Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'année économique 2010 en Midi-Pyrénées

De
64 pages
En Midi-Pyrénées, l'activité économique poursuit sa reprise amorcée au printemps 2009. L'aéronautique et le spatial redynamisent progressivement l'économie. Plus tardive et modérée, la croissance repart dans le bâtiment. En 2010, la région dégage un excédent commercial en forte hausse, porté par la construction aéronautique et spatiale. En dehors de ce secteur, les échanges sont déficitaires pour la première fois depuis plusieurs années. Les autorisations de construction de logements et les mises en chantier repartent nettement à la hausse. L'année agricole est marquée par le redressement des prix des céréales et, contrairement au niveau national, par la hausse des volumes récoltés. La forte augmentation du revenu agricole ne compense cependant pas les fortes baisses précédentes. La fréquentation hôtelière baisse et celle des campings augmente, chacune pour la deuxième année consécutive. Le transport reste marqué par la crise : le trafic de voyageurs recule de nouveau dans le ferroviaire. Mais il se redresse dans l'aérien. Le recours au crédit impôt recherche (CIR) continue de s'étendre en Midi-Pyrénées, avec un nombre croissant d'entreprises souhaitant en bénéficier. La région est l'une des plus créatrices d'emploi salarié en 2010 grâce aux services. L'emploi industriel résiste avec l'agroalimentaire et l'aéronautique. Mais la construction continue de perdre des emplois plus qu'au niveau national. Compte tenu de la forte attractivité de Midi-Pyrénées, la croissance de l'activité et de l'emploi en 2010 y est insuffisante pour faire baisser significativement le chômage. Début 2011, en Midi-Pyrénées, l'activité industrielle s'accélère grâce à l'aéronautique et le bâtiment se renforce grâce à la construction de logements. Le rythme des créations d'emplois salariés reste soutenu dans les secteurs marchands non agricoles et le marché du travail montre des signes d'amélioration. Le chômage ne fléchit cependant pas.
Voir plus Voir moins

SOMMAIRE
1 - Synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2- Environnement national et international . . . . . . . . . . . . . 9
• Conjoncture nationale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
• Environnement international . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
3 - Activité en Midi-Pyrénées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
4 - Zoom sur certaines activités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
• Construction aéronautique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
• Construction et marché de l'immobilier 20
• Agriculture et industries agroalimentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
• Hôtellerie et campings . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
• Transports . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
• Recherche et pôles de compétitivité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
• Démographie d'entreprises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
• Activité bancaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
5 - Midi-Pyrénées et l'international . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
6 - Marché du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
7 - Premier éclairage sur 2011 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55SYNTHÈSE
Reprise de l'activité et de l'emploi... sans baisse du chômage
pas les fortes baisses précédentes. La repriseLa reprise de l’économie mondiale se
se confirme dans les IAA.confirme en 2010, mais le rythme de l’activité
varie d’une zone à l’autre. La croissance est
En 2010, la fréquentation hôtelière baisse pourvigoureuse en Chine et dans la plupart des pays
la deuxième année consécutive en Midi-
émergents, alors qu’elle est modérée et
Pyrénées. Le retour de la clientèle étrangère ne
insuffisante pour réduire notablement un
compense pas le repli de la fréquentationniveau de chômage élevé dans les principaux
française. À l’inverse, la des
pays avancés. En France, la croissance repart
campings augmente pour la deuxième année
en 2010 : le PIB progresse de 1,4 %, après une
consécutive, grâce aux seuls touristes étrangers,
chute historique en 2009 (- 2,6 %). L’investis-
venus plus nombreux et pour des séjours plus longs.
sement des entreprises repart à la hausse et,
malgré le ralentissement de la croissance du Le transport reste marqué par la crise. En 2010,
pouvoir d’achat, la consommation des ménages
le trafic de voyageurs recule de nouveau dans
s'accélère. L’emploi se reprend et le taux de
le ferroviaire. Dans l’aérien, il se redresse à
chômage fléchit légèrement. En Midi-Pyrénées,
Toulouse et Rodez grâce aux vols inter-
l’activité économique poursuit sa reprise
nationaux, mais il fléchit encore à Tarbes-
amorcée au printemps 2009. Le secteur
Lourdes. Dans le transport de marchandises,
aéronautique et spatial, qui avait amorti les
les frets ferroviaire et aérien reculent tandis que
effets de la crise dans la région, en redynamise
le trafic poids-lourds repart.
progressivement l’économie. Plus tardive et
modérée, la croissance repart dans le bâtiment,
En 2010, le recours au crédit impôt recherchesoutenue par la construction de logements.
(CIR) continue de s’étendre en Midi-Pyrénées,
avec un nombre croissant d’entreprisesEn 2010, la région dégage un excédent
souhaitant en bénéficier. Malgré la crise, les
commercial en forte hausse, porté par la construc-
dépenses de recherche-développement déclarées
tion aéronautique et spatiale. En dehors de ce
en 2010 et effectuées en 2009 se maintiennent à
secteur, les échanges sont déficitaires pour la
un peu moins de 800 millions d’euros.
première fois depuis plusieurs années.
En 2010, Midi-Pyrénées est l’une des régionsLes autorisations de construction de logements
les plus créatrices d’emploi salarié, grâce auet les mises en chantier repartent nettement à la haus-
secteur tertiaire, en particulier aux servicesse pour la première fois depuis 2006. La construc-
(ménages et entreprises). L’emploi industriel
tion de locaux non résidentiels est toujours en
résiste avec l’agroalimentaire et l’aéronautique.baisse.
En revanche, la construction continue de
perdre des emplois plus qu’au niveau national.L’année agricole 2010 est marquée par le
Compte tenu de la forte attractivité deredressement des prix des céréales et,
Midi-Pyrénées, la croissance de l’activité et decontrairement au niveau national, par la hausse
l’emploi en 2010 y est insuffisante pour fairedes volumes récoltés. La forte augmentation
baisser significativement le chômage.du revenu agricole ne compense cependant
Début 2011, le redressement de l’activité mondiale se poursuit malgré les chocs. En France, la
er
hausse de la production manufacturière au 1 trimestre 2011 est la plus forte de ces 30 dernières
années. En Midi-Pyrénées, l’activité industrielle s'accélère grâce à l’aéronautique. Le bâtiment se
renforce aussi avec la hausse sensible du nombre de logements en construction. L’agriculture
commence à souffrir de la sécheresse printanière. La fréquentation des hôtels est pénalisée par
une saison de ski maussade et une ouverture tardive des hôtels à Lourdes. Début 2011, le rythme
des créations d’emplois salariés reste soutenu dans les secteurs marchands non agricoles de
Midi-Pyrénées et le marché du travail montre des signes d’amélioration : en avril, la demande
d’emploi affiche ainsi une petite baisse (- 0,1 %), inédite depuis trois ans. Le chômage ne fléchit
er
cependant pas : il touche 9,4 % de la population active régionale au 1 trimestre 2011.
Dossier Insee n° 152 L'année économique 2010 en Midi-Pyrénées 7CONJONCTURE NATIONALE
La croissance repart
Les Français consomment davantage enn 2010, l’économie française renoue avec
puisant dans leur épargneEla croissance : le produit intérieur brut
progresse de 1,4 %, après une chute de 2,6 %
En 2010, le pouvoir d’achat des ménages
en 2009, sans précédent depuis l’après-
français ralentit, freiné par la hausse des prix.
guerre. L’investissement des entreprises
Toutefois, leurs dépenses de consommation
repart à la hausse et leur comportement de
progressent de nouveau en 2010 (+ 1,3 %),
stockage apporte un fort soutien à l’activité.
après s’être stabilisées en 2009. Le taux
Malgré le ralentissement de la croissance du
d’épargne des ménages recule ainsi d’un
pouvoir d’achat, la consommation des
demi-point et atteint 16,0 %, alors qu’il avait
ménages s’accélère. L’emploi reprend et le
progressé d’un point en 2009 pendant la crise.
taux de chômage fléchit légèrement.
Portées par le plan de relance en 2009, les
dépenses de consommation des adminis-
En 2010, l’économie française croît de 1,4 %,
trations décélèrent en 2010.
après avoir fortement reculé en 2009 (- 2,6 %).
Malgré cette reprise, l’activité demeure fin 2010
L’emploi repart et le taux de chômage baisse
à un niveau inférieur à celui de début 2008,
légèrement
avant la crise. Le commerce extérieur contribue
légèrement à la croissance : le rebond des En 2010, l’emploi marchand redémarre
exportations est un peu plus fort que celui des (+ 141 000 postes), après de nombreuses
importations. La production dans l’industrie pertes d’emplois en 2009 (- 332 000 postes).
manufacturière repart à la hausse (+ 4,3 %), L’emploi dans le secteur tertiaire est très
après une chute en 2009 d’une ampleur inédite dynamique : 215 000 postes y sont créés, dont
depuis la seconde guerre mondiale. Toutes les 97 000 en intérim. L’industrie et la construction
grandes branches industrielles contribuent à ce continuent de perdre des emplois en 2010,
erebond. Dans le commerce et les services mais nettement moins qu’en 2009. Au 4 tri-
principalement marchands, la production mestre 2010, le taux de chômage s’établit à
augmente également. En revanche, la baisse 9,3 % de la population active en France
de l’activité dans la construction se poursuit métropolitaine, soit 2,6 millions de chômeurs
quasiment au même rythme. au sens du Bureau international du travail (BIT).
Il avait fortement augmenté à partir de la
La reconstitution des stocks contribue le plus à mi-2008 pour atteindre un pic de 9,6 % fin 2009.
la croissance
Le déstockage des entreprises s’interrompt en
2010, en lien avec l’accélération de la demande
intérieure et étrangère. De façon analogue aux
périodes de sortie de récessions antérieures,
les variations de stocks constituent le principal
facteur de l’accélération de la croissance
française : leur contribution est de + 0,5 point
en 2010, après - 1,2 point en 2009.
En 2010, l’investissement des entreprises
renoue avec la croissance (+ 2,0 %, après
- 11,9 % en 2009). Celui des ménages recule
nettement moins (- 1,4 %, après - 8,8 %),
soutenu par la reprise du marché immobilier de
l’ancien. L’investissement des administrations
chute (- 9,7 %), alors que les mesures du plan
de relance l’avaient soutenu en 2009 (+ 2,4 %).
10 L'année économique 2010 en Midi-Pyrénées Dossier Insee n° 152

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin