Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La création d'entreprise en Provence-Alpes-Côte d'Azur

De
79 pages
Ce dossier analyse de façon approfondie la création d'entreprise en Provence-Alpes-Côte d'Azur sous trois angles : - la démographie des établissements entre 1993 et 2002, - un portrait des créateurs et des entreprises créées en 2002, - les facteurs de survie à trois ans des entreprises créées en 1998. Cette étude est enrichie par une approche sectorielle et territoriale. A partir de 1998, le nombre d'établissements en Provence-Alpes-Côte d'Azur s'accroît à un rythme plus dynamique que dans le reste de la France. L'emploi suit cette évolution. Il dépend d'abord des établissements existants. Plus que la création, c'est surtout l'augmentation de la durée de vie des établissements qui conditionne la croissance de l'emploi salarié. Le profil des créateurs régionaux se différencie globalement peu du profil moyen national. Cependant, la région se singularise par des projets de plus petite taille et par des investissements au démarrage plus faibles. Le recours aux financements extérieurs, notamment aux emprunts bancaires, est moins fréquent. En outre, les créateurs sont plus souvent chômeurs ou inactifs. La région se caractérise par un fort taux de création et un taux de survie à trois ans plus faible que la moyenne nationale. Ces caractéristiques sont liées à la surreprésentation du secteur tertiaire dans le tissu économique. L'analyse du passage difficile du cap des trois ans d'existence est riche d'enseignement.
Voir plus Voir moins
Préambule
Ce dossier rassemble un grand nombre de données chiffrées permettant de faire, de façon actualisée et sur la période 1993-2002, une analyse approfondie de la création d’entreprise dans la région. La présente étude s’appuie sur le répertoire SIRENE et sur les résultats des enquêtes SINE (Système d’informa -tion sur les nouvelles entreprises) conduites auprès de cohortes de créateurs d’entreprise en 1994, 1998 et 2002. Cette moisson importante a permis une production inédite d’éléments de mesure et de compréhension sur une problématique centrale de la réalité économique régionale : la création d’entreprise.
Le parc d’établissements en Provence-Alpes-Côte d’Azur connaît, en permanence, évolutions, mutations et transformations. Globalement, ce parc s’accroît du fait de nouveaux arrivants : créations pures, reprises, réactivations et trans -ferts d’établissements. Mais son effectif est allégé de l’ensemble des radiations aux motifs multiples, cessations, suspensions d’activi -té, transferts... Le tissu économique évolue également à travers les établissements “pérennes” (qu’ils soient en développe-ment ou en repli) cette situation pouvant s’analyser en termes d’emplois. Ces mouvements sont à relier à différents facteurs. Les évolutions de la conjoncture économique internationale et nationale ou du positionnement concurrentiel de l’économie régionale ont un impact déterminant sur la constitution du tissu économique régional. A cet égard, les évolutions constatées depuis 1993 ne sont pas linéaires. Deux périodes s’opposent. De 1993 à 1997, le parc d’établissements se contracte alors qu’entre 1998 et 2001, il connaît, au contraire, une dy-namique d’expansion.
Le développement du tissu productif ne se réalise pas non plus de façon homogène que l’on raisonne sur l’ensemble de l’économie ou sur l’ensemble du territoire. La création d’établissements aujourd’hui, dans cer -tains secteurs économiques, contribue à façonner la composition de l’économie régionale de demain. Le territoire n’est pas neutre non plus. Les entreprises qui se créent obéissent à des logiques de localisation, la tendance majeure étant à la constitution de pôles économiques à proximité des principales métropoles et le long des axes de communication.
Les entreprises les plus fragiles ou les plus exposées sont particulièrement sensibles à la conjoncture écono -mique. Celle-ci a une incidence directe sur le volume des cessations alors que son impact sur les créations d’établissements est plus limité.
Enfin, s’agissant du lien entre l’évolution du parc des établissements et celle de l’emploi, quelques idées com -munes tombent. L’emploi dans la région n’évolue pas seulement du fait des nouveaux établissements créés, mais résulte surtout du développement des entreprises existantes.
2
INSEE Provence-Alpes-Côte d’Azur - CRCI Provence Alpes Côte d’Azur Corse SUD INSEE Dossier N° 19 - La création d’entreprise en Provence-Alpes-Côte d’Azur
C’est à l’ensemble de ces traits majeurs à fort impact sur l ‘évolution de notre société que la première partie “Renouvellement du tissu productif” apporte des éléments chiffrés de compréhension.
L’établissement créé dans la région, s’il se rapproche du modèle national, nous intéresse particulièrement par ses spécificités. A ce titre, l’analyse met en évidence que l’entreprise créée en Provence-Alpes-Côte d’Azur est, plus souvent que dans le reste de la France, de petite taille et le siège d’un monoétablissement. Les montants investis à la création sont également plus faibles et le recours aux financements extérieurs, notamment privés, moins fréquent. Il s’ensuit un moindre recours aux procédures d’accompagnement à la création d’entreprise. La création avec un associé ou son conjoint est moins pratiquée. En revanche, le créateur dispose plus souvent, dans la région, d’une plus grande expérience entrepreneu -riale. Parallèlement, les chômeurs-créateurs sont relativement plus nombreux dans la région. Ils sont porteurs d’une moindre culture d’entreprise et disposent de moyens financiers au démarrage plus modestes. De ce fait, ils font davantage appel aux dispositifs publics d’accompagnement. La population des créateurs d’entreprise constitue en fait une véritable mosaïque. Une typologie des créateurs d’entreprise en Provence-Alpes-Côte d’Azur a été esquissée, en fin du chapitre consacré aux “Créations et créateurs d’entreprises en 2002".
Dans le chapitre “Survie des entreprises créées en 1998" qui analyse trois ans après, ce qu’il est advenu de la génération ou cohorte d’entreprises créées en 1998, le lecteur découvrira le cœur de la problématique de la création d’entreprise. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, où le taux de création est un des plus élevés de France, le taux de survie fi-gure parmi les plus faibles et ce quel que soit le secteur considéré. Le cap des trois ans est toujours difficile à passer. Les caractéristiques des projets de création, leurs conditions de préparation ainsi que le parcours antérieur du créateur conditionnent les chances de réussite de l’entreprise.
Le niveau de capitalisation, le mode de financement, le degré de préparation des projets, leur taille, l’expé -rience du créateur, son niveau de formation initiale sont parmi les facteurs discriminants de survie à trois ans de l’entreprise créée.
Comme mentionné plus haut, la réalité de la création d’entreprises diffère d’un domaine d’activités à l’autre, d’un espace économique à l’autre. C’est pourquoi l’analyse a été complétée par un approfondissement sec -toriel et géographique. Afin de représenter les réalités avec plus de concision, la démonstration a été reprise par une segmentation de l’économie régionale en neuf secteurs d’activité et dix sous-secteurs. Enfin, une analyse spécifique a été réservée à chacun des départements.
INSEE Provence-Alpes-Côte d’Azur - CRCI Provence Alpes Côte d’Azur Corse SUD INSEE Dossier N° 19 - La création d’entreprise en Provence-Alpes-Côte d’Azur
3
SOMMAIRE Editorial................................................................................... 1 Préambule............................................................................... 3 Sommaire................................................................................ 5 Chapitre 1 : Renouvellement du tissu productif 6 Chapitre 4 : Création par secteur d’activité 35 Provence-Alpes-Côte d’Azur, première région française pour Industries agricoles et alimentaires.......................................... 36 la croissance du parc d’établissements depuis 1998................ 7 Industrie.................................................................................. 38 - Le tertiaire, premier bénéficiaire de la croissance du parc d’établissement.. 8 - Industrie des biens de consommation.............................................. 40 - Le poids des pôles urbains est prépondérant.................................... 9 - Construction navale, aéronautique et ferroviaire............................... 41 Chaque année , un fort renouvellement productif................... 12 - Métallurgie et mécanique............................................................... 42 - Un renouvellement lié au secteur d’activité....................................... 12 - Electrique et électronique................................................................ 43 - La conjoncture agit davantage sur les cessations que sur les créations............... 13 Construction............................................................................ 44 L’évolution de l’emploi salarié dépend plus du développement des établissements existants que de créations ou disparitions 14 Commerce et réparation.......................................................... 46 Chapitre 2 : Création et créateurs d’entreprise en 2002 16 - Commerce de gros........................................................................ 48 - Commerce de détail....................................................................... 49 Trois entreprises créées sur quatre n’ont pas de salarié.......... 17 Transport................................................................................. 50 - Des investissements plus faibles au démarrage................................. 18 Activités immobilières.............................................................. 52 - Un appel aux financements extérieurs plus modeste.......................... 19 Services aux entreprises........................................................... 54 - Une clientèle majoritairement de proximité....................................... 20 - Conseil et assistance...................................................................... 56 Les créateurs d’entreprise : une mosaïque de situations.......... 21 - Services opérationnels.................................................................... 57 - Une plus grande expérience entrepreneuriale................................... 21 Services aux particuliers .......................................................... 58 - La moitié des créateurs étaient au chômage ou inactifs..................... 21 - Hôtels et restaurants....................................................................... 60 - La probabilité de créer une entreprise est plus élevée pour les diplômés - Activités récréatives, culturelles et sportives....................................... 61 du supérieur.................................................................................. 22 Education, santé, action sociale............................................... 62 Quelques profils types............................................................. 24 - Les créateurs “traditionnels”............................................................ 24 Chapitre 5 : Création par département 65 - Les créateurs “par nécessité”........................................................... 24 Alpes-de-Haute-Provence........................................................ 66 - Les jeunes créateurs diplômés de l’enseignement supérieur................ 25 Hautes-Alpes........................................................................... 68 Chapitre 3 : Survie des entreprises créées en 1998 26 Alpes-Maritimes...................................................................... 70 Bouches-du-Rhône.................................................................. 72 - Le cap des trois ans encore plus difficile à passer en Provence-Alpes-Côte d’Azur................................................................................... 28 Var.......................................................................................... 74 -iLmesmeonbtlrieprisesludserléséisdtuacnatetiso..n.,...s.a..n.t..é.,..a..c.t.i..onsocialeetdesactivités Vaucluse.................................................................................. 76 ères p ....................................... 29 des entre se sur la survie... - La faible capitalisation prises pè ................. 30 Annexes 78 - Difficultés de survie pour les très petites entreprises........................... 30 Nomenclature, sources..................................................................... 78 - L’expérience du créateur est un gage de longévité............................ 31 Glossaire......................................................................................... 79 - Etre en activité au moment de la création améliore les chances de réussite 31 Bibliographie................................................................................... 80 - Le taux de survie atteint 70 % pour les créateurs diplômés du supérieur ....... 32 - La bonne préparation du projet favorise la pérennité de l’entreprise créée.. 32 INSEE Provence-Alpes-Côte d’Azur - CRCI Provence Alpes Côte d’Azur Corse 5 SUD INSEE Dossier N° 19 - La création d’entreprise en Provence-Alpes-Côte d’Azur
R
6
neuoevllementdutissuproductif
Provence-Alpes-Côte d’Azur, première région française pour la croissance du parc d’établissements depuis 1998 Le tertiaire, premier bénéficiaire de la croissance du parc d’établissements Le poids des pôles urbains est prépondérant
Chaque année, un fort renouvellement du tissu productif Un renouvellement lié au secteur d’activité La conjoncture agit davantage sur les cessations que sur les créations
L’évolution de l’emploi salarié dépend plus du développement des établissements existants que de créations ou disparitions
INSEE Provence-Alpes-Côte d’Azur - CRCI Provence Alpes Côte d’Azur Corse SUD INSEE Dossier N° 19 - La création d’entreprise en Provence-Alpes-Côte d’Azur
Renouvellement du tissu productif
Entre 1993 et 1997, le nombre d’établissements en Provence-Alpes-Côte d’Azur a diminué plus que la moyenne française. Puis la tendance s’inverse de 1998 à 2001 : le nombre d’établissements s’accroît à un rythme plus soutenu dans la région que sur l’ensemble de la France. Le tissu productif s’est re -nouvelé profondément à la faveur de créations et de disparitions très nombreuses. Ce renouvelle -ment est l’un des plus importants des régions fran -çaises. L’évolution de l’emploi salarié suit l’évolution du nombre d’établissements. Il dépend d’abord de l’évolution de l’emploi au sein des établissements pérennes, puis des cessations. Les créations, globa -lement stables d’une année sur l’autre, ont un rôle amortisseur en période de ralentissement conjonc -turel.
De nombreux mouvements d’établissements chaque année : l’exemple de 2001 Nombre En % Stock d'établissements au 1 er janvier 272 277 100,0 Entrées dans le stock 46 947 17,2 Dont : Créations pures 27 067 9,9 Reprises 5 974 2,2 Réactivations 2 898 1,1 Transferts 10 841 4,0 Autres mouvements 167 0,1 Sorties du stock 40 049 14,7 Stock d'établissements au 31 décembre 279 175 Variation nette du stock + 6 898 + 2,5 Source : INSEE, Sirene
lontaires d’établissements, les faillites d’entreprises suivies ou non de reprises et les cessions ou déménagements d’établissements. Parallèlement, 235 000 établissements n’ont enregistré aucun mouvement au cours de l’année 2001. Ce socle stable est qualifié d’établissements pérennes ou survivants d’une année sur l’autre et représente, en 2001, 86 % du stock initial.
Provence-Alpes-Côte d’Azur, première région française Au 1 er janvier 2002 la région compte 279 000 établissements. pour la croissance du parc d’établissements depuis 1998 Ce nombre a augmenté de 7 000 unités au cours de l’année 2001. Les 47 000 entrées dans le stock ont plus que compen- Avec 279 000 établissements dans l’industrie, le commerce et sé les 40 000 disparitions. Dans les entrées sont prises en les services, Provence-Alpes-Côte d’Azur accueille 10,2 % des compte plusieurs types de création : les créations “pures” ex ni- établissements présents en France (hors DOM). Elle arrive au hilo, les réactivations d’établissements existants mais en som- troisième rang derrière l’Ile-de-France (24 %) et Rhône-Alpes meil, les reprises d’établissements par un nouveau propriétaire (10,6 %), largement devant l’Aquitaine (5,4 %), Midi-Pyrénées et les installations de nouveaux établissements suite à des dé- (4,8 %), Pays de la Loire et Languedoc-Roussillon (4,6 % cha-ménagements (transferts). De même, dans les sorties du stock, cune). Ces sept régions rassemblent les deux tiers des établis-plusieurs types de disparitions sont recensés : les fermetures vo- sements existants sur le territoire national. Démographie des établissements Source : oire Na -rtLieoecsnoa é ul t v a rde b e l sl is eE s s e nat m rce e tip n vr t ii s tsésessonmettarrdecehpsaérnEédtsaebàslipdsaesretlimirneddnutusrstér)ip.ee,Lrtedoseiréletaadcbeloissnsestenrtmurecetnpitroissnée,tsdueudticédsoesampémtpeaarbrctlieisesenetnmedenetnstassueSrcivrhiecanemes.p(LIeCSsySsat(cèItnimvdietuéIsnstrfifoiern,amCnacotiismèérmedse,urclRea,édpSmeeirrtnviisctreast)ion . Il et l’agriculture en sont exclues. Les établissements ont été suivis entre le 1 er janvier 1993 et le 31 décembre 2001. Définitions : t ui exerce une activ UUnné é t t a a b b l l i i s s s s e e m m e e n n t tp es é t re u n n n e e uensittéulnocétaalibsléiseseqmuieantppsuarrtviievnatntàdunueneenatnrneéperisseurelaqutre.itééconomiqueréelle. ée tb E ile q iss u .s a e t L i mo ée n qntu d sa é tdi m ao o nn g s r dl a éi p nm h d i ou q gs u rt e aripe:h,iplqeouucreolsmaumipvreaerncmteieèeretesltfeosviéss,reirlfivIéicNeesSqEuetEeldqdiuesenpfosasoieirtedllauaznnoeanlbyesaesgeéeondgetreadrpomhneinqsuaeussosqiuubilieepnesredmceteetsutdroecdkvsiascqutiuavleiitsdéere:lfaludxédmeongtrraépehsieetddeesséotra--Stock en fin d’année = stock en début d’année + entrées - sorties. ESnotrrtéieess = créatairoinspures+rfeprises+transfertsentrants+réactivations+/-autresmouvements. tions + trans erts sortants. Tauxddee = nstor d ré i t s iee p == ppaartrtddeessééttaabblilisssseemmeennttssesnotrrtaannttddaunsstloecsktodcukddubudtébduatndnéaen.née. Taux é ntrées et des sorties ra or TTaauuxxddeercernéaotuivoenlle = m s e o n m t m = escoummmuleéecudmeuslécreéadteisonespuresetdesreprisesrpappptoérteéeauasutostcokckdededédbéubtutddanannéneé.e. ue a é E Lt q eas u b a lci t rs i és o ae n timo d en é nst m se o te g sn r u a dp p ép h b i reu q tsseitone p sn p df l ii ne qu mdé pa e lnon à isé l’ se e a.l m aSri p il l ée o ss i ( : ecfofemcptirfenantlesdirigeantssalariés)sontcalculéesparcomparaisondeseffectifssalariésdes s augmentent, i l y a création d’emplois, s’ils diminuent, i l y a suppression d’emplois.
INSEE Provence-Alpes-Côte d’Azur - CRCI Provence Alpes Côte d’Azur Corse SUD INSEE Dossier N° 19 - La création d’entreprise en Provence-Alpes-Côte d’Azur
7
Renouvellementd
Evolution du nombre d’établissements (période 1993-1997)
Evolution annuelle moyenne en % 0 - 1,0 - 1,2 Source : INSEE, Sirene
utissu
© IGN-INSEE 2004
Entre 1993 et 2001, le nombre d’établissements s’accroît de 7,7 % en Provence-Alpes-Côte d’Azur et place la région der-rière l’Ile-de-France (+ 10,1 %), les Pays de la Loire (+ 8,2 %) et le Languedoc-Roussillon (+ 7,9 %). Le taux de croissance annuel moyen du parc régional (1,3 %) est deux fois plus ra-pide que celui de la population (+ 0,6 %) et de la population active (+ 0,7 %). Le développement du parc d’établissements masque deux pé -riodes contrastées. Entre 1993 et 1997, le nombre d’établisse -ments diminue de 3,3 % dans la région alors qu’il est quasiment stable en France. Provence-Alpes-Côte d’Azur fait partie des régions qui enregistrent la plus forte baisse avec le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie, la Haute-Normandie et l’Au -vergne. Depuis 1998, le nombre d’établissements augmente constamment. Les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Lan -Evolution du nombre d’établissements (base 100 au 1 er janvier 1998) 115 110 105 100 Provence-Alpes-Côte d'Azur France hors DOM 95 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 Source : INSEE, Sirene
8
productif
Nombre d’établissements au 1 er janvier 2002 et évolution entre 1998 et 2001
Nombre d'établissements au 1 er janvier 2002 655 320 218 440
Evolution annuelle moyenne en % 1,7 1,5 Source : INSEE, Sirene
© IGN-INSEE 2004
guedoc-Roussillon connaissent la plus forte croissance du parc : + 11,2 %, soit plus de 1,8 % par an pour Provence-Alpes-Côte d’Azur. Ce développement du tissu économique s’accompagne d’une forte croissance de l’emploi salarié. Le tertiaire, premier bénéficiaire de la croissance du parc d’établis-sements Trois secteurs enregistrent une croissance importante de leur parc d’établissements sur la période 1993-1997 : les services aux entreprises (35 % d’établissements supplémentaires), les services aux particuliers (+ 17 %) et le secteur de l’éducation, santé, action sociale (+ 16 %). Cette croissance du nombre d’établissements bénéficie donc avant tout au secteur tertiaire. Tous les autres secteurs, à l’exception des industries agroali -Taux d’évolution annuel moyen du nombre d’établissements % Industries agroalimentaires Industrie (hors IAA) Construction Commerce Transports Activités immobilières Services aux entreprises Services aux particuliers Période 1993-1997 Période 1998-2001 Education, santé, action sociale - 2,0 - 1,5 - 1,0 - 0,5 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 Lecture : en moyenne chaque année, le nombre d’établissements dans le secteur des activités immobilières a diminué de 1,7 % entre 1993 et 1997 puis augmenté de 2,1 % entre 1998 et 2001. Source : INSEE, Sirene
