avérée relativement lente jusqu’en octobre. Néanmoins, l’accélération de l’activité observée depuis novembre devrait se poursuivre et se généraliser en 2011, avec des retombées bénéfiques pour l’emploi et l’investissement, consolidant ainsi le scénario de sortie graduelle de crise. Les résultats encourageants incitent à un optimisme mesuré dans l’industrie Le BTP, un secteur encore fragile Du mieux dans les services marchands Croissance des crédits d’investissements aux entreprises aquitaines supérieure au niveau national Des ménages qui consomment et qui s’endettent pour leur logement Encadré 2009 : une année de résistance à la crise en Aquitaine - analyse structurelle
Voir plus Voir moins
ÉCONOMIE
er Irrégulière au 1semestre 2010, la croissance de l’économie régionale s’amplifie en fin d’année
En 2009, la spécificité de l’économie régionale avait permis d’amortir le choc de la crise des “subprimes” en Aqui taine, permettant à la région d’être moins touchée que la plupart des autres territoires ; mais en contrepartie, en 2010, les mêmes spécialisations n’autorisent pas un rebond aussi accentué qu’ailleurs. La convalescence s’est avérée relativement lente jusqu’en octobre. Néanmoins, l’accélération de l’activité observée depuis novembre devrait se poursuivre et se généraliser en 2011, avec des retombées bénéfiques pour l’emploi et l’investissement, consolidant ainsi le scénario de sortie graduelle de crise.
L’économie régionale a mieux résisté que d’autres à la crise. Par contre, le redémarrage est hésitant et encore fragile en 2010 dans certains secteurs.
Les résultats encourageants incitent à un optimisme mesuré dans l'industrie
Après un premier semestre 2010 contrasté, l’activité indus trielle aquitaine regagne, sur le second semestre, une partie du terrain perdu en 2009. Ainsi, le volume d’activité de l’industrie dégagé en 2010 se révèle sensiblement plus consistant que les prévisions prudentes formulées l’an passé. Avec un quatrième trimestre particulièrement actif, l’industrie régionale bénéficie d’une reprise de près de 4 % de la production sur un an, avec une relance de la demande étrangère plus soutenue que le mar ché intérieur.
Des carnets de commandes en progression dans l’industrie Solde d’opinions 50 2009 20102011 40 30 Carnets de commandes 20 10 0  10 Stocks produits finis  20  30  40  50 F M A MJ JA S ON DJ FM A MJ JA SO N DJ F Situation des carnets de commandes et des stocks de produits finis dans l’industrie aquitaine Source : Banque de France
Le développement de la production concerne la majorité des branches, à l’exception de la métallurgie et de la construction aéronautique qui enregistrent une stagnation de leurs chiffres d’affaires. En 2010, le développement de l’industrie aquitaine est tiré par la progression des entreprises de plus de 200 sala riés, alors que l’activité cumulée des TPE (très petites entrepri ses) s’inscrit en repli. Les perspectives, favorablement orientées pour l’activité, restent mesurées pour l’emploi et les projets d’investissements, malgré des conditions de crédits favorables. Le mouvement de reprise semble cependant bien enclenché. Les prévisions pour 2011 restent favorablement orientées; elles tablent sur la poursuite de la croissance modérée observée en 2010.
INSEEAQUITAINE
Le BTP, un secteur encore fragile Conformément aux prévisions de début d’année, l’activité du Bâtimenttravaux publicsenregistre une nouvelle érosion de l’ordre de 1% en 2010. L’activité globale dans le bâtiment renoue avec une tendance à la hausse modérée (+ 0,6 %) grâce à l’amélioration de la demande dans le second œuvre, notam ment dans les entreprises de plus de 50 salariés. À l’inverse, les mises en chantier continuent de reculer dans le gros œuvre, où les entreprises de 20 à 49 salariés connaissent une baisse de plus de 16 points de leur production. Dans les travaux publics, le ralentissement de l’activité perd de son intensité mais se poursuit dans un contexte de demande hésitante, sur les mar chés publics comme pour les offres du secteur privé. Le niveau des effectifs reste stable et les dépenses d’investissement se con tractent, comme en 2009, dans le second et dans le gros œuvre. Pour 2011, les professionnels du bâtiment anticipent une pro gression d’activité et d’investissements plus marquée dans le gros œuvre que dans le second ; les prévisions sont plus réser vées dans les TP eu égard à la fragilité de l’amélioration de leurs carnets de commandes.
Du mieux dans les services marchands En 2010, l’activité desservices marchandsse développe gra duellement tout au long de l’année, grâce à une demande plus porteuse tant sur les marchés français qu’à l’étranger. Cette ac célération est particulièrement marquée dans les services spé cialisés aux entreprises et à un moindre degré dans les transports, les autres branches demeurant stables dans l’en semble. Pour autant, les décisions d’embauches sont limitées et l’intérim est peu sollicité. Les programmes d’investissements se restreignent et la rentabilité reste fragile. Toutefois, l’accéléra tion de l’activité prévue pour 2011 devrait s’accompagner d’embauches substantielles et assurer la restauration des per formances financières. Conformément aux attentes, l’activité ducommerce de grosse redresse légèrement en 2010 et l’embellie en fin d’année béné ficie à toutes les branches. Globalement, les carnets de com mandes retrouvent leur niveau d’avant la crise. Les marchés à l’exportation apparaissent plus porteurs, notamment pour le négoce de boissons et de produits alimentaires. Malgré ce contexte positif, la rentabilité d’exploitation se contracte, mais les prévisions d’activité sont favorables et anticipent une amé lioration des profits.
20 L’ANNÉEÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2010 EN AQUITAINE