La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

L E D O S S I E R
INSEE AQUITAINE
L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2004
EN AQUITAINE
Direction régionale
du Travail, de l'Emploi
et de la Formation
professionnelle d’Aquitaine
INSEE
AQUITAINE
INSTITUT NATIONAL
DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES
ÉCONOMIQUES
N°5 5
JUILLET 2005Dossier réalisé par la direction régionale de l’Insee Aquitaine
sous la responsabilité d’Élisabeth Nadeau, chef de projet
avec la participation de :
la direction régionale de l’Agriculture et de la Forêt (DRAF)
la direction régionale des Affaires sanitaires et sociales (DRASS)
la direction régionale de l’Équipement (DRE)
la direction régionale du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle (DRTEFP)
le Rectorat de l’académie de Bordeaux
la direction interrégionale des Douanes de Bordeaux
à Guillaume CASTÉRA
Couverture : Joël Lacoste (Insee)
Maquettage et impression : Insee Aquitaine (Joël Lacoste, Daniel Lepphaille, Danielle Richard, Joël Thèze)SOMMAIRE
Synthèse
L’essentiel de l’année économique et sociale 2004 en Aquitaine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
Démographie
L’Aquitaine, une région de plus en plus attactive. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Éducation - Enseignement
Des résultats au-dessus de la moyenne nationale en 2004. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
Santé
Les professions de santé : une offre de soins libérale supérieure à la moyenne nationale. . . . . . . . . . 12
Habitat
Un parc locatif social aquitain stable. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
Revenus - Salaires
Des revenus aquitains au-dessus de la moyenne de province . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
Emploi
De nouveau, en 2004, une progression de l’emploi en Aquitaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
Marché du travail
Nouvelle aggravation du chômage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
Politique de l’emploi
Des mesures refondues en 2005 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
Agriculture - Forêt
Productions végétales importantes en 2004, mais les prix ne suivent pas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
Démographie des entreprises
L’essor des créations d’entreprises se confirme en 2004 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
Commerce extérieur
Une timide reprise des échanges en 2004 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
Construction
Des records dans la construction de logements neufs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
Transports
Baisse du trafic marchandises pour les modes autres que routiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
Tourisme
Une saison touristique 2004 non satisfaisante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Rédaction achevée en mai 2005
L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2004 EN AQUITAINE 3 INSEE AQUITAINESYNTHÈSE
gion et a diminué de 0,1 % en France. Le marché du travail s’estL’essentiel de l’année économique
davantage dégradé au niveau régional qu’au niveau national enet sociale 2004 en Aquitaine
2004.
L’emploi aquitain renoue avec une “petite” croissance
en 2004. Par contre, le chômage s’aggrave, et la reprise Commercialisation difficile en agriculture
des échanges extérieurs est assez terne. Le secteur de la
Les conditions météorologiques ont été globalement favorables
construction, et du logement en particulier, affiche de
à l’ensemble des productions agricoles. Le vignoble conjugue
bonnes performances en termes d’activité et d’emploi.
hauts rendements et accroissement des surfaces. Cela conduit à
La météo favorable en 2004 a permis de bonnes récoltes
une production en 2004 de plus de 9 millions d’hectolitres sur
végétales. Mais les cours sont en général en recul. Les
fond de crise viticole. Blé et maïs retrouvent des niveaux de pro-
transports régionaux de voyageurs retrouvent du dyna- duction très satisfaisants après les mauvais résultats de 2003.
misme. La reprise de l’activité touristique n’a pas été Dans ces conditions, à l’inverse de la campagne précédente, les
vraiment au rendez-vous dans la région en 2004. prix se situent à des niveaux très bas. La commercialisation de
certains légumes est également difficile.
Le résultat agricole net par actif (en termes réels) se détériore au
fil des années. Cet indicateur de revenu diminue de 4 % par anAvec un taux de croissance de 2,1 %, l’économie française a
en moyenne entre 2000 et 2004 en Aquitaine.connu une reprise en 2004. Cette performance, modeste au re-
gard de l’économie mondiale, est cependant plus élevée que la
Record pour les logementsperformance moyenne des économies de l’Union européenne.
Le premier semestre 2004 se rattache à la phase de rebond en- L’année 2004 est exceptionnelle pour la construction, en Aqui-
tamée mi-2003, dans le sillage de la reprise mondiale. Mais taine comme en France. Dans le secteur résidentiel, la région
l’activité a nettement fléchi au second semestre 2004, notam- enregistre de meilleurs résultats qu’au niveau national aussi
ment du fait de la détérioration de l’environnement internatio- bien pour les logements autorisés que pour les logements com-
nal de la zone euro. mencés. Sur l’année 2004, le nombre d’autorisations atteint
35 000 logements, niveau jamais atteint depuis vingt ans. LeL’activité en Aquitaine est repartie, comme en France, en 2004.
nombre de mises en chantier est aussi très élevé avec plus deDans la région, cela a favorisé une légère hausse de l’emploi sa-
26 000 constructions sur l’année. Ces hausses concernent enlarié marchand. Cette progression observée au cours de 2004
premier lieu le secteur collectif. Mais celui de la maison indivi-concerne tous les secteurs sauf celui de l’industrie, où le recul
duelle est aussi en expansion.de l’emploi décélère sans toutefois s’interrompre.
Dans le secteur non-résidentiel, les surfaces de locaux mis en
Un mieux pour l’emploi, chantier progressent de 9 % après une année 2003 un peu cha-
surtout dans la construction et les services hutée. Ce résultat se situe au-dessus du niveau national.
Le secteur de la construction continue d’afficher de bons ré- L’activité régionale dans les travaux publics reste satisfaisante,
sultats. La progression des emplois y est nettement plus forte malgré l’impact des gels budgétaires de l’année.
que l’année passée : de fin 2003 à fin 2004, le nombre d’em-
plois augmente de 2,8 % contre 1,5 % auparavant. Le com- Redémarrage surtout dans les transports de voyageurs
merce crée plus modestement des emplois. De fin 2003 à fin
La reprise de l’activité économique depuis mi 2003 bénéficie dans
2004, le nombre d’emplois augmente de 1,2 %. Le secteur des
la région aux transports de voyageurs, mais peu aux transports de
services renoue avec la croissance (2 % sur un an) grâce no-
marchandises.
tamment aux services aux entreprises. L’industrie continue à
Le trafic aérien reprend dans la région. Les aéroports aquitainsperdre des emplois, mais de manière moins prononcée qu’en
annoncent de bons résultats en 2004, à l’exception de ceux de2003. Les industries agricoles et alimentaires profitent de la
Périgueux et Agen, affectés par des fermetures de lignes.conjoncture après une mauvaise année 2003. Les industries
des biens d’équipement résistent mieux qu’en 2003, mais Le trafic du Port de Bordeaux est en recul de 3 % par rapport à
continuent à perdre des emplois en 2004. 2003. L’essentiel de la baisse est imputable aux exportations de
céréales, comme en 2003. Le port de Bayonne finit l’année
Dégradation du marché du travail avec un trafic en augmentation, et ce malgré la baisse impor-
tante des exportations de maïs.Le taux de chômage aquitain au sens du BIT se stabilise à
10,1 % en fin d’année 2004, soit au même niveau qu’en dé- Le trafic voyageurs TER, mesuré en voyageurs-kilomètres, pro-
ecembre 2003. L’Aquitaine se situe au 8 rang des régions à plus gresse de 4,7 %, alors qu’auparavant le trafic était en diminu-
fort taux de chômage. En glissement annuel, en décembre tion. Par contre, le fret ferroviaire continue à chuter, aussi bien
2004, le nombre de chômeurs s’est accru de 1,8 % dans la ré- en réceptions qu’en expéditions.
L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2004 EN AQUITAINE 5 INSEE AQUITAINESYNTHÈSE
Morosité dans le tourismeLe trafic routier progresse, mais l’activité du transport combiné
est en baisse. Le résultat estival atteint 17 millions de nuitées pour les hôtels
et les campings. Le bilan de la saison touristique est maussade
Manque de vigueur dans les échanges extérieurs pour les hôtels. Il révèle une meilleure performance pour les
campings. Mais dans ce cas il s’agit plutôt d’un rattrapage desEn 2004, les exportations régionales restent stables tandis que
nuitées perdues en 2003 que d’une réelle augmentation de fré-les importations augmentent de 7,5 %. Au niveau national, les
quentation. La clientèle étrangère est de moins en moins impor-échanges ont repris avec plus de vigueur. La région représente,
tante au fil des années.en 2004, 3,4 % des exportations et 2,4 % des importations fran-
çaises. L’Aquitaine se situe toujours à la cinquième place des régions
françaises pour le nombre des nuitées dans l’hôtellerie. ParLes échanges aquitains avec les États-Unis, après une forte dimi-
contre, elle n’est qu’au douzième rang des régions pour la fré-nution en 2002 et 2003, ont repris en 2004. Ce pays, qui
quentation étrangère.concentre 21 % des exportations, reste le premier client de la ré-
gion. Les autres principaux partenaires commerciaux sont
Créations d’entreprises en haussel’Espagne, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Les exportations de
boissons ont nettement chuté en 2004, tandis que celles des pro- De plus en plus d’entreprises se créent en Aquitaine : + 9,5 % de
duits de la construction aéronautique se redressent. plus en 2004 qu’en 2003, contre + 9,2 % au niveau national. ❒
INSEE AQUITAINE 6 L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2004 EN AQUITAINEDÉMOGRAPHIE
L’Aquitaine, une région de plus en plus attractive
La population s’accroît au rythme soutenu de 1 % par an depuis cinq ans. L’excédent migratoire, responsable à plus
de 90 % de l’augmentation de la population, fait de l’Aquitaine l’une des régions les plus attractives de l’Hexagone.
La natalité stable et une mortalité en forte baisse assurent en 2004 un excédent naturel deux fois plus élevé que
l’année précédente.
Le succès du pacte civil de solidarité continue et le nombre de mariages recommence à croître, contrairement à l’en-
semble des autres régions.
Les résultats de la première collecte de recensement de la popu- L’immigration interne, c’est à dire en provenance des autres ré-
lation de 2004 confirment la forte croissance démographique gions de métropole, déjà soutenue au cours des années
de la région. Cette croissance, due à l'excédent des arrivées de quatre-vingt-dix, tend à s’intensifier depuis quelques années.
ermigrants sur les départs, place l’Aquitaine au troisième rang de Près de 235 000 personnes installées en Aquitaine au 1 jan-
croissance des régions métropolitaines (+ 0,96 % par an), der- vier 2004 habitaient une autre région de métropole cinq ans au-
rière Languedoc-Roussillon (+ 1,40 % par an) et Midi-Pyrénées paravant.
(+ 1,05 % par an). Les données portent sur la population des Les migrants les plus nombreux (28 %) continuent à venir
ménages, c'est-à-dire les habitants des résidences principales, d’Île-de-France, bien que la contribution de cette région
en excluant les habitants des communautés. La population des semble refluer un peu au cours de la période récente. Mais, si
ménages aquitains est évaluée à 3 003 400 personnes, soit en- l’on prend en compte les tailles relatives des populations ré-
viron 98 % de la population totale régionale. gionales, c’est avec Midi-Pyrénées que les flux migratoires
d’entrants et de sortants sont les plus intenses, à l’avantage de
Le phénomène migratoire s’amplifie■ cette région. Parmi les habitants venus s’installer en Aquitaine
entre les recensements de 1999 et 2004, 23 % viennent du Li-
Déjà positif entre 1990 et 1999, le solde migratoire de l’Aqui-
mousin, de Poitou-Charentes ou de Midi-Pyrénées. En dehors
taine avec les autres régions de métropole est en forte augmen-
de l’Île-de-France et des régions limitrophes, l’Aquitaine
tation au cours des années récentes. En rythme annuel,
exerce aussi son attractivité sur des régions pourtant favorisées
l’excédent des arrivées sur les départs passe ainsi de 43 person-
par l’héliotropisme. Ainsi, 10 % des immigrants internes vien-
nes pour 10 000 habitants entre 1990 et 1999 à 64 pour 10 000
nent de Languedoc-Roussillon ou de Provence - Alpes - Côtepar la suite jusqu’à la fin 2003. Cette composante démogra-
d’Azur. Les départs, moins nombreux, s'orientent à 35 % versphique explique la quasi-totalité de l’augmentation de popula-
les régions limitrophes, et seulement à 21 % verstion observée entre 1999 et 2004. L’Aquitaine arrive au
l’Île-de-France.troisième rang des régions de métropole derrière Languedoc-
Entre 1999 et 2004, la nature des migrations internes a un peuRoussillon et Midi-Pyrénées pour le solde migratoire rapporté à
changé. Certes, la part des arrivants âgés de4à19 ans, dont lala population.
plupart viennent avec leurs parents, est stable autour de 27 %.
Par ailleurs, les 20 à 29 ans, étudiants ou jeunes actifs, sont tou-
Une attractivité quasi généralisée de l’Aquitaine jours les plus nombreux à venir habiter la région. Et les installa-
tions de personnes appartenant à ce groupe compensent à
peine les départs, comme entre 1990 et 1999. En revanche,
l'excédent migratoire interne des générations plus âgées
continue de progresser. La contribution des 30 à 39 ans au solde
régional est en hausse de 4 points par rapport à la période
1990-1999. Entre 1999 et 2004, 23 % des nouveaux arrivants
appartiennent à cette tranche d’âge. Malgré une progression li-
mitée, l'excédent de migrants de 40 à 59 ans représente presque
le tiers de migratoire total de l'Aquitaine. Parallèle-
ment, le poids du solde des 60 ou plus diminue de 5 points et re-
Solde positif présente 17 % de l'ensemble de l'excédent migratoire aquitain. négatif Cette légère déformation de la structure des migrations con-
tribue à façonner des changements qui peuvent affecter la pro-
portion d’hommes et de femmes, la pyramide des âges ou
encore le taux d’activité des résidents.
La structure de la population se modifie■
© INSEE-IGN 2005
L’écart entre la proportion de femmes et d’hommes s’accentue.
Solde migratoire 1999-2004 de l’Aquitaine
avec les autres régions françaises En Aquitaine on dénombre 52,1 % de femmes et
Source : Insee - Enquête annuelle de recensement de 2004
47,9 % d’hommes en 2004. Au niveau national, on observe la
L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2004 EN AQUITAINE 7 INSEE AQUITAINEDÉMOGRAPHIE
même tendance, mais la répartition actuelle de la population dant l’arrêt de la baisse de la natalité déjà constaté en 2003. Ce
par sexe correspond à celle de l’Aquitaine en 1999. La structure résultat est conforme à la tendance nationale.
de la population régionale tend à se modifier lentement. Entre En 2003, le taux de natalité aquitain (soit le nombre de naissan-
1999 et 2004, la proportion de 60 ans ou plus diminue un peu ces vivantes rapporté à la population moyenne) s’élève à
en Aquitaine et Midi-Pyrénées, alors qu’elle stagne ou aug- 10,8 pour mille habitants. Il est stable par rapport à 2002 et
mente dans toutes les autres régions de métropole. Une aqui- reste toujours inférieur d’environ 2 points à la valeur nationale
taine sur quatre et un aquitain sur cinq ont 60 ans ou plus au (12,7 ‰). Au niveau national, le taux de natalité baisse de
sein de la population vivant en ménage. Mais la pause du vieil- 0,1 point. Cette stabilité régionale est la résultante de la baisse
lissement résulte de tendances antagoniques. Entre 1999 et des taux de natalité en Gironde et Lot-et-Garonne compensée
2004, la population ayant entre 60 à 74 ans diminue du fait de par la hausse des taux en Dordogne et dans les Pyrénées-Atlan-
l’arrivée dans cette catégorie d’âge des générations peu nom- tiques.
breuses nées pendant le second conflit mondial. Pendant le
Traditionnellement en deçà de la moyenne nationale, la fécon-
même temps, l’effectif des aînés de 75 ans ou plus augmente
dité de la région retrouve le niveau de l’an 2000. En 2003, pour
nettement. Leur poids parmi les soixante ans et plus atteint
100 Aquitaines ayant entre 15 et 49 ans, on dénombre
maintenant 37,9 % contre 34,1 % en 1999.
171 naissances. Pour 100 françaises de la même tranche d’âge,
Après avoir décru de 1990 à 1999, l’effectif des jeunes de moins on en compte189. Les trois départements les moins urbanisés,
de 20 ans augmente depuis cinq ans. En conséquence, la part Lot-et-Garonne, Dordogne et Landes, permettent à la région de
de ce groupe d’âge dans la population des ménages fléchit à maintenir un nombre moyen d’enfants par femme au-dessus de
peine par comparaison avec la tendance observée en métro- 1,7.
pole.
La hausse de la fécondité des femmes de 30 à 35 ans depuis plu-
La population étrangère majeure augmente de 6 000 person- sieurs années reflète la progression de l’âge moyen à la materni-
nes entre 1999 et 2004, mais continue de représenter 3 % envi- té. Depuis l’an 2000, il gagne un mois tous les ans et s’établit en
ron de la population des ménages. Le nombre de français par 2003 à 29 ans et 7 mois.
acquisition est identique à celui de 1999 et correspond à un très
léger tassement de leur part (2,9 % en 2004) dans la population Baisse sensible de la mortalité en 2004■
des ménages aquitains.
Malgré l’augmentation du nombre de personnes âgées, le
nombre de décès (chiffres provisoires) domiciliés s’élève àAutant de naissances qu’en 2003■
29 600, soit une baisse de 5 % en un an (- 4,2 % sur l’ensemble
32 330 bébés sont nés en 2004 (chiffres provisoires). C’est à du territoire national). Il faut remonter à 1994 pour observer un
peine plus qu’en 2003 (+ 0,1 %), mais cela confirme cepen- nombre de décès aussi bas qu’en 2004. La baisse du nombre de
décès en 2004 s’explique en partie par l’importante mortalité
-qui a frappé la France au mois d’août 2003, mais aussi par l’ab
Un peu plus de naissances en 2004, sence de forte épidémie de grippe. Par rapport à la moyenne an-
beaucoup moins de décès
nuelle des cinq dernières années, en 2003, la surmortalité en
Naissances Taux de Décès Taux de Aquitaine s’élevait à plus de 550 décès. Comparé à la mêmedomiciliées natalité domiciliés mortalité
(‰) (‰)
Dordogne . . . . . . . . . . . 2002 3 578 9,1 5 129 13,1
Fécondité et espérance de vie maximum2003 3 607 9,2 5 249 13,4
en Lot-et-Garonne
2004* 3 637 4 921
Indicateur Espérance de vieGironde. . . . . . . . . . . . . 2002 15 704 11,9 11 823 8,9
conjoncturel à la naissance
2003 15 610 11,7 12 140 9,1 de fécondité
Hommes Femmes2004* 15 651 11 361
Landes. . . . . . . . . . . . . . 2002 3 436 10,1 3 725 11,0 Dordogne . . . . . . . . . . . . 2002 171,6 75,9 83,2
2003 3 477 10,1 3 788 11,0 2003 176,3 75,8 83,1
2004* 3 511 3 550 Gironde. . . . . . . . . . . . . . 2002 165,7 75,7 83,6
Lot-et-Garonne . . . . . . . 2002 3 172 10,3 3 477 11,2 2003 165,6 75,7 83,5
2003 3 173 10,2 3 502 11,3 Landes. . . . . . . . . . . . . . . 2002 175,7 75,7 83,3
2004* 3 182 3 325 2003 180,8 75,8 83,2
Pyrénées-Atlantiques . . . 2002 6 335 10,3 6 473 10,6 Lot-et-Garonne . . . . . . . . 2002 183,3 76,0 83,7
2003 6 436 10,4 6 495 10,6 2003 186,8 76,0 83,7
2004* 6 353 6 397 Pyrénées-Atlantiques . . . . 2002 165,4 75,8 83,4
Aquitaine. . . . . . . . . . . . 2002 32 225 10,8 30 627 10,3 2003 170,1 76,0 83,4
2003 32 303 10,8 31 174 10,4 Aquitaine . . . . . . . . . . . . 2002 168,8 75,8 83,5
2004* 32 334 10,6 29 554 9,8 2003 170,5 75,9 83,4
France métropolitaine . . 2002 760 065 12,8 532 157 9,0 France métropolitaine. . . 2002 188,1 75,8 83,0
2003 759 937 12,7 548 020 9,2 2003 189,4 75,9 82,9
2004* 790 828 12,7 525 038 8,4 2004* 190,0 76,7 83,8
Source : Insee - État civil - ELP Source : Insee - État civil
* provisoire * provisoire
INSEE AQUITAINE 8 L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2004 EN AQUITAINE DÉMOGRAPHIE
moyenne, en 2004, on comptablise 1 000 décès en moins. Les veaux pacs, soit + 21 % en un an, et la France métropolitaine
taux de mortalité seront en baisse sensible dans les cinq dépar- 31 580 pacs, soit + 25 %. Pour 100 mariages célébrés, 17 pacs
tements de la région, même s’il convient d’insister sur le carac- sont signés dans les Pyrénées-Atlantiques et 14 en Lot-et-Ga-
tère provisoire des estimations du nombre de décès en 2004. ronne. Viennent ensuite la Gironde et les Landes avec 13 pacs
pour 100 mariages et, loin derrière, la Dordogne avec seule-En 2003, le fort excédent des décès avait fait croître le taux de
ment 7 pacs signés pour 100 mariages célébrés.mortalité à 10,4 ‰ pour l’Aquitaine et 9,2 ‰ pour la France
métropolitaine (contre respectivement 10,3 ‰ et 9 ‰ en La France métropolitaine enregistre 123 600 divorces et l’Aqui-
2002). En Aquitaine, les habitants des Pyrénées-Atlantiques ont taine 6 350. Ce nombre, même révisé à la baisse par le minis-
sans doute un peu moins souffert de la canicule que les autres tère de la Justice, est en progression sensible : + 6 % par rapport
départements en raison de l’influence océanique ou monta- à l’année précédente (+ 8 % pour la métropole). Exceptionnel-
gnarde et aux températures nocturnes plus douces. lement, le département des Landes enregistre la plus forte
hausse avec 27 % d’augmentation. Les quatre autres départe-La mortalité infantile continue à diminuer. Elle est inférieure
ments aquitains restent dans l’augmentation moyenne annuellepour la première fois au taux moyen national. L’Aquitaine
régionale du nombre de divorces prononcés, variant de 3 %compte 3,9 décès d’enfants de moins d’un an pour mille nais-
pour les Pyrénées-Atlantiques à 7 % pour le département desances vivantes en 2003 (4,0 ‰ en France). Elle en comptait
Lot-et-Garonne. ❒4,8 pour mille en 2001 et 4,3 pour mille en 2002. Dans le
même temps la France métropolitaine passait de 4,5 ‰ à Jean-Pierre DUBAN
4,1 ‰. Insee Aquitaine
L’épisode de la surmortalité de 2003 fait stagner provisoirement
l’espérance de vie à la naissance des français. Les Français de
métropole peuvent espérer vivre jusqu’à 76 ans et les Françai-
ses jusqu’à 82 ans et 10 mois. L’écart entre les deux sexes est un
peu plus grand pour les Aquitains qui peuvent espérer vivre
76 ans pour les hommes et plus de 83 ans pour les femmes.
La nuptialité de nouveau en hausse■
Définitions
En 2003, après trois années de baisse, la nuptialité marque un
Le taux de natalité est le rapport des naissances d’une période sur la po-
infléchissement en Aquitaine et les 12 600 mariages domiciliés
pulation moyenne de la période.
induisent une croissance annuelle de 2,3 %. Au niveau natio-
Le taux de mortalité est le rapport des décès d’une période sur la popu-
nal, la baisse entamée en 2001 se confirme (- 1,4 %). lation moyenne de la période.
À l’instar de la fécondité, la croissance de la nuptialité est plus L’indice conjoncturel de fécondité (ICF) mesure le nombre total d’en-
élevée dans les trois départements les plus ruraux de la région. fants d’une génération fictive dont les naissances seraient, à chaque âge,
égales à celles observées durant l’année considérée.Celui de Lot-et-Garonne enregistre 9 % de célébrations de plus
Le taux de nuptialité est le rapport de mariages d’une période sur la po-qu’en 2002, les Landes 8 % et la Dordogne 6 %. Leur nombre
pulation moyenne de la période.augmente peu en Gironde (+ 1 %) et diminue dans les Pyré-
nées-Atlantiques (- 2 %).
Parallèlement, les signatures de pactes civils de solidarité conti-
nuent leur progression à un rythme soutenu, en Aquitaine
comme en France. En 2003, la région enregistre 1 650 nou-
Le nombre de mariages croît de nouveau
Mariages Pacs Divorces
domiciliés contractés prononcés
Dordogne. . . . . . . . . . . . 2002 1 466 105 736
2003 1 550 101 774
Gironde . . . . . . . . . . . . . 2002 6 042 663 2 801
2003 6 082 801 2 906
Landes . . . . . . . . . . . . . . 2002 1 266 142 556
2003 1 368 174 704
Lot-et-Garonne. . . . . . . . 2002 1 139 121 587
2003 1 241 179 629
Pyrénées-Atlantiques . . . 2002 2 417 338 1 290
2003 2 370 401 1 334
Aquitaine . . . . . . . . . . . . 2002 12 330 1 369 5 970
2003 12 611 1 656 6 347
France métropolitaine . . 2002 274 254 25 311 114 234
2003 270 499 31 585 123 641
Source : Insee - État civil - Ministère de la Justice
L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2004 EN AQUITAINE 9 INSEE AQUITAINEÉDUCATION - ENSEIGNEMENT
Des résultats au-dessus de la moyenne nationale en 2004
Dans la région, 621 000 élèves relevant de l’éducation nationale, étudiants ou apprentis, sont scolarisés dans le pu-
blic ou le privé, soit 4,1 % de l’ensemble national. Le premier degré accueille 285 900 élèves, le second degré
245 000 élèves, tandis que 90 500 jeunes poursuivent leurs études dans les sections après le baccalauréat et dans
l’enseignement supérieur.
Les résultats de l’académie de Bordeaux sont au-dessus de la moyenne nationale.
À la rentrée de l'année scolaire 2003-2004 en Aquitaine,
D’autres voies par l’enseignement agricole
3 570 établissements publics ou privés sous tutelle du Minis-
Les effectifs scolaires aquitains de l’enseignement agricole accueillent
tère de l'Éducation nationale de l'enseignement supérieur sco-
11 000 élèves à la rentrée de l’année 2003-2004. Ils sont en légère dimi-
larisent environ 620 800 élèves ou étudiants. À cela, il convient nution (- 0,8 %), et la baisse affecte public. Trois élèves
d'ajouter 14 700 apprentis et élèves en classes préparatoires à sur cinq fréquentent des établissements privés. La formation agricole
initiale dispensée par la voie scolaire regroupe 15 établissements pu-l'apprentissage, scolarisés dans 42 CFA publics ou privés ou
blics et 40 établissements privés dont 24 Maisons familiales rurales. À la8 sections d'apprentissage en lycées professionnels. Les effec-
rentrée 2004-2005, les effectifs ont progressé de 2,6 % : ils atteignent
tifs aquitains représentent 4,1 % de l'ensemble national.
11 290 élèves.
La formation par apprentissage s’adresse aux jeunes de 16 à 26 ans et se
Un tiers d'établissements dans le privé dans le second degré fait en alternance : elle en a concerné 1 880 en 2004. Les effectifs sont
en baisse depuis 2000.Public Privé Ensemble
Année 2003/2004 Bertrand ROUCHER
s/contrat h/contrat DRAF Aquitaine
Préélémentaire. . . . . . . . 769 11 1 781
Élémentaire . . . . . . . . . . 1 911 214 8 2 133 Une diversité dans l'enseignement supérieur
Total Premier degré. . . . 2 680 225 9 2 914
Établissements
Année 2003/2004
Collèges. . . . . . . . . . . . . 245 90 1 336 (public et privé)
Lycées . . . . . . . . . . . . . . 70 35 10 115 Universités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
Lycées Professionnels. . . 61 26 12 99 IUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
EREA . . . . . . . . . . . . . . . 5 5 IUP 15
IUFM (1 IUFM + 5 annexes départementales) . . . . . . . . . . . . . . 6Total Second degré . . . . 381 151 23 555
STS (hors contrat) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
Source : Rectorat Bordeaux
STS + CPGE en lycée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61*
Écoles d'ingénieurs, rattachées aux universités et non rattachées. . 10
Dans le premier degré, 2 920 écoles scolarisent près de Écoles de commerce, gestion, comptabilité . . . . . . . . . . . . . . . . 20
286 000 élèves des classes préélémentaires jusqu'au CM2, le Culture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
Autres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10cours moyen deuxième année, soit des enfants jusqu'à 11 ans.
Enseignement supérieur du Ministère de l'Éducation . . . . . . . . 97Ils forment 4,4 % de l'effectif total national (public et privé, en
France métropolitaine et dans les DOM). * Lycées déjà comptés dans les établissements du second degré
Source : Rectorat BordeauxDans le second degré, les effectifs se répartissent entre ceux du
premier cycle des collèges (145 900 élèves), ceux des seconds
542 000 élèves en écoles, collèges et lycées
cycles général et technologique des lycées (64 900 élèves) et du
EffectifsAnnée 2003/2004second cycle professionnel des lycées professionnels (public + privé)
(33 700 élèves) ainsi que ceux des cinq établissements régio- Préélementaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 400
naux d'enseignement adapté. De même, ces collégiens et ly- Élémentaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 500
céens représentent 4,4 % de l'ensemble national. Enseignement spécialisé-Adaptation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 000
Total Premier degré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 285 900*L'enseignement supérieur en lycées comprend les élèves scola-
Collèges (yc. SEGPA) 145 879
risés en Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) et
Lycées professionnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 669
ceux en Sections de techniciens supérieurs (STS). Lycées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 841
Total Second degré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244 389
Écoles privées : 11 % des élèves STS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 295■
CPGE 2 553
Environ 285 900 écoliers ont effectué la rentrée 2003-2004 Total Post-bac . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 848
dans les 2 905 écoles publiques et privées sous contrat de
* Estimation
l'académie de Bordeaux. Le secteur public représente 89 % des
Source : Rectorat Bordeaux
effectifs scolarisés aquitains contre 87 % au niveau national.
ments publics scolarisent à eux seuls 82 % des effectifs du se-À la rentrée 2003-2004, 243 000 élèves ont été scolarisés dans
cond degré, contre 80 % au niveau national.les 335 collèges et 105 lycées publics ou privés sous contrat. Il
faut y ajouter 1 400 élèves dans 23 établissements hors contrat Le post bac, STS et assimilés ainsi que les CPGE, accueille envi-
-(dont 70 % scolarisés en enseignement professionnel). Par rap ron 11 900 élèves dans les 83 établissements publics et privés :
port à l'ensemble public et privé sous contrat, les établisse- 2 600 en CPGE et 9 300 en STS. Les établissements privés hors
INSEE AQUITAINE 10 L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2004 EN AQUITAINE