INSEE Provence-Alpes-Côte d’Azur - CRCI Provence Alpes Côte d’Azur Corse SUD INSEE Dossier N° 19 - La création d’entreprise en Provence-Alpes-Côte d’Azur
Renouvellement du tissu productif
mentaires, voient leur nombre d’établissements diminuer jus -qu’en 1997 puis augmenter ensuite. Les secteurs des activités immobilières, de la construction et des transports retrouvent le nombre d’établissements de 1993. Les parcs des activités im -mobilières, de la construction et des transports retrouvent leur niveau de 1993. Ce n’est pas le cas du commerce : la progres -sion du commerce de gros ne compense pas la diminution du commerce de détail qui connaît d’importants mouvements de concentration. L’industrie (hors industries agroalimentaires) en -registre une perte de 4,4 %, malgré la progression remar -quable d’activités comme la distribution d’eau et d’énergie et les composants électriques et électroniques. L’industrie agroa -limentaire a souffert de restructurations et compte en 2001près de 5 % d’établissements de moins qu’en 1993. Dès lors, le secteur tertiaire, historiquement important en Pro -vence-Alpes-Côte d’Azur, se renforce sur la période. Il repré -sente 80 % des établissements existants au 1 er janvier 2002 contre 77 % pour l’ensemble de la France. Ce poids plus im -portant du tertiaire dans la région s’explique notamment par l’importance des secteurs de la santé et de l’action sociale, des activités immobilières et du commerce de détail.
Le poids des pôles urbains est prépondérant Plus d’un établissement sur trois est implanté dans les Bou-ches-du-Rhône et plus d’un sur quatre dans les Alpes-Maritimes, les deux départements les plus peuplés de la région. Au 1er jan-vier 2002, 115 000 établissements sont installés dans une com-mune-centre d’agglomération, soit 41 % du parc d’établisse-ments de Provence-Alpes-Côte d’Azur. La croissance du nombre d’établissements n’a pas été uniforme sur l’ensemble du territoire. Entre 1993 et 2001, le poids des villes-centre diminue légère -ment au profit de tous les autres espaces : d’abord les banlieues (+ 1,4 point) puis les couronnes périurbaines (+ 0,5 point). Entre 1993 et 1997, le nombre d’établissements diminue dans tous les départements et dans toutes les grandes vil -les de la région excepté Aix-en-Provence. Seules les com -munes périurbaines autour des grands pôles urbains ont connu une croissance de leur parc d’établissements. Près d’Aix-en-Provence, on assiste au développement du pôle de Rousset, spécialisé dans la fabrication de composants électriques et électroniques et les services aux entreprises. Conséquence des nouvelles modalités d’implantation d’entreprises dans la périphérie des grandes aggloméra -tions, un certain nombre de communes situées autour de Marseille, d’Avignon et de Toulon voient également leur parc d’établissements augmenter de plus de 1,5 % par an. Dans les Alpes-Maritimes, où la périurbanisation est contrainte par le relief, ce sont surtout les commu -nes-siège du technopôle de Sophia Antipolis qui enregis -trent une croissance de leur parc d’établissements.
INSEE Provence-Alpes-Côte d’Azur - CRCI Provence Alpes Côte d’Azur Corse SUD INSEE Dossier N° 19 - La création d’entreprise en Provence-Alpes-Côte d’Azur
Parc d’établissements par secteur d’activité Etablissements présents au Evolution 1 er janvier 2002 annuelle en % Nombre % Spécificité 93-97 98-01 Industries agroalimentaires 6 507 2,3 - - 1,3 - 1,0 Habillement, cuir 983 0,4 - - 1,9 - 1,9 Edition, imprimerie, reproduction 2 405 0,9 - 1,2 1,3 Pharmacie, parfumerie et entretien 302 0,1 = 0,8 - 0,9 Equipements du foyer 3 116 1,1 = - 1,5 1,6 Industrie automobile 164 0,1 1,6 - 0,9 = -Construction navale, aéronautique 897 0,3 + - 1,6 1,9 Equipements mécaniques 2 220 0,8 - - 1,3 1,7 Equipements électriques et électroniques 1 729 0,6 = - 1,3 0,9 Produits minéraux 1 561 0,6 = - 1,6 1,5 Industrie textile 378 0,1 - - 1,1 1,6 Bois et papier 738 0,3 - - 1,9 - 1,4 Chimie, caoutchouc, plastiques 734 0,3 - - 1,7 1,3 Métallurgie et transformation des métaux 1 249 0,4 - - 1,8 1,0 Composants électriques et électroniques 397 0,1 = 1,9 1,9 Combustibles et carburants 21 0,0 = - 1,7 0,0 Eau, gaz, électricité 785 0,3 - 1,8 2,5 Construction 32 881 11,8 - - 1,7 2,0 Commerce et réparation automobile 9 336 3,3 + - 1,2 1,0 Commerce de gros, intermédiaires 19 473 7,0 - 0,9 1,9 Commerce de détail, réparation 49 420 17,7 ++ - 1,6 1,4 Transports 9 642 3,5 - - 1,4 1,5 Activités immobilières 11 408 4,1 ++ - 1,7 2,1 Postes et télécommunications 1 715 0,6 - 1,9 2,0 Conseils et assistance 27 649 9,9 - 1,7 2,3 Services opérationnels 11 528 4,1 - - 1,3 2,0 Recherche et développement 265 0,1 = 2,6 2,2 Hôtels et restaurants 23 768 8,5 + - 0,8 1,7 Activités récréatives, culturelles et sportives 9 315 3,3 + 1,8 2,5 Services personnels et domestiques 10 380 3,7 - 0,8 1,7 Education 2 875 1,0 - 1,7 2,3 Santé, action sociale 35 334 12,7 ++ 1,3 1,8 Ensemble des secteurs 279 175 100,0 - 1,3 1,8 Lecture : spécificité ++ Le poids du secteur dans la région est supérieur de plus d’un point à celui observé au niveau national + Le poids du secteur dans la région est supérieur d’un point maximum à celui observé au niveau national = Le poids du secteur dans la région est à peu près égal à celui observé au niveau national -Le poids du secteur dans la région est inférieur à celui observé au niveau national Parc d’établissements selon le type de commune et le département Etablissements Evolution Taux de Taux de au annuelle création renouvel-1 er janvier 2002 en % lement Nombre % 93-97 98-01 % % Communes des ôles urbains 227 902 82 - 1,3 1,8 12,3 34,8 Villes-centre 115 068 41 - 1,5 1,7 12,1 34,0 Banlieues 112 834 40 - 1,0 1,9 12,5 34,9 Communes des couronnes ériurbaines 14 635 5 1,3 2,0 13,3 38,2 Communes multi olarisées 9 317 3 0,7 2,0 12,3 35,2 Communes de l'es ace à dominante rurale 27 325 10 - 1,0 1,9 11,8 32,6 Al es-de-Haute-Provence 8 954 3 - 1,4 1,7 11,3 33,7 Hautes-Al es 9 444 3 1,2 1,9 10,7 31,1 Al es-Maritimes 76 585 28 - 1,4 1,9 12,2 35,6 Bouches-du-Rhône 98 643 35 - 1,1 1,7 12,1 33,8 Var 55 545 20 - 1,2 1,9 13,5 39,9 Vaucluse 30 008 11 - 1,2 2,0 11,8 32,8 Provence-Alpes-Côte d'Azur 279 179 100 - 1,3 1,8 12,3 34,9 Taux de création = moyenne des taux de création sur la période 1993-2001. Tauxderenouvellement=moyennedestauxderenouvellem)ent(entréeisod+e1s9or9ti3e-s2/0s0t1o.ck d’établissements en début d’année sur la pér Source : INSEE, Sirene
9
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